Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 09:31

L'an dernier, j'expliquais, sans être le premier, que le système français de recrutement pour le poste de Maître de Conférences, était, grosso modo, un sacré bordel.

Quelques causes:

- le plus souvent, une absence de politique scientifique globale au sein d'un labo (hormis celle du chacun pour sa gueule et du tirer dans les pattes de l'autre): d'où généralement, des "profils" de poste de 4 lignes les plus vagues possibles, afin que chaque groupuscule du labo puisse y glisser ses deux mots clefs et en conséquence présenter ses candidats.  

- l'"égalité républicaine", un peu moins poussée qu'au CNRS -où le seul moyen de ne pas être auditionné est quasiment d'avoir oublié d'appuyer sur "valider" lors de l'élaboration de son dossier en ligne-, mais qui consiste tout de même à auditionner 8 candidats là où seuls quatre ont une chance quelconque d'obtenir le poste.

 

Quelques conséquences:

- L'audition même ne représente que 25 minutes chrono au sein d'un processus qui prend deux mois. En plus d'être un exercice à part qui reflète plus le talent d'acting et un certain don pour la maîtrise du flou artistique, cela signifie que:

- La valeur des candidats, sans être secondaire, est parfois fortement balancée par des jeux de pouvoir, copinages et autres renvois d'ascenseurs -pudiquement appelés de la "politique interne"- pouvant s'étendre sur plusieurs années.

- La moitié de la France de la recherche -celle qui a un poste permanent- examine l'autre -celle qui aimerait en avoir un- pendant le mois de mai (heureusement il reste les thésards pour bosser). Et comme en France, les permanents sont des gens importants, et les non-permanents de la merde en boîte, le système est plutôt pensé pour faciliter la vie aux premiers cités.

 

Alors, quand j'étais aux US, je pestais parce que d'un côté on me prévenait deux semaines à l'avance pour une audition et que de l'autre on exigeait que je réponde dans la minute dès qu'il fallait envoyer pour la vingtième fois le même document, parce qu'on me demandait de venir faire un séminaire puis qu'on me modifiait les dates parce que quelqu'un de vraiment important venait finalement ce jour-là, parce qu'on me faisait claquer 800 euros pour venir jouer la comédie vingt minutes, etc.

Maintenant, je suis sur place, et ça a ses avantages: le postage du dossier estampillé développement durable de 12 kilos est moins usant psychologiquement, et le prix de mes candidatures est compris dans mon forfait Intégrale puisque je ne me présente qu'en région parisienne cette année.

Postulant dans le labo où je travaille actuellement (je suis donc un semi-local, et, à titre de précision pour les farouches opposants, je ne suis pas le seul), l'inconvénient majeur est en fait que je suis aux premières loges pour évaluer en direct les tractations inter-équipes, les triples jeux et tactiques, les commérages et autres commentaires plus ou moins bienveillants sur les candidats, l'analyse digne d'"On refait le match" des forces en présence, etc.

Sans être omniprésent, c'est assez poussé pour que ça en soit un rien pénible. Et, vu que l'audition est dans un mois, je pense que ça va finir par devenir stressant. 

Et que je vais finir par regretter le bon vieux temps du Candide qui débarquait à Charles-de-Gaulle 24h avant l'audition et avait eu autre chose à foutre que d'éplucher en détail le CV des autres candidats... 

 

Pour finir sur une note plus réjouissante, enfin, si on veut, digne des 12 travaux d'Astérix, il semble que le dit laboratoire s'apprête à me convoquer pour une pré-audition. Vous savez, ce truc vaguement illégal que les labos font quand même... (cela dit, si un candidat lambda suit scrupuleusement la procédure légale, il ne sera probablement jamais auditionné, alors on est plus à ça près).

Sachant que j'ai déjà été candidat chez eux l'an dernier pour un poste MdC et cette année pour un poste CNRS, j'y ai déjà fait un séminaire et deux pré-auditions. Sachant d'autre part que je présente le même projet et qu'en 11 mois mon CV n'a pas radicalement été bouleversé, on mesure l'utilité de la chose...

Remarque je me dis que ça sera plus pénible pour ceux qui auront à faire semblant d'écouter le même speech pour la troisième fois que pour moi à le donner.

Je crois que mon chef essaie de nous (on est 3-4 dans le même cas) et de s'éviter ça, mais je crains que le règlement ne soit le règlement...

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 11/05/2010 11:18



Alors que mon mauvais pressentiment était en train de s'éloigner, il revient en force, non au gré des marées mais des bruits de couloirs et des basses manoeuvres.


On en saura plus ce soir...



mixlamalice 05/05/2010 10:49



J'apprends aujourd'hui "officiellement" que je suis auditionné au grand labo dans la prairie.


Or, la réunion de la commission a eu lieu avant les vacances, aux alentours du 20 avril (donc je suis au courant officieusement depuis cette date), l'audition étant le 18 mai.


Je candidate à un autre poste pour lequel la commission s'est réunie hier. L'audition étant le 20 mai, si je calcule bien et si les mêmes délais sont appliqués, je devrai être au courant aux
alentours du 18 mai.


Sauf que la je ne connais personne dans la commission, donc si ça arrive, ça va pas être facile de préparer l'audition (j'aurais bien aimé discuter une nouvelle fois avec le labo)...


Vous me direz, tu connais personne, ça sent pas bon. Tu n'es au courant de rien, ça sent pas bon non plus. Exact, mais bon, si j'ai l'audition, ça me coûtera 2h de temps, un aller-retour de RER.
Alors pourquoi se priver, sur un malentendu...



mixlamalice 05/05/2010 10:52



Je suis un peu méchant parce que si je me souviens bien, la fac m'a envoyé une convocation "officielle" il y a une dizaine de jours. C'est juste le ministère qui est le dernier au courant. Avec
un peu de chance, j'aurai des infos sur l'autre poste d'ici la fin de semaine, j'y crois encore.



Post doc sexy 13/04/2010 13:39



Le problème avec ces pré-auditions, c'est qu'en fait ça ne sert absolument à rien. Le labo donne son avis sur les candidats et fait généralement une short list mais la commission par la suite
prend un malin plaisir à contredire cet avis pour montrer qu'elle est indépendante et que ce n'est pas le labo qui choisit. Et c'est exactement la même chose pour le CNRS, en pire puisque la
commission et le labo sont (presque) complétement disjoints.


Qu'on fasse venir les candidats pour un séminaire et pour discuter de la candidature, je trouve ça normal et bienvenu mais qu'on rajoute en plus cette pré-audition "obligatoire" franchement j'ai
trouvé ça gavant. ça rajoute du stress, une journée à bloquer, des répet etc... et tout ça pour rien...


 


Bon courage pour cette période difficile !



mixlamalice 13/04/2010 14:11



Oui c'est pénible dans ce cas précis où le labo essaie de décider au dernier moment d'une short-list, constituée généralement des 3-4 candidats les plus soutenus par les équipes d'accueil,
bref ceux qui ont le meilleur combo dossier-projet, bref encore, pas vraiment surprenant. Et comme tu dis ça sert du coup pas à grand chose, même sans parler de ce que décide in fine la
commission.


On peut penser qu'il serait profitable que le travail soit effectué un peu en amont (genre: bon, cette année on décide de renforcer ou de développer telle thématique, telle équipe).



JF 12/04/2010 18:53



John: Je n'avais en effet pas vu l'interprétation "court-circuiter la commission officielle". Je voyais surtout l'effet "rencontrer le candidat en dehors du carcan des 25 mn, dans un cadre où on
peut vraiment discuter". Comme bien des choses, je suppose que ça dépend de ce que les gens en font. N'empêche que bon, à terme, on espère bien tous avoir des entretiens de recrutement qui
dépassent les 25 mn, non ? Je suis donc plutôt en faveur de ce qui permet une rencontre un peu plus sérieuse.

Mix : "le seul moyen (...) c'est sans doute qu'il y a un gros souci, non?"

Tu n'es pas sans savoir que je le dsi qet que je l'écris depuis des années, et souvent en termes encore plus virulents que les tiens...



mixlamalice 12/04/2010 23:52



En fait je n'ai pas spécialement d'avis sur la question des pré-auditions, hormis cette réflexion plus générale que tu cites...


Effectivement, dans l'esprit, si c'est une visite de labo, avec discussion-séminaire etc, c'est plutôt pas mal, ça peut aussi éviter les mauvais castings (je suis allé visiter récemment un labo
où je ne me suis pas senti vraiment en phase, alors autant sauver du temps à tout le monde ensuite). Quand je candidate ou que j'envisage de le faire, je propose toujours de venir faire un
séminaire-discuter etc. On me dit oui ou non (si on me dit non, je ne candidaterai probablement pas), mais effectivement je pense que c'est utile voire nécessaire. Recrutement éventuel ou pas,
présenter son travail et se faire connaître c'est de toute façon une composante essentielle du métier...


Après si c'est juste une espèce de répétition générale de l'audition devant des gens qui n'étaient déjà pas d'accord sur le profil, qui vont chacun défendre leur bout de gras et finir
par prendre la décision de ne pas prendre de décision puisqu'ils ne seront pas plus d'accord après, je reste plus dubitatif... surtout si on prévient le candidat une semaine à l'avance, et que
seul ne pas venir est quasi-"éliminatoire''...


J'imagine que ça peut aussi se passer comme le décrit John dans les labos à l'ancienne même si je ne l'ai pas vécu et là aussi, bof.



John 12/04/2010 18:26



Ah bon, le recrutement pourrait etre plus objectif dans les Universités ???? 


Je crois surtout que ces préauditions c'est une exellente façon de court-circuiter le jury de recrutement qui est théoriquement composé de 50% extérieurs... Si les 50% locaux se sont mis
d'accords avant les auditions pour tous voter pour le même candidat, il y a fort a parier que celui ci remporte le poste. Et tu penses JF que c'est un premier pas vers un recrutement objectif ?
Je ne crois pas non, c'est juste une façon de maintenir les pouvoirs locaux de recrutement, quelques peu mis a mal ces derniers temps par les réformes... 


A+


J