Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 15:32

Le sujet avait déjà fait couler beaucoup d'encre lorsque le projet de nouvel arrêté doctoral avait fuité il y a quelques mois. La propension qu'ont les gens (même les universitaires) qui ne savent pas de quoi ils parlent d'avoir un avis tranché étant parfois assez pénible, j'avais déjà fait un article à l'époque.

 

Las, le mot VAE (validation des acquis de l'expérience) apparaît de nouveau dans le nouvel arrêté (nouvel arrêté qui par ailleurs ne propose, en vrai, rien de bien nouveau comme l'a expliqué M. Clavey).

Peu importe qu'il ne concerne pas le doctorat, comme l'explique bien E. Ruiz (franchement, allez lire son billet), mais bien l'obtention d'un master permettant l'inscription en doctorat. 

Peu importe également que le dispositif d'obtention du doctorat par VAE existe en théorie depuis 2002, et en pratique depuis 2009. Peu importe qu'il ne concerne qu'une dizaine de cas par an (voir mon précédent article ou ces documents).  

Peu importe que des universités réputées le pratiquent depuis cette date (UPMC entre autres). Et qu'elles sont parfaitement conscientes qu'elles seront scrutées sur ce point et n'ont donc pas vraiment intérêt à faire n'importe quoi (cf ci-dessous, le profil des "bénéficiaires").

Peu importe que la démarche à accomplir soit tout sauf une sinécure, comprenant la rédaction d'un manuscrit, une soutenance devant un jury d'enseignants-chercheurs, d'avoir à justifier au cours de sa carrière en entreprise d'un travail de recherche ayant donné lieu à publications, brevets etc. 

Peu importe que les quelques cas dont on peut voir des témoignages aient tous un pedigree très solide et pouvant démontrer des résultats scientifiques "académiques" que beaucoup de doctorants aimeraient avoir à la fin de leur thèse: voir par exemple ici, la ou la. 

Peu importe que, selon toute vraisemblance, le nombre tendra plutôt à diminuer qu'à augmenter (le profil, en sciences dures, des candidats à cette voie d'obtention du doctorat, est plutôt celui de personnes qui ont intégré des centres de R&D de groupes industriels il y a une vingtaine d'années, à une époque où le doctorat n'était pas "obligatoire" pour cela. Aujourd'hui, de ce point de vue, la France s'est uniformisée avec les pratiques internationales, en tout cas dans les grands groupes et dans les start-ups: par exemple, dans le centre R&D de Saint-Gobain, 90% des "ingénieurs de recherche" sont docteurs)

 

Non, malgré tout ça, on voit fleurir tout un tas de tribunes aussi mal informées, alarmistes, et disons le franchement, je n'ai pas d'autre mot, plus nullissimes les unes que les autres, sur ce qui serait la porte ouverte à toutes les fenêtres. 

Hélas, elles se sont répandues comme une traînée de poudre: moi qui pensais que ce qui était excessif est insignifiant, je suis bien naïf.

 

On y trouve de la théorie du complot à la petite semaine, comme quoi le but caché est que les ingénieurs et hauts fonctionnaires fainéants mais désireux de briller à l'international  - où seul le beau doctorat est reconnu - pourront en obtenir un sans transpirer un bon coup.

Le fait que le procédé existe depuis près de 10 ans, qu'il ne concerne que 10 personnes par an depuis tout ce temps, ne semble hélas calmer personne.

Le fait qu'aujourd'hui, quelque chose comme 1/3 des nouveaux doctorants soient des diplomés de grande école non plus.

On y évoque un aspect financier que les universités cupides chercheraient à développer quitte à brader le diplôme. Je n'ai pas les chiffres exacts, mais j'ai en tête un coût pour une demande VAE qui dépend du nombre de "crédits" demandés (fixés par le LMD) et qui est de l'ordre de grandeur du k€. On m'a parlé dans certaines disciplines d'un chiffre plus élevé (plus proche de 10k€) sans que je puisse le vérifier. Quoi qu'il en soit, le budget typique d'une université chiffrant dans les environs de 100M€, et en vertu des volumes discutés plus haut, on voit qu'il y a quand même plus à miser sur les contrats de recherche, européens ou même CIFRE, ANR etc. Et qu'au niveau de l'enseignement, les formations directes pour industriels sont par exemple une voie largement plus rentable (4 jours de formations dans le cadre du DIF peuvent se chiffrer facilement à 10k€, avec beaucoup plus de demande potentielle...).

 

Et puis, on y trouve (non seulement dans ces tribunes mais également dans les commentaires de ceux qui les ont diffusées, bien souvent des doctorants) une certaine idée "romantique" du doctorat qui me paraît bien éloignée des réalités du terrain. 

Non, un doctorat n'est pas toujours un travail fondamental, ni un projet unique de 3 ans (ou plus) "indépendant" mené de A jusqu'à Z, ni un travail qui fera date dans le domaine. 

Il peut s'agir de quelque chose de très appliqué, il peut s'agir de multiples projets autour d'une thématique donnée (regardez certaines thèses de physiques, par exemple: "quelques processus dynamiques aux interfaces" dont la 1ère phrase est "this work presents three topics of research"). Il peut s'agir d'un petit bout d'un énorme projet (cf les thèses sur projets européens). Il peut s'agir, soit parce que l'étudiant est moyen soit même parce que le sujet n'est finalement pas si bon que ça, d'une thèse médiocre, moyenne, ou même bonne, mais sans impact majeur. Il peut même dans certains cas s'agir d'un travail qui ne serait pas si éloigné que ça d'un travail "d'ingénierie" pour un ou plusieurs industriels dont la valeur ajoutée du point de vue recherche est difficile à cerner (je pense à certaines thèses CIFRE ou financées par des FUI ou autres). 

Pour moi, ce que le diplôme de doctorat valide, ce n'est ni une hyperspécialisation sur un sujet bien précis (dans la majorité des cas, on n'a, il faut l'admettre, plus jamais l'occasion de retoucher à ce sujet), ni une capacité à "survivre" (certains doctorants se vivent visiblement comme un Soljenitsyne masochiste au goulag, et on retrouve parfois cette conception chez certains encadrants pour décerner le diplôme: "untel n'est absolument pas qualifié pour être docteur, mais ça fait 3 ans qu'il s'acharne"), ni l'accomplissement d'un chemin personnel vers la sagesse (ce n'est pas Shaolin non plus).

Ce que ça valide, c'est une certaine capacité à s'imprégner d'un sujet (qu'on a souvent pas vraiment choisi), développer une méthodologie, pour aller (plus ou moins) au-delà de l'existant. Et à être capable de restituer ceci via un manuscrit, des articles ou des brevets, et une soutenance. Je ne vois rien qui ne puisse se faire, en théorie, dans un cadre industriel.  

 

Je trouve d'autre part étonnant que cette mythologie de la thèse comme le grand oeuvre d'une vie, cette quête personnelle dont la pureté est mise sur un piédestal, soit véhiculée majoritairement par des gens provenant de disciplines où l'on tolère que 2/3 des thèses soient effectuées comme un (pardonnez-moi, je vais être provocant) "hobby", e.g. en dehors d'une activité principale, le soir et le week-end, sans être financé spécifiquement pour ce travail. Qu'il s'agisse, au mieux, de personnes avec un emploi stable (par exemple, professeurs du secondaire), au pire de personnes sans sources de revenus connues et qu'on voit, en parallèle, se plaindre de leur précarité. Tout en défendant, bien sûr, son caractère de "première expérience professionnelle".

Je vois plus de dangerosité à ce que des directions d'écoles doctorales tolèrent encore, allant à l'encontre des missions qui leur sont confiées ("le directeur de l'école doctorale s'assure que les conditions scientifiques, matérielles et financières sont réunies pour garantir le bon déroulement des travaux de recherche du candidat et de préparation de la thèse" dit l'arrêté), l'inscription en thèse de personnes en grande précarité, que dans la possibilité pour un actif ayant, dans le cadre de son activité professionnelle, effectué une activité de recherche quantifiable, d'obtenir un diplôme que pour une raison X ou Y il n'a pu obtenir en "formation initiale". Je vois aussi, finalement, plus de facilité à évaluer un tel travail qu'un travail qui aurait été mené en "hors temps de travail".

Je pense aussi qu'il y a eu et qu'il y a encore suffisamment de doctorats de "complaisance" décernés, à des célébrités (les frères B., Elizabeth T., Jean-Christophe C.) mais aussi à des anonymes (qui n'a jamais assisté à une soutenance dont on se dit à demi-mot qu'elle n'aurait jamais du avoir lieu mais qu'on a fini par accepter pour sauvegarder les apparences ou quelle que soit la raison?) pour que l'on s'inquiète plus de ce contrôle de qualité là, dans un cadre de "revalorisation" du diplôme, que d'un phénomène qui ne sera de toute façon jamais plus qu'epsilonesque. En ce sens d'ailleurs, je suis un fervent partisan des comités de thèse mis en place dans un certain nombre d'écoles doctorales depuis quelques années, et qui sont généralisés dans le nouvel arrêté. 

 

Pour conclure, je reviens vers une considération plus générale: il y a en France une obsession du diplôme obtenu en formation initiale. Je peux comprendre qu'au moment de la première embauche, avoir tel diplôme ou tel niveau d'études ouvre la porte à certains métiers et à certaines rémunérations. Je suis par contre toujours surpris quand 25 ans plus tard, des gens de toute évidence extrêmement compétents, à qui on a confié des responsabilités, ne peuvent, par exemple, passer "ingénieur" ou obtenir un "statut cadre" dans leur entreprise parce que leur diplôme "initial" n'est pas suffisant. Je me leurre peut-être mais j'ai l'impression que les anglo-saxons sont plus pragmatiques de ce point de vue là (eg qu'au bout d'un certain temps, celui que tu es devient plus important que celui que tu as été pendant tes études). Et je suis donc favorable à toute démarche qui tendrait à diminuer un peu ce qui m'apparaît comme une ineptie. Si le développement de la formation continue et de la VAE en est une, je prends. 

 

 

PS: je ne blâme pas ceux qui ne connaissent rien à la VAE. Moi-même, pur produit "formation initiale", je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à il y a 5 ans. Mais il se trouve que depuis, j'ai été amené à participer en tant que jury/examinateur de dossier, à 2 à 3 VAE par an, du niveau bac+2 au niveau bac+5 (jamais doctorat pour l'instant, notamment pour les raisons de rareté expliquées ci-dessus...). Je blâme plutôt leurs opinions tranchées sur des sujets sur lesquelles ils n'ont fait aucun effort pour se renseigner. Pas vraiment très "pro" pour des universitaires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mixlamalice 24/06/2016 08:48

J'en profite pour demander ici des infos sur la "thèse sur travaux": quelqu'un connait-il les modalités, les différences avec la VAE? J'ai l'impression que dans la thèse sur travaux il n'y a pas de soutenance nécessairement. Est-ce réservé à des académiques hors cadre etc?

En gros, si l'on regarde les thèses délivrées en "formation continue" toutes modalités confondues, on voit le chiffre de 250 (sur ~12000 thèses). Petit, mais >> 10-20 VAE. Quelles sont les autres modalités de thèses en formation continue?

DM 23/06/2016 22:09

Profitons de l'occasion pour rappeler que le contrat d'accompagnement d'une thèse CIFRE (somme versée au laboratoire par l'entreprise qui embauche le doctorant CIFRE, laquelle est par ailleurs subventionnée pour cela) peut être de l'ordre de 15k€/an, soit 45 k€ pour une thèse standard en trois ans.

Qui plus est, cet argent, ressource propre « industrielle », peut être géré selon des modalités plus souples hors budget normal de l'université (par exemple via une filiale de droit privé).

Clairement, si une université veut se faire de l'argent par des thèses bidon, les CIFRE sont un meilleur plan que la VAE.

mixlamalice 23/06/2016 08:28

J'en profite ici pour citer @damienaberlin qui m'a indiqué le nombre d'ingénieurs en thèse et donné le lien vers le rapport cité dans l'article. Tel un vulgaire journaliste, j'avais oublié de citer mes sources ou au moins de le remercier.

mercanti-guérin 22/06/2016 23:24

Oui le doctorat en VAE, c'est n'importe quoi comme le master en VAE ou la licence en VAE. Il y a un temps pour apprendre, théoriser, conceptualiser et un temps pour mettre en pratique. J'ai passé 10 ans à faire du marketing en entreprise. Puis j'ai fait une thèse. Je ne l'ai pas faite en VAE et j'ai bien fait. Cela m'a appris à mener une vraie étude terrain, à faire des statistiques à haut niveau, à lire des quantités d'articles américains, à conceptualiser, à synthétiser, à analyser...Je n'avais appréhendé mon métier que par le petit bout de la lorgnette. La thèse m'a ouverte sur d'autres cultures, problématiques, cas d'entreprise. Vous voulez un diplôme. Et bien étudiez...ce qui se fait ailleurs que dans votre boîte.

mixlamalice 23/06/2016 08:25

Quel financement du coup? On lâche son boulot et on s'inscrit au chômage? En se réinscrivant en formation initiale en Master (je connaissais quelqu'un qui l'avait fait: il en avait marre de la finance et voulait refaire de la physique), on se retrouve confronté au fait qu'une bonne partie des bourses sont concernées par une "limite d'âge" (non écrite mais réelle).
Chaque parcours est différent, mais pour certains, le diplôme est comme je l'expliquais un simple "passeport": ils ont déjà les fonctions que le diplôme leur ouvre de fait (progression interne à l'entreprise) mais souvent sur le papier, pas le salaire qui va avec. Certains décident malgré tout de reprendre de véritables études pour progresser intellectuellement ou culturellement, c'est un chemin long et difficile, je comprends que pour de bonnes raisons, certains n'en aient pas envie et fassent valoir leur expérience professionnelle.
Enfin, aujourd'hui, les doctorants CIFRE voient aussi souvent la recherche par le petit bout de la lorgnette, enfin je veux dire sous le spectre des problématiques de l'entreprise qui les finance: je ne vois pas très bien la différence et où est le problème. Rien n'empêche de lire des articles américains dans le cadre de son travail en entreprise...
Même un sujet fondamental est vu sous la lorgnette de la sous-communauté à laquelle le directeur de thèse appartient, le plus souvent.
Encore une fois, pour moi la thèse c'est pas censé être un travail de référence à vocation universelle: si ça le devient parce que l'étudiant est très bon, tant mieux, mais on ne peut pas en faire une exigence à la soutenance.

Vixxxen 22/06/2016 14:57

Oups mon message est parti avant la fin de ce que je voulais dire et que je corrige un peu le texte (désolé).

Mon autre question est pourquoi donner la thèse autrement que classiquement ? Pourquoi l'utilisation de la VAE, pourquoi ne pas leur donner accès à la même formation ? Je trouve que ça donne encore une impression de deux poids, deux mesures et que l'on court-circuite l'université plutôt que de valoriser la formation "initiale" pour obtenir une thèse. En gros, pourquoi la formation universitaire ne convient pas à ces diplômés ?

mercanti-guérin 24/06/2016 11:14

Oui le financement est un problème mais dans mes disciplines (la gestion), le doctorat en VAE est une catastrophe comme la licence ou le master. Pour le financement, cela m'a obligée à quitter mon boulot. J'ai enseigné et cela m'a permis de rencontrer des enseignants-chercheurs et de comprendre le fonctionnement de l'université. Je pense que pour les sciences dures, le lien entreprise-recherche est plus fécond et que cela change beaucoup de choses.

mixlamalice 23/06/2016 08:14

Oui voila. Quand on travaille depuis 10 ans, 1. on a pas forcément envie de lâcher son boulot pour reprendre une formation initiale 2. la plupart des financements de thèse ont de façon plus ou moins cachée une "limite d'âge" 3. les possibilités autres (je ne sais pas, détachement ou sabbatique, sont probablement possibles dans certaines structures publiques ou semi-publiques, mais pas facilement dans le privé).

Pour l'aspect "grandes écoles" j'ai du mal à voir le lien "direct" entre VAE et GE en fait...

DM 22/06/2016 20:10

Parce que ces gens sont déjà engagés dans la vie active, ont déjà fait, à titre professionnel, des recherches scientifiques [je parle du cas des chercheurs industriels recrutés initialement sans doctorat],ne vont pas repasser 3 ans en statut étudiant (avec baisse de salaire etc.) et (à vérifier) ne sont pas éligibles à la CIFRE?