Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 11:46

Je vis désormais dans un HBM, "habitation à bon marché", l'ancêtre des HLM.

 

Ce sont ces immeubles assez massifs, de 6 à 9 étages, en brique orangée ou beigeâtre, souvent arrangés en U autour d'une cour intérieure, "typiques" du sud parisien (13-14-15), généralement pas loin des portes, mais pas que, construits dans les années 20-30 (on en trouve beaucoup aussi vers les Gobelins, Place d'Italie, Campo Formio, Commerce, Denfert-Rochereau, etc).

Ils étaient réservés aux classes ouvrières, à l'époque où il y avait encore des industries dans Paris ou à proximité immédiate, comme l'île Seguin.

 

Il ne faut pas faire de prédictions hasardeuses, mais j'aurais tendance à croire que ces HBM ont mieux vieilli que ne le feront les "barres" des 70's.

Les cours intérieures, verdurées, ont de la gueule. Les halls d'entrée sont spacieux, comme les paliers. Il y a une belle hauteur sous plafond, les matériaux semblent globalement de bonne qualité, et les appartements sont plutôt bien foutus et relativement spacieux (il semble qu'à l'époque, on ne considérait pas un deux pièces de 30m2 comme la norme, fut-ce à Paris).

Bref, on est à fond dans le "charme de l'ancien", qui attire les jeunes couples bobos dans notre genre: en tout cas ceux qui n'ont pas les moyens d'être proprios*, qui louent à prix d'or des apparts de prolétaires, et qui doivent donc bien trouver des raisons pour se convaincre d'avoir l'air contents.

 

En fait, le seul côté vraiment HLM de l'endroit vient de l'insonorisation (sonore, visuelle, et je pense aussi thermique - il a fait 25 toute la fin de l'hiver malgré tous les chauffages à 0, il faut dire qu'il y a beaucoup de petits vieux dans l'immeuble): on vit vraiment avec ses voisins. Et on en a beaucoup (2 à 3 par paliers, plus les voisins d'en dessous et d'au-dessus).

J'ai l'impression parfois de me retrouver dans le tome 3 des Bidochon: on peut maudire le voisin qui pisse à gros bouillons dans la cuvette à 2h du mat'...

C'est d'autant plus con que la rue est hyper calme.

 

 

Donc, chez nous, il y a:

- le (ou la) psychopathe du dessus qui passe tous les jours (sauf le week-end heureusement) l'aspirateur à 7h17 du matin au-dessus de notre chambre. Et également au dîner mais c'est moins grave, mais aussi parfois à minuit voire à 4h du mat'. Sa sonnette ne marche pas et il ne répond pas quand on tape à la porte: dommage, je me serais bien fait un nouvel ami.

- l'iranienne du dessous qui a le mal du pays et met de la musique du cru bien fort à 2h du mat' (elle a arrêté depuis que je suis descendu lui dire qu'à cette heure là, je n'étais pas très open aux découvertes musicales).

- les voisins d'à côté qui ont des orgasmes bruyants (mais ça c'est déjà plus rigolo; et puis ils baisent à 23h, comme des gens bien élevés).

- et, en face de la cour, la voisine qui aime bien se tripoter les nichons dans la salle de bains sans rideaux avec la lumière allumée quand il fait nuit dehors (pour le contraste, j'imagine). Ca aussi c'est plutôt sympa - elle a l'air jeune et bien gaulée-, mais Priscilla n'aime pas trop que je regarde, il paraît que ça fait pervers (je lui réponds que quand on me montre, je ne vais pas non plus fermer les yeux, mais l'argument peine à la convaincre). 

 

Bon, j'avais un peu perdu l'habitude, parce qu'avant je vivais dans un immeuble de 2001 où on n'entendait rien, pas même le voisin qui faisait la nouba ou le métro qui passait à 10 mètres.

Donc j'ai un peu de mal à dormir, mais je me suis mis aux boules quiès, et je commence à m'habituer, je crois: j'entends toujours l'aspirateur, mais au lieu de me foutre dans une rage folle et de me réveiller complètement, j'arrive à me rendormir.

Et je peaufine ma vengeance: j'ai enfin retrouvé et rebranché ma chaîne 2*25 watts, je me suis remis à la guitare et je réapprends tous mes classiques de l'époque "week-end d'intégration", et on va bientôt organiser la pendaison de crémaillère...

gniark gniark gniark.

 

 

 

 

* c'est à dire ceux qui n'ont pas 200000 ou plus d'apport de papa-maman, ou qui ne sont pas deux fonctionnaires à 10000 net/mois. Bref, une majorité.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

erathrya 20/05/2011 16:14



Merci pour la réponse détaillée. etant seule, c'est trop cher mais c'est cool d'avoir des infos récentes. De meme, j'ai hate de tester les adresses culinaires de ton blog. ;-)



mixlamalice 20/05/2011 16:23



De rien.


Avant, je payais 850 pour un "grand" (25-30m2) studio meublé refait à neuf dans le 13ème (Glacière). Pour un loyer de post-doc, c'est la limite sup-sup-sup (l'agent immobilier a été plutôt sympa
sur le coup), mais les meublés sont toujours bien chers. La même chose non meublée doit pouvoir se trouver autour de 700-750...


De toute façon, maintenant, toutes les agences mettent sur seloger.com, et je pense que le crédo "jeune pro single" (studio ou petit deux pièces, moins de 1000 euros) est un peu moins
encombré que les "étudiant" (chambre de bonne ou studio, moins de 600) et "jeune couple pro" (2-3 pièces, entre 1000 et 1500).


Pour ceux qui ne sont pas allergiques, il y a de "bonnes affaires" à faire dans les "tours" vers Place d'It (étage élevé, truc assez neuf, parking et cave, etc, pas trop cher).


Good luck.  



erathrya 20/05/2011 15:27



Ce post m'interesse au plus point vu que je débarque à paris pour un nouveau job dans le 13eme dès le 1er juin! ca coute combien si c'est pas indiscret un T2 dans ce genre d'immeuble?



mixlamalice 20/05/2011 16:06



Bravo, ceci était le 1000ème commentaire sur le blog, tu gagnes... hélas, rien d'autre qu'un renseignement.


Donc, je (nous) paye (ons) 1370 euros charges comprises (chauffage coll.). Les charges sont de 120 euros (les papies et mamies font péter la chaudière, malheureusement...). Pas de
parking mais une cave, un T2 plutôt "grande superficie" (selon les standards parisiens) de 55m2 et (très) bien entretenu, plutôt bien situé (c'est à dire pas directement sur les maréchaux comme
le sont assez souvent ces immeubles), mais au "coeur" de l'arrondissement, qui plus est le 15ème qui est sûrement plus cher que le 13ème (mais de mes souvenirs de quand on cherchait, la
différences est finalement assez mince).


Dans les trucs un peu plus petit, 45-50m2, on doit pouvoir trouver autour de 1100. 


Voila, ça fait un peu mal au cul quand même, mais c'est comme ça...



Jérôme 19/05/2011 08:19



Je vois les problèmes d'insonorisation comme une épreuve de la vie dont la portée est quasi-philosophique (Philosophie du quotidien, volume 1). Je m'explique : si je peux entendre le pissou du
voisin, je peux dire que le voisin entendra aussi mon pissou. En appliquant le principe de réciprocité qui fonde les rapports sociaux humains, si je blâme le voisin de son manque de
civisme, cela est mon devoir de ne pas me comporter ainsi ; or je remarque souvent avec amusement que je ne fais guère attention à ce détail quand j'éternue, je pisse et quand je...pète (mais ça
sent la vanille bourbon chez moi ). Autre chose désarmante aussi : souvent les actes "inciviques" ou dérangeant du
voisinage (aspirateur à 2heures de mat', matage de porno, etc.) ne sont pas motivés par l'envie de porter atteinte à autrui, mais plus par une ignorance, une inconscience de la portée de ses
actes. Le mal -ou la gêne- fait à autrui parfois comme la conséquence de la recherche de son propre bien, à méditer !



mixlamalice 19/05/2011 09:55



Pour les petits bruits inconvenants, de la digestion difficile au coït musclé, effectivement, assez rapidement je n'y ai plus fait beaucoup attention. Ni à ceux des voisins, et ni donc aux miens.
Il peut aussi m'arriver de me balader en tenue légère sans avoir baissé les volets (mais Priscilla pense que je suis exhibo)...


Par contre, l'aspirateur, ça reste problématique. Je mûris une intervention, mais je me dis que si le mec est atteint de TOC (et il faut l'être, je crois, pour passer 3 fois l'aspiro par jour, et
le faire également de nuit) - à moins qu'il ne soit casse-couilles professionnel-, dans les deux cas ça ne fera peut-être qu'empirer les choses...


Je veux bien croire qu'il ne le fait pas dans le but premier de me pourrir la vie: je lui reproche plutôt de ne pas "imaginer" naturellement que c'est le cas (puisque, vu qu'on entend tout même
des bruits de pas, il devrait comprendre facilement que l'aspirateur, on l'entend aussi, surtout dans le silence relatif de l'immeuble à 7h du mat').



mikeroaming 16/05/2011 18:56



Ou autre variante : "ce n'est parce qu'on est au regime, qu'on n'a pas le droit de regarder le menu". Pour avoir passer 3 ans a Paris, du cote de place d'Italie, heureusement pour nous au dernier
etage d'un immeuble assez calme, quand je faisais la vaisselle (a ces hommes modernes !) j'ai eu droit a de sacres menus (vue plongeante sur l'immeuble d'en face) : ebats sexuels, matage de
pornal avec l'ecran mal oriente (il a quand meme fallu plus d'un an a cette personne pour se dire qu'en face, yavait des gamins qui pouvaient regarder et donc tourner son gros 117cm), voisine du
rez de chausse qui prend un bain de soleil topless ou nue carrement.....Malgre le cote derangeant, voire casse couille, que peuvent avoir certains voisins, je trouve que c'est vraiment
caracteristique de Paris (une certaine proximite que je n'ai trouve ni a Toulouse, ni a Grenoble), et ca fait partie des petites choses qui font que Paris est Paris. Ca peut faire chier, mais je
trouve ca cool.



mixlamalice 16/05/2011 19:04



Ah, j'ai raté mon déménagement, le 15eme est bien trop calme comparativement...


Bon cela dit, la voisine topless, je le vis plutôt bien: le seul truc casse-couilles, c'est l'aspiro à 7h du mat'.


J'avais jamais spécialement fait gaffe à mes voisins jusque là (la plus marquante était une petite mamie qui tenait absolument à nous raconter son cancer chaque fois qu'elle pouvait nous choper
dans la cage d'escaliers, mais je crois qu'on en trouve une dans presque chaque immeuble)...


Bienvenue en tout cas. 


 



JF 16/05/2011 14:40



"la voisine qui aime bien se tripoter les nichons dans la salle de bains sans rideaux avec la lumière allumée quand il fait nuit dehors (pour le contraste, j'imagine). Ca aussi c'est plus sympa,
mais Priscilla n'aime pas trop que je regarde,"


 


En pareille situation, un de mes étudiants disait "it's OK to look at the restaurant's menu, as long as you come back home for diner"



mixlamalice 16/05/2011 15:14



Oui, je connaissais une légère variante "ce n'est pas parce qu'on a déjà choisi ce qu'on allait manger qu'on ne peut pas continuer à regarder la carte".


Ou le plus strausskahnien "ce n'est pas parce qu'on a un jardin qu'on ne peut pas se balader en forêt"...