Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 13:58

L'été venu, en France, je ne sais pas comment ça se passe chez les industriels, mais dans les labos de recherche comme dans beaucoup d'autres endroits qui ne font pas leur business dans les fringues ou le tourisme, l'activité est un peu ralentie. Pour faire dans l'euphémisme.

 

Entre mi-juillet et fin août, un grand nombre de chercheurs et d'étudiants prend typiquement entre 2 et 4 semaines de vacances, et éventuellement rajoute un petit congrès aux antipodes ou un "workshop" en Corse ou à Chypre. Le pic se situe, disons, les deux premières semaines d'août, où on peut environ compter quelque chose comme 20% des effectifs présents (en tout cas dans les labos où je suis passé).

 

Pendant cette période là, il y a toujours des gens qui vous expliquent qu'ils "bossent mieux quand les chefs sont pas là". Ou une variante: "quand le labo est désert".

J'imagine que pour certains, c'est vrai: après tout, il y a par exemple l'avantage non négligeable d'avoir la possibilité d'utiliser à temps plein une manipe habituellement surbookée.

 

En ce qui me concerne cependant, j'ai besoin d'un peu de pression pour être un minimum au taquet dans mon travail.  

Quand j'ai une conf' ou des entretiens à préparer, un article à rédiger, une thèse à finir, effectivement, le fait d'être un peu peinard peut me donner un supplément d'efficacité.

Mais avouons-le, dans la recherche, il y a quand même des moments où la pression se relâche.

Et donc, quand il n'y a pas d'urgence particulière, que personne n'est là de toute façon, qu'il faut beau, chaud et que les filles sont belles, j'ai un peu tendance à m'astiquer la nouille. Au sens figuré, bien sûr. Je veux dire que je vais avoir tendance à prendre trois heures pour faire un truc qui m'en prendrait une si j'étais à fond, à arriver un peu plus tard et à partir plutôt plus tôt ou prendre deux heures de pause au déjeuner, à avoir moins de remords à m'éclipser pour aller voir un match, etc.*

C'est tout de suite moins vrai quand il y a un peu d'émulation sur le lieu de travail: si tout le monde est la et bosse, ça me pousse à ne pas me laisser aller.

 

Parce que, sans vouloir cafter ni tirer de conclusions hâtives, j'ai quand même l'impression que je ne suis pas seul à me la jouer pépère quand le labo est désert. Quand il y a 5 thésards et 2 post-docs (et 0 permanents) présents sur une unité qui compte habituellement 70 personnes, je vois peu de gens à fond, sauf éventuellement les chinois ou les indiens qui de toute façon bossent comme des chimistes quoi qu'il arrive.

 

En tout cas, il me semble bien que, parmi ceux qui m'expliquent le plus sérieusement du monde qu'ils sont super efficaces quand ils ont le labo pour eux tous seuls, il y en a pas mal qui arrivent à 10h, repartent à 16, prennent trois thés dans la journée et ne lèvent jamais le cul de leur bureau pour aller maniper.

 

Généralement, ce sont les mêmes qui le reste de l'année t'assènent au bout de deux heures de pause-café qu'ils sont surchargés de boulot en ce moment...  

 

 

 

* Pour prendre un exemple concret: cette semaine, mes deux chefs sont en congrés. Mon co-bureau assiste aussi à une conférence. Pour la première fois depuis deux ans, je sais où je serai à la rentrée, et je n'ai pas à me demander quelle sera la prochaine personne à qui je devrai faire de la lèche. Je donne le préavis de départ de mon post-doc à la fin du mois. Comme cela aura duré à peine six mois dont quasi-deux de concours, il y a peu de chances que j'obtienne des résultats révolutionnaires. Il y a la Coupe du Monde et le Tour de France. Mon plus gros stress est de savoir si j'aurai le temps/l'argent d'aller voir Priscilla, et quand elle rentrera définitivement en France.

Bref, même si j'essaie de suivre honnêtement le plan de travail qu'on s'est fixé, je l'avoue franchement, je ne suis pas à 200%. 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

postdoc 09/07/2010 19:51



Moi j'aime bien l'été. La labo est calme, les undergrads ne sont pas là et surtout ma collègue de bureau est à l'autre bout du monde (et ça ce sont des vraies vacances). Les permanents ne sont
pour la plupart pas là non plus d'ailleurs. Ma cheffe se barre 1 mois et demi, mais c'est principalement à cause des confs (faut bien qu'elle justifie son summer salary). Au final il reste
surtout quelques postdocs et les étudiants chinois. Et puis il y a la clim. Au final, mes horaires ne changent pas des masses, typiquement du 8h15-17h45 mais je suis bien plus relaxé et je pense
assez productif. Si je dois partir, à choisir je prends plus juin ou septembre que juillet/août. Mais bon, comme je n'ai pas encore de poste permanent et que pour les postdocs c'est pas brillant
non plus don au final c'est plutôt pas de vacances mais un papier en plus.



mixlamalice 09/07/2010 21:15



Ah, chez nous y avait pas mal d'undergrads en été (stages)... et mon chef était en conf' fréquemment, pas plus l'été que les autres saisons...


Sinon je suis aussi assez partisan des vacances décalées, ne serait-ce que tout début juillet ou toute fin août, ça permet d'être peinard au labo et d'avoir moins de monde pendant qu'on se
balade.



Aisling 09/07/2010 17:52



"quand le chat n'est pas la les souris dansent" -> on a les vacances qu'on peut :-)



Aisling 09/07/2010 16:16



Arrrgh!! De ce cote de l'Atlantique, juillet/aout c'est le moment de couper tout contact avec la France, de bloquer Facebook et d'arreter de lire les blogs francais pour eviter l'avalanche de
"youpla boum, vive les vacances!" parfois emaillees de dilemmes aussi cruels que "j'ai *QUE* quatre semaines de vacances cette annee, comment je vais faire pour caser mon safari au Kenya, ma
visite chez grand-mere, ma semaine d'escalade et un minimum de farniente a la plage?"


Ici, l'ete, c'est "business as usual" - avec plein de dates limites en prime! Les vacances? Ben on a eu le 4 juillet qui est ferie: ca fait un week-end de trois jours. Et il y aura labor day en
Septembre. Naaan, je suis pas deprimeee!!


Bonnes vacances quand meme, si tu peux en avoir, faut pas se priver!!!



mixlamalice 09/07/2010 16:41



Pour l'instant, je n'ai "qu'une" semaine de prévu, pour aller voir popa-moman et fêter les 2 ans de ma nièce. Je me réserve de prendre une dizaine de jours en plus pour aller aux US si le prix
des billets et le changement d'état post-doc-MdC le permet, pas gagné...


Dans mon groupe US, tout le monde prenait une semaine-dix jours à peu près en été, parfois en deux fois. Mais réparti sur tout l'été et avec un groupe plus conséquent, c'est sûr que ça
donnait jamais un labo désert. Même si la productivité est pas forcément pour autant à son top dans cette période.*


* Mais dans mon groupe, la production des thésards était avant tout reliée à la présence du chef, quand le chat n'est pas la les souris dansent. Ce qui m'a toujours étonné dans le mesure où
c'était une attitude que je trouvais assez scolaire (j'en ai déjà causé je crois), et que de plus, quand le chef était là, il n'était pas vraiment du genre à "surveiller" ses étudiants pour voir
s'ils manipaient...