Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 09:50

Récemment, je suis retourné ou allé dans deux des dernières brasseries "indépendantes" de Paris, spécialisées dans la viande (et pas dans le plateau de fruits de mer donc), le Louchebem (les Halles, 75001) et le Café du Commerce (Commerce, 75015).

 

Les deux, je dois l'avouer, m'ont laissé une impression assez affligeante.

 

Fut une époque où j'aimais bien le Louchebem: j'ai toujours trouvé ça un peu trop cher, mais c'était une alternative un peu plus typique, un peu moins "world company", avec de plutot meilleurs produits, et des prix similaires à l'Hippopotamus.

Désormais, je ne suis pas sûr que ce soit bien mieux*. Oui, la viande est pas mal, mais les prix sont quasi-prohibitifs (e.g. presque ceux que vous paierez dans une vraie steackhouse haut de gamme: Unico, Meating...), les accompagnements font franchement la gueule (haricots verts, patates sautées, frites imbibées...), de même que les serveurs.

Les desserts sont catastrophiques, le pichet de beaujo peut remplacer avantageusement le Destop, et tout ça (soit un steack haché xl, une crême caramel et deux verres de kiravi, sans entrée) revient à plus de 30 euros tête (soit facilement 40 pour la "totale"), soit, même à Paris, le prix d'un paquet de bons voire très bons bistrots, ou, donc, à peu de choses près, de restos à barbaques top niveau.

 

* Est-ce que ça a baissé? Est-ce que mes standards ont (un peu) augmenté? Je ne sais pas...

 

Le Café du Commerce se targue lui aussi d'être un spécialiste de la viande. La encore, le tartare ou le steack sont effectivement plutôt goûteux. Mais, là aussi, c'est le reste de l'assiette qui rendrait Jango Edwards dépressif: une tomate au four froide, des frites translucides qui fleurent bon la végétaline, (mal) préparées il y a visiblement un bail...

Le tout siège dans une assiette deux fois trop grande paraissant du coup désespérement vide, achevant de faire ressembler le tout à un plat qui ne dépareillerait pas chez Autogrill.

Le Paris-Brest est secos, mais le pinard (un Costières de Nîmes) est moins infâme qu'au Louchebem, et le service est plutôt efficace dans sa sobriété. Le pain est, il faut l'admettre, excellent.

Les prix sont un peu plus contenus (15 euros les plats, 6 les entrées et les desserts, quelques pichets à moins de 10 euros et une carte des vins pas trop mal si on a envie de s'attarder, ce qui n'était pas notre cas).

Le lieu est également impressionnant, sur trois étages avec une cour ouverte.

Pour l'Histoire, c'est peut-être à faire une fois... pour la pitance, ce n'est clairement pas à faire plus d'une fois: vous trouverez dans n'importe quel rade du bas de votre rue une formule plat-dessert-pichet à 12.5 euros très similaire, vous laissant 10 euros pour aller acheter un ou deux livres de poche.

 

 

Heureusement, il y a aussi eu un bon moment gastronomique chez Stéphane Martin (Commerce ou Charles-Michel, 75015): chef limougeaud de 35 piges, passé par le Crillon, le Carré des Feuillants, etc, et qui a ouvert il y a environ 5 ans, michelinisé depuis 3-4 (bib gourmand), et peu exposé médiatiquement à part ça, pour des raisons explicitées ci-dessous*.

Menu minimaliste (3 entrées, 3 plats, 3 desserts) à 35 euros, mais la crème de St-Jacques et surtout le jarret de porc braisé aux choux rouges sont une tuerie. Le dessert (une petite tartelette à la mangue) était très bien aussi, le tout était plus que généreusement servi, j'en aurais bien demandé un doggy bag.

Une cuisine qui change un peu, avec son côté "old school" assumé mais qui n'est pas exempt de sophistication: ça devient de plus en plus rare, les jeunes restaurateurs "cuisiniers", j'entends par là qui ne s'astiquent pas à vous servir des produits crus en mettant en gros le nom du producteur comme blanc-seing à leur inaptitude.

Un petit bémol sur l'ambiance, type resto pour notables de province (mais on est dans le fond du 15ème): moyenne d'âge "adhérent de l'UMP", pulls en cachemire... disons qu'à 5 frais trentenaires, on se sentait un peu observés, et on a du y aller mollo sur les décibels.

Le service, quoique gentil, est aussi un peu à la rue: pas mal d'attente, vins servis quand le plat est quasi-fini, etc. Rien de bien grave, mais heureusement qu'ils sourient, sinon les papies seraient furax.

A noter qu'il y a une "promotion" avec la Fourchette, pas méga excitante mais pourquoi pas: menu + un apéro au choix + 2 verres de vin à 45 euros: première expérience de réservation avec ce site pour moi, qui, pour sa partie "administrative", se déroula parfaitement (mêmes échos ailleurs, hélas dans son cas pour un resto médiocre).

On regrettera juste que les serveurs ne nous aient pas dit ce qu'ils nous servaient... et le temps qu'on remette la main dessus, le verre était déjà vidé.

Dommage aussi que ça soit un peu tristounet pour un dîner en amoureux et que la carte ne semble pas renouvelée extrêmement souvent, sinon j'y retournerais volontiers fréquemment, vu que c'est l'un des restos juste à deux pas de mon nouveau chez moi...

 

* à savoir, en résumé, une localisation, un décor et une clientèle pas ultra-tendances. Et un chef limougeaud et glabre, donc ni basque, ni danois, ni looké négligé: d'où une cuisine absolument pas "au goût du jour" non plus.    

 

 

 

Pour conclure, marrons nous un peu avec la nouvelle vague de la critique gastronomique, encore. Comme le dit un commentateur, bientôt, les restaurants n'auront même plus besoin d'ouvrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Restos
commenter cet article

commentaires

Anna 14/04/2011 00:44



Je te comprends. Je dois avouer que je ne vais pas non plus à Charles Michels tous les jours!!! Pourtant tous ces restos sont à 2 mns grâce au 88 qui te dépose juste devant (Arrêt
Vaugirard-Favorites). Royal! (Moi aussi je suis vraiment flemmarde).


(Sauf pour les tontons, il faut prendre le 62, le 89 ou le 95 !)


J'attends avec impatience tes nouvelles critiques gastro du 15ème!


 



mixlamalice 14/04/2011 15:32



Attention, flemmard, non, enfin pas spécialement (j'aime beaucoup marcher dans Paris); mais pantouflard oui - il y a une petite différence-: par commodité, j'ai tendance à fréquenter
majoritairement les restos près de chez moi (ceux du 13ème quand j'étais dans le 13ème, ceux du 5ème quand j'étais dans le 5ème, et donc désormais ceux du 15ème... heureusement, le 14ème fait un
peu tampon entre tous ces arrondissements).



Ana 12/04/2011 23:10



Sinon,  dans le 15ème, il y a Le Bélisaire et le Je-Thé-me, le premier pour le foie gras et le second pour le décor. Le tout est à Convention/Vaugirard.


Autre brasserie dont les st jacques valent le détour: Le dirigeable (Rue d''Alleray.)


Pour les tartares, c'est chez les tontons, rue de brancion, le long du parc George Brassens!


Bon ap' et merci pour les critiques du côté de Charles Michels!


 



mixlamalice 13/04/2011 10:08



Merci pour les adresses.


Chez les Tontons, oui, je suis plus d'une fois passé devant, il faut que j'y aille.


Pour les critiques du 15ème, cela devrait s'accélérer: c'est mon nouveau quartier, et je suis pantouflard... donc je procède actuellement par cercles concentriques autour de Commerce-Charles
Michel, en m'éloignant au fur et à mesure.



docadn 12/04/2011 13:30



Salut Mix,


Je retiens donc le Stéphane Martin (promis je n'y mangerai pas de poisson si j'y vais ;-))!!) et surtout la désormais certitude de croiser toujours beaucoup de "boutiques à barbaque" se réclamant
comme telle, qui n'ont que de la semelle à proposer au prix de celle d'une Weston !! BJ est de plus en plus drôle, franchement (le fait qu'il ne soit plus retourné manger depuis 2 mois chez
Saturne m'a fait beaucoup rire !!) il assoit une crédibilité sans conteste avec ce genre de billet avant-gardiste, que dis-je, visionnaire !!!



mixlamalice 12/04/2011 13:36



Salut Doc,


Attention, pour Stéphane Martin... si tu enchaînes avec le Bistrot du Dôme, tu vas croire que je ne fréquente que des maisons de retraite... (sinon, la personne qui avait pris la lotte ce soir la
l'a eu mauvaise devant notre jarret au chou, effectivement).


Pour les deux brasseries, plus que la viande elle-même (plutôt ok), c'était les à-côtés qui faisaient peine (légumes, pinard, service, etc) et provoquaient le spleen du parisien qui s'est fait
blouser...