Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 15:43

Je reviens sur ma série d'articles qui avait déclenché les passions, en m'attardant cette fois-ci sur les comportements hors du terrain des sportifs aux USA.

Amateurs de sport, vous avez sûrement plus d'une fois pensé de sportifs qu'ils étaient, en dehors du terrain où leurs talents s'exprimaient, complètement crétins, vulgaires ou immatures, et même généralisé cette opinion.
Vous avez ri, pleuré ou simplement soupiré en entendant Piquionne comparer sa situation contractuelle à de l'esclavage, en suivant les jérémiades et blessures diplomatiques de Ribéry pour aller au Real, en écoutant les justifications de Richou Gasquet concernant sa prise de coke, en suivant les frasques de Ronaldinho en boîte, etc.
Vous avez peut-être même corrélé le degré de débilité du sportif au niveau de professionalisme (i.e. notamment la quantitié de pognon impliquée) de son sport: l'exemple le plus frappant de ce lien est à mon sens le rugby. Le rugby en effet, est devenu professionnel récemment, il y a environ une dizaine d'années. La transformation s'est effectuée assez rapidement, et, outre les métamorphoses physiques spectaculaires associées, on voit désormais de plus en plus des néo-pros préparés depuis leur plus tendre enfance dont on peut entendre les rouages neuronaux crisser dès qu'ils doivent aligner trois mots. Bref, c'est presque fini le bon temps des humanistes rugbymen, des médecins ou avocats qui vous faisaient passer une interview pour du Audiard: Michalak a l'air largement aussi bourrin que Rothen, et je ne parle même pas de la rocambolesque affaire Bastareaud...

Mais si vous n'avez pas vécu aux USA, ou si vous ne suivez pas attentivement la NFL, la NBA ou la MLB, vous n'avez rien vu. Eh oui, les Etats-Unis restent le pays de la démesure, dans le meilleur comme dans le pire.
Quelques exemples au hasard:
- Michael Vick, une star montante de la ligue de football il y a quelques temps, vient de sortir de taule où il a passé presque trois ans pour avoir pratiqué dans sa cave des combats de pittbulls à mort, avec paris clandestins...
- Il va être remplacé en taule, la aussi pour deux ans, par Plaxico Burress, artisan majeur du SuperBowl gagné par les New-York Giants en 2007. Qu'a-t-il fait? Tenez-vous bien.
Il se baladait dans un établissement de nuit à New-York avec un flingue dans son survêt'. En voulant l'attraper pour une raison x ou y, il a par inadvertance appuyé sur la détente et s'est shooté la cuisse (sans gravité). Trimballer un flingue en boîte suffisait pour l'inculper, mais plus grave encore il n'avait pas de port d'armes valide...
- Il a failli être rejoint par Adam Pacman Jones, autre joueur de NFL, impliqué dans une fusillade à la sortie d'un club de strip-tease de Las Vegas où il avait été remarqué pour avoir jeté dans la foule 10000$ en billets de 1$. 
- Moins tragi-comique, je ne voudrais pas oublier de mentionner Brett Favre. Favre est l'un des meilleurs quaterbacks de l'histoire, qui, jusqu'en 2008, avait en plus la réputation du gendre idéal et du sportif fidèle à ses couleurs, celles des Green Bay Packers (chose encore plus rare aux US que chez nous) ou il a passé 17 ans. A la fin de la saison 2008, à 37 ans, âge plus que respectable surtout en NFL, il annonce sa retraite sportive, et sa carrière glorieuse (il possède quasiment tous les records personnels pour un quaterback, plus un titre de champion) va le conduire tout droit au Hall of Fame. Las, trois mois plus tard, il déclare qu'il a envie de revenir: malheureusement Green Bay avait pris acte de sa première décision et commencé à former son successeur - l'entraînement a déjà repris-. Le manager décide de ne pas changer d'avis. Brett Favre fait jouer les violons, joue au martyr à qui l'on refuse ce qui lui est simplement dû et finit par signer chez les New-York Jets où il réalise une saison moyenne, terminant notamment par quatre matchs catastrophiques qui coûtent les play-offs à son équipe. Quelques uns de ses partenaires le critiquent dans la presse pour son attitude de diva, et il reprend sa retraite à la fin de la saison 2009, il y a quatre mois. Après s'être fait opérer d'un tendon de son bras de lancer, il déclare que finalement il reconsidère un nouveau comeback. Il est alors contacté par les Minessota Vikings, l'"archrival" des Packers (ce que Barcelone est au Real Madrid, Liverpool à ManU, Galatasaray à Fenerbahce etc). Suite à une première visite, il annonce que finalement non, son bras n'est pas suffisamment rétabli. Puis finalement, cette semaine, alors que l'entraînement a une fois encore déjà repris, il signe avec les Vikings, poussant sur le banc les deux quaterbacks qui avaient commencé la présaison, et s'aliénant un bon paquet de ses anciens fans.
Niveau "drama queen", admettez que les atermoiements de Ribéry, à côté, c'est de la roupie de sansonnet.  

Je n'ai ici que mentionné quelques exemples de comportements affligeants en me focalisant sur la NFL: j'aurais pu également rappeler le cas O.J. Simpson, entre meurtres présumés et braquages à main armée, ou encore l'histoire de Charles Rogers. En NBA, on peut citer l'affaire Kobe Bryant et sa confession publique (un viol présumé et un adultère avoué), LeBron James faisant disparaître avec l'aide de Nike les vidéos où on le voit se faire dunker sur la tête par un lycéen lors d'un camp d'été, la bagarre générale (i.e. impliquant les joueurs ET le public) lors d'un match Detroit-Indiana il y a quelques années, Paul Pierce qui se fait poignarder dans un bar douteux etc. En MLB, je pense au transfert houleux de Manny Ramirez des Red Sox aux Dodgers, à l'affaire Alex Rodriguez-Madonna, aux photos compromettantes de Josh Hamilton etc.

Pour reprendre mon argumentaire sur le lien entre sport professionnel, sommes impliquées, et degré de débilité du sportif moyen, quelques données:
- Aux US, comme je l'ai déjà souligné, le sport universitaire est aussi populaire que le sport pro. Et même au niveau lycée ou avant, même s'ils ne sont pas encore payés, il n'est pas rare d'avoir des retransmissions sur ESPN et des stades de plusieurs milliers de personne. Bref, même si la plupart des fédérations exigent maintenant au minimum un an de fac avant que les jeunes joueurs puissent être recrutés, de facto les jeunes sportifs sont dans le bain du professionnalisme très tôt: même s'ils sortent avec un diplôme, c'est à mon avis autre chose que le "sports-études" à la française en terme de ratio quant à la pratique des deux activités. Bon, intelligence, maturité et éducation ne sont pas forcément liés, mais avoir étudié et mené une vie "normale" jusqu'à 16-18 ans c'est toujours mieux que jusqu'à 12-14.
- D'autre part, un bon joueur de base-ball gagne 1 million par mois, un bon joueur de basket environ 500000$ et probablement dans les mêmes eaux pour un footballeur. Pour les stars, ça monte à 2 millions et plus, quant aux quiches elles touchent quand même dans les 40000.
En France, le salaire moyen d'un footballeur de L1, le sport le mieux payé, est il me semble dans les 20000 euros mensuels, les meilleurs 10 fois plus. Si l'on sort de France, Cristiano Ronaldo, de loin le joueur de foot le mieux payé du monde, est le seul qui peut rivaliser avec les sommes américaines (1,5 million d'euros), même des joueurs comme Messi ou Kaka touchent presque 2 fois moins. Ne parlons pas des rugbymen, encore moins des handballeurs, volleyeurs ou autres basketteurs.
- Si le base-ball est un sport relativement "bourgeois", le basket ou le football c'est un peu l'eldorado des jeunes ghettoïsés. Mais voila, si un mec de 20 ans, qui a arrêté l'école à 14, se met à gagner 1 million de dollars mensuels et a gardé ses relations et son comportement du ghetto, ça peut facilement donner Pacman Jones. Vous me direz que c'est un peu pareil avec le foot et les banlieues chaudes, mais là encore, au risque de froisser la fierté nationale, les gangs de L.A., c'est autre chose que les frappes de Saint-Denis...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ch'Tom 22/08/2009 12:06

C'est marrant, une bonne partie des exemples sont liés à la circulation relativement libéralisée des armes de poings. Pauvres délinquants du 93... Si seulement Charlton Heston était venu défendre leur droit à eux de se promener avec un gun toute la journée...

mixlamalice 22/08/2009 16:33


Le dernier combat de la NRA: autoriser les profs et eleves a se balader avec des guns sur les campus (un des seuls endroits ou c'est actuellement interdit, atteinte terrible a la liberte
individuelle d'etre con). En effet, il parait que ca diminuerait le nombre de morts quand un chtarbe se pointe pour flinguer tout le monde vu que tout le monde pourrait se defendre et le buter sans
avoir a attendre les flics... j'imagine que c'est un argument qui se defend.