Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 17:03

Comme beaucoup d'autres choses, le petit milieu de la littérature française contemporaine semble bien sclérosé pour que:

- l'on jase depuis près de 10 ans sur l'insoumission d'A. Robbe-Grillet (le pape du Nouveau Roman dont les oeuvres ont déjà été largement oubliées par le public 5 ans après sa mort) qui fit tout pour ne pas siéger à l'Académie Française où il venait d'être nommé*.

- le Monde ponde une page sur les 15 minutes de retard de F. Weyergans à la même Académie pour sa réception.

- un écrivain soit médiatisé pour sa conduite déplorable plutôt que pour ses écrits: Weyergans a fait jouer des réseaux pendant deux ans pour être nommé à l'Académie, puis, une fois élu, à subitement fait la coquette -ou le rebelle de salon- en retardant de deux ans son intronisation, avant de se permettre d'arriver en retard.

Pathétique, mais l'important est que ça fasse causer dans les journaux et les dîners en ville.

 

Pas étonnant qu'il n'y ait plus que de l'auto-fiction et qu'on ne sache plus qu'écrire sur les partouzes, quand on en est à se tirlipoter le schmilblick entre soi à ce point...

 

http://www.lemonde.fr/culture/article/2011/06/16/francois-weyergans-en-habit-vert_1537108_3246.html#ens_id=1537109

http://www.liberation.fr/culture/01012343512-trois-hommes-dans-un-fauteuil

 

Le caractère unique de Saint-Germain-des-Prés est probablement ce qui pouvait arriver de mieux à la littérature anglo-saxonne...

 

Heureusement que quelques petits jeunes, Laurent Binet ou Vincent Message par exemple, semblent apporter un petit vent de fraîcheur.  

 

 

* Dans le même style, Paul Valéry s'est sans doute cru très malin en dégommant de façon "subtilement évidente" le prédécesseur de son siège, Anatole France, symbole pour les modernistes du conservatisme littéraire le plus bourgeois, dont il était censé faire l'éloge comme il est de coutume. Quel courage dans l'ironie mordante.
http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=550

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 20/06/2011 16:42



D'ailleurs, mes connections avec le milieu littéraire étant à peu près nulles depuis que je ne poste plus chez P. Assouline (c'était déjà très limité), je remercie V. Message pour son petit mail
après qu'il soit tombé sur cet article.



régis 20/06/2011 14:47



Il ne faut pas en vouloir à Paul VALERY d'avoir assaisonné Anatole FRANCE. Victor HUGO ne s'en était pas privé avec son prédecesseur  (mais c'était Népomucène LERMERCIER). La conflictualité c'est le paprika de la vie littéraire!


Cela n'excuse pas ROBBE-GRILLET d'être assommant et WEYERGANS sopo.



mixlamalice 20/06/2011 16:39



Bon, j'avais jamais entendu parler de Lemercier, mais visiblement Hugo et lui se sont au moins opposés de leur vivant. Les surréalistes l'ont conchié une fois mort, ce que je ne trouve jamais
très chic (même si la lecture d'Histoire Contemporaine ne m'a laissé absolument aucun autre souvenir que celui d'un ennui assez profond...).


Concernant Weyergans, jamais lu mais j'avais envie de lire son premier roman, sur ses entretiens avec Lacan... mais la "polémique", le côté pique-assiette qui vit chez Delarue
et intrigue pour pouvoir terminer en bras d'honneur m'a un peu refroidi... Pas lu de Robbe-Grillet non plus, mais pour avoir lu C. Simon et quelques autres assimilés, ça n'est
probablement pas trop ma tasse de thé.