Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:16
Petite pause vis à vis de la "soirée de diapos de vacances version blog" pour s'ébaudir un peu devant le système universitaire US.
 
Lire le mail d'un Full Prof. américain à un administratif financier de sa fac me laisse rêveur: si seulement je pouvais adopter le même ton et les mêmes propos*... (est-ce possible quand on est un Prof. 1ère Classe en France?)
 
 
"I understand that there is a problem for the student getting his fee waivers.
I would think that it is not very reasonable to punish a student who gets a fellowship. That helps everyone and it shouldn't hurt him. 
It has gone well enough now that we will likely have him get a joint degree. It is not the kind of program we want to make difficult, it is the kind of thing we want to work very hard to make sure more students want to do it.
"
...
 
" I actually do not understand the total issues. He gets a fellowship and will be a student in every normal sense of the word, just that part of his stipend is being paid to him directly by the Fellowship. That gives us a full time student at a lower cost than normal, so why are we being given such a difficult time with him?
"
 
 
* en gros, pour les non anglophiles, "pourquoi voyez-vous/cherchez-vous des problèmes dans une situation on ne peut plus claire? pourquoi rendez-vous difficile une situation qui est a priori favorable pour tout le monde, de l'étudiant à l'Université? le but devrait plutôt être de travailler dur pour faire en sorte que beaucoup d'étudiants cherchent à profiter de cette opportunité".
Et si je comprends bien la suite, le problème a ensuite été réglé rapidement (attention, ils sont balèzes aussi, donc rien n'est jamais sûr...).    

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

DM 02/09/2012 17:04


Sinon, je t'invite à lire la documentation officielle du CNRS sur les missions, il y a justement le cas des experts étrangers, auxquels on n'applique pas le plafonnement de 60€. Renseigne-toi et
au besoin mets le texte sous le nez des administratifs.

mixlamalice 02/09/2012 17:14



A transmettre à "postdoc", car (chacun sa croix) mes pbs ne sont pas (plus) liés au CNRS dont je ne dépend pas (plus)...



DM 02/09/2012 15:58


Quant aux tons et aux propos, je me demande si en France tu ne peux pas effectivement le faire, voire être plus cassant, si tu es PR ou DR haut placé qui peut crédiblement menacer de faire un
scandale auprès de la présidence de l'université, non?

mixlamalice 02/09/2012 16:16



Je ne sais pas, mon article était de ce point de vue la plutôt interrogatif...


Par contre, il me semble que les "hauts placés" finissent toujours par intégrer des cercles "administratifs" également hauts placés, ce qui limite leur pouvoir potentiel de nuisance (absorbé par
le système on se montre moins véhément contre celui-ci). C'est moins le cas aux US où beaucoup de bons profs n'iront jamais plus haut que, éventuellement, Head of Department, équivalent de
directeur de labo pour un gros labo... mais ce n'est qu'une hypothèse.



DM 02/09/2012 15:56


Je crois que c'est largement à la tête du client, ce genre de "règles". Personnellement, je vérifie toujours d'avance si un truc risque de coincer.


La France n'est ceci dit pas le pire pays: j'ai eu des complications incroyables au Japon et en République Tchèque (pour le Japon, j'ai dû faire signer un document bilingue japonais-français par
le fisc français pour justifier que j'étais bien fiscalement domicilié en France!).

mixlamalice 02/09/2012 16:11



De mon expérience, le pb est que tout ou presque peut potentiellement coincer, et qu'au bout d'un moment il faut bien essayer d'avancer quand même...


Il y a aussi, je pense, des pbs un peu partout, la différence étant surtout dans la qualité du dialogue et la facilité de résolution: je viens d'apprendre qu'un contrat postdoctoral était bloqué
et que donc celui-ci ne commencerait pas lundi comme prévu depuis début juin, parce que j'ai appelé la DRH pour m'assurer que tout était bien en ordre. Dans un autre registre, on attendait de moi
que je rédige la convention de cotutelle après m'avoir transmis un template et en m'expliquant que c'était pas leur boulot mais le mien parce que c'était mon étudiant, quand du côté US c'est un
administratif qui s'est occupé de tout... On peut les multiplier... (et ça se passe dans deux endroits différents, ce n'est pas du dysfontionnement localisé)



postdoc 31/08/2012 09:33


Dans la série, l'administration française travaille dur contre nous, au labo on a mille difficultés à ce que le CNRS rembourse quelqu'un qui a été invité pour donner un séminaire au-delà de 60 €
par nuit en France, ce qui est déjà très limite. Les horaires des avions étant ce qu'ils sont et notre intervenant venant d'Écosse il a dû passer une nuit à Londres pour prendre l'avion de 6
heures. Le CNRS refuse catégoriquement de rembourser. Je ne sais pas si le CNRS se rend vraiment compte de l'impression absolument désastreuse que ça laisse sur les invités (donc pas vraiment
invités en fait). Avec des collègues on voulait prendre en charge l'organisation des séminaires, quand on voit le scandale on hésite fortement et si on le fait on va sans doute demander de forte
garanties. J'ai dirigé les séminaires pendant un an aux États-Unis et évidemment je n'ai *jamais* été confronté au moindre refus de remboursement de la part de l'administration (sauf pour
l'alcool pendant le dîner, la loi interdisant l'utilisation de fonds publics pour l'achat d'alcool [suffisait que ça ne paraissent pas sur la facture et c'était bon de toute façon]).

mixlamalice 31/08/2012 13:50



La décentralisation a des avantages: aux US pour ce genre de questions, il me semble qu'on deale avec l'admin de la fac, voire du département (de toute façon, c'est du fond propre); au CNRS,
c'est avec l'admin du CNRS... les labos de grandes écoles ont un peu ce genre de flexibilité.