Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 12:02

Plus de téléphone. Chargeur oublié chez mes parents, batterie vidée. Non pas que je sois un cellphone addict, mais je ne dispose pas de fixe. Affolée, ma mère me l'envoie par Chronopost. Grave erreur. Une semaine plus tard, pas de colis, pas de nouvelles. Après 27 minutes au téléphone, on apprend que le colis est en stock, que la porte de l'immeuble était fermée, et que donc le livreur, au lieu de sonner astucieusement chez la gardienne, est directement reparti. Bref, instruction donnée de laisser le colis à la dite gardienne en cas d'absence, et après avoir communiqué le code d'accès de l'immeuble, je le reçois ce matin. Il était arrivé hier, mais la gardienne était malheureusement absente, aussi bien le matin quand je suis parti travailler, que le soir quand je suis rentré.

Je prends le bus. Les gens m'énervent, dans le bus. Spécialement, ceux qui ne descendent pas mais bloquent la sortie en te regardant d'un oeil bovin: comme si bouger leurs gros culs celluliteux pour sortir du bus, laisser passer les gens, puis remonter, était un effort trop intense. Et l'inverse, à savoir les petites vieilles qui, 5 minutes avant l'arrêt, te demandent si tu descends. Non mamie, je descends pas et je vais faire exprès de te bloquer pour que tu restes coincée dans le bus. Allez, mamie, déstresse, l'arrêt est dans trois kilomètres, j'ai le temps de me pousser, tu le rateras pas.

Arrivée au boulot. Entrée bloquée pour cause de travaux. Obligé de faire tout le tour du bâtiment. Avec le responsable qui me l'explique de vive voix, au cas où je ne comprendrais pas ce que signifient ces barrières rouges et blanches qui m'interdisent l'accès.

Malheureusement, mon téléphone semble cassé, le chargeur ne charge rien. Le drame. Il va encore ma falloir débourser 100 euros pour un téléphone-baladeur mp3-appareil photo numérique. Comme bêtement, j'ai tendance à utiliser mon baladeur mp3 pour écouter mes mp3, et mon appareil photo numérique pour prendre mes photos, je préfèrerais payer moins cher et avoir un téléphone qui ne fasse que téléphoner, mais ça n'existe plus. Je vais avoir la joie d'entendre un vendeur fan qui me comparera les mérites du dernier sony oneagain trop stylé, et essayer de lui expliquer que je veux le tout pourri là, qui est le moins cher.

Ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle de la journée. Premier mail: 9h30. Group meeting lundi pour discuter des travaux respectifs de l'équipe. Deuxième mail: 9h45. Réunion enseignement demain pour harmoniser les notes du premier semestre. Troisième mail: 10h. Réunion enseignement vendredi matin pour le second semestre. Eh oui, j'ai changé d'enseignements entre le premier et le second semestre... Quatrième mail, 10h02. Réunion de rentrée de l'organisme qui gère les dits enseignements, toute la journée, vendredi. Quatre réunions en trois jours. On aime bien ça, en France, les réunions: on s'appelle, on déjeune et on en reparle. Ca ne fait rien avancer, mais ça donne l'impression d'être important. Bon, j'exagère mais ma semaine est un peu bouffée, en l'occurence. J'envoie un mail pour dire que je ne pourrai assister à la quatrième réunion, vu que la troisième est en même temps et que l'ubiquité ne fait pas encore partie de mes talents.

J'appelle ensuite le service après-vente de la boîte censée réparer la balance de précision que je leur ai envoyée il y a trois semaines et dont je n'ai depuis aucune nouvelle. A priori, la réparation est simple: un joint s'est décollé. Je l'avais recollé moi-même mais m'étais fait engueuler par le labo: elle était encore sous garantie, je devais l'envoyer en réparation. Premier coup de fil inutile car je n'avais que le numéro de commande sous les yeux, et pas le numéro de facture. La standardiste ne pouvait retrouver mon dossier. Deuxième coup de fil après réunion de tous les papiers nécessaires: on m'apprend que le technicien est en train d'examiner la machine, qu'on me recontactera la semaine prochaine pour me donner un délai approximatif de réparation. Top efficacité. Un mois d'examen pour repérer le joint décollé. Faudra-t-il un mois pour le recoller?

Bref, bonne matinée. Je suis bien remonté pour cet après-midi, là.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires