Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 17:15
Au lieu de bêtement bosser sur mon talk au group meeting de demain ou encore sur les trois auditions des deux prochaines semaines, je vais plutôt disserter oiseusement (pour vous, mais avec plaisir, pour moi) sur un documentaire que j'ai vu récemment.

Ca s'appelle Anvil! (The story of Anvil), ça explique le jeu de mots pourri du titre de cet article, et ça traite, comme son nom l'indique aux plus anglophones d'entre nous, de l'histoire d'Anvil. Anvil, groupe de trash métal canadien, dont les lecteurs les plus férus de Hard Rock Magazine âgés de 30 ans et plus ont peut-être vaguement entendu parler au détour d'une brêve de 2 lignes et demi.

Petit résumé: Anvil est formé à la fin des années 70 par deux lycéens, Steve "Lips" Kudlow chanteur-guitariste, et, assez ironiquement, Robb Reiner à la batterie. Oui, l'homonyme de Rob Reiner, réalisateur du culte Spinäl Tap, faux documentaire (mockumentary, comme ils disent ici) sur un groupe de métal à succès en tournée dans les années 80*.
Le groupe a eu son quart d'heure de gloire au début des années 80, assurant quelques premières parties de grands groupes et étant convié à quelques gros festivals, mais un peu trop en avance sur leur temps, trash avant le trash, pas très bien produit ou conseillé, il a été rapidement eclipsé par les succès de Metallica, Megadeth, Slayer et autres Anthrax, qu'il a d'ailleurs influencé. Anvil garde un certain succès d'estime auprès des fans ultimes du genre, mais...
A 50 piges, les deux compères ont toujours les cheveux longs, Anvil existe toujours mais donne des concerts devant des salles de 42 personnes dont 38 alcooliques endormis, et dans la journée le chanteur est manutentionnaire dans une entreprise alimentaire.
Jusque là rien de bien inhabituel, après tout des groupes qui ont failli percer et qui ont pas pour cause de faute à pas de chance, mais qui continuent à jouer pour se faire plaisir 20 ans plus tard, ça doit se trouver.

Mais le documentaire devient à la fois drôle et émouvant, car le chanteur, grand gamin de 16 ans dans un corps de 50, continue à rêver (pour nous) ou à croire fermement (pour lui) que le groupe va exploser et qu'ils vont devenir des rockstars. Et l'amitié indéfectible que lui porte Reiner, pourtant plus blasé, le pousse à le suivre envers et contre tout: dans une tournée improbable en Europe de l'Est concoctée par une manager elle aussi improbable, pour recontacter le producteur qui les a fait percer en 83 devenu star du milieu, etc.
Ca peut sembler un peu pathétique et ça l'est par moment, mais c'est aussi assez poignant, voire revigorant: voir un mec continuer à croire en son rêve malgré les aléas de la vie, là où 99.99% des gens auraient renoncé depuis 20 ans, et par son énergie et son indéfectible optimisme presque réussir à nous faire croire que ce n'est pas complètement impossible, je dois avouer que ça fait du bien au blasé dans un monde de blasés que je suis.  

Bref, c'est un documentaire que je vous encourage à aller voir (s'il sort en France: il a du passer dans 15 salles dans tous les Etats-Unis...), même si vous n'avez aucune affinité particulière pour le monde du métal, le côté métal étant ici finalement assez anecdotique. La preuve, Priscilla, plutôt fan de Raphaël et de Mano Solo, que j'avais traînée là, fut bouleversée (et chialer devant un hardos de 50 piges qui commence à perdre ses cheveux et qui porte du cuir, ça a pas du lui arriver souvent).

Un petit mot pour conclure: quand je disais que le fait qu'Anvil soit un groupe de métal n'avait que peu d'importance, ce n'est pas tout à fait juste. Pour la portée générale du message, c'est effectivement un fait mineur. Toutefois, il me semble que le fait qu'un groupe de musique ait cette histoire est profondément liée au genre heavy-metal: c'est le seul genre musical dont ceux qui le pratiquent ou l'écoutent sont des passionnés, et qui porte en lui par essence le rêve de la rockstar.
Les vrais amateurs, auditeurs ou musiciens, de heavy sont un peu comme les fanas de jazz, de blues ou de classique: des gens qui ont des connaissances encyclopédiques sur le sujet, des élitistes aux goûts souvent plus ou moins volontairement obscurs, et fidèles au style leur vie durant (il s'est déjà passé presque 15 ans entre mon premier et mon dernier concert de Maiden et je n'ai pas encore 30 ans). Cela dit, je ne crois pas que les musiciens jazz ou classique entretiennent l'espoir de devenir des stars, de remplir les stades et de fourrer de la groupie à tour de bras. Ils restent généralement plus mesurés dans leurs rêves: avoir un public plus large que leur cercle intime, et pour les plus extravagants d'entre eux, vivoter de leur musique.
Ceux qui ont des objectifs de carrière plus grandioses donnent plutôt dans la pop, le rock FM ou le rap, mais là, on remarquera que les groupes en question ont rarement des carrières très longues, et que le public amateur est plus versatile, comme la mode. Désolé pour les fans (et pis je peux me tromper), mais je ne suis pas sûr que si Coldplay n'avait pas percé, leur authenticité  les aurait poussés à jouer dans des clubs devant 30 personnes pendant 20 ans tout en continuant à harceler les maisons de disque...
Bref, c'est grâce, ou à cause de cette combinaison assez rare de "musique pour élite passionnée" et de "succès commercial potentiel" propre au heavy-metal qu'à pu naître l'histoire triste et néanmoins rafraîchissante d'Anvil.



* C'était censé être caricatural et se moquer gentiment des excès du genre à cette époque, sexe, drogue, rock'n'roll, permanentes, chaînes et pantalons moule-burnes, mais les vrais groupes étaient eux-mêmes tellement clichés que beaucoup ont cru que le faux groupe décrit existait réellement et que le film était un vrai documentaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 02/02/2010 16:31


Il semble que le film soit enfin sorti en France:
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2010/02/02/anvil-the-story-of-anvil-le-heavy-metal-ressource-insoupconnable-de-drolerie-et-de-melancolie_1300105_3476.html

Je vous le conseille, enfin, aux parisiens en tout cas (pas convaincu qu'il passe ailleurs, malheureusement).


mixlamalice 27/06/2009 19:20

Le documentaire, contre toute attente, est peut-être en train de donner une deuxième jeunesse à Anvil, qui sera en première partie du concert d'ACDC au Gillette Stadium de Boston le mois prochain. Espérons pour eux que cela ne sera pas qu'un feu de paille.

Ch'Tom 08/05/2009 01:41

Sinon sur le reste, mon intime conviction me dit que tu te plantes. Des jazzmen, rasta et autres zikos de tous horizons qui tournent ad vitam dans des bars, ça se trouve... Par contre je suis d'accord qu'il n't a que les métalleux qui ont les couilles de se mettre en peau de bête. En 2009.Il suffit de voir que les 4 écluses, à Dunkerque, te case un bluesman américain une semaine sur deux à peu près. A Dunkerque.  Alors je ne sais pas si Dunkerque c'est zeplacetobi sur la planète blues, mais dans le tas il doit y en avoir plus qui relancent leur carrière pour la quarantième fois que des stars mondiales venu saluer un public que la 3 Mont a rendu... exigeant ? Non franchement, arrête de croire que cette musique a un truc de spécial. En dehors du ridicule plus ou moins assumé je veux dire...  Dans tous les cas je parlerai au fondateur de 666 production pour voir s'il peut faire un truc pour lancer Anvil en france.

mixlamalice 08/05/2009 01:55


Ben j'ai jamais dit que certains jazzmen, bluesmen et reggaemen tournaient pas pendant 30 ans dans les bars miteux (au contraire), par contre y en a pas beaucoup dans le tas qui ont
l'espoir (et qui l'ont eu un jour) de vendre des millions d'albums et de remplir les stades. Enfin il me semble. Après, peut-être que certains ont un jour rempli 500 places et qu'ils arrivaient à
vaguement vivre de leur musique, mais bon, à la base je parlais vraiment de "rockstars", et je connais pas beaucoup de jazzmen qui remplissent le Stade de France (sauf si on compte Police dans
le jazz) ou qui fourrent comme les Guns de la grande époque.  

On aime ou pas, mais le métal, dans sa frange pas trop extrême, c'est la seule musique à la fois, paradoxalement, "passionnelle" (un peu comme décrit dans le sketch des Inconnus sur les
radios jazz) et "populaire" (dans le sens ou un groupe comme Maiden peut remplir deux Bercys d'affilée après 30 ans de carrière).

PS: j'ai du coup amendé un peu mon article pour rendre mon propos plus clair.


Ch'Tom 07/05/2009 21:34

Ouais, la procrastination, c'est très clairement l'ennemi absolu. C'est pour ça que PhD comics tape si souvent si juste. Je serais curieux de savoir combiens de personnes ont déjà eu le sentiment de se faire prendre en flag en lisant un strip de Cham d'ailleurs.

mixlamalice 07/05/2009 21:44


Tu noteras tout de même que j'ai repoussé à plus tard la fin de cet article pour aller bosser (il faut bien se donner bonne conscience).
Perso, en lisant phdcomics ou plus généralement en glandant sur le web, je me suis souvent demandé comment faisaient les thésards il n'y a ne serait-ce que 15 ans, quand il y avait trois ordis par
labo avec un modem 256k... c'est tellement facile de glander sur internet en ayant l'air productif (il suffit d'avoir plusieurs fenêtres ouvertes), que faisaient les thésards avant la révolution
informatique? Bossaient-ils trois fois plus, y avait-il un taux d'absence plus élevé (je fais de la biblio chez moi...), ou plus de suicides? Parce que bon, lire un bouquin ou jouer de la guitare
dans son bureau, c'est moins facilement crédible que "je bosse sur mon ordi".