Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 11:58

Gilles Simon, tennisman suisse français de son état, est au coeur d'une polémique pour avoir déclaré: " L'égalité des salaires hommes-femmes ne marche pas dans le sport. On fournit un spectacle plus attrayant que les filles. Si Rome est devenu un tournoi mixte c'est pour sauver l'épreuve féminine, je me souviens d'une finale qui avait attiré 20

 

Du coup, entre autres joueuses ulcérées, la patronne de la WTA a déclaré "A notre époque j'ai du mal à croire qu'on puisse encore penser comme ça". Quant à l'Equipe dans un article d'aujourd'hui, ils manient l'ironie en disant qu'à ce compte là, il faudrait payer au spectacle proposé ou au nombre de jeux marqués, et qu'on ne s'en sortirait pas.

 

Et pourtant...



Commençons par une précision: je ne suis pas de ceux qui pensent que les sportifs gagnent trop de blé et méritent le lynchage pour ça. Tant qu'il y aura des millions de connards comme moi prêts à dépenser 50 ou 100€ pour aller voir un match, 20€ par mois pour s'abonner aux chaînes diffusant leurs sports préférés, 40€ pour des maillots de leurs équipes favorites, bref, tant que le sport générera des milliards de revenus, je ne vois pas pourquoi les têtes d'affiches qui les génèrent ne croqueraient pas une partie, plutôt faible d'ailleurs, du gâteau.

Et je préfère même que les sportifs touchent le blé plutôt que les agents de joueurs, les présidents homme de paille de clubs ou de fédération, et autres parasites du système pourtant riches à en crever.

 

Je suis d'autre part tout à fait pour l'égalité salariale hommes/femmes, à compétences et fonction équivalentes, et j'admets volontiers que de ce point de vue là, il y a encore du boulot.

 

Mais si l'on se place justement dans une optique purement économique ou capitaliste, reliée si l'on veut à la "fonction" de sportif ou de sportive: il faut reconnaître que le tennis féminin génère infiniment moins de revenus que son pendant masculin. La WTA a des difficultés financières, les sponsors et diffuseurs sont franchement méfiants, le public ne se presse pas aux matchs depuis qu'il n'y a plus vraiment de "stars"*. Le fait qu'elles jouent moins longtemps (2 sets contre 3 dans les Grands Chelems) est finalement anecdotique.

 

Bref, j'ai du mal à comprendre où est le machisme là-dedans: vu que dans le cas présent les femmes ne font "pas le même boulot" en ne "rapportant pas autant", il me semble anormal qu'elles touchent les mêmes revenus.

De même que le mec moyen qui ne passe jamais le 2ème tour en tournoi ne gagnera pas autant que Federer dans sa carrière. Et de même que personne n'a à ce jour trouvé foncièrement illogique que les meilleures footballeuses gagnent 1000 fois moins que leurs homologues masculins alors qu'elles sont nettement plus sympathiques sur et en dehors du terrain (mais qui a déjà été voir ou a déjà regardé un match de L1 féminine?).

 

 

Pour généraliser, j'ai quand même l'impression que l'égalitarisme à tous crins poussent à raconter pas mal de conneries, on le voit aussi dès qu'il est question de parité.

On parle beaucoup en ce moment de l'Assemblée Nationale, qui très clairement reste aujourd'hui un repère d'homme blanc d'âge mûr.

Ok pour le constat, mais faut-il pour autant "imposer" la parité? Est-ce aussi simple que cela?

Imaginons une question similaire dans un laboratoire de recherches en sciences dures, aujourd'hui encore, de façon générale, autre repère d'homme blanc d'âge mur, en tout cas aux postes élevés.

Doit-on imposer la parité dans les recrutements PU ou DR? Mais s'il y a moins de femmes que d'hommes au niveau inférieur, MCF ou CR, cela ne revient-il pas de facto à "avantager" les femmes lors de ces recrutements? Si on impose la parité au niveau MCF/CR, on a le même problème s'il y a plus d'hommes docteurs que de femmes docteurs. Faut-il imposer la parité dans les écoles doctorales? Mais s'il y a moins de femmes que d'hommes en école d'ingénieurs ou à la fac? Etc Etc

 

En conclusion, il me semble qu'une approche top down similaire à l'affirmative action à l'américaine est inappropriée pour toutes ces questions, et qu'une approche bottom up serait plus pertinente.

 

 

 

* il n'y a plus vraiment de rivalités marquantes depuis le déclin des soeurs Williams et la retraite de Justine Hénin, qui étaient déjà loin des Graff Seles ou autres. Aucune numéro 1 mondiale ne s'est imposée sur la durée depuis probablement 5 ans, à tel point que S. Williams à mi-temps et en surpoids ou K. Clijsters revenant de 2 ans d'interruption et 1 grossesse gagne à nouveau des Grands Chelems. Les seules joueuses générant beaucoup de sponsoring, hormis Sharapova qui allie les deux, le sont plus pour leur physique que pour leur palmarès (Wozniacki, par exemple).

spectateurs. Résultat, quand toi tu veux un cours d'entraînement y en a plus".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cub 03/07/2012 02:20


Ben dans le monde du tennis, Simon est un peu un bourgeois intellectuel. Je me souviens d'une vidéo Canal+ où on le voyait jouer au piano en costume dans son "manoir". Son jeu est chiant comme
pas possible, mais peut-être qu'il se révèlera intéressant en tant que représentant des joueurs à l'ATP.


En attendant Wimbledon confirme tout ce qu'on dit sur le tennis féminin. Sharapova et Clijsters à la trappe, Serena qui en bave toujours autant, et deux allemandes cogneuses qui brillent, et de
fortes chances que l'une des deux gagne le tournoi, même si pour le bien de tennis féminin, ce serait bien que ce soit Radwanska...

Cub 02/07/2012 02:54


Pour revenir au tennis oui Simon a évidemment raison, il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, avec une absence de tact typiquement française. Ce qui m'a dérangé ce sont les
remarques minables du côté féminin, notamment chez Serena Williams qui a dit en parlant de Sharapova et de Simon "She's hot you're not". C'est sûr qu'elle ne pouvait pas s'appliquer le même
adjectif à elle... Bref.


 


C'est un fait accompli que le tennis féminin actuel est une honte. Ca ne fait que cogner, aucune ne vient au filet ou ne slice pour attaquer. Ne parlons pas des amortis. Il n'y a que l'exception
Radwanska qui a apporte un peu de piment... Dans les tournois du Grand Chelem, vous achetez des "sessions" : un package match femme + homme et un double en général. Quel est le plus chiant 99% du
temps ? Le match femme. S'ils vendaient séparément les tickets pour ces matches féminins, ce serait la cata. Donc forcer à ce qu'elle gagnent autant en tournoi, forcer les gens à acheter un
package comprenant un match féminin, non ce n'est pas normal. J'aimerais avoir le droit de payer moins cher pour ne voir qu'un match masculin, voire un double. Surtout que les 3/4 du temps, les
gens n'arrivent au stade que lorsque le match masculin débutent...

mixlamalice 02/07/2012 19:36



L'interview qu'il a donnée à l'Equipe (vendredi je crois) était d'ailleurs pas mal et clarifiait plutôt bien sa pensée (Simon, pour un sportif de haut niveau, n'a pas l'air trop débile), même si
pas grand monde n'en a parlé...



nathalie 29/06/2012 22:40


lazette, ça ne me parait pas si simple. Une femme est tout aussi capable de remarques misogynes. Peut être même plus: si elle est dans le dit comité, c'est que ses (éventuels) enfants ne lui ont
finalement pas posé de problèmes, et elle est donc moins susceptible de considérer qu'il puisse en être autrement. Dans la pratique, les hommes me paraissent plus ouverts et compréhensifs.

mixlamalice 01/07/2012 12:28



Je ne vais pas généraliser hâtivement, mais lors de l'audition à laquelle j'ai participé, le comité avait tenu à souligner la bonne production scientifique d'une candidate, qui avait plus publié
que la plupart des autres candidats tout en ayant eu deux gamins. Ces remarques avaient plutôt été faites par les hommes du comité (ceux de la génération 35-45 ans).



lazette 29/06/2012 14:54


Je ne pense pas qu'un comité à 50/50 recrutera 50/50. ça dépendra toujours de la qualité des candidats de l'année, peu importe leur sexe et heureusement.


ça evitera par contre les réflexions misogynes lors de l'evaluation des candidates. :) Et puis, une femme dans le comité peut rappeller que les femmes qui ont eu un enfant sont un peu pénalisées
pour leur recherche etc. Les mecs féministes étant quand meme rares, ça ne peut qu'aider la cause.


 


 


 

postdoc 29/06/2012 09:12


@Lazetti. Dans ma section, crois-le ou pas, mais la seule fois ces dernières années où aucune femme n'a été embauchée fut quand il y eut une quasi parité dans la commission. A contrario avec les
commissions largement masculines, il y a en fait à peu près autant de femmes embauchées que de femmes au concours, en proportion. Il faut donc croire que le problème ne vient pas nécessairement
de là. Et comme dit mix, je doute que les Pr/DR femmes soient enchantées de remplir le quota de femmes dans les commission. C'était un peu le cas de ma cheffe lors de mon postdoc précédent et
c'était peu dire qu'elle en avait marre et son soulagement quand le labo a engagé une nouvelle prof femme, histoire qu'on lui lâche la grappe avec ça. Et pourtant c'est quelqu'un d'extrêmement
sensible aux discriminations contre les femmes dans la recherche. Bref, c'est effectivement un Problème Compliqu鮩™.