Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 14:42

Je viens de me rendre compte que, dans le cadre de certaines formations spécifiques proposées dans mon établissement, la rémunération des intervenants externes (EC ou C d'autres établissements, ou industriels) prend en compte des heures de préparation, ce qui n'est pas le cas pour les personnels internes (EC, C, IR ou IE).

 

Exemple: pour un cours de 3h, ma rémunération est calculée sur la base de 3h de cours magistral (soit 4.5 HED, 185 euros brut), que je peux faire passer dans mon service statutaire ou en HC.

Pour ce même cours, un collègue Maître de Conférences en poste ailleurs sera payé en vacations via une autorisation de cumul, sur la base de 3h de cours magistral + 2h de préparation, soit 7.5HED (305 euros brut).

De même pour un salarié du privé (sans l'autorisation de cumul).

 

On m'explique (je ne sais pas si c'est la raison "officielle", je ne sais pas s'il y en a une) que c'est pour parvenir à faire venir des intervenants extérieurs de qualité, qui ne se déplaceraient pas une demi-journée pour 185 euros.

 

Certes, mais pourquoi les personnels de l'établissement sont-ils alors considérés différement?

Parce qu'on est sur place, parce qu'on ne prépare pas, parce qu'on est nul?

Je trouve ça un peu court... *     **

 

 

 

Rappelons que les heures de préparations sont normalement déjà comptées dans le calcul savant qui détermine le paiement d'un enseignant-chercheur, et le nombre d'heures de cours qu'il doit assurer dans une année:

à raison de trois heures de préparation pour une heure face aux élèves en équivalent TD, on arrive sur l'année à (3+1)*192 h = 768h.

En considérant une activité 50% recherche - 50% enseignement, on arrive à un temps de travail sur l'année de 768h*2 = 1536 h.

Si on divise par 35h de travail hebdomadaire (durée légale du temps de travail, différent du temps réel passé sur le temps de travail, lui-même parfois différent du temps effectif de travail, mais ça n'est pas la question ici), on arrive à 44 semaines de travail, et donc 8 semaines de congé, le compte est bon à quelques pouièmes près.

 

Rappelons aussi qu'un EC en milieu de carrière, à l'échelon 4, a un traitement de 2900 euros brut/mois (je ne compte pas les primes pour le calcul).

Si on ramène ça au salaire "enseignement", on a donc 1450 euros/mois. Soit, avec un taux d'enseignement mensuel de 192h/12 = 16 h, 90 euros brut/ heure de cours équivalent TD.  

Soit plus de deux fois le prix de l'heure de cours payée en heure complémentaire (41 euros /brut)...

 

Si quelqu'un a des explications raisonnables... pour moi c'est un peu la quadrature du cercle.

 

 

 

* il me faut aussi reconnaître que dans le cadre de ces formations, l'organisation pédagogique est prise en compte (et plutôt bien).

 

** c'est encore pire pour les IR et IE de l'établissement, qui eux aussi se font payer en vacations (puisqu'ils n'ont pas de charge d'enseignement). Pour une raison qui m'échappe, ils ne peuvent être rémunérés que s'ils abandonnent l'équivalent en RTT des heures données (bon, vu qu'ils ont 45 jours + 13 jours RTT, à leur place, je n'hésiterais pas à lâcher 5 jours contre 1500 euros).

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans L'enseignement
commenter cet article

commentaires

Aisling 31/10/2011 16:28



"totalement scandaleux", comme vous y allez! Personnellement je trouve tres bien que ces personnels aient la chance d'avoir l'option de beneficier de temps de repos et de conges. Notez bien que
c'est une option: comme souligne dans l'article personne ne les oblige a prendre autant de vacances chaque annee, puisqu'ils peuvent choisir de passer une partie de ce temps a enseigner. Il me
semble qu'ils peuvent aussi choisir de passer une partie de ce temps a travailler dans leurs fonctions d'IR. Vu la difficulte d'obtenir ce type de poste, le niveau d'etudes requis et le niveau de
remuneration, il n'y a pas de quoi crier au scandale sur les avantages du metier. En tant que post-doc (et donc futur IR potentiel...) ce serait meme vous tirer une balle dans le pied!


Ce n'est pas parce que certains considerent comme "normal" de se contenter de 10 jours de conges par an (+ 0 RTT) qu'il faut crier au scandale devant toute autre situation plus avantageuse, au
contraire! Ou alors, expliquez-moi le "scandale".



mixlamalice 01/11/2011 21:52



Chez les IR c'est moins vrai (en tout cas chez nous, ils sont à peu près obligés de poser leurs congés, ce qui n'est pas le cas des EC, voir un billet précédent), mais j'apprécie particulièrement
de pouvoir prendre une journée ou une demi-journée sans avoir à en référer à qui que ce soit, hormis à mes collègues par pure politesse...


Après, je pense que l'an dernier j'ai tourné autour de 35 jours de congé, et tout le monde me rirait au nez s'il venait à l'idée de me faire payer les jours non-pris (de même que si je prends 75
jours cette année, personne d'un point de vue administratif ne me dira rien tant que j'assure mes cours - même si ça fera peut-être un peu chier mes collègues...).


J'ai choisi l'équation "+ de liberté = - de pognon". Si on applique des techniques de management du privé dépassées comme à France Telecom dans le public, il faudra aussi un jour se poser la
question de la revalorisation des salaires... le perdant perdant du travailler plus et dans une ambiance de merde pour gagner moins ne marchera pas indéfiniment.



postdoc 31/10/2011 09:28



« vu qu'ils ont 45 jours + 13 jours RTT »


 


Il n'y a pas une typo ? Parce que 45+13 ça finit quand même plus de 11 semaines et demi de vacances par an. Si c'est effectivement le cas je trouve ça totalement scandaleux.



mixlamalice 01/11/2011 21:44



Non, non, pas de typo.


9 semaines c'est à peu près la norme (je crois que j'avais 44 en post-doc CNRS). Il y a certains personnels qui ne sont pas aux 35h, du coup ils ont en plus droit à des RTT.


Je rappelle qu'un bon nombre de collègues à moi, IR dans le privé, ont aussi classiquement droit à 8-10 semaines de congés annuels... De mémoire, Total est particulièrement généreux avec ses
cadres RetD, genre 53 jours en forfait jour...



Aisling 28/10/2011 21:34



Quelle salade!


 


Pour l'instant la conclusion: ne fais des heures complementaires que dans un etablissement exterieur! (qui si possible remunere egalement mieux les intervenants exterieurs...)


 



mixlamalice 01/11/2011 21:40



Je pense que vu la situation actuelle en général (et par chez moi en particulier), la conclusion, c'est plutôt de limiter au maximum les heures comp' et de se concentrer sur la recherche...


 


http://rachelgliese.wordpress.com/2011/10/27/des-heures-complementaires-qui-s’envolent-…/


Il faut voir que, quel que soit le bien fondé de certaines mesures prises au coup par coup par les établissements d'ens.sup. et de recherche, la cause principale est presque toujours la même: il
n'y a plus une thune. Du coup, il y a une chasse quasi-généralisée aux heures sup' (à part dans quelques bastions encore épargnées, comme certaines écoles d'ingé qui peuvent -encore- se permettre
de filer des primes d'excellence à tous leurs EC, des HC à partir de 120h d'enseignement, ou encore 50HED pour l'encadrement d'un stagiaire d'école...).