Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 16:13
Il ne s'agit pas ici de rendre hommage a une tres belle catégorie cinématographique. Michel Galabru, vieux de la vieille s'il en est, l'a déja fait joliment et récemment lors de la cérémonie des Moliere, manifestation ou la génération présente est plutot habituellement portée sur un tripotage mutuel des egos assez exhibitionniste: "Je voudrais remercier les mauvais textes qui m'ont permis, souvent, de vivre. [Quand les huissiers frappaient a ma porte, quand il fallait nourrir mes enfants] Ah, qu'un bon navet me faisait plaisir...".
Et encore, il n'évoque pas le plaisir presque malsain que le spectateur peut éprouver au visionnage d'un bon vieux nanard (Kickboxer, c'est pas du lourd? Ou Piege en haute mer?).

Je voulais donc plutot ici adresser un hommage vibrant a Bernard Mendy, le "footballeur" du PSG (notez les guillemets, des fois qu'on me fasse une remarque sur la validité des termes employés).

Bernard Mendy, dit Nanard par moi-meme, est un ancien "espoir" (bis) du foot francais, quand il évoluait a Caen. Signé au PSG a 20 ans, il a connu deux années difficiles, comme beaucoup d'autres bons joueurs signés par ce club et devenus instantanément nuls a chier (notez qu'on retrouve aussi ce phénomene a Marseille). Contrairement a la plupart, il a réussi a ressortir du trou et a "exploser" (ter) en 2004: élu meilleur latéral de L1 (ca vaut ce que ca vaut, mais c'est mieux que rien), il est appelé en équipe de France et devient célebre pour son grand pont sur Roberto Carlos. 

Et la, c'est le drame. 
Il joue blessé, devient mauvais, perd sa place au profit de joueurs franchement pas tres incisifs (le dernier en date étant Ceara, qui a tout de meme coute 3 buts a son club lors de ses 5 premiers matchs), finit par etre pris en grippe par le Parc, etc. 
Point culminant de cette deuxieme carriere: le ballon de plomb 2006 lui est decerné. Ce trophée, dont le nom pour ceux qui ne connaissent rien au foot est un hommage a la récompense individuelle supreme de ce sport, i.e. le ballon d'or, a éte crée en 2003 par les Cahiers du football et récompense le "plus mauvais" joueur de L1.

Voici les commentaires plutot rigolos, avouons-le, justifiant sa nomination:
«Unique nominé à avoir été sélectionné à trois reprises en quatre ans d'existence du trophée, Mendy incarne depuis un bon bout de temps, à tort ou à raison, cette plaie des temps modernes : le sprinteur fou, techniquement sous-développé.
Comment définir Bernard Mendy? Disons qu'il serait un cauchemar pour un concepteur de baby-foot tant il évolue longitudinalement et jamais latéralement incarnant jusqu'à la caricature l'horrible concept de «l'homme de couloir», lequel couloir se résume pour lui à une bande de gazon d'un mètre de large pour 90 de long aux extrémités de laquelle il alterne les centres dans les tribunes et les tacles condamnés par la Sécurité sociale.
«Il est indéniable que, des trois critères clés retenus pour le Ballon de Plomb - nullité intrinsèque, choix de carrière ridicule et attitude personnelle déplorable - il en est au moins un que Mendy ne remplit pas : celui du comportement détestable. En cela, il se distingue de ses trois prédécesseurs. Pedretti avait dû une bonne partie de sa victoire à une confiance en soi que de nombreux votants avaient assimilée à une arrogance grotesque. Fiorèse, avant lui, personnifiait au mieux la figure haïe du footeux simulateur et hypocrite. Quant à Llacer, il revendiquait avec fierté son rôle de sécateur. Rien de tel chez le bon Bernard qui, dans le tumulte nauséeux propre au PSG, tache généralement de garder profil bas».

L'article souligne a raison le bon comportement de Bernard Mendy. Et c'est cette "force mentale" qui m'impressionne chez lui. Sifflé par ses propres supporteurs, ce qui est doit etre tout de meme difficile a vivre surtout quand on n'est pas un mercenaire (Nanard est au PSG depuis 7 ans), il n'a craqué qu'une seule fois, faisant un bras d'honneur a la foule lors d'un remplacement en 2006.
C'est aussi un joueur que le PSG semble un peu mépriser, cherchant a le vendre toutes les saisons, puis lui foutant dans les pattes un "concurrent" bénéficiant lui de la confiance du coach. Chaque fois Nanard a fermé sa gueule et a fini par reprendre sa place, s'avérant finalement moins naze que celui qui lui avait pris la place.
Il a également eu les burnes de (bien) tirer le penalty qui a offert au PSG la Coupe de la Ligue cette annee. S'il l'avait raté, il aurait probablement du émigrer au Qatar. Il a aussi marqué un but ultra important contre Toulouse ce samedi, et a délivré une passe décisive lors du dernier match. Nanard est l'un des rares du PSG (avec un autre joueur mal-aimé, Rohten) a flotter un poil au-dessus de l'océan de médiocrité dans lequel cette équipe se noie depuis six mois.

Bref, je trouve que Nanard, par certains cotes ressemble a Christophe Dugarry: un joueur qui a eu le malheur d'etre surcote a un moment de sa carriere, finissant, effet boule de neige, par etre pris en grippe par tous les spectateurs de tous les terrains de France. Un joueur pourtant pas aussi nul que ca, et en tout cas doté d'une grande force de caractere. 
Go Nanard. 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

ChTom 04/03/2009 23:02

Et alors que tous les fans du PSG pensaient déjà au triplé, Rodez leur apprend que la différence entre le douzième de National et le deuxième de Ligue 1, c'est un Makélélé et un Sésségnon... plus ou moins un Bernard Mendy.

mixlamalice 05/03/2009 01:36


Ouaip mais en même temps, comme ce même 2eme de L1 met 5-1 en deux matchs au 6eme de Bundesliga, je crois qu'il faut juste conclure qu'on a vraiment un championnat National de ouf.


mixlamalice 10/05/2008 19:16

Et Nanard qui est forfait sur blessure contre Saint-Etienne. Ca sent pas bon, tout ca.