Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 17:25
J'avais écrit un petit texte il y a quelques temps dans lequel je me demandais pour quelles raisons certaines oeuvres accédaient au rang de "culte" alors que leurs qualités me semblaient pour le moins douteuses.

Je voudrais m'attarder cette fois sur un autre phénomène que je trouve intéressant:  les oeuvres "cultes" uniquement dans leurs pays d'origine et quasiment inconnues partout ailleurs.

Un exemple au hasard - pas vraiment au hasard puisque c'est le livre que je suis en train de lire en ce moment- Catch-22 de Joseph Heller.
Je n'ai pas une culture hors du commun, mais généralement je connais les "classiques" de la littérature, au moins de nom. Ce roman était pourtant totalement inconnu de moi avant d'arriver aux Etats-Unis, où j'ai commencé à le voir un peu partout, dans les bibliothèques les moins fournies et sur tous les présentoirs de librairie.
Ma curiosité titillée, après quelques recherches, je me suis rendu compte que ce bouquin, publié en 1961, s'était vendu à plus de 10 millions d'exemplaires, et qu'il était considéré comme l'une des oeuvres majeures de la littérature américaine (voir par exemple la section "rankings" dans l'article Wikipédia en lien). Le titre est même rentré dans le langage courant américain.
Mais il semble pour de bon relativement méconnu en France et dans les pays non-anglophones (les pages Wikipédia, pour rester sur le même exemple, sont réduites à quelques lignes).  

Quelques explications potentielles concernant ce cas précis:
Pour résumer, c'est une satire de l'armée et de la guerre, basée sur l'expérience de l'auteur qui fut bombardier pendant la Seconde Guerre Mondiale, où les soldats cherchent avant tout à sauver leurs fesses par tous les moyens, même les moins avouables, et où les gradés sont soit des planqués soit des bureaucrates obtus, tous ces personnages se retrouvant confrontés à des situations absurdes et abracadabrantesques.
Catch-22, par exemple, désigne un règlement de l'armée qui dit grosso modo que tous ceux qui acceptent sans rechigner d'aller au combat sont probablement fous et devraient être révoqués, mais qu'on ne peut révoquer que ceux qui en font la demande, et que tous ceux qui font la demande ne sont pas fous, puisqu'ils ne veulent pas aller au combat, et ne doivent donc pas être révoqués. Si, si, relisez, ça devrait finir par être clair, et c'est assez proche du style du roman lui-même. Par extension, ce terme est entré dans le langage populaire comme désignant une situation perdant-perdant.
Rentre en compte dans ce succès, je pense, le thème du roman: dans un pays où majoritairement, même encore aujourd'hui, la guerre est considérée comme quelque chose de noble permettant de révéler les natures héroïques, un livre où les soldats sont des pleutres - ou plus simplement des êtres non surhumains- avait des chances d'attirer les yeux sur lui, et de devenir un symbole controversé.
En effet, deuxième point, le roman est sorti "at the right time, at the right place": peu de temps avant la guerre du Vietnam et l'émergence des mouvements non-violents qui l'adoptèrent comme description de l'absurdité de la guerre et de ses têtes pensantes. Cette absurdité, tant dans les dialogues que dans les situations impliquant les règlements et la bureaucratie, n'est pas sans rappeler Kafka, qui était devenu extrêmement populaire aux Etats-Unis à peu près à la même période.
Cet argument historique peut sans doute être appliqué à mon étude précédente (voir lien plus haut): certaines oeuvres d'art sont devenues "cultes" parce qu'elles reflétaient leur époque ou parce qu'elles introduisaient un bouleversement profond dans l'art tel qu'il était pratiqué avant elles. Mais soit justement parce qu'elles symbolisaient trop leur époque, soit parce que leur originalité du moment est depuis tellement rentrée dans les moeurs qu'il est impossible pour le contemporain d'imaginer l'effet que cela a pu provoquer sur le public de l'époque, elles sont dans le même temps devenues obsolètes.

Bref, pour revenir à Catch-22, pour des raisons culturelles et historiques plus que pour son mérite littéraire propre (d'un point de vue personnel, je trouve ça répétitif, lourdingue et alambiqué), ce roman est considéré comme majeur aux USA mais n'est pas devenu un roman "globalement" vénéré: au-delà du style, être pacifiste et ironique vis-à-vis de la guerre était probablement moins iconoclaste en Europe dans les années 60 qu'aux Etats-Unis, et d'autre part l'épisode du Vietnam est avant tout un traumatisme américain.

Difficile de généraliser à partir de mon exemple, mais je peux citer d'autres cas de "nationalisme artistique": Tristram Shandy de Sterne est un classique littéraire en Angleterre qui en France n'est connu que des relativement fins lettrés. Kiss n'est pas un groupe inconnu, mais la Kissmania qui a envahi les US dans les années 70 (et continue à perdurer dans une certaine mesure) s'est répercutée au Japon, mais pas vraiment en Europe. Certains chanteurs de country ont ici un statut de star alors qu'ils me font penser aux chanteurs qu'on rencontre dans les mariages ou les salles de bal. Marcel Proust est, j'ai l'impression, plus "vraiment" lu et considéré comme une influence majeure aux USA qu'en France. Jean-Jacques Goldman n'a pas traversé les frontières, seuls les plus grands fans de Céline Dion connaissent son existence hors de France. Etc...

J'aurais tendance à penser que ces artistes font vibrer une fibre culturelle propre au pays dans lequel ils connaissent un succès majeur (qui n'est pas forcément le leur: des groupes comme Supertramp ou un artiste comme Ben Harper ont longtemps été adulés en France avant de finir par devenir prophètes en leurs pays), mais qui n'existe pas ailleurs.

D'où, pour conclure, ma nouvelle classification des oeuvres cultes:
- le culte national (Catch-22, Kiss, les films et acteurs Bollywood...)
- le culte international temporel (Heart of Darkness, Orange Mécanique, L'exorciste...)
- le culte international intemporel (Les Misérables, Guerre et Paix, 1984, Le Seigneur des Anneaux...)

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Littérature
commenter cet article

commentaires