Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 11:59

On ne va pas refaire le débat, mais sachez que je suis, en l'état actuel en tout cas et plutôt par défaut, un défenseur du système classes prépas-écoles d'ingénieurs.  

 

Cela dit, je ne suis pas un gros fan de cet état d'esprit assez répandu chez mes coréligionnaires: s'estimer a priori lié à vie à quelqu'un sous prétexte qu'il a fréquenté les mêmes établissements que vous.

 

Ce principe s'est un peu généralisé depuis l'avènement de fessebook, mais je n'ai jamais été attiré par les repas de promos, les célébrations du type 10 years after, ou que sais-je encore: je me suis fait en école et en prépa une quinzaine de potes et autant de connaissances que j'apprécie sans que nous soyons très proches, je continue en majorité à les voir régulièrement, et je n'ai pas nécessairement envie de retrouver ceux que je ne fréquentais pas à l'époque parce que, depuis, nous avons obtenu le même diplôme.

 

Malgré tout, je suis un peu cynique assez pragmatique, donc je reste a priori disposé à adhérer à l'association d'"anciens" de mon école, ce qui n'est généralement pas donné (autour de 100 euros annuels).

D'une part parce qu'en théorie, cela peut permettre de faire la connaissance de personnes plus jeunes ou plus âgées, que l'on n'avait pas fréquentées directement, et avec qui on partage un certain nombre d'intérêts communs.

D'autre part parce qu'il est toujours intéressant professionnellement de posséder un "annuaire", un réseau. On peut le déplorer, mais beaucoup de choses fonctionnent comme cela en France, et ailleurs. Quand le DRH de BigCorp a fait la même école que vous et que vous l'avez vu alors la bite à l'air en train de faire la tortue, il faut l'admettre, ça crée des liens.   

 

Ceci posé, je dois maintenant signaler que je suis diplômé d'une petite école, l'une des dernières qui continue à majoritairement former des chercheurs, en tout cas des scientifiques (bon an, mal an, plus de 50% d'une promo se tourne vers le doctorat). Dans le domaine de la recherche, publique ou même industrielle, avoir un bon réseau est probablement moins important qu'ailleurs. Ou plutôt non, mais en tout cas ce n'est probablement pas le réseau "école d'ingé" qui vous servira le plus.  

Comme de plus la taille de nos promos est inférieure à 100 personnes, il est aisé de comprendre que l'association des anciens de mon école n'a pas la puissance de celle de l'X, des Mines, ou de Centrale. Loin s'en faut. 

 

A vrai dire, jusqu'à il y a quelques années, l'association, disons le franchement, ne servait à rien: l'annuaire était mis à jour une fois tous les dix ans, et le seul contact que nous avions avec les "anciens" étaient lorsqu'ils venaient jouer les pique-assiettes à la remise des diplômes ou au gala de l'école.  

Lorsque j'avais demandé à m'inscrire, on m'avait orienté vers le site oueb pas franchement 2.0. Pour se connecter, il fallait disposer d'une adresse mail "valide", probablement celle donnée à l'entrée à l'école dont je ne m'étais jamais servie et que j'avais oubliée. J'avais donc contacté la secrétaire de l'association, à qui j'avais expliqué que je souhaitais adhérer mais que je n'arrivais pas à le faire en ligne. Elle m'avait répondu "connectez-vous sur le site web, on vous communiquera un mot de passe"... du travail de pro, je m'étais donc dit que j'aurais mieux à faire de mes 75 euros.

 

Récemment, des efforts ont été accomplis par la jeune garde (après quelques manoeuvres type "calife à la place du calife" qu'il vaut mieux ne pas détailler).

Depuis, il y a un site un peu plus fonctionnel, "visible", et gratuit d'accès, des contacts plus réguliers avec l'association, une remise à jour régulière de l'annuaire, etc.

Cependant, j'hésite toujours à me réinscrire.

Ne serait-ce que parce que j'ai reçu hier la demande de cotisation. Déjà, comme je l'ai dit plus haut, j'estime que ce n'est pas parce qu'on a fait la même école à 30 ans d'intervalle qu'on se doit de m'appeler "camarade" et me tutoyer.  

De plus, on m'apprend que sur les 75 euros que l'adhésion coûte, 32 sont consacrés aux actions d'entraide aux diplômés.

Or, il y a deux mois, échaudé par mes échecs répétés aux concours, je commençais à me demander si je ne ferais pas mieux de me réorienter vers une carrière industrielle. Ca n'a jamais vraiment dépassé le stade de la réflexion, mais j'avais contacté des membres de l'association pour qu'ils m'aident à écrire mon CV (la version académique de 10 pages avec le résumé de ma conf' à Le Bessat n'est pas d'une grande utilité pour aller chez Bettencourt). J'avais envoyé un "draft" d'une page, en demandant quelques conseils et en posant quelques questions précises. J'avais reçu une réponse, qui, quoi que gentille, ne répondait pas à mes questions, tenait un peu trop de la novlangue managero-commerciale (ah, ces fameux "mode projet", "projet professionnel" et autres) et ne faisait pas trop avancer mon schmilblick.

J'ai ensuite reçu un autre mail m'informant que mon correspondant était très occupé mais qu'il me recontacterait sous peu. 

C'était il y a deux mois.

 

Alors bon, je n'ai jamais été vraiment dans l'urgence et ce n'est plus trop d'actualité pour moi de toute façon, et, sollicitant un service, je n'ai pas à faire preuve d'exigences démesurées. De plus, les "actions d'entraide" évoquées dans la lettre relèvent plus du prêt à taux 0 que de la rédaction de CV-lettre d'embaûche. 

Mais j'avoue que ça ne m'incite pas non plus à sortir mon carnet de chèques...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

Aisling 15/07/2010 15:59



Le "pour ou contre" les prepas est surement tres lie a l'experience personnelle du systeme de chacun... En ce qui me concerne, je suis passee par une prepa integree a la fac (oui, ca existait
deja il y a 15 ans!) et je ne m'en porte pas plus mal. A priori, les facs sont tout a fait capables de selectionner des etudiants sur dossier pour une formation a effectif plus reduit et de les
preparer a un concours national - en l'occurrence, les ENSI. Ensuite j'ai choisi une ecole issue d'un mastere, donc essentiellement universitaire. A priori, la aussi, la formation m'a paru assez
similaire a ce qui se trouve dans d'autres ecoles d'inge plus renomees que j'ai pu voir de pres pour y avoir enseigne ensuite pendant ma these. Donc au final, c'est juste une question
d'organisation.La difference principale que j'ai observee entre la prepa fac et la prepa lycee par laquelle sont passes pas mal de mes amis et connaissances se situe principalement au niveau de
l'ambiance. Les prepas lycees me semblent etre plus en vase clos, les gens ne connaissent pas du tout le systeme universitaire et galerent pour avoir des equivalences de DEUG (a l'epoque, hein).
Bon, il y a surement des avantages a etre "entre soi", puisqu'en prepa lycee tout le monde bosse en permanence avec acharnement (il parait que ca motive), alors qu'a la prepa fac, tu fais partie
d'une poignee d'olibrius qui ont 15 heures de cours par semaine de plus que tout le monde, sans compter les DS et colles astucieusement places au moment ou l'etudiant moyen sirote une biere au
cafe ou profite de son week-end pour faire la grasse mat.


 


Donc, pour revenir au debat, est-ce que l'universite peut gerer des filieres type prepa/ecole d'inge? Clairement la reponse est oui. Est-ce qu'il faut pour autant suprimer les prepas des lycees
et les ecoles d'inge independantes? Si c'est bien reflechi et prepare, c'est surement une bonne idee qui permettrait de decloisonner des filieres artificielement separees. Mais dans la realite...
Pas si sur. Le probleme principal de l'universite francaise a l'heure actuelle, a mon avis, c'est l'OR-GA-NI-SA-TION. Au niveau des prepas, la question serait de savoir si on peut passer de
quelques facs qui gerent un petit nombre de filiere prepas (dans ma fac on etait 25/30 sur une promo de 3 amphis, hein) a toutes les facs de France qui gerent un grand nombre de filieres prepa.
En particulier, est-ce que les universites pourraient beneficier de mutations des profs de prepas-lycee pour venir renforcer leur equipe pedagogique? Est-ce que ces profs la accepteraient de
venir enseigner a l'universite? Ensuite, au niveau ecole, le probleme se pose au nveau des debouches. Les universites essaient desesperemment de se faire un nom, de creer des reseaux d'anciens,
etc. Or comment se dire que les ecoles qui ont deja fait ce travail depuis des decenies n'y perdraient pas en etant phagocitees par les universites? Et encore une fois, niveau organisation
pratique des enseignements, des locaux, etc, je ne crois pas trop au "bigger is better" qui est la grande mode du jour. Dans la realite, c'est plutot "bigger is messier", et ca c'est pas
terrible. 


 


Sinon, du coup, j'ai ete jeter un coup d'oeil sur mon asso d'anciens, et ca m'a l'air relativement peu actif... Mais au moins, les instructions pour s'inscrire sont claires et les frais modestes
:-)



mixlamalice 15/07/2010 17:02



"Si c'est bien reflechi et prepare, c'est surement une bonne idee qui permettrait de decloisonner des filieres artificielement separees. Mais dans la realite... Pas si sur. Le probleme principal
de l'universite francaise a l'heure actuelle, a mon avis, c'est l'OR-GA-NI-SA-TION."


C'était un peu ma conclusion aussi: dans l'idée, pourquoi pas, mais les moyens à mettre en oeuvre pour que ça se fasse correctement sont  extrêmement complexes et nécessitent une profonde
réflexion/remise en question (sans parler de l'importance des lobbies dans cette histoire).


Si c'est pour dire "a bas les filières élitistes endogames" et "tout le monde à la fac illico presto", je ne suis pas convaincu que ça suffira à redresser l'enseignement supérieur en France, au
contraire (sans parler de la faisabilité toute relative de la chose...). Parce que bon, malgré tous pleins de défauts, le combo prépa-école d'ingé fait encore, en général, à mon sens partie
des trucs qui marchent le moins mal. Et j'ai l'impression qu'intégrer un petit truc qui marche pas trop mal à un gros truc qui marche pas terrible, ça a plutôt tendance à entraîner vers le
bas que l'inverse.


Ou, comme tu dis: je ne crois pas trop au "bigger is better" qui est la grande mode du jour. Dans la realite, c'est plutot "bigger is messier", et ca c'est pas terrible. 



Ch'Tom 14/07/2010 22:33



En même temps ils allaient pas se casser le cul pour quelqu'un qui  ne paie pas sa cotisation...



mixlamalice 14/07/2010 22:37



J'étais membre à l'époque (même si je ne payais pas la cotisation, la précédente demande d'inscription ayant eu lieu pendant ma période de "chômage").


Et puis bon, je demandais 30 minutes de temps, pas 10000 balles. Enfin, comme je disais, je sollicitais un service, je me suis pris un bash, no problemo. Mais j'ai plus trop envie de filer 75
euros/an, du coup.