Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 18:26
Quelques réflexions suite aux tristes évènements survenus la semaine passée chez France Télécom: une salariée qui se défenestre sur son lieu de travail, un autre qui se poignarde pendant une réunion.

Depuis février 2008, 22 suicides ont été recensés chez France Télecom. Soit un peu plus d'un par mois.

Tout d'abord, notons que statistiquement, ce chiffre n'est pas si élevé que ça: la France est un des pays "développés" présentant un fort taux de suicide, environ 17 par an pour 100000 habitants. Si l'on ramène ce taux à la population "active" (i.e. entre 20 et 65 ans), on est autour de 25. Difficile ensuite d'avoir des chiffres plus précis (taux de suicide chez les chômeurs, les divorcés etc), mais l'ordre de grandeur est là. 

France Télécom emploie environ 100000 personnes en France, donc qu'il y ait une quinzaine de leurs salariés qui se suicide par an n'a rien d'"extraordinaire" (je parle en terme de chiffres, pas en terme de tragédies individuelles). 

Plus que le chiffre brut, le fait qu'ils se suicident sur leur lieu de travail est certainement indicatif de conditions de vie déplorables et que le suicide est lié directement à cet état de fait (cf ces commentaires). Comme chez Renault il y a quelques temps, c'est là qu'est la "nouveauté" du phénomène: le suicide du au travail et à ses conditions, et non à son absence (chômage, problème d'insertion dans la société) ou à des évènements plus personnels (rupture, divorce, décès d'un proche, etc).

Mais ce qui me défrise le plus, ce sont certains commentaires des lecteurs de Monde, qui me donnent vraiment une image déplorable de l'humanité en général, et de notre société en particulier (Hasta Siempre).
Un petit florilège pas vraiment ragoûtant:

- C'est sûr la culture du résultat dans un monde ou régnait la culture de la glande, du bien-être des syndicats tout puissants et du "je fais ce que je veux je suis fonctionnaire a vie" et des CE plus riches que bon nombre de sociétés, effectivement, ca crée un choc! Y a donc de la casse, rien d'étonnant à cela! A partir du moment ou un milieu se durcit, les plus faibles cèdent rapidement! L'administration était avant un refuge, nécessaire !

- Quand on pense que ce sont tous des anciens fonctionnaires des PPT. On imagine le massacre lorsqu'on va demander à la Poste et à la SNCF de devenir enfin efficace ! Pas facile de se mettre à bosser à 50 ans, n'est ce pas ...

- Les corporations fonctionnaires et assimilées qui nous ont gratifiés du taux de grève si excessif qu'il nous a valu la caricature mondiale commencent par morceaux à goûter à ce que 80% des français vivaient et vivent au boulot (et qui en sus se coltinaient les grèves des 20% d'autres aveugles n'ayant eu aucune pitié pour eux, se regardant le nombril). Dur de vivre comme l'immense majorité des français ? Oui. Et encore pas de grève en ce moment.

- Attribuer un suicide aux conditions de travail chez France Télécom ? C'est limite indécent. Des centaines de milliers de chômeurs rêveraient d'avoir ces conditions de travail.

Cela va un peu au-delà de la diatribe anti-fonctionnaires classique, je n'avais jamais lu une telle ''haine'' dans des commentaires pourtant généralement gratinés, pondus par des gens un minimum éduqués et pas par le pochtron de PMU qui lit plutôt Paris-Turf: on peut presque sentir un certain réjouissement face à la mort d'un parasite qui avait enfin été remis dans le droit chemin de la productivité et n'a pas su le supporter, une espèce de darwinisme social radical ("plutôt crever que de devoir bosser au boulot", j'imagine que c'est exactement ce que la jeune femme s'est dit avant de sauter).
Et puis, j'aime beaucoup la justification des conditions de travail: sous prétexte que des chômeurs seraient bien contents d'avoir le boulot, on n'a pas vraiment le droit de se plaindre. Ce qu'il y a de bien avec cet argument, plus répandu qu'il n'y paraît, c'est qu'on le pousser assez loin: les chômeurs devraient la fermer parce qu'il y a des sans-abris qui sont plus malheureux, les RMIstes français feraient mieux de ne pas l'ouvrir parce que être pauvre en France c'est quand même être un privilégié social comparé aux pauvres du Tiers-Monde, et coetera et coetera.
Avec cet argument, on peut, une fois qu'il est bien ancré dans la population, justifier une espèce de retour au 19ème siècle, parce que si tu veux pas bosser le dimanche, les jours fériés et même la nuit, si t'es pas content d'être payé à peine de quoi survivre et de te faire traiter comme une sous-merde par des petits chefs bien lobotomisés "corporate", on trouvera toujours quelqu'un prêt à (voire content de) jouer le jeu.

Un peu gerbant, tout ça.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mixlamalice 19/10/2009 21:21


Ou sont passés les journalistes?
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/19/pas-de-vague-de-suicides-a-france-telecom-selon-un-statisticien_1256048_3224.html

Encore un témoignage recueilli tel quel, sans "contre-interrogatoire". En gros, le mec se prévaut de son "autorité" de statisticien pour nous balancer un chiffre que n'importe quel naze comme moi a
trouvé sur le web en deux clics et demi. Et nous l'interpréter bien grassement au premier degré.
On aurait aimé qu'ils nous disent:
- si le fait de se suicider sur le lieu de travail est un phénomène nouveau ou pas.
- si le taux de suicide était équitablement réparti au sein d'une classe d'âge. Ou si les facteurs socio-professionnels influaient (comme on peut le penser). Si tel est le cas, quel est le taux de
suicides parmi les actifs en CDI vivant en couple, par exemple?

Vive la science dans les journaux:
1. Mettez en avant votre statut de spécialiste (même d'autre chose, c'est pas grave).
2. Enoncez des données basiques consultables partout et tirez-en des conclusions bien plus générales que ce qu'elles veulent réellement dire ou
2bis. Enoncez des données obscures consultables nulle part ou pondues par des scientifiques aux compétences douteuses et tirez-en comme conclusion qu'on ment au peuple.

Ca me gave.


mixlamalice 20/10/2009 15:48


Je crois qu'en fait le pire, c'est de constater qu'une grosse majorité des commentateurs est contente et persuadée que le raisonnement n'est pas biaisé. Et ne se rendent même pas compte qu'on
compare des carottes avec quelque chose qui ressemble mais n'en est pas...


mixlamalice 22/09/2009 15:34


Amusant, non?

http://eco.rue89.com/2009/09/21/le-stress-censure-sur-lintranet-de-france-telecom


tiusha 17/09/2009 00:32

corr: ...pour que les employés superflus s'en aillent d'eux-mêmes quitte à passer....

tiusha 17/09/2009 00:31

le nombre de fois où j'ai eu envie de payer l'abonnement au monde juste pour pouvoir répondre aux commentaires vraiment crétins!!! heureusement j'ai mieux à faire de mes journées...l'article de Christophe Dejours de ce jour a le mérite de décrire les choses comme elles sont: la violence au travail existe, et elle peut être destructrice même pour des gens qui ne sont pas déprimés à la base. les situations où le manager fait tout pour que les employés superflus quitte à passer par le harcèlement moral, ça existe aussi. j'ai entendu des choses vraiment hallucinantes sur les conditions de travail à FT d'ailleurs (il y avait un article témoignages il y a quelques jours je crois). si ça se trouve certains commentateurs sur le site du Monde sont managers à FT...

mixlamalice 17/09/2009 05:04



Il se peut aussi que les commentateurs plus "positifs" soient issus de services plus "cools" (je ne connais pas FT mais généralement la R&D c'est un peu plus souple par exemple). Ou alors,
comme je le signalais sur un autre blog, que d'autres vivent "bien" la situation (ça ne veut pas dire que la situation n'est pas mauvaise, ni que ces gens ne sont pas conscients de leur vie de
merde, juste que chacun a sa perception et son seuil de résistance ou de tolérance - analogie avec la tolérance à la chaleur ou au froid par exemple).

Bref, quoiqu'il en soit, il semble qu'effectivement la violence au travail augmente, et que ce soit un mal assez insidieux. Et tant qu'une proportion non négligeable de la population pensera
"c'est parce que ce sont des fiottes" ou pire "bien fait pour eux" ou "s'ils sont pas contents y en a qui seront contents de prendre leur place", ça risque pas d'aller en s'améliorant.
L'homme est un loup pour l'homme, j'en étais convaincu mais je pensais qu'il y avait une minorité de loups et que ça suffisait. Je finis par croire qu'il y a en fait une majorité de loups, ou
plutôt de roquets un peu crétins qui se battent entre eux et qui facilitent le boulot des vrais gros loups.



postdoc 14/09/2009 00:41

En fait les commentaires de journaux ça me fait immanquablement penser à ça : http://xkcd.com/386/ .

mixlamalice 14/09/2009 01:07



Oui il y a de ça. Mais j'ai beau déplorer cette dérive actuelle, je suis moi aussi sujet au "j'ai un avis sur tout et j'ai surtout un avis".
Cela dit, autant je peux comprendre l'intérêt à ce que les Edito et autres Opinions aient une section commentaires, autant je reste plus sceptique quand il s'agit d'informations uniquement
factuelles, type dépêches AFP. C'est souvent là que les commentaires les plus crétins fleurissent d'ailleurs.