Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 11:08
Les campagnes de recrutement nationales aux postes de chercheurs et d'enseignant-chercheurs commencent bientôt, et en tant que futur "recruteur", je suis déjà amené à dialoguer avec quelques potentiels candidats*.
 
Depuis la fin de ma thèse, je suis assez surpris de l'"ignorance" des "règles du jeu" d'un nombre certain de candidats pourtant prometteurs d'un strict point de vue scientifique.
 
Il y a un an et demi, je trouvais hallucinant qu'une candidate au dossier pourtant solide, arrive "avec sa bite et son couteau" à l'audition, sans avoir pris contact avec qui que ce soit dans le labo, pourtant connu comme adepte de la "présélection". L'ignorance des "règles officieuses" (c'est à dire non indiquées voire proscrites par le Journal Officiel) est déjà, je crois, une faute grave lorsque l'on cherche à faire carrière dans la recherche publique ou l'enseignement supérieur**.
 
Depuis, j'ai vu pire: deux "candidats", avec chacun deux ans de post-doc et une liste de publis raisonnable, m'ont contacté pour postuler au poste de Maître de Conférences qui va probablement s'ouvrir dans notre laboratoire. Il se trouve qu'aucun des deux n'est qualifié (non seulement dans la section du poste, mais tout court), et qu'ils me répondent benoîtement "ah oui, tiens, je n'ai pas eu le temps de le faire".
"Très bien, mais bon, vous avez quand même conscience que vous n'avez du coup pas le droit de candidater, hein?"
 
Alors merde, en fin de thèse, ça fait déjà pas très sérieux, mais alors après deux ans de post-doc...
Vous n'avez jamais parlé à personne dans votre labo?
Vous n'avez jamais cherché à lire le J.O., le site du ministère, celui du CNRS ou googlé pour obtenir des infos au moins sur les procédures et les calendriers?
Vous ne connaissez pas un post-doc qui galère et qui peut vous expliquer?
Vous pensez que parce que vous êtes docteur et que la recherche, ça vous plaît bien, on va vous accueillir à bras ouverts et vous donner un poste?
 
Les jeunes, faudrait voir à se prendre en main un peu, hein, c'est la crise (copyright babyboomer).
 
 
Donc, hop, je ressors mon article "Conseils aux candidats" qui me vaut encore pas mal de lectures quotidiennes, surtout en début d'année: http://laviedemix.over-blog.com/article-conseils-aux-candidats-66722414.html
 
Plus un petit article qui explique le "calendrier" interne d'un post-doc (pour trouver un boulot, oubliez le 100% recherche de la thèse): http://laviedemix.over-blog.com/article-une-annee-de-post-doc-47745119.html
 
Et quelques chiffres pour prendre conscience que nothing comes easy: http://laviedemix.over-blog.com/article-auditions-cnrs-quelques-chiffres-46403018.html 
 
Mais si vous ignorez le sens du mot "qualification" ne mettons pas la charrue avant les boeufs: commencez par aller voir https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/candidats.html pour les infos officielles, notamment le très important calendrier, et http://guilde.jeunes-chercheurs.org/Alire/guide/apres/index.html pour des infos de terrain.
 
 
Et une fois que vous avez tout compris, n'oubliez pas le conseil de N. Holzschuch: ne candidatez pas dans un endroit où vous n'avez aucune envie d'aller.
 
 
 
* Il est déjà trop tard pour le dossier d'inscription aux concours du CNRS (décembre). La session synchornisée pour les concours MCF est en mai, les postes publiés probablement en mars, mais il est temps pour les candidats de commencer à prospecter: les labos qui vont avoir un poste le savent déjà et certains communiquent déjà pour "préauditionner". Y a-t-il un poste, avez-vous un candidat local sont des questions qu'il faut commencer à poser sans tarder. En mars, beaucoup de choses sont déjà jouées.
 
** encore une fois, on peut regretter qu'elles existent, mais on ne peut pas faire comme si ce n'était pas le cas.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

Jérôme 29/01/2012 14:21


Perso j'ai découvert ton blog via ces fameux posts autour de ces "Conseils aux candidats", très biens faits, et (si ce n'est pas déjà fait) à faire circuler parmi les  thésards pour éviter
les amères frustrations...


Mix, tu as dessillé les yeux de nombreux ignorants !

mixlamalice 30/01/2012 10:43



Merci, ça fait toujours plaisir de savoir qu'on a pu servir à quelque chose...


Je suis un infiltré maintenant... si les commissions reçoivent 2 ou 3 fois moins de dossiers qu'ils peuvent "jeter" en deux minutes pour une raison "officieuse mais que tous ceux qui veulent un
poste sont censés connaître", le travail deviendra insurmontable et le système s'écroulera de lui-même. Bon, je m'emballe un peu, là...



Aisling 27/01/2012 16:04

JF: a vous lire, les choses seraient finalement simples si le concours ne faisait qu"enteriner un projet" construit via la filiere officieuse. Malheureusement, surtout avec la grande mode des
regroupements d'equipes et de labos en grosses structures, il n'est pas du tout evident pour une equipe d'avoir reellement la main sur un poste. En ce qui me concerne, je poursuis plusieurs pistes,
dont une depuis 4 ans (pas un, quatre!) mais la configuration fait que les aspects enseignement et recherche des postes concernent toujours deux groupes de personnes differents. Pour simplifier,
typiquement, les gens interesses par la recherche souhaiteraient me recruter, mais le reel pouvoir decisionnel en commission est dans les mains des gens interesses par l'enseignement qui ont leur
propres idees (ou plutiot, leur propre candidat) et apparemment savent oeuvrer discretement au dernier moment. Donc, vous allez me dire, je n'ai qu'a trouver un poste de recherche pure - je m'y
emploie, mais je persiste a penser qu'il n'est pas facile en France de se caser quand on travaille sur des thematiques pluridisciplinaires. En l'occurrence, je suis a la limite du hors-sujet (ou
pas, selon la bonne volonte du comite) dans les quatre commissions CNRS auxquelles je candidate, leur laissant tout loisir de se renvoyer la balle en toute bonne conscience puisque la section d'a
cote est surement susceptible de mieux convenir a mon cas. postdoc: effectivement les dates de reunion sont dans le calendrier *previsionnel* - d'experience, mieux vaut ne pas s'y fier ca peut
changer drastiquement a tout moment. Quoi qu'il en soit, la date de reunion n'indique en rien la date a laquelle les decisions prises en reunion seront revelees aux candidats.

mixlamalice 27/01/2012 16:13



Entre les pressions de l'AERES sur les "non-publiants" et tout ça, et les réformes de composition des commissions de spécialiste, je ne savais pas que des EC privilégiant l'enseignement
pouvaient encore être à la tête de commissions et promouvoir ce type de recrutements... c'est quand même se tirer une balle dans le pied (enfin, à première vue, je n'ai pas les dossiers des
candidats sous les yeux)...


 


Pour les calendriers, plus rien ne peut m'étonner depuis ce qui est arrivé à Tom Roud: désolé, vous n'avez pas pu venir à l'audition parce qu'il y avait une éruption volcanique, mais on n'a pas
le temps de vous refaire passer, pas de chance (mais fallait rester en France), revenez l'an prochain.



postdoc 27/01/2012 09:34


Je suis assez largement d'accord avec Aisling (tout arrive !). Dans ma section on a au moins les dates de la réunion de présélection des candidats. En revanche on ne sait rien du format final. En
fait je ne suis pas sûr que les membres de la section le sachent eux-mêmes. Le mieux étant qu'en discutant avec la personne qui essaie de faire embaucher sa maîtresse dont j'ai déjà parlé par
ailleurs, je me suis aperçu qu'il ne savait pas que le CNRS allait faire une présélection et j'ai vu un léger éclair de panique dans ses yeux, sachant que 2 papiers à thèse+8 sans motif valable
elle ne passera sans doute pas le cut.


 


Sinon Mix j'ai regardé ton lien sur les chiffres CNRS, c'est le Pérou dans ta section. D'après les échos que j'ai cette année on a un total de 6 postes et pratiquement 300 candidats. Alors 9
postes pour 77 candidats ça me laisse vraiment rêveur.

mixlamalice 27/01/2012 11:02



Cette année, 6 postes dont deux fléchés. On est quand même dans une thématique qui laisse probablement plus de "portes de sortie" que la tienne (notamment pour les débouchés industriels dans un
pays où pas mal de gens t'expliquent encore "ah vous avez pas fait votre thèse dans notre domaine donc on vous recrute à niveau master"), donc l'embouteillage est effectivement moins grand... il
ne va cependant pas en s'améliorant.



JF 27/01/2012 07:05


L'histoire de Mix montre assez bien qu'une des clefs de toute cette histoire est que la procédure "officielle" de recrutement, le concours, etc. est largement une façade, et que les choses sont
en fait décidées avant, en grande partie. En grande partie seulement -- parce que c'est quand même la com qui décide, et donc une maneuvre politique, un coup de colère ou un renversement
d'alliance de dernière minute peut toujours arriver.


 


Concrètement pour un candidat (et sans porter de jugement), ça veut surtout dire qu'un recrutement se prépare au moins un an à l'avance, voire plus. En gros, sur le long terme on construit avec
une équipe un projet, et le processus formel de recrutement ne fait que l'entériner, si tout se passe bien. Si on n'est pas dans cette logique ... bon, disons que des surprises arrivent, mais il
ne faut pas trop se faire d'illusion.


 


Après, est-ce bien ou pas bien? C'est pas top, on va dire par euphémisme, mais en tant que candidat on n'y peut pas grand chose. C'est certainement pas du tout "pro" comme approche des choses,
plein de non-dit, de codes officieux, etc : comme tout le fonctionnement de la recherche en France d'ailleurs. Et en effet, ça rend fou. Je ne vais pas m'attarder là-dessus (je l'ai assez fait
ailleurs....). Mais il faut aussi voir que c'est la seule façon, du point de vue d'un recruteur, de compenser un peu les effets pervers du recrutement soi-disant sur dossier/audition : il est
clair que c'est impossible, dans ces conditions, de faire un travail sérieux et de décider qui on veut recruter, en deux séances de commission ! On est donc forcé, si on veut avoir une reflexion
de find, de construire un recrutement sur plus long terme, et donc bien avant le concours officiel, qui du coup ne sert plus guère qu'à confirmer une décision (.. ou à la contester, des fois !)

mixlamalice 27/01/2012 10:58



"L'histoire de Mix montre assez bien qu'une des clefs de toute cette histoire est que la procédure "officielle" de recrutement, le concours, etc. est largement une façade, et que les choses sont
en fait décidées avant, en grande partie. "


C'est ça: et que ceux qui pensent qu'on va "vraiment" recruter des inconnus tous sur la même ligne sur la base de "10 pages de dossier + 10 minutes de présentation + 5 minutes de question" alors
qu'il y a pénurie de poste sont pour le moins inconséquents. Pour le candidat, c'est hyper merdique mais ceux qui y sont préparés évitent au moins ce genre de désillusions...



Aisling 26/01/2012 17:29

Ah mais oui, j'ai fourche: *6,000* km (~3,000+ miles) :-) Par "une équipe d'accueil qui a payé le billet", peux-tu preciser comment ca s'est passe? En gros, ils te l'ont spontanement propose, ou
bien tu as demande diplomatiquement?

mixlamalice 26/01/2012 17:35



Je ne me souviens plus exactement vu que c'était en 2009: je crois que le labo voulait "préauditionner" donc ils ont spontanément proposé de payer pour ce déplacement là sur le budget du labo
pour tous les candidats. Comme c'était trois semaines avant la "vraie" audition, j'ai dit que je ne pouvais pas non plus venir en France pour trois semaines pleines, et l'équipe qui me soutenait
a proposé de payer le 2ème aller-retour sur ses deniers (remboursement en "frais de mission" ou quelque chose comme ça).


Disons que c'est effectivement délicat: il faut un peu connaître les gens. Mais s'ils passent du temps à bâtir un projet avec toi et que leur motivation à recruter est forte, il n'y a je pense
pas de raisons de ne pas demander (diplomatiquement).