Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 19:55
Chose promise chose due, quelques réflexions qui me sont venues pendant la conférence.
Pour ceux qui n'ont pas la chance de connaitre, disons qu'il y a deux types de conférences: les énormes, type celles organisées par la société américaine de physique, réunissant 3000 physiciens allant du nanocéramiste a l'astrophysicien. On se croirait au palais des expos de Versailles pendant un salon du livre, autant dire qu'il faut avoir planifié ce qu'on veut voir et autant dire que, quand on est étudiant et qu'on veut se placer, il faut etre un bon vendeur pour arriver a quelque chose, car on n'est loin d'etre seul dans la meme situation.
La deuxieme sorte est a taille plus humaine et avec un theme plus restreint. Ces conférences la réunissent souvent les grands pontes du domaine qui profitent de l'occasion pour se revoir, et le risque peut etre qu' ils passent leur temps a se sucer entre eux ou a se remémorer le bon vieux temps de leur publication commune en 1972 ou de la blague de De Gennes a Pincus a propos de la marche aléatoire de l'ivrogne, amenant ainsi, au bout du compte, les memes tourments pour l'étudiant admiratif mais timide qui aimerait aller leur dire tout le bien qu'il pense d'eux et si des fois m'sieurs dames vous aviez un poste pour moi...
La conférence ou je suis, appartenant a la deuxieme catégorie, est justement faite pour essayer d'éviter au maximum cet écueil: les sessions poster réservées majoritairement aux étudiants sont planifiées au milieu de la journée, les sessions orales laissent du temps pour poser moult questions, les gens sont logés sur place et pas a l'hotel, la période estivale décontracte un peu tout le monde, la picole est pas chere, il y a des activités communes possibles en début d'apres midi etc. Je ne dirais pas que ça marche a 100% (je vais en donner un exemple plus bas), mais meme un jeune coincé a l'éducation bourgeoise comme moi, qui a toujours un peu de réticence a aller emmerder un inconnu fut-ce pour le complimenter bassement, a réussi a discuter avec des gens balezes qu'il m'aurait été difficile d'aborder voire de rencontrer autrement.

Ceci étant dit, voici les points dont je souhaitais vous causer:
- le look. Je dois dire qu'il y a un nombre certain de chercheurs qui ont la classe innée. Je vous avais déja parlé du pantalon velours et de la chemise a carreaux rentrée dans le pantalon et fermée jusqu'en haut. Oui, mais la c'est l'été. Alors on remplace le pantalon velours par un bermuda ou un short en jean serré tendance hard-rock années 80. La chemise a carreaux est toujours la, mais elle est en tissu plus léger et a manche courtes: elle est cependant toujours bien rentrée dans le bermuda et boutonnée jusqu'en haut (variante: le polo). Aux pieds, plusieurs tendances se dégagent: les tennis blanches avec les chaussettes blanches également et remontées jusqu'au genou. Les "sandales de marche" a l'allemande (sans chaussettes quand meme). Les especes de sabots en plastique fluo avec des trous sur le dessus (tres a la mode aux US et pas que chez les chercheurs) dont j'ignore le nom exact.
Les femmes chercheurs sont généralement plus classes, ma misogynie dut-elle en souffrir, ce qui m'amene a mon point suivant (n'ayant pas grand chose a voir avec la science).
- Je tenais il y a peu encore le discours suivant (probablement misogyne lui aussi): passé 40-45 ans, une femme cesse d'etre désirable sexuellement parlant pour un homme jeune. Elle peut rester belle, mais un homme de moins de 30 ans quelconque ne ressent plus en la regardant l'instinct animal de possession virile qu'il éprouve pour une femme jeune (et jolie aussi, c'est quand meme un facteur important dans la démonstration). Au contraire, l'homme atteint une maturité, une plénitude, plus tardive qui peuvent éventuellement le rendre sexuellement irrésistible jusqu'a un age avancé (certes il faut que le matériau de départ soit pas mal, mais dans certains cas, typiquement Georges Clooney, le vieillissement a plutot tendance a améliorer la chose, pour ceux qui se souviennent de la gueule qu'il avait dans les années 80: l'amélioration de la beauté apres 40 ans chez une femme, c'est du jamais vu. A la limite ça peut rester a peu pres constant si le chirurgien est excellent comme avec Sharon Stone, mais c'est tout ce que l'on peut faire). Un nombre non négligeable de femmes jeunes se damneraient pour fourrer le susmentionné Georges Clooney (47 ans), Brad Pitt (45 ans), Johnny Depp (45 itou) voire Sean Connery (78 ans, bon la il croule un peu mais il y a moins de 10 ans, Zeta Jones, qui est certes un peu gérontophile sur les bords, avait admis publiquement qu'elle en aurait bien fait son quatre heures si elle n'avait été mariée).
Bon, bref, je ne me dédouane pas, mais je suppose que je vieillis un peu -effectivement les 30 ans ne sont plus si loin- puisque je commence a me dire que certains femmes "mures" sont attirantes (la chairman de la conférence par exemple). Certes, je préfere toujours regarder les jambettes des thésardes (une petite tcheque et une asiatique étaient plutot a mon gout), et j'imagine que ces dames devaient etre bien plus désirables dans leur prime jeunesse. Mais quoi qu'il en soit, je serais probablement plus pondéré dans mon argumentaire, a l'avenir.
Message personnel: si mon aimée lit ceci, pardon ma poupougne. Tu sais que ceci n'est qu'une vue de l'esprit (et un peu des yeux quand meme, ok) relevant de la pure recherche scientifique, et que tu restes la plus belle et l'Unique.
- Revenons a la conférence: avec la maitre de conf' de mon ancien labo, nous nous sommes interrogés a de nombreuses reprises. Sommes nous vraiment scientifiques? Pourquoi cette interrogation? Eh bien lorsque la session est terminée (ou plus généralement lorsque la journée de boulot est finie), j'aime bien penser a autre chose. J'aime bien parler de sport, de cinéma, de littérature, de musique, et meme, oui meme, je prefere usuellement parler de politique plutot que de boulot. Bon, je ne dis pas que ça ne m'arrive jamais apres une journée difficile ou si un probleme me perturbe, mais ça reste exceptionnel. Nous avons constaté ici que la plupart n'arretent jamais. Au déjeuner, au diner, et meme le soir au bar apres avoir pourtant bouffé de la science pendant 10 heures.
Et puis il y a parler boulot et parler boulot: attention, la ils ne parlent pas de leurs collegues, de leur vie de bureau ou de ce genre de considérations générales. Non, ils parlent bel et bien de polymeres, de physique fondamentale, de forces de Van der Waals et de couches adsorbées. Ca m'épuise rien que de les écouter.
- Je vous disais plus haut que la plupart des conférenciers jouaient le jeu et discutaient volontiers avec les jeunes. Il y a tout de meme eu quelques exceptions a la regle. Deux trois théoriciens issus d'Harvard notamment. Ils ne semblaient pourtant pas nécessairement totalement dénués d'humour. Bon, un humour de physicien, certes, mais tout de meme (pour la définition de l"'humour de physicien",voir PPS). Cependant, ils ont séché la plupart des sessions posters, ont passé quasi tout leur temps entre eux. Plus grave a mon sens, leur fatuité consistant a mépriser ouvertement les speakers plus jeunes et pas issus du sérail Harvard, MIT ou a la rigueur Stanford: je pense particulierement a ce jeune prof grec qui apres son speech, s'est fait déboiter en bonne et due forme. Le premier théoricien a émis un commentaire sous-entendant que le grec ne comprenait rien a rien, le deuxieme théoricien a posé une question sans regarder le conférencier un seul instant, puis n'a absolument pas écouté la réponse, occupé qu'il était a discuter avec le troisieme théoricien, qui a lui pris la parole pour expliquer que la façon dont le grec avait exprimé ses données était tout a fait dénuée de pertinence.
La science est un monde d'ego, surtout chez les théoriciens (d'autant plus qu'ils ont des approches différentes), mais parfois, c'est un brin too much a mon gout.
- A part ça, mon ancienne directrice de stage a l'époque du défunt DEA, présente a Newport, semble intéressée par mon éventuelle candidature a un tout aussi éventuel poste de maitre de conférences dans son laboratoire a Orsay. Tout cela reste tres aléatoire, mais c'est toujours agréable de se sentir désiré, fut-ce uniquement professionnellement parlant.

Si vous souhaitez apprécier un peu mieux l'ambiance des congres d'universitaires, commencez illico la lecture de "Un tout petit monde" de David Lodge. Ca se passe il me semble dans les années 80 et dans le milieu des lettres, mais on sent que c'est du vécu et je peux vous assurer que les choses ont peu changé depuis.
Quant a moi, un petit coup de "Pnin" et au dodo...


PS:
En tout cas, Newport est vraiment chouette, un croisement entre la Bretagne pour les paysages, et le Cap d'Antibes pour la grande quantité de pognon qu'on sent chez les locaux (sans pour autant l'aspect trou de balle vulgaire de Saint-Trop'). J'avais une fois de plus été médisant en craignant le coté kitsch de l'architecture, qui a apparemment été réservé a l'intérieur des maisons.
PPS:
Un fermier trouve que ses poules ne pondent pas assez. Il demande donc a un physicien de travailler au probleme. Le physicien s'enferme pendant deux semaines avec un crayon et un cahier. Il finit par ressortir et déclare au fermier. "Ca y est j'ai une solution a votre probleme. Mais elle n'est valable que pour des poules sphériques dans le vide".
Si cette blagounette ne vous fait pas rire, ou si vous ne la comprenez pas, vous n'etes probablement pas sensible a l'"humour de physicien" que j'évoque plus haut.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires