Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 14:53

"Impact", "visibilité", "levier de réputation", etc.

 

Bullshit Vocabulaire à consonance marketing avec lequel on nous bourre de plus en plus le mou dans les organismes de recherche, mais qui peut aussi faire de vous une star de la blogosphère, pour peu que vous en compreniez la signification et que vous le maîtrisiez.

 

Parce qu'un blog, c'est pour la majorité un objet inutile servant de vague journal public ("pour que tout le monde - en fait 20 personnes- puisse savoir que t'as une vie à la con et que t'écris mal").

 

Mais pour d'autre, c'est un outil de "personal branding" qui peut permettre d'accéder au statut culte de "blogueur influent".

Quel est l'intérêt, me direz-vous? Eh bien, en drainant des "followers", on commence par se faire inviter à bouffer des petits fours ou déguster une coupe, avant de devenir guest dans les soirées mondaines d'un nouveau genre. Ca peut décorer un CV pour montrer à un DRH que même dans son hobby on a les dents qui rayent le parquet.

On peut finir par faire de la pub plus ou moins masquée contre rémunérations de diverses natures sur son blog ou organiser les susmentionnées soirées. Et si on se démerde bien, pondre un bouquin "best-of du blog" ou devenir un RP 2.0.

 

Aujourd'hui, il est totalement secondaire d'avoir un regard pertinent sur un sujet donné pour devenir un "blogueur star" du dit domaine.

Avec un peu de bon sens (cours de communication niveau L1), c'est, j'en suis presque sûr, à la portée de n'importe qui.

Et c'est un blogueur totalement non influent qui vous parle.

 

 

Mode d'emploi:

 

- Habiter à Paris.

La province n'est pas rhédibitoire, mais il faudra faire des efforts de déplacement si votre blog commence à attirer du monde, ne serait-ce que pour assister aux soirées où on ne manquera pas de vous inviter. Paris est quand même le centre de l'univers ou au moins de ses frontières franco-françaises, à la pointe de ce qui se fait dans tous les domaines. C'est pas dans votre patelin de bouseux où la Freebox Révolution coupe toutes les 20 secondes que vous allez devenir une voix qui compte. Sauf si vous donnez dans le Valérie Damidot.  

 

- Spécialisez-vous.

Un maître de conférences qui aime bouffer en écoutant Manowar avant d'aller tabasser des administratifs, ça n'intéresse pas grand monde. La catégorie "multithématique", c'est naze. Donc, choisissez: de toute façon "gastronomie", "culture", "people", etc, ça laisse quand même une marge de manoeuvre (mais n'en abusez pas). Attention à ne pas trop se spécialiser non plus: la pisciculture kazakhe sera probablement une thématique rhédibitoire pour franchir le millier de lecteurs quotidien.

Pour déterminer le thème dont vous serez le prochain prophète, n'hésitez pas à consulter wikio ou autre.  

Le titre du blog doit indiquer clairement la couleur aussi. Un peu d'english dedans ne fait pas de mal (ça peut amener du lectorat international par hasard et donner un côté globalization toujours bien venu). Par exemple, "food" ou "cook" pour un blog axé gastronomie est un must quasi-obligé.

Evitez jeux de mots foireux ou pseudonymes débiles qui n'intéresseront personne et qui vous feront honte le jour où on vous invitera à une soirée blogueurs.

Et si possible, achetez votre nom de domaine, ça fera plus classe, plus pro, que blabla.over-blog, .wordpress ou .blogspot.

 

- Faites allégeance.

Sur votre site, la première chose à faire est une blogroll visible, donnant les liens de tous les "faiseurs d'opinion" du domaine. Si possible de manière claire (typiquement pas comme la mienne). Encore mieux, un flux RSS, ça pète.

Il n'est pas interdit de mettre des blogs que vous aimez vraiment, mais plutôt en bas de page et en petit, surtout s'ils sont hors domaine et encore plus s'ils ont une audience confidentielle.

 

- Go viral.

Après avoir créé votre site, et l'avoir mis sur les rails, commentez chaque article de chaque influenceur actuel de votre domaine. N'ayez pas honte de "linker" vers votre blog, jouez éventuellement un peu la provoc' (mais pas trop, cf ci-dessous): généralement, après quelques semaines, vous finirez par attirer l'attention de quelques lecteurs, et du maître des lieux, qui probablement de guerre lasse vous mettra lui aussi dans sa blogroll (cf un exemple récent).  

Créez une page facebook et un compte twitter, avec le plus d'amis et de contacts possibles (visez haut: à moins de 5000, aujourd'hui, t'as plus rien), pour disséminer au mieux vos articles.

 

- Parlez de la même chose que tout le monde et ne faites pas de vague.

Cela vous aidera bien évidemment à vous faire linker: si vous découvrez vraiment des nouveaux lieux, personne ne vous suivra. Par contre, si vous faites partie des 50 qui ont parlé de l'endroit à la mode fraîchement ouvert, vous serez ultra-respecté, ne serait-ce que parce que vous avez réussi à avoir une place.

Grosso modo, dites comme tout le monde que c'est génial.

Une fois de temps en temps, pour montrer votre indépendance et que you are not a number, you are a free man, dites que c'est nul. Ca fera polémique, amènera du monde sur votre site, et ça montrera qu'on n'aura pas comme ça votre liberté de penser.

Ainsi, toujours pour rester dans l'exemple gastronomique, ne chroniquez que les tables néorustiques de tatoués mal rasés.

 

- Adoptez les "recettes qui marchent".

Vos modèles ont eu une idée originale qui draine du lectorat? Piquez-la leur. Le lecteur lambda ne remarquera rien, et il n'y a de toute façon plus personne (à part quelques maniaques qu'on peut facilement dénigrer) qui ne s'en souviendra quelques mois plus tard...

 

- Maîtrisez l'algorithme Google.

Choisissez bien vos titres d'articles et tags, multipliez les liens hypertextes (cf cet article), etc.

La majorité des sites pros français sont complètement nuls pour ça, il est donc très facile de se trouver référencé devant le Fooding ou le Michelin pour une critique de restaurant donnée.

Et de drainer une foule d'anonymes en choisissant bien ses mots clefs (exemple à ne pas reproduire: je dois sortir assez haut sur les recherches de type "dépucelage dans un labo" vu le nombre de visiteurs quotidiens qui arrivent sur mon blog après avoir tapé ces mots clefs).

Faites référencer votre blog sur tous les sites spécialisés dans le ebuzzing.

 

- Ne soyez pas trop profonds.

La concentration du cerveau humain ne dépasse de toute façon plus la minute: personne ne consulte Internet pour y trouver d'interminables digressions socio-économiques ou philosophiques écrites petit (selon toute probabilité, la majorité de ceux qui sont tombés sur cet article ont déjà arrêté de le lire).

Gros caractères, de la couleur, pas plus de quelques centaines de mots, et des photos un peu travaillées (pas trop non plus, sinon ça fait ramer l'ordinateur du lecteur et ça l'irrite).

N'hésitez quand même pas à faire quelques métaphores, un peu d'ironie ici et là, ou d'employer du vocabulaire de trois syllabes: sans être nécessaire, à Paris, un vernis culturel est toujours apprecié.

 

- Soyez proactifs.

Le public est versatile. L'important n'est pas d'avoir quelque chose à dire, mais de l'écrire. Un post par jour, ou à la rigueur tous les deux jours me semble un bon compromis: plus est lassant, moins n'est pas fidélisant. N'hésitez pas à "sauvegarder pour plus tard" les articles en rab', plutôt que de les publier tous en même temps. 

 

- Faites vous mousser.

Il ne faut pas hésiter à se jeter des fleurs: success brings success. N'hésitez pas à faire un article pour dire qu'un article (sur la toile ou mieux, en papier) a parlé d'un de vos articles (ou de votre blog en général).

Mentionnez vos stats ou vos classements, s'ils sont bons. 

Utiliser son blog pour parler de son blog, il n'y a que ça de vrai, mais même au détour d'un article qui n'a rien à voir, ça ne mange pas de pain: quand vous êtes influent ou sur le point de le devenir, il faut que ça se sache, et on vous croira sur parole: à part les maniaques susmentionnés, qui s'intéressera réellement aux chiffres et études dont vous parlez?

 

 

 

 

Si vous êtes allé au bout de ce pensum et que grâce à lui vous accédez au succès, soyez sympas, faites un geste pour moi. Je suis pour ma part trop vélléitaire...

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Blog on blog
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 08/12/2011 17:52


Ah, j'aurais pu rajouter une catégorie:


- capitalisez sur le succès, même le plus mince.


Faites en des tonnes dès que vous êtes invité quelque part en tant que blogueur. Alors il faut être un peu subtil, pas trop gros lourd qui se la raconte, mais il faut quand même que le lecteur
comprenne que vous racontez avec forces détails un évènement exceptionnel auquel lui, pauvre naze, ne pourra jamais assister.


Ca nécessiste un peu d'entraînement, surtout quand les premières invites sont pour une dégustation de Justin Bridou et de Beaujolais Nouveau à la banane, mais il faut savoir que les agences de
comm' ne font pas des recherches poussées non plus et tournent toutes plus ou moins sur les mêmes listes. Donc c'est une capitalisation sur l'avenir à moyen terme (le Beaujolais Nouveau vous
refilera à la brasserie au bord de la faillite, qui repassera vos coordonnées au petit bistrot prometteur qui vient d'ouvrir et a du mal à décoller, etc jusqu'aux invites dans les palaces ou à
aller traire les vaches avec Passard).

Docadn 08/12/2011 06:59


Salut,


Perso, je pense que c'est quand même ce qui pousse pas mal de blogueurs à multiplier les stratégies de visibilité. La prescription, au-delà de l'égo soigneusement entretenu, permet justement ces
"avantages" rarement désagréables (invitation, envoi de bouteilles gratos, etc...). Le revers de la médaille passe par la forme de publi-reportage que peut entraîner ces invit' ou cadeaux parfois
prestigieux !! Quand j'ai démarré mon blog, j'avais sincèrement juste l'envie que des gens tombent sur mon blog en faisant des recherches un peu à la marge, comme moi je l'ai fait et suis tombé
avec plaisir sur des blogs aux précieux éléments (introuvables par ailleurs)... Une dame m'avait avoué avoir imprimé plusieurs pages de mon blog pour son voyage aux Açores (il n'existaient
quasiment rien en papier ou sur la toile). Je n'ai pas changé d'esprit, ni de but... Après, être 100 ou 1000 fois moins lu qu'un autre, j'ai pas assez d'égo pour passer 04h00 par jour à m'en
rapprocher  ;-))

mixlamalice 08/12/2011 09:27



Il en faut pour tous les goûts et c'est ce que permet la toile. Après, c'est sur le côté "fondation d'une nouvelle critique" qu'on se rend compte que finalement, le but des nouveaux
(blogueurs) est plus de prendre la place des anciens (journalistes) mais sans que ça change grand chose niveau "éthique"... comme les ex-68ards devenus patrons ou politiques, c'est sans doute
inévitable...



Docadn 07/12/2011 21:53


Salut Mix,


Ben merde alors, je l'ai raté celui-là !! Je retrouve en effet pas mal de critères vérifiés sur les "keys to success" d'un blog et de son géniteur et l'application religieuse de toutes les
recettes magiques de la reconnaissance.. Sachant qu'ils n'aspirent qu'à une chose : la prescription !!


Bon au moins, tu te seras fait un pote de plus avec ça !!


PS : je n'entrave pas grand chose avec les algorithmes Google mais je reste pantois par mon positionnement sur certaines requètes de restos parigots !! Comme quoi, la province peut même faire la
nique à Paname sans le faire exprès ;-))

mixlamalice 07/12/2011 23:29



Salut Doc,


La prescription, c'est pour la petite satisfaction de l'ego. Il y a aussi des choses beaucoup plus terre à terre (une invite à la table du chef au Crillon par exemple... moi, je dirais pas non
même si j'ai autre chose à foutre que passer 4h par jour sur mon blog pour y arriver).


Eh oui, encore un article pour me faire des copains...


Pour les algos google, je pige pas beaucoup non plus mais je pense que le bon plan est de mettre dans le titre de son article: le nom du resto, suivi de "restaurant - ou resto- à Paris +
arrondissement" (si on parle d'un resto, bien sûr).



LostInZeNebraska 03/12/2011 01:24


Ok, je sais quoi qu'il me reste à faire pour dépasser les 1.5 lecteurs quotidien (le 1 étant ma maman et le 0.5 l'oeil gauche de ma grand mère). Je te tiens au courant pour te dire si ça
marche......Mais je risque de me faire insulter alors lol.


En tout cas, pour ce qui est du référencement, je ne pensais pas qu'il était possible de taper "coton tige coincé dans l'oreille" sur Gougle....et d'atterir chez moi.


Tant que j'y suis, je me fais de la pub avec la case "Votre site" quand on poste un commentaire....On va voir si ça marche.

LaMorueBloggueuse 01/12/2011 11:52


Moi ce que je préfère c'est la newsletter "qu'allez-vous trouver cette semaine chez Chichiteuse & Co?" ou encore "Ce que vous avez préféré ce mois-ci"