Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 15:54

L'Amérique, c'est sympa. La prof de bio avec laquelle je collabore vient de voir l'une de ses principales subvensions supprimée. Conséquence immédiate: la technicienne qu'elle emploie se barre dans un autre labo, le thésard qui était sur le point de terminer a intéret a se bouger le fion, et la thésarde qui venait de terminer sa premiere année va surement devoir aller voir ailleurs.
En ce qui nous concerne, les dommages sont plutot collatéraux: les manipes que la technicienne nous faisait, il va falloir les apprendre, et le matos qu'on employait (boites de pétri, pipettes pasteur...), il va falloir l'acheter: quelques milliers de dollars par an en plus dans le budget de mon boss, rien de bien grave.

Voila, le darwinisme social, tres en vogue ici, s'applique aussi aux sciences: tu n'es pas bon, ou pas assez bon, tu creves comme une merde. Id est, tu n'as plus de financements, tu peux mettre la clef sous la porte et aller vendre des frites (plus prosaïquement, puisque, contrairement aux idées reçues, ils ont ici aussi des postes a vie une fois le cap de la tenure passée vers 32-35 ans, on se contentera de vous reprendre vos salles de manipes et en contrepartie de vous refiler les taches administratives et d'enseignement). A vrai dire pourquoi pas, sauf que quand ça arrive en milieu de carriere, vers la cinquantaine, et que ça n'est pas un choix (les virages enseignement-administration-recherche peuvent ici etre faits de maniere beaucoup plus flexible que chez nous, ou, grosso modo, on demande de tout faire tout le temps sans laisser le choix), j'imagine que ça fout un coup au moral. Et puis, les dérives existent et ont été (d)énoncées par un article récent de The Scientist, un journal scientifique américain (probablement "de gauche" car ici aussi les scientifiques sont majoritairement "de gauche", mais connaissant les standards américains, probablement assez éloigné du courant anti-capitaliste): notamment, ces coupes budgétaires affectent non seulement les nullos ou ceux qui se laissent aller, mais aussi de plus en plus des chercheurs pas plus mauvais que les autres, confirmés, mais ayant moins de capacités a "vendre" leurs projets (c'est a dire sucer des bites et rédiger 15 pages de pipot pour expliquer aux commissions de la NSF ou autres a quel point ce qu'on fait est génial), ou alors travaillant sur des sujets moins a la mode (typiquement, le boss de ma douce bossant sur les bactéries potentiellement utilisables en tant qu'armes biologiques, il vient de toucher un pactole de 80 millions de dollars, merci l'armée. Il aurait probablement eu un peu plus de mal s'il était intéressé aux bactéries potentiellement utisables en tant que nouveaux insecticides non-polluants, et beaucoup plus de mal s'il s'était intéressé aux bactéries dont on ne sait pas a quoi elle servent mais que ça pourrait etre bien de comprendre quand meme).

Cela dit, chez nous, ce n'est pas mieux. Le plan campus, censé donner un peu de pognon a une dizaine de campus (il faut progresser dans le classement de Shangaï, a peu pres aussi légitime que le classement des 50 meilleurs restos du monde, quelle vision ambitieuse de la recherche pour notre gouvernement) était plutot une bonne nouvelle. Encore que, selon les sources, on oscille entre 5 milliards et les intérets perçus sur les 5 milliards obtenus par la privatisation d'EDF (donc plutot quelques centaines de millions), ce qui n'est pas pareil. Enfin, c'était toujours mieux que rien. 
Les mauvais esprits diront que cela créera un systeme a deux vitesses, cela dit 80 universités sur le territoire, c'est sans doute un peu trop: que ce soit pour les étudiants ou les chercheurs (encore faut-il qu'ils en aient les moyens), il est sans doute plus intéressant de faire deux cents bornes pour aller dans une université correcte plutot que d'aller s'enterrer dans la fac de Trifouillis sur Marne.
Quoi qu'il en soit cette "bonne" nouvelle vient d'etre contrebalancée par l'annonce de la suppression de 900 postes (0.5% des effectifs) dans l'enseignement supérieur et la recherche pour l'année a venir. L'an dernier, dans mon domaine (faisant plutot partie des themes scientifiques en vogue), il y avait 6 postes ouverts au CNRS sur toute la France, ça faisait déja rever. Ca va etre de mieux en mieux.

Et puis bon, juste pour continuer a maugréer,l'article relatant cette décision est resté une heure en une sur lemonde.fr, avant d'etre relegué en 5eme position de la page sciences, et a recueilli une vingtaine de réactions en 24h (un bon nombre se félicitant de la disparition de quelques salauds de fonctionnaires de plus, certaines allant meme jusqu'a parler de ces feignants de profs, confondant visiblement enseignement secondaire et supérieur, mais bon on n'est plus a ça pres).
Pendant ce temps la, un point de vue affligeant de BHL (qui devait trouver qu'on ne parlait plus beaucoup de lui depuis son "opposition" virulente a Sarkozy, type oui je vais faire du ski avec lui a Courcheuve, mais c'est pas pour autant que je suis d'accord avec certains de ses points de vue) sur une affaire majeure secouant la France entiere depuis une semaine (le dessinateur Siné, de Charlie Hebdo, est-il antisémite?) a suscité 230 réactions, preuve que mes con-citoyens ont une conscience politique extremement développée et qu'ils savent discerner les sujets d'importance. Alors bon, tant que j'y suis, puisque moi aussi j'ai un avis pertinent sur la question, ma réponse est que, antisémite, Siné l'est peut-etre, mais que ce n'est pas avec l'article incriminé, je cite: "Jean Sarkozy vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit!", qu'on peut vraiment en conclure. Certes, je peux comprendre que 5000 ans de persécutions plus ou moins violentes (plutot plus que moins d'ailleurs) puissent amener une certaine paranoïa. Toutefois, je trouve que le politiquement correct, oeuvre des bien-pensants de tous poils et de toutes religions, poussé a ce point est vraiment l'un des symboles actuels les plus puissants de ce que la connerie humaine peut engendrer de pire. Car, merde, d'un point de vue sémantique, que dit-il, ce monsieur? Que la future probable conversion de Jean Sarkozy au judaïsme semble avant tout guidée par un arrivisme aussi débordant que celui de son pere. Vrai ou faux, c'est un point de vue (qui se défend) et il me semble que c'est le seul exposé ici, le judaïsme n'ayant en soi, dans le cas présent, pas grand chose a voir avec la choucroute. Ceux qui reprochent a Siné d'assimiler les juifs aux possédants, dans la veine de l'antisémitisme européen du 19eme, marchent franchement a coté de leurs pompes: c'est peut etre vrai mais comment en juger par ce simple extrait? Dans le cas présent, la fille Darty est-elle oui ou non, juive et riche héritiere? Apparemment Siné est juste un vieil anar qui n'aime pas trop les religions et leurs pratiquants (il y a quelques semaines il avait écrit vouloir botter le cul des femmes en tchador de son quartier, ce qui était passé totalement inaperçu), et son boss (Philippe Val, que je ne connais pas plus mais qui lui aussi fait couler beaucoup d'encre pour d'autres raisons), cherchant un moyen de le virer a peu de frais, a sauté sur l'occasion. 

Ce débat passionnant avec moi-meme étant maintenant clos, et pour montrer que je ne suis pas le seul rebelle a dénoncer cette société de merde, je vous recommande d'aller voir Wall-E, le nouveau Disney pour les moins de 10 ans. Eh oui, quelle n'a pas été ma surprise d'y voir, dans un futur proche, une Terre devenue décharge géante par la surconsommation. D'y voir qu'une seule multinationale a fini par absorber toutes les autres entreprises. D'y voir des humains survivant dans un vaisseau spatial, "mall" géant, devenus obeses, quasi-incapables de marcher, bouffant toute la journée et communiquant par caméras interposées meme lorsqu'ils se font face. Bref, m'a-t-il semblé, une critique assez féroce du monde actuel et plus particulierement de la société américaine qu'on n'avait plus vu depuis Robocop, c'est dire. Ce qui me surprend, c'est que ce point n'a pas du tout été évoqué dans les critiques ricaines que j'ai pu lire, qui parlaient toutes uniquement du graphisme et de l'histoire du petit robot zolis tout plein. Et qu'apparemment le public n'a pas semblé réagir plus que ça non plus (typiquement, si j'avais été un gros porc avec mon kilo de pop corn et mon litre de coca vautré dans mon fauteuil, je me serais senti visé). Mais moi, je suis un petit français vachement malin et c'est pas parce que je vais voir un dessin animé que je débranche mon cerveau. Ils sont forts ces français. Et j'attends de voir ce qu'en diront nos critiques a nous, propres habituellement a s'extasier sur les prises de position tranchées du cinéma hollywoodien.

A part ça, j'ai raté la tempête du siecle dans ma petite ville, vents a 140 kms/h, pluie diluvienne, coupures d'électricité, chutes d'arbres et tout le tintouin. Juste a coté de mon logement, je croyais lundi que le proprio avait fait un sacré boulot de jardinage mais en fait non, ce sont juste trois bons gros arbres qui se sont cassés la gueule... Décidément le Massachusetts me plait de plus en plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 30/07/2008 17:06

Tiens, a propos de Wall-E, une illustration typique du "parisianisme" dans ce qu'il a de plus énervant: http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=123734.htmlCe film "pour enfants" fait une jolie unanimité critique professionnelles (de la part des journaux "intellos" comme des "populaires") et spectateurs. C'est, sans doute, la preuve que c'est pas mal. On n'est pas obligé de crier au génie non plus, mais de la a lui mettre 0 étoiles et a dénoncer l'hypocrisie du film et sa mievrerie, il y a un pas que seul un critique de Télérama, que j'imagine avec une meche et des lunettes carrées, pouvait franchir. Ce petit coté seul contre tous "ah vraiment tous des moutons, heureusement que moi on me la fait pas".