Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 09:45

J'ai commencé à écouter de la musique rock -au sens le plus large, ce truc avec des guitares électriques qui fait du bruit- à peu près au moment où j'ai eu mes premières crises d'acné. Je n'ai jamais cessé depuis, même s'il m'arrive aussi d'écouter de la merde de m'intéresser à d'autres genres musicaux.

 

Le premier album que j'ai acheté et écouté en boucle était Smash, d'Offspring. Bon, certains extrêmistes me riraient au nez et j'ai moi aussi rejeté cette période de ma vie à un moment, mais avec le recul, je pense que j'aurais largement pu faire pire: ça reste un très bon album de punk, dans sa veine "commerciale", rempli de chansons solides, catchy, qui font encore pogoter pendant le quart d'heure rock dans les soirées de blaireaux, et de très loin ce que The Offspring a pondu de mieux. 

 

Et alors que j'avais 14 ans à la sortie de Smash, j'ai, bizarrement, au fur et à mesure que je devenais plus vieux, au lieu de suivre le courant grungeo-pop, écouté des trucs de plus en plus anciens, pendant longtemps à tendance saturée.

Je suis passé rapidement par les Guns (Use your Illusion, 1991, mais surtout Appetite for Destruction, 1987), avant d'avoir une très longue période Iron Maiden.

Si j'ai commencé par écouter les albums contemporains de Maiden, j'ai rapidement passé beaucoup de temps sur le Live After Death (1985), et les albums de 1980 à 1988 (Iron Maiden, Killers, Number of the Beast, Piece of Mind, Powerslave, Somewhere in Time et Seventh son of a seventh son).

Puis j'ai écumé le métal des 80's, de Helloween à Manowar, en passant par Metallica ou Y. Malmsteen.

 

Encore aujourd'hui, je reste persuadé qu'on n'a pas fait mieux que les eighties, la preuve:

 

Look, musique, tout est au top...

 

Cependant, aux US, le système radio est pas mal (si on oublie qu'il est comme la téloche gangréné par les coupures pubs): il y a beaucoup de radios thématiques avec une programmation musicale plutôt pointue. Alors certes ça favorise pas l'ouverture d'esprit, mais ça permet d'éviter les stations gloubiboulgas toutes pareilles qu'on a chez nous.

 

Parce que la station métal passait mal où j'étais, et que Seek and Destroy pour s'endormir, c'est pas terrible, je me suis branché sur la station Classic Rock et en particulier le show d'Alice Cooper.

Je ne suis pas un grand connaisseur d'Alice, même si j'aime bien certains de ses classiques, mais en tout cas, il s'y connaît pas mal en musique rock au sens le plus large (au moins autant que P. Manoeuvre). Et il est plutôt marrant et efficace en dj.

Bref, j'ai encore reculé dans le temps, car il m'a fait découvrir pas mal de trucs des 70's (et même des 60's).

Bon, je connaissais un peu mes classiques, Deep Purple, Black Sabbath, Led Zeppelin, The Who, Supertramp, Hendrix, Kiss et tutti quanti.

Mais au delà de ça, il y a en fait pas mal de groupes, anglais ou ricains, qui ont vendu plusieurs millions d'albums en leur temps et qui sont soit un peu tombés dans l'oubli depuis, soit sont restés mythiques aux US mais n'ont pas atteint le même statut en France.

 

Voici donc quelques unes de mes "découvertes" (entre guillemets, puisque, je le répète, la plupart de ces groupes ont été multi-disques de platine, et qu'on les connaît souvent un peu, soit de nom sans être incapable de citer une de leurs chansons, soit par le biais d'un single qu'on a entendu 20000 fois sur rtl2 mais qu'on retient jamais le nom du groupe). Parce que quand même, c'était du lourd, et à mon sens on touche la plus à l'essence de cette musique qu'avec Phoenix et MGMT.

 

- Bob Seger: peut-être l'incarnation parfaite de l'antistar. Dans les 60's et 70's, un chevelu comme il y en avait des milliers, aujourd'hui un barbu à cheveux blancs grassouillet, qu'on ne voit jamais à la télé et continue à sortir des albums même si plus personne ne parle de lui. Malgré tout, un bon paquet de ses chansons a été repris par tout le monde et font partie de la mémoire collective.

La plus célèbre (et pas forcément la meilleure) est assurément Old Time Rock'n'roll, reprise quasi mot pour mot par notre JoJo national. Je préfère des chansons plus "profondes" ou sombres, comme Against The Wind, qu'on entend dans Forrest Gump, et surtout Turn the page, chanson puissante qui donne sans cesse l'impression de décoller mais reste toujours "on the edge" (reprise par Metallica dans Garage Inc.):

 

 

- Neil Diamond: Un peu le même profil que Bob Seger, même si sa carrière a déraillé depuis plus longtemps (e.g. il fait vraiment de la merde depuis le milieu des années 70). Apparemment il a fini par se prendre par un grand compositeur et s'est mis à faire de la soupe, alors qu'avant il se contentait de pondre des bons tubes folk. Entre autres Red Red Wine, repris par UB40, I'm a believer (chanté par The Monkees et qu'on entend dans Shrek), ou encore Girl, you'll be a woman soon (Urge Overkill dans la B.O. de Pulp Fiction).

 

- Electric Light Orchestra (ELO): Mené par Jeff Lynne, ce groupe anglais a été l'un des plus gros vendeurs des 70's, proposant une musique assez proche de celle des Beatles période Sergent Pepper: une pop-rock expérimentale, utilisant sons futuristes et instruments classiques pour des compos un peu alambiquées et perchées mais diablement efficaces.

Eux aussi sont réentrés dans les oreilles françaises récemment grâce aux pubs SFR (on fait ce qu'on peut), avec l'énorme Mr Blue Sky (admirez les coupes de cheveux):

 

 

On peut aussi mentionner Sweet Talking Woman, ou Hold on Tight avec sa partie chantée en yaourt français.

 

- Bachman Turner Overdrive: un groupe de gros canadiens aux looks de bûcherons qui se définit assez justement comme faisant du "no nonsense blue collar rock'n'roll". Un peu l'antithèse d'ELO donc, mais bien aussi. Pas subtil pour deux sous, mais ça envoie. 6 albums entre 73 et 77, avant de disparaître, et quelques gros tubes.

 

 

You ain't seen nothing yet vaut qu'on y jette une oreille aussi. Le reste est à l'avenant.
 
Pour finir, quelques groupes d'"arena rock" (vous savez, ces groupes de 18 membres avec trois saxos, 2 claviers, 4 guitares qui font dans le FM à mort):
- Journey: de l'avis général -et du mien aussi, pour ce que ça compte-, l'un des meilleurs chanteurs rock (Steve Perry), même si pas très viril charismatique à mon goût, et des musiciens pas manchots non plus (quelques soli pas piqués des vers). Un groupe énorme de 77 à 83, et un bon paquet de méga-hits, un peu datés mais pas démodés.
Don't stop believing reste très utilisé aux US dans les films ou séries dans les situations typiques où le héros affronte un gros dur avant de s'en sortir. La aussi pas très subtil, mais efficace.

Personnellement, j'ai un petit faible pour Wheel in the sky avec son intro qui monte en puissance comme j'aime, et le bluesy Lovin', Touchin', Squeezin'. Sinon, Separate Ways vous montrera que Bon Jovi n'a rien inventé (le clip envoie du gros):

 

 

- Foreigner: La aussi, un grand groupe, avec un chanteur d'exception (bien que sortant de nulle part à l'époque), Lou Gramm, la voix éraillée juste ce qu'il faut et capable de tout chanter, et un guitariste soliste pas maladroit et très bon compositeur.

Chez nous, on entend souvent le slow mielleux I want to know what love is, bien dans le genre, mais qui marquait déjà un peu le début de la fin pour eux.

Ils sont quand même meilleurs quand ils donnent dans le big rock (gros riff, paroles misogynes, soli saignants, du classique), comme dans Urgent, Hot blooded, ou encore Jukebox hero:

 

 

 

Voila, bonne écoute.

A suivre (je dois consulter mes archives)...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 22/07/2010 21:39



Tiens, d'ailleurs, chez Gibert Joseph (un magasin plus aussi bien qu'avant mais toujours largement au-dessus de la moyenne pour peu qu'on ait du temps pour y fouiller), récemment, j'ai trouvé
d'occase un coffret avec les 5 premiers albums de Foreigner, du lourd, à 12 euros. La crise du disque a du bon.



Ch'Tom 19/07/2010 16:30



Manifestement non : http://www.annuradio.fr/index.php?mode=searchville&choixville=PARIS


 


Sinon prend un IPhone, there's probably an app' for that.



mixlamalice 19/07/2010 16:35



Tiens, rien à voir mais en parlant de téléphone portable: y a des chercheurs de l'université de manchester qui ont montré qu'il y avait 500* plus de bactéries sur un téléphone portable que sur
une cuvette de chiottes (lavage rare, postillons, humidité, doigts sales, que des bonnes conditions).


Dire que certains osent prétendre que la science n'avance pas.


http://www.pcinpact.com/actu/news/58315-telephones-bacteries-toilettes-cuvette-toilettes.htm



Ch'Tom 19/07/2010 16:22



T'es vraiment un rétrograde : on ne peut même pas mettre de lien proprement sur ton blog...


Sinon il n'y a pas de petite radio rock/hard en Hertzien sur Panam ? ça me surprend un peu.



mixlamalice 19/07/2010 16:29



J'y peux rien si t'es une burne en info.


Je crois qu'il y a une petite radio métal qui traîne, mais elle est pas facile à choper. Quant au concept "classic rock", je l'ai vraiment vu qu'aux US... (d'ailleurs la plupart de ces groupes
sont toujours en activité ou se sont réformés, avec plus ou moins de changements de line-up, et drainent pour la plupart une foule conséquente de cinquantenaires nostalgiques et autres passéistes
dans mon genre. Bizarrement, le concept marche moins bien en France: l'équivalent, http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%82ge_tendre_et_T%C3%AAtes_de_bois, ça fait moins rêver. Qu'on aime ou pas Journey, c'est
autre chose que Stone et Charden).



Ch'Tom 19/07/2010 16:20



Ecoute bonhomme, c'est ton blog, t'écris ce que tu veux, mais je sais où t'habites alors fais quand même attention à ne pas dépasser les bornes. DJ scratchy scratch a joué avec les meilleurs
(notamment les MC Warriors). Il a le droit à un minimum de respect. 


Plus sérieusement, autant je suis d'accord sur le côté Telerama de Nova, autant pour FIP c'est moins vrai (ou plutôt avec les mauvais côtés en moins). Vu qu'aux heures où j'écoute, tu n'as que de
la musique, pas d'emission, pas de pub, juste un jingle pour annoncer l'heure pleine, ça passe bien. Et pour défendre mon bifteack un Smoke and
Mirrors me fera toujours plus triper que tout tes gus en slip et collants réunis. Quoique ça peut être drôle.



mixlamalice 19/07/2010 16:26



En fait, je connais pas vraiment FIP, disons que c'est la station que ma mère écoute quand elle repasse et que Radio Classique passe un truc qu'elle aime pas. Ca m'a jamais trop attiré.


Mais bon, j'ai jamais prétendu être de bonne foi et objectif non plus.


Sinon, dans les 70's, ils étaient plutôt pattes d'eph et chemises cols pelles à tarte. Les collants, c'est les 80's.



mixlamalice 19/07/2010 16:05



Et puis bon, quand question goûts musicaux, on vénère DJ scratchy scratch et ses mix dévastateurs, est-ce qu'on est le mieux placé pour juger ce qui est de la daube ou pas?


Parce que bon, l'electro c'est un peu à la musique ce que le pop art est à la peinture ou la sculpture: on n'est jamais très loin de l'imposture...