Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 11:13

Depuis un an, nous avons une nouvelle secrétaire pédagogique, après être restés quasiment un an sans personne. 

L'ancien secrétaire pédagogique n'était pas intrinsèquement incompétent, mais il détestait son travail, l'institution à laquelle il appartenait, les autres administratifs et l'équipe enseignante (en mode "tous des cons"). Sur son bureau on pouvait voir des ouvrages de sociologie avec des titres tels que "la désobéissance au travail", "l'anarchisme dans la vie professionnelle", ce genre de choses. Bref, il ne respirait pas le bien-être et annonçait à peu près la couleur: s'il faisait à peu près les choses (très) simples (poster le courrier ou réserver des salles), il ne fallait rien lui demander de plus compliqué: dans ce cas là au mieux il ne faisait pas, au pire il "sabotait". Le chef d'équipe pédagogique, malgré de nombreuses qualités, n'a pas vraiment celle de bien gérer les ressources humaines récalcitrantes, et donc on était dans une sorte de statu quo pourrissant depuis quelques années.

Bref, le secrétaire a fini par réussir un concours ou une mutation, je ne sais plus trop. On ne peut pas vraiment dire qu'on l'ait regretté. 

Pendant un an, on a donc fonctionné sans personne, ce qui, malgré le peu qu'il faisait, était assez pénible.

Nous étions donc plutôt heureux d'accueillir une nouvelle secrétaire pédagogique. A priori sans expérience du job mais il faut quand même admettre qu'il n'y a en soi rien d'extrêmement compliqué à comprendre. Il faut par contre beaucoup de rigueur, d'organisation, de la réactivité et de l'écoute. Et savoir se servir d'une boîte mail et d'Office.

La nouvelle arrivante, diplôme bac+4, passage dans des lycées en tant que CPE si je me souviens bien, dynamique, fait plutôt bonne impression.

Hélas nous allons vite tous déchanter. Il se trouve que le dynamisme est ici plutôt une forme d'agitation sans but ni résultat concret que l'on peut observer parfois dans une situation de panique extrême. Sauf qu'ici, cet état est permanent.

 

1. Elle s'avère incapable d'écouter. Quand tu lui expliques un truc en fait au bout de 2 minutes c'est elle qui te raconte sa vie. Sur 1h, tu parles 10 minutes, et sur ces 10 minutes, rien n'est imprimé. Elle ne prend jamais de notes non plus. Donc au bout d'un an, elle n'est toujours pas autonome pour régler les questions "basiques", par exemple d'aiguillage des étudiants.

2. Elle est incapable de saisir l'importance d'un calendrier: elle a transmis l'emploi du temps d'une formation aux intervenants extérieurs 2 semaines avant le début de celle-ci alors qu'il lui avait été fourni 3 mois avant. Nous avons perdu au moins 2 intervenants extérieurs, qu'il a fallu remplacer en extrême urgence.

3. Comme tous les procrastineurs elle va faire des choses absolument non urgentes ou très facultatives au détriment des choses pressées: dernièrement, elle nous a imprimé toutes les fiches de présence de telle UE jusqu'à fin février, par exemple. Ou alors, elle se déplace en personne pendant nos cours pour faire émarger plutôt que de nous laisser les feuilles. Ou encore, s'inquiéter que les étudiants n'aient pas trouvé de stage (censé débuter en mars) alors qu'elle n'a toujours pas trouvé le temps de leur envoyer l'emploi du temps annuel de la formation alors que nous sommes mi-novembre.

4. Comme tous les procrastineurs elle est toujours absolument débordée, et passe ainsi beaucoup plus de temps à expliquer pourquoi elle n'a pas encore pu faire telle chose urgente que le temps qui serait nécessaire pour le faire (par exemple, le suivi des absences sur un site web dédié, affaire de 5 minutes par mois, a engendré déjà 3 conversations de 20 minutes sur le manque de temps disponible pour effectuer cette tache, qui hélas, conditionne les reversements du centre de formation d'apprentis). 

5. Elle ne maîtrise absolument pas l'outil informatique: elle n'a toujours pas installée de boîte mail et fonctionne avec le webmail extérieur qui n'a que 50 Mo de capacité. Pour un secrétariat, c'est problématique. Sa messagerie a été déjà saturée 4 ou 5 fois en un an.

6. Il faut tout demander 40 fois, et il faut toujours tout vérifier puisqu'il y a en gros une connerie par action: mails envoyés aux mauvaises personnes, salles réservées le mauvais jour etc. Tout, même le plus simple, lui paraît compliqué. 

 

Mais rassurons-nous, elle a réussi le concours (je préfère ne pas savoir en quoi cela consistait exactement), et est donc désormais fonctionnaire stagiaire. Elle va donc rester avec nous probablement quelques années. Pour l'instant, on ne note aucune amélioration notable. On ne sait pas vraiment non plus ce qu'il est possible de faire (le chef d'équipe a déjà lâché l'affaire), de même qu'on a du mal à expliquer "rationnellement" tant d'incompétence (contrairement au précédent). Pour un autre collègue, il y a une forme de "pathologie" dont le traitement profond ne peut être qu'extrêmement long*. Quoi qu'il en soit, bientôt, elle va devoir s'occuper de nos fiches d'enseignement prévisionnelles: on a peur.

 

 

* j'avais bien rigolé quand le collègue avait souligné (un peu pour plaisanter mais pas entièrement) le rôle social de l'Etat, seul à pouvoir employer toutes ces personnes aussi manifestement inemployables...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Petite Main ESR 26/02/2017 10:27

Bonjour je découvre ce blog et il m'amuse beaucoup!

La tragédie du système des concours chez les administratifs c'est que la façon dont on fait notre boulot n'a que très peu d'influence sur notre carrière. On peut être nul et réussir un concours, et inversement être très efficace au quotidien et rater les concours. Le pire c est que cette injustice finit par décourager les bons aussi. Plus on descend dans les catégories plus c'est vrai parce qu il faut aussi rappeler que les salaires sont très bas. Un IGE qui débute gagne 1 600€ avec bac+5 et en général plusieurs années d expérience, alors vous pouvez imaginer les catégories C.. Heureusement il y a encore des gens qui ont une éthique de travail mais le manque de reconnaissance et le fait de voir des incompétents monter en grade finit par éroder la bonne volonté. Tout le système est a revoir mais je ne sais pas encore pour qui voter pour qu une vraie reforme ait lieu.. Pour moi les syndicats ont aussi leur responsabilité car ils défendent bec et ongles le système des concours qui a du fonctionner a une époque mais qui est complètement dépassé aujourd'hui! Bon courage avec la secrétaire pédagogique!

mixlamalice 26/02/2017 11:45

Bonjour
Je vois effectivement ce que le système a de décourageant pour les administratifs aussi, ainsi que l'aspect salaire pas à négliger. On avait un gestionnaire financier contractuel, excellent en tout point (les chercheurs adoraient travailler avec lui, sa hiérarchie était visiblement très contente de lui). Au moment de le titulariser, on ne lui a proposé qu'un truc merdique, un autre EPST lui a proposé mieux (B vs C j'imagine). Il est parti. Maintenant on a quelqu'un de très mauvais qui ne partira pas sauf si on le refourgue à un autre service.

Gueux 28/12/2016 11:21

Le problème est que la fonction publique ne jure que par le concours. On se retrouve donc souvent avec des "bêtes à concours" que le privé ne voudrait pour rien au monde. Ceci, quel que soit le niveau du poste. Les cas les plus pathologiques que j'ai rencontré sont les DRH, qui en plus sont très bien payés.
Impossible de remettre en question le totem du concours dans la fonction publique, sujet tabou. La solution ? Gardé le concours mais mettre une pondération et/ou des points de bonus pour celles et ceux qui ont de l'expérience dans le privé (plus l'expérience est grande, plus le bonus est important), de sorte que la baitakonkour kinébonekassa n'ai quasiment aucune chance d'être recrutée.

mixlamalice 30/12/2016 09:25

Marrant, je ne la définirais pas comme "bête à concours" a priori mais qui sait? J'avais plutôt l'impression qu'il s'agissait d'un poste "fléché" (ou quelle que soit la dénomination) avec pas beaucoup de concurrence (voire pas du tout).

régis 22/12/2016 10:20

Ca sert à quoi un CPE dans une école d'ingé? Ne me dis pas que vous fichez des heures de colle aux étudiants que la mise au piquet n'a pas suffi à faire marcher droit!

mixlamalice 30/12/2016 08:58

Non, elle n'est arrivée dans l'établissement qu'il y a 2-3 ans, en tant que CDD et à un autre poste RH au départ. Elle n'a été affectée chez nous qu'il y a un peu plus d'un an et a réussi un concours fonctionnaire il y a 6 mois.
Elle a été CPE dans un lycée sur un CDD ou remplacement, aujourd'hui dans l'éducation nationale n'importe quel poste ou presque peut être affecté sur des contrats de ce type...