Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 09:26

Silence radio depuis quelques jours pour plusieurs raisons, la principale étant beaucoup de soucis et de temps perdu pour des problèmes de visa du nouveau doctorant.

Parce que bon, il faut parler des conditions de travail qui se dégradent pour les statutaires, mais on peut aussi parler de l'accueil des précaires, surtout quand ils n'ont pas la chance d'être français.

 

Hier, plein d'espoir, je l'ai accompagné à la Préfecture de Police, et jusqu'à environ 10h30 j'ai vraiment cru qu'on partirait avec le fameux "récépissé" libératoire (en fait, qui donne 3 mois de sursis avant le stress d'après, mais qui quand même permet d'être payé, couvert etc).

Hélas, le xème examen du dossier par le xème préposé a révélé l'existence d'un problème insoluble dont personne ne s'était rendu compte auparavant, à une semaine de l'expiration du titre de séjour actuel du doctorant.

La seule solution qu'on propose alors, tout naturellement, est que le doctorant retourne dans son pays pour refaire une demande de là-bas ("comme ça, c'est sûr que ça va marcher"). Les gens, par ailleurs globalement plutôt gentils mais quand même très centrés sur le "papier" plus que sur l'"humain" (sans doute une déformation professionnelle pour tenir le coup), ne semblent pas vraiment se rendre compte qu'ils évoquent un solution à 2k€ et typiquement 3 à 6 mois de retard, pour quelqu'un qui du coup sera sans revenus.

Du coup, on nous propose une alternative qui est de demander par courrier la bienveillance du chef du bureau y, dont on ne saura jamais le nom et dont on nous explique qu'on ne peut pas le contacter comme ça mon bon monsieur (question bête de ma part: "vu qu'on est là et qu'on a tous les papiers, ça serait pas plus simple d'aller lui parler directement?" "mais monsieur il s'agit d'un CHEF DE SERVICE!!" "pardon, suis-je bête, comment ai-je pu oser?").

Ma journée, de 08h30 à 16h30, a donc été passée à la Préfecture le matin (en gros 3h de présence pour 45 minutes d'entretiens maximum), puis a écrire des lettres, passer des coups de fil, et courir partout pour essayer de faire ce qui était en mon pouvoir (c'est à dire finalement très peu) pour débloquer la situation. A 17h30, complètement déprimé (je ne peux qu'imaginer l'état du doctorant...), je suis rentré chez moi. Ce n'est pas le plus important, mais je ne peux m'empêcher de penser que ce temps perdu pour moi (et pour tous mes collègues dans la même situation), c'est aussi un peu la collectivité qui jette l'argent par les fenêtres (à moins que l'on ne m'explique qu'aller à la Préfecture et apprendre le droit concernant le séjour des étrangers sur notre sol ne fasse partie des missions pour lesquelles on m'a recruté).  

 

 

Quelques remarques générales, propres à beaucoup d'administrations mais probablement exacerbées ici dans la mesure où l'on est souvent face à des cas graves du point de vue de l'humain.

- Les individus sont comme je l'ai dit plutôt sympathiques et semblent faire de leur mieux, mais la machine est impitoyable. La (dé)responsabilisation est également problématique: il est impossible de connaître le nom de son interlocuteur. Il n'est écrit nulle part (tout le monde est appelé par sa fonction), et même quand on le demande on ne vous le donne pas. Nous avons réussi à obtenir un prénom. Idem pour les numéros de téléphone. Les gens veulent bien vous aider, mais surtout sans s'engager à l'écrit (les écrits restent), et parfois même cela se fait comme à l'abri des oreilles indiscrètes ("on va sortir du bureau et discuter dans le couloir ce sera mieux").

- On voit bien que soit les procédures sont imbittables, soit les personnels sont mal formés, soit elles évoluent tellement souvent qu'ils n'arrivent pas à rester à jour. Qu'on se rende compte après 2 mois de procédure et 2 visites à la Préfecture que dans ce cas de figure, elle n'aurait jamais dû être entamée, ce n'est quand même pas normal. Que, selon le préposé, on ait des sons de cloches totalement différents, non plus. Que toutes les 5 minutes on nous dise "attendez, je vais demander à machin, qui va appeler truc, qui va aller voir muche et on aura la réponse", me semble assez symbolique.

- Le corollaire de tout ça, c'est qu'on te propose comme solution de demander au grand chef de t'accorder un passe-droit en expliquant ton problème, et que ça ne semble choquer personne que la solution a un problème administratif soit que le responsable décide de lui-même qu'il n'y a plus de problèmes.

 

 

Du coup, de frustration, j'ai écrit un bref document google doc relatant cette histoire et les autres qui ont touché des personnes de notre équipe. Pour l'instant, je pense qu'en 5 ans, un cas sur 2 de recrutements d'étrangers a posé des problèmes. Vous me direz, cyniquement, que le plus simple, ce serait de recruter des français ou à défaut des européens. Après, pour prendre un exemple concret, sur nos deux derniers postes d'ATER, le taux de candidatures européennes était typiquement 10%. C'est quand même plus élevé pour d'autres types de postes, mais bon, tout compris si on dit qu'1 candidature sur 2 est d'origine asiatique, africaine ou sud-américaine. Il est assez logique que les recrutements, en moyenne, suivent un ratio similaire.

Le problème, si j'ose dire, ici est que l'étudiant concerné ne vient pas du Maghreb ou du Moyen-Orient: il n'est donc pas "habitué" (triste à dire, mais le précédent post-doc, dont j'avais raconté quelques problèmes ici, m'expliquait "oh, être sans-papier 1 ou 2 mois tu sais c'est normal"). Bref, je crains de plus en plus qu'il n'abandonne la thèse.

Si vous souhaitez alimenter ce document avec les problèmes que vous avez directement (en tant qu'étranger vous-même) ou indirectement (en tant que responsable scientifique ou collègue proche), n'hésitez pas. Pour l'instant, le document est lu et partagé, mais le succès d'un point de vue écriture est faible...

https://docs.google.com/document/d/1cUAqxQ4xkzJX1liZCVVLkrU15ITqm71YTxH7BzzVvtc/edit?pli=1

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

Guils 08/11/2014 02:42

J'adore le commentaire sur le Prof russe.

Cub 06/11/2014 11:10

Et à chaque fois qu'on parle d'administration française, on repense à ça : https://www.youtube.com/watch?v=c45FtDhdDoY

Cub 06/11/2014 15:21

Plus sérieusement, l'avantage de la France c'est que si vous êtes sans papier, après une demande de visa bordélique comme celle que tu décris, ils ne vont pas vous éjecter ou bannir du pays. Si vous vous amusez à rester sans papier dans des pays comme les USA, la Chine, l'Australie ou la Nouvelle-Zélande, vous allez être interdit de territoire pendant plusieurs années... Je pense qu'il y a bel et bien un aspect "on a tellement honte de notre pathétique et complexe système administratif qu'on ne va pas en plus vous bannir du territoire" en France, à moins que ce soit la paperasse supplémentaire pour bannir quelqu'un qui les effraie... Dans une période où on cherche à faire des économies, alléger la charge de travail des préfectures en distribuant des titres de séjour électroniquement (inscription, envoie des papiers scannés, paiement, acceptation...) ferait faire de grandes économies à l'état...

mixlamalice 06/11/2014 11:27

Oui, j'ai pensé une paire de fois à la Préfecture, à demander le laisser passer A 48 pour voir si ça marchait.

Hady Ba 02/11/2014 01:45

Hello, j'ai mis ce témoignage sur le google doc mais je le reposte ici pour le cas où il ne se serait pas enregistré:

(Hady Ba, ai vécu de 2002 à 2012 en France et y ai fait ma thèse)
J’ai systématiquement eu des soucis avec la préfecture que j’ai plus ou moins documenté sur mon blog (cf: http://hadyba.wordpress.com/?s=titre+de+s%C3%A9jour)
Rétrospectivement, l’épisode le plus grave a sans doute été l’année 2009-2010. Gravement malade au point de passer plus de 6 mois dans les hôpitaux et de me faire opérer, la préfecture avait perdu mes dossiers et si ma cheffe dans le projet ANR dans lequel je travaillais ne s’était pas personnellement déplacée pour voir de quoi il en retournait, le CNRS aurait résilié mon contrat de travail ce qui m’aurait transformé en malade sans papiers et sans couverture médicale: http://hadyba.wordpress.com/2010/06/17/mes-tribulations-prefectorales/ En 2012, j’avais écrit ce résumé de mes expériences préfectorales (https://hadyba.files.wordpress.com/2012/04/temoignageetrfinal.pdf) pour les cahiers du Think Tank En Temps Réel (http://entempsreel.com/ )

mixlamalice 05/11/2014 16:50

Hello,
Merci pour ton commentaire. J'avais été assez impressionné par la contribution que tu mentionnes (et celles d'un post-doc américain aussi si ma mémoire est bonne, qui disait quelque chose me semble-t-il très juste: le plus frustrant c'est de ne jamais avoir l'impression de pouvoir comprendre les règles), et je crois que je l'avais relayée.
Je vais lire tes autres articles de blog sur le sujet.

Rachel 31/10/2014 13:20

Et ben ... je vous souhaite plein de courage pour finaliser cette histoire de visa. N'y a t-il pas un service dans votre université qui est chargé des relations internationales et qui serait compétent pour accompagner les jeunes chercheurs étrangers (doctorants), recrutés par l'établissement, dans leurs démarches administratives ?

mixlamalice 31/10/2014 14:01

Ah ah, si, il y a une personne. Qui connait ce qu'elle connait, c'est-à-dire les cas que j'appellerais "classique" (genre, ça merde, parce que ça merde toujours un peu, mais rien de bien grave).
Donc la, elle a fait la convention d'accueil tout ça, elle a discuté avec la sous-chef de service de la Préfecture, mais bon, c'est trop compliqué, elle connait pas, elle comprend pas, elle a jamais vu, et elle peut rien faire.
Ce n'est peut-être pas vrai partout, mais dans deux établissements que j'ai fréquentés, visiblement, les services de l'établissement n'ont pas de "contact direct" avec la Préfecture (eg, ils n'ont pas une personne référente en cas de problèmes, ils font comme nous, en gros, ils appellent le standard).