Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 10:12

Petite tranche de vie chez un caviste niçois estampillé Fooding où j'aime bien aller parce que je suis maso et aussi parce que son catalogue change un peu de celui de Picolas.

 

Alors que je patiente pour régler mon Quincy à 12 euros et un Mas Amiel à 15, un petit dialogue s'amorce entre le vendeur (jeune, cool, chemise à carreaux, barbu de trois jours, check check check check) et les deux clients qui me précèdent.

 

- "Alors vous êtes allé à Vivant, chez Jancou?"

- "Non, pas encore, par contre c'était top chez Saturne. Et on est allé au Jeu de quilles aussi."

- "Ah ben tiens, moi je monte y travailler, au Jeu de quilles."

- "La prochaine fois n'oubliez pas d'aller chez Septime: il est venu bouffer chez nous il est super sympa".

 

Quelques minutes après, alors que je paye:

"Ah vous êtes de Paris? Le Verre Volé, vous connaissez? Cyril est un bon copain à nous."

 

Bref, c'est pas cette fois là que j'ai appris l'existence d'une petite table niçoise under-the-radar. Ni même parisienne, d'ailleurs.

Par contre, la lobotomisation uniformisatrice progresse à grands pas...

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Autour de la gastronomie
commenter cet article

commentaires

docadn 29/12/2011 11:23


C'est bien le problème de "la résistance à quoi" !! On se gargarise trop souvent du côté "unique" de la gastronomie françaiiiiiiiiiiiise"... Pour Antoine à l'occaze (je descends une fois par an
côté Nice, donc why not !!). Pour le côté "non tare" du Fooding, assez d'accord; mais y'a des choses qui ne passent toujours pas pour moi en terme de jugement et de vérité... J'ai zappé
systématiquement ce guide pour son format "n° special de l'écho de savanes", ses illustrations à la Aranega discount, son côté exclusif et pédant, "nous on a compris la cuisine, pas les autres
blaireaux...". Mais j'y ai trouvé des "références" solides, mais pas que... A suivre...

Docadn 27/12/2011 13:36


Re Mix,


L'uniformisation guette celle qui est considérée (à tort) comme le dernier bastion de résistance... Marrant que tu parles du Fooding que j'ai acheté la semaine dernière pour occuper mes quelques
heures de TGV (je sais, comme je suis toujours à la ramasse d'au moins 3 mois). Je prépare une petite synthèse qui rejoint largement ton ressenti, mais pas que !! Ah c'est bien la peine de faire
800 bornes pour se voir conseiller les voisins !!

mixlamalice 27/12/2011 14:58



"bastion de résistance" à quoi, c'est bien ce qu'on se demande?


Mais oui, se retrouver dans un commerce de quartier niçois pour s'entendre parler des restos que je ne peux déjà plus encadrer tellement on m'en boursoufle le cortex à Paname (sans que ce soit
forcément la faut des restaurateurs eux-mêmes d'ailleurs), ça fait un peu mal et ça aide pas à retrouver la sérénité...


Le Bistrot d'Antoine, dont je parle au-dessus, est recommandé par le Fooding, c'était chouette (type bistrot parigot classique plutôt que néo légume bio ou nissart), c'est pas une tare. La
dernière version papier que j'ai est celle de 2009.



Catherine 27/12/2011 12:11


Et oui, à Nice comme à Paris, la vague des restaus-bistrots-branchés-où-on-ne-sert-que-des-vins-nature fait fureur... Pas testé mais peut-être à essayer à Nice, "Le Bistrot gourmand" http://www.lebistrogourmand.fr/

mixlamalice 27/12/2011 12:23



Merci pour l'info.


Sinon je suis allé déjeuner pour la première fois au bistrot d'Antoine dans le vieux-Nice (qui n'est pas vraiment une table "underground" mais où je n'étais jamais allé), c'était vraiment pas
mal. Bonne cuisine bien roborative (casserole de langue de boeuf sauce raifort par exemple), pas trop chère (plats vers 15 euros).