Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 11:31

Paris coûte cher quand on a un revenu de 0 euros, même lorsqu'on squatte un canapé.
Paris coûte d'autant plus cher quand on n'a plus vu ses copains depuis deux ans, à part très furtivement entre deux auditions, congrès ou avions.
Parce que, pour passer un peu de temps à retrouver ses potes, on n'a pas inventé mieux que le bar ou le resto. Alors, depuis deux semaines, j'ai bu pas mal de pintes de bières dégueus (et je me souviens avec un brin de nostalgie des micro-brasseries du Western Mass), mais, plus intéressant, j'ai aussi poursuivi ma petite quête gastronomique avec pas mal de bonheur (donc au diable l'avarice), sponsorisée ici par le guide du Fooding ou le Michelin (section bibendum gourmand).

En vrac:
- Chez You, 6ème (Vavin). Dans une petite rue à deux pas du boulevard du Montparnasse, au niveau de la Coupole, du Dôme etc. Un resto thaÏ un peu "haut de gamme" dans un décor de bistrot parisien, tables en bois, bar, et menu sur ardoise. A la carte comptez environ 35 euros. Je n'y connais pas grand chose mais j'ai trouvé les plats bons, et le service ultra-commerçant m'a donné envie de revenir: nous cherchions quelque chose d'ouvert pour manger rapidement avant un ciné, la serveuse est arrivée, a ouvert le resto pour nous avec 15-20 minutes d'avance par rapport à d'habitude, nous a conseillé sur les plats qui pouvaient arriver vite etc. Ca m'a donné envie d'y retourner et de prendre un peu plus mon temps.
- La Cantine du Troquet, dans le 14ème (Pernety). Les endroits à Paris où on peut manger entrée-plat-dessert de qualité pour moins de 30 euros ne sont pas si aisés à trouver, ce resto basque en est un*. En entrée, couteaux, terrine, pâté de tête etc, en plats échine de porc, civet de sanglier, poitrine de cochon etc, vous voyez le genre. Sans réservation, il faut aimer s'entasser au bar et attendre son tour, et le principe des tables d'hôte. Le repas complet autour de 25 euros, 35 en étant généreux sur le vin. Je qualifierais ça de mélange assez réussi entre la Régalade (14ème également, pas loin) et la Cave de l'Os à Moelle (fin fond du 15ème). Le patron a d'autres restaurants plus "haut de gamme", le Troquet et le Grand Pan, où je ne suis pas allé.
Une chronique plus détaillée ici, avec des comparaisons similaires: www.chrisoscope.com/2008/07/06/la-cantine-du-troquet/ 
- Le Petit Marguery, 13ème (Gobelins). Une valeur sûre, rachetée de nombreuses fois mais qui a su garder son côté old school de qualité (la clientèle, le décor et le service ne trompent pas). Menu à 36 euros, des suppléments un peu partout, pour de la cuisine de terroir un peu travaillée, plutôt bien faite et généreuse. Service et déco type "petite brasserie chic", un peu dans l'esprit de Gallopin. On trouve assez facilement meilleur rapport qualité-prix à Paris, mais pas forcément dans ce quartier, et ça reste un honnête point de rendez-vous pour les tablées un peu nombreuses en panne d'idées branchouilles, où je n'ai jamais été déçu.
 - Le Janissaire, 12ème (Daumesnil). Resto turc gastronomique (pas de kebab frites), dans une allée pas franchement funky. Le menu midi à 13 euros est probablement l'un des meilleurs rapports qualité-prix que je connaisse. Purée aubergines-poivrons-oignons pour commencer, à étaler sur une bonne galette au sésame, "brochette" poulet-agneau à l'ail et au persil, avec un peu de boulghour bien assaisonné et de la salade pour suivre, pâtisseries à la pistache bien fondantes pour conclure. Efficace, goûteux, copieux, bluffant, ça change du tartare médiocre à 10euros50. Service nickel, plusieurs petites salles assez classes. M'a donné grande envie d'y retourner le soir pour le menu gastronomique à 45 euros, dommage que ce ne soit pas trop un quartier où je passe par hasard.
- Les Cocottes de Christian Constant, 7ème (Invalides ou Ecole Militaire). "Le" resto de la rentrée 2007: le nouveau concept du chef Christian Constant, ancien du Crillon, déjà propriétaire dans la même rue Saint-Dominique du gastronomique Le Violon d'Ingres, du café Constant, et des Fables de la Fontaine (depuis cédé à deux de ses anciens). Constant, un peu comme Senderens, en a eu marre du Michelin et s'est placé dans le créneau "démocratisation de la grande cuisine" (démocratisation reste ici assez relatif).  Entrées et desserts entre 7 et 10 euros, plats - servis en cocottes Staub, comme le nom l'indique- autour de 15 (quelques "suggestions" à 25), on dépasse de justesse les 30 euros pour un menu complet si on oublie les cocottes aux noix de St-Jacques. Bouteilles assez chères, mais pas mal de choix au verre autour de 4 euros. Tout est excellent, très savoureux, du potage de potimarron au jambon de pays en entrée à la cocotte de poulet au citron confit et olive ou encore le vol au vent en plats, et la fameuse tarte au chocolat ou le clafoutis en dessert. Ce resto est plutôt fait pour les couples, qui peuvent s'asseoir au comptoir. Il y a quelques tables de 3 ou 4 personnes mais n'y allez pas à plus, et allez-y avant 20h si vous voulez l'une de ces tables. Service un peu dépassé car en sous-nombre, donc un peu d'attente entre les plats à prévoir, mais gentil, déco minimaliste. Là aussi, pas de réservation, mais un bon plan, même si c'est un autre quartier où je passe assez rarement - un pote s'y est installé, ça va donc peut-être changer, d'autant qu'il y a de quoi faire plaisir à un gastronome aux alentours de la rue Saint-Dominique.
-  Le Bistro des Halles, 1er (métro Châtelet). Pas vraiment un resto (fermé le soir), plutôt un endroit pas loin des Halles où faire une pause déjeuner ou casse-croûte. Très bons sandwiches, copieux et préparés à la demande dans les 5 euros, salades copieuses avec des bons produits (un peu chères, ~12 euros), quelques plats classiques et roboratifs (andouille, confit de canard, etc, dans les 14 euros si ma mémoire est bonne). Petits vins de propriétaires au verre dans les 3-4 euros. Service parigot gouailleur, bonne ambiance. Evitez le plateau de fromage, bien cher (ou alors servez-vous généreusement), mais quand je suis dans le coin j'aime bien m'y faire un dwich'-verre de rouge pour environ 9 euros.

Voila. La semaine prochaine je suis à Nice, c'est Papa qui va payer, donc si mon foie tient le coup je vais essayer de continuer sur ma lancée. Et essayer de me remettre au sport un peu aussi, sinon, le bibendum gourmand finira par désigner autre chose.

* Dans cette gamme, mon préféré reste d'assez loin La Biche au bois, près de Gare de Lyon (12ème). Ou en tout cas ça l'était la dernière fois que j'y suis allé, il y a deux ans et quelques.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Restos
commenter cet article

commentaires

Chrisos 18/01/2010 18:54


hello, je veux bien sponsoriser la recherche française, on se fait un déj dans le 8e prochainement?


mixlamalice 18/01/2010 19:55


Oui, pourquoi pas, je t'envoie un mail pour te donner mon emploi du temps.