Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

23 décembre 2005 5 23 /12 /décembre /2005 17:20

J'étais un enfant qui dormait assez peu. Je crois que ça emmerdait mes parents. Non parce qu'ils s'inquiétaient, mais parce qu'être réveillé le dimanche à 6 heures du matin par un môme à 200% de ses moyens, ça finit par lasser même si c'est le sien. Rassurez-vous, ça m'a passé. Je crois que la tendance a tourné après mon opération du pied gauche, opération assez lourde nécessitant 2 mois de béquilles et 6 mois de rééducation (et qu'il a fallu recommencer l'année d'après pour le pied droit) alors que j'étais en CM2. Je crois que c'est là, dans cette période de fatigue intense qui consiste à marcher avec des béquilles, que j'ai compris les vertus du sommeil, de la sieste, du repos. Puis, cette impression m'a été confirmée en classes préparatoires (avec 45 heures de cours par semaine, du lundi au samedi, plus un sacré paquet de boulot à assurer à la maison rien que pour ne pas être complètement largué, on apprend à prendre le repos quand on le peut sans faire la fine bouche). Non, ne partez pas, je vous jure que ça devient intéressant après.

 Bref, je suis devenu un gros dormeur. Le week-end, il n'est pas rare que je fasse des nuits de plus de 10 heures, ou des siestes longue durée (celles où on se réveille dans le pâté pour le reste de la journée, et avec la même haleine fétide que le matin). En vacances, surtout chez mes parents, mon rythme effraierait un animal hibernateur (ce qui me permet d'avoir ensuite de l'énergie à revendre et des besoins de sommeil amplement diminués durant deux bons mois). Cela n'est pas sans présenter des inconvénients. Mon horloge interne me réclame un dû de sommeil que je ne peux lui offrir pendant les périodes d'activité (il faudrait que je me couche à 20 heures, ou alors que j'arrive au boulot à 12). La fatigue s'accumule donc et finit par nuire à mon efficacité si je ne prends pas une petite semaine de repos tous les trois mois.

Mais plus qu'un besoin physiologique, dormir est pour moi une activité agréable, une des jouissances de l'existence, au même titre que lire, manger, faire du foot - ou le regarder- etc. Un bon roupillon, ça se prépare. Il me faut un fond sonore (si possible Rires et Chansons et les sketchs que j'ai entendus 7500 fois, afin qu'ils ne mobilisent pas trop mes facultés intellectuelles), un caleçon bien lâche pour ne pas avoir les bonbons qui collent trop au papier. Il faut que mon torse imberbe de petit puceau prépubère soit nu. Pour m'endormir en toute quiétude, il est quasi indispensable que je puisse lire avant (même très peu). Et paf, après, c'est parti dans les bras de Morphée. A l'époque de mon célibat j'avais coutume de dire que Morphée était ma seule compagne et qu'elle était fidèle, avant qu'un ami plus cultivé que moi m'apprenne que Morphée était UN Dieu. Bien fait pour moi. La culture, c'est comme un parachute: quand on n'en a pas, on s'écrase. Donc, depuis, effectivement, j'écrase au lieu de me la raconter, et j'aime ça. Pour conclure, j'aimerais vous parler de mes rêves mais malheureusement ils s'effacent quasi instantanément de ma mémoire dès le réveil. Pourtant certains sont bien jetés et feraient de bonnes histoires, j'en suis certain. Parfois quelques bribes subsistent suffisamment longtemps pour que je puisse les raconter à ma douce mais c'est très rare. Parfois, une carte d'Australie sur les draps me rappelle que mon rêve était orienté zigounette dans pilou-pilou, mais ça aussi c'est devenu plus rare depuis qu'une vraie fille a bien voulu partager ma vie au point de remplacer pour certaines activités ma main droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires