Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 12:56

De même que les explorateurs gastronomes du 11ème osent parfois franchir ses frontières pour aller se perdre dans le 3ème ou le 10ème, il m'arrive aussi parfois de sortir de mon quartier latin pour aller me sustenter dans le 13ème ou le 6ème...

Je pousse même jusqu'à la rive droite, travaillant dans le 3ème.

 

Donc, dernièrement, du bon et du moins bon:

 

- 6ème arrondissement:

 

- Le Charivari: (Vavin) idéalement situé à l'intersection entre les boulevards Raspail et Montparnasse, ce bistrot a été repris il y a à peu près six mois par des restaurateurs déjà propriétaires de deux trois brasseries dans le coin.

Testé au cours d'un dîner blogueur, nous fûmes déjà plus inspirés: tout a été dit par Mr Lung, je vous laisse donc à son article...

En ce qui me concerne, le burger était très correct, ainsi que les oeufs mimosas en entrée, avec un certain effort de présentation... mais à 25-30 euros sans les vins (la carte des vins étant probablement la plus inintéressante qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps*), vous pouvez trouver mieux, que ce soit dans ce genre rétro, et même dans un style plus moderne: faites par exemple 200 mètres de plus et allez plutôt tenter votre chance rue Sainte-Beuve, au Timbre ou à Moustache (remplaçant Chez You, que j'avais trouvé plutôt sympa la seule fois où j'y étais allé), deux mini-bistrots qui ont eu de bons échos.

 

- La Ferrandaise: (Luxembourg, www.laferrandaise.com/) Un bistrot dont je n'avais pas entendu parler et qui n'a pas une énorme presse actuelle, mais qui a connu son heure de gloire en 2006 (meilleur bistrot Lebey). Il faisait partie de la shortlist du dîner blogueur mentionné ci-dessus, recommandé par Alain.

En regardant leur site, j'avais vu qu'ils acceptaient les groupes, et je les ai donc contactés dans le cadre du repas de promo spécial 10 ans.

Contact téléphonique sympa, et organisation nickel pour notre groupe. Menu "customisé" à 44 euros tout compris, correspondant grosso modo au menu à 32 euros avec un choix limité, et une bouteille de vin dans les 25-30 euros et une d'eau pour 3 personnes.

Après un consommé de choux-fleurs en amuse-bouche, soupe de potirons-carottes avec un petit toast et des cébettes très goûtue ou des classiques et bons champignons farcis. En plat, du paleron en pot-au-feu, copieux et bien cuisiné, idéal par ce temps, ou du bar grillé très convaincant. Les desserts sont un peu en deça (gâteau chocolat cacahouètes un peu déséquilibré, ananas un peu quelconque et un mariage moyen avec la glace basilic). Vins assez quelconques, mais nous avions pioché dans le bas de la carte qui présente quelques références intéressantes.

En tout cas, service au top, grande salle idéale et un bon moment avec des convives sympathiques. A réessayer dans un contexte plus "naturel".

 

 

- 13ème arrondissement:

 

- L'âge d'or: (métro Tolbiac, www.lagedorparis.com/). Une adresse "le Fooding en goguette" dans les quartiers populos et moches de la capitale. Mais on ne va pas non plus aller dans un resto asiatique, ce serait tellement convenu... Donc une espèce de bar à vins (qui garde ses bouteilles verticales dans la salle), qui fait aussi troquet pour étudiants, galerie expo, salle de jazz, et un peu resto.

Rien d'exotique ce soir là, mais cela dit, je reconnais volontiers que la formule à 24 euros (entrée plat dessert, 18 pour entrée plat) est assez chouette, avec une jolie cuisine, assez légère, sortant des sentiers battus à ce prix: brochette jambon-figue-tomates cerises avec une salade frisée, magret de canard avec une purée de salsifis, ou un poisson dont j'ai oublié le nom et une association audacieuse mais bien menée avec un risotto aux champignons et châtaignes. Tarte aux figues en dessert.

Si vous n'avez rien à foutre dans le quartier, vous pouvez vous abstenir, mais si vous êtes là et que vous ne vous sentez pas de choisir au pif entre 10 restos chinois et 15 vietnamiens, c'est plus qu'honnête. Service djeun's cool.

 

- L'auberge Etchegorry (entre Gobelins, Glacière et Place d'Italie): Une maison qui assume depuis des lustres sont côté auberge de province du siècle dernier. C'était à l'origine un cabaret célèbre où Hugo et Dumas aimaient venir ripailler, et ç'a été pendant longtemps un classique bibendum gourmand... J'avais beaucoup aimé les deux premières fois, il y a déjà plusieurs années, ce côté très "région", grosse bouffe basque de belle facture pour 35 euros: cou d'oie au boudin, cassoulet, gibiers, charcutailles etc. Y retourner récemment fut une grosse déception. La carte n'a pas changé mais la qualité a beaucoup baissé. Ca n'est pas scandaleux, mais on y a perdu en goût, les plats sentent le réchauffé, livrés à table 12 secondes après la commande, avec les tagliatelles croquantes du fait du micro-ondes... Les desserts sont un peu plus au niveau, et la carte des vins présente des prix honorables (Clos Triguedina pour environ 25 euros, par exemple). Comme on mange moins bien, on s'attarde plus sur le côté kitsch extrême de la déco, et le service un peu "jeune".

Dommage.

 

 

- 3ème arrondissement:

 

- Au Bascou: (Arts et Métiers, Temple, République, www.au-bascou.fr/). Lui aussi meilleur bistrot parisien il y a quelques années. Lui aussi resto basque (tenu par un breton, ancien de chez Senderens). Un chouette menu déjeuner à 17,5 pour entrée plat ou plat dessert, avec langue de boeuf ou oxoa de veau. Beau et bon, on en voudrait plus. Déco un peu quelconque, et tables un peu trop rapprochées. Service un peu débordé, du coup plus d'une heure pour déjeuner en arrivant avant le coup de feu. Un peu dommage.

A essayer probablement plutôt le soir, pour s'attarder sur une carte alléchante et les spécialités de gibier (lièvre à la royale).  

 

 

- Le Havre:

 

- La Petite Auberge: jolie table un poil compassée avec un service un peu chichiteux, mais beau menu entrée plat fromage dessert pour un peu plus d'une trentaine d'euros. Un peu d'audace sur les entrées (tartare de crevettes), plus classique sur les plats, joli plateau de fromages locaux, carte des vins assez fournie... Clientèle plutôt agée et pépère en ce dimanche, on est loin de l'adresse locale branchée, mais c'était bien. Pas exceptionnel, mais bien. A mon avis pas loin de ce qui se fait de mieux au Havre.

 

 

 

 

Je rajouterai peut-être quelques photos, mais bon, j'ai un peu la flemme là... Attendez plutôt celles de chez Piège, pour Noël.

 

 

 

* parmi les 10 références, on trouve par exemple le fameux Mouton-Cadet 2007, vous savez, cette bouteille à 10 euros (vendue environ 25) qui me donnait l'impression d'être connaisseur quand je l'achetais au Champion en bas de chez moi pendant mes années étudiantes.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Restos
commenter cet article

commentaires

Docadn 08/12/2010 17:34



Salut l'aventurier,


No comment sur tes adresses, vu la totale méconnaissance personnelle de ces dernières. Juste un rebond sur le Mouton-Cadet qui continuera à bananer des générations de "palais affutés".
Mouton-Cadet est au vin ce que Festina est à la montre... De la mauvaise came vendue à un prix injustifié...



mixlamalice 08/12/2010 17:44



Salut doc.


Rien d'exceptionnel dans les "tests" de ces derniers temps, mais le Bascou vaut sa formule déjeuner si tu te ballades vers les Arts et Métiers.


Pour la Ferrandaise, a priori positif aussi...


Quant au Mouton-Cadet, content d'avoir ta confirmation. Quand on a 5 références en rouge, dont 1 sur du Mouton-Cadet, difficile de passer pour un bistrot à vins... Je dois avouer que je l'avais
rarement vu dans des restos parisiens, plus souvent au Franprix où je vais acheter mes yaourts...


 


Bon, sinon, j'espère bien sous peu me remettre à explorer le monde au-delà du périph', et peut-être même au-delà de l'hexagone...


A vendredi.



Catherine 06/12/2010 00:50



Tss, tss, tss, Mix, je vais être obligée une fois de plus de mettre mon grain de sel et de vous recommander 2 restaus dans le 13ème : essayez donc le chinois/vietnamien/thaïlandais/coréen Lao
Lane Xang 2 au 102 avenue d'Ivry, vous changerez d'avis au moins sur un restaurant asiat en plein coeur du quartier chinois... et puisque nous sommes dans le 13ème, restons-y, dans une version
plus frenchie et bobo : l'Avant-Goût, au 26 rue Bobillot, assiettes et verres très recommandables. Quant au Havre, allez faire un tour au superbe Musée Malraux, et après les
nourritures spirituelles, profitez-en pour manger au restaurant du 1er étage, un espace tout en bois blond, baies vitrées et vue imprenable sur les paquebots et la mer. Alliances de saveurs
très réussies et superbes assiettes copieuses. Ce n'est pas un tuyau percé... trust me.



mixlamalice 06/12/2010 13:28



Ah, je n'ai rien contre les restos asiatiques, mais comme je n'y connais rien et que je n'ai que peu de personnes de confiance spécialisées là-dedans dans mon entourage, je m'abstiens souvent
lâchement.


Bien noté donc pour le Lao Lane, d'autant que je l'ai vu mentionné un peu partour.


Pour l'Avant-Goût, j'y suis allé il y a déjà 5 ans et plusieurs personnes qui y sont allés suite à mes vieilles recommandations m'en ont toujours dit du bien. Je n'aurais rien contre mais ce fut,
je crois, notre première scène de ménage avec Priscilla. Comme on en a grosso modo une par an, elles marquent, et ça refroidit beaucoup, même si le resto n'y était pour rien...


J'ai aussi visité le Musée Malraux, il me reste à essayer le resto la prochaine fois. Merci pour le tuyau, il n'y a pas tant que ça de perles rares au Havre.



JF 05/12/2010 23:13



 


"Menu "customisé" à 44 euros tout compris, correspondant grosso modo au menu à 32 euros avec un choix limité, et une bouteille de vin dans les 25-30 euros et une d'eau pour 3 personnes."


 


Si je compte bien, 32 + 30/3 = 42 : vous ne me semblez donc pas avoir fait une affaire :-)



mixlamalice 06/12/2010 13:25



Y avait la flotte aussi (~2 euros par tête).


Disons que, à 1 euro près, on a eu le juste prix, sans remise, et avec moins de choix. C'est souvent le cas dans les repas de groupe... Au moins avons nous eu des bons plats de la carte, avec la
gageure que tout le monde soit servi en même temps. 


qui a déjà fait une bonne affaire gustative à un mariage comparativement au prix payé, par exemple?