Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 09:13
Pierre-Gilles de Gennes est décédé vendredi matin. Je ne l'ai su que lundi, et les media n'en ont parlé qu'hier.
Il est d'usage, dans une nécrologie, de rappeler tout ce que le défunt avait d'extraordinaire.
Je ne le connaissais pas, bien qu'il ait été le directeur de l'école où j'accomplis (peu brillamment) mes humanités, ainsi que le directeur du laboratoire où j'achevais mon cursus universitaire. Je ne ferai donc pas son élégie, mais j'aimerais exposer les tranches de vie où je l'ai croisé.

Je me souviens de sa conférence devant notre promotion, le jour de notre arrivée à l'école, sur les ordres de grandeur et leur aspect fondamental dans la réflexion scientifique (malheureusement, cela me semble tomber en désuétude, l'abus de calculatrice dès le plus jeune âge annihilant toute velleité de calcul mental même basique, si je puis me permettre de faire mon Francis Cabrel). L'exemple phare était: combien y a-t-il d'accordeurs de pianos à New-York?
Je me souviens qu'un bonjour à la croisée d'un couloir de ce lieu chargé d'histoire qu'est le Collège de France m'avait ému.
Je me souviens de quelques conférences auxquelles j'ai assistées, où De Gennes, à l'heure de l'informatique à tout crin, arrivait avec ses transparents manuscrits, regardait le titre de son exposé pour se rappeler de quoi il devait parler, et captivait la salle en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, quel que soit son public (néophytes curieux ou scientifiques pointus).
Je me souviens d'une réunion de laboratoire, où il siégait derrière son immense bureau, un cigarillo aux lèvres (dur, le cigarillo tôt le matin), et où il reçut un coup de fil qu'il n'interrompit pas pendant que l'un de ses chefs d'équipe exposait ses derniers travaux (elle en resta comme deux ronds de flan).
Je me souviens de ces aventures qu'on lui prêtait, de cette réputation de "Victor Hugo de la science", si je puis dire, qui alimentaient bien des discussions et provoquaient bien des sourires.


Et puis, il y a un mois à peine, je lui écrivis, un peu au culot, un mail lui disant que j'étais diplômé de "son" école, ancien stagiaire de "son" laboratoire, et que j'apprécierais grandement s'il pouvait m'écrire une lettre de recommandation.
Etant matièremolliste (je n'ose pas dire "comme lui"), sa secrétaire m'a informé qu'il souhaitait jeter un oeil à mes papiers ou conférences.
Une petite boule à l'estomac, je lui ai envoyé tout ça, et il me fit la lettre.
Ainsi qu'un petit mot, très aimable, qui disait à peu près "Cher Guillaume, j'aime bien ce que vous faites, continuez et tous mes voeux pour la suite".
J'espère que cette petite tranche de vie soulignera la modestie intellectuelle de cet homme qui n'avait depuis bien longtemps, plus rien à prouver d'une part, et qui aurait pu d'autre part, sans que cela ne choque qui que ce soit, "mépriser" le petit thésard que je suis (c'est à dire ne pas lire son mail, ou ne pas lui répondre, attitude assez classique).

Son décès m'a surpris, et même depuis deux jours, je n'ai pas honte de le dire, je suis un peu bouleversé.
Je suis content qu'il ait eu droit aux honneurs du 20 heures, même s'il est mort et qu'il s'en fout, pour que quelques spectateurs pensent à la science 27 secondes entre le fromage et le dessert, et ce malgré le dernier jogging présidentiel. Heureusement que Grégory Lemarchal est mort il y a deux semaines.


Aux grands hommes, la nation reconnaissante.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires