Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 11:00
Le Courrier International a pour dossier cette semaine "Les parisiens, quelques raisons de les détester".

Quand je suis tombé dessus chez le marchand de journaux, je n'ai pu résister au plaisir de l'acheter, tant, depuis mon retour, j'ai du mal à me réhabituer à la goujaterie parisienne, alors qu'au contraire je n'ai pas eu de problème à me réacclimater à la ville elle-même.

Ce ne sont pas les mèches rebelles je sais tout de la rive gauche ou les serveurs gouailleurs* qui me broutent, eux me font plutôt rigoler et sont une institution: sans eux, Paris ne serait plus Paris. Et puis, ils sont copiés et jamais égalés dans toutes les grandes villes où je suis passé. 

Ce qui me sort par les trous de nez en ce moment, ce sont plutôt ces commerçants qui ne disent ni bonjour ni au revoir ni merde quand on leur achète le journal ou une baguette. Ce sont ces passants qui vous bousculent ou vous piétinent sans jamais vous adresser une parole ou un sourire d'excuse, qui vous coupent la route sans même ralentir, ou marchent à deux à l'heure en occupant toute la chaussée. Ce sont ces personnes qui ne vous remercient pas, ne vous regardent même pas, quand vous les laissez passer ou leur tenez la porte.
Pire, quand vous faites preuve de courtoisie, cela semble susciter une surprise extrême tant ça a l'air d'être devenu inhabituel: que vous vous arrêtiez à un passage clouté pour laisser passer une petite vieille, que vous cédiez votre place à un mec en béquilles dans le bus ou que vous aidiez une maman à monter sa poussette dans le couloir du métro et le "bénéficiaire" du petit geste vous regarde avec des yeux ronds.
Finalement, les seuls qui semblent avoir conservé un rien de politesse, ce sont les vieux (s'ils ne sont pas dans un bus ou ne tentent pas de vous griller pas dans la queue au Franprix), et les petits jeunes quand ils sont bien élevés: bizarrement, il semble que les parents continuent à apprendre les règles d'urbanité de base, même si eux ne les respectent plus depuis un bail. Ca dure jusqu'à ce que les hormones et l'acné n'entrent en scène, je pense.

Mais ce qui me marque le plus en ce moment, c'est surtout cette absence totale d'"eye contact" que j'ai déjà mentionnée plus haut. Personne ne vous regarde jamais dans les yeux.
Une maman m'a écrasé trois fois les pieds avec sa poussette en 30 secondes (dans une queue où elle persistait à vouloir avancer alors que ça n'avançait pas), sans jamais m'adresser un regard malgré mes oeillades appuyées, et au bout d'un moment un rien courroucées. Les commerçants rendent la monnaie sans un regard. Les exemples sont innombrables.
C'est cette attitude, je pense, qui révèle le mieux une déshumanisation rampante: est-ce plus marqué qu'il y a quelques années ou est-ce que cela me choque plus après deux années loin de tout ça? Ou est-ce dû au fait que, pour la première fois, je suis à Paris en flâneur?

Car, certes, c'est l'effet mégapole où chacun se préoccupe avant tout de ces fesses, mais je trouvais les relations plus "humaines" à Boston ou même à New-York: les commerçants ont encore conscience qu'une bonne relation avec le client potentiel peut les servir, on peut sociabiliser dans un bar même si on n'y connaît personne, les gens s'arrêtent pour vous aider quand ils vous sentent perdus, griller dans la queue n'est pas un sport national et on a droit à un sourire et un mot d'excuse quand on se fait bousculer.
Le "superficiel" à la ricaine a aussi du bon.

Alors voila, je pense que mon étonnement ne durera pas longtemps, et qu'après une petite réadaptation à base d'1h quotidienne dans le RER B, je serai de nouveau, moi aussi, un gros connard (après 7 ans à Paris, j'en étais un, je ne me leurre pas).
 

* La "race" des serveurs parisiens est malheureusement en train de disparaître car la nouvelle génération et les établissements à la mode, comme à New-York, se contentent de traiter le consommateur comme de la merde, sans humour.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

Chrisos 22/02/2010 09:36


pas complètement d'accord avec toi, il y a plein de cas où ça se passe correctement...
on peut tenter un resto cette semaine, jeudi, si je ne suis pas à Londres?


mixlamalice 22/02/2010 11:12


Oui ça peut se faire si ce n'est pas jour ou je signe mon bail, on se tient au courant. Je devrais avoir des nouvelles demain ou mercredi.

Pour l'instant j'ai pas eu trop de problèmes au resto, un peu ce we dans un bar (pas mal d'articles du Courrier tournent, de façon assez classique, sur les serveurs parisiens). C'est plutôt
chez les commerçants (rien de grave mais quand le mec qui te vend un truc te montre clairement que tu l'emmerdes grave, ça peut te donner envie de rebrousser chemin vite fait) et dans les
transports en commun.
Je pense que je vais vite me réhabituer...


Tom Roud 21/02/2010 03:03


+1, moi aussi quand je rentre en France ça me fait bizarre maintenant.
Cela dit, les Américains sont assez faux-cul comme tu dis : il faut dire qu'ils ont la culture du tip. Si les serveurs français étaient payés au pourboire, les choses seraient différentes. Cela
n'empêche pas d'être poli dans la rue (mais bon, à NY, les gens dans le rue ne sont pas super différents des parisiens sur certains aspects je trouve) 


mixlamalice 21/02/2010 11:22


En fait, c'est pas dans les restos que ça me choque le plus, même j'aime bien les serveurs un peu chambreurs et pas collants (comparés aux sourires ultra-brite qui viennent te demander si tout
est "awesome" toutes les 4 bouchées - bon, il y a des limites comme hier ou dans un bar où il y avait 4 clients, le barman ne m'a pas calculé pendant 5 bonnes minutes).
Par contre, les commerçants US sont quand même plus sympas, il me semble, en tout cas plus "commerçants" justement, même s'ils ne sont pas payés au tip. Culturellement, c'est plus une société de
service, eg quand tu payes ou es susceptible de payer, on te "traite bien".
Pour les gens dans la rue a NY ou même Boston, ils sont speeds aussi, mais j'ai l'impression que quand un gars te donne un coup de coude en te dépassant ou te défonce le pied, il s'excuse plus
volontiers, qu'on y dit plus volontiers pardon ou bonjour quand on se croise dans un couloir d'1m de large ou dans un ascenceur.
Disons que la courtoisie minimale me semble un poil plus respectée (sauf en ce qui concerne l'utilisation des portables).