Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 09:51

De nouveau en France, plus précisément en région parisienne, j'ai retrouvé les douces joies des transports en commun.
Pire, pour la première fois de ma vie, je suis obligé de prendre quotidiennement le RER (B).

Certes, j'aurais pu aller habiter dans la pampa comme tant d'autres, pour profiter pleinement de tous les inconvénients de la vie parisienne sans ses avantages, mais, sujet à la dépression nerveuse et aux pulsions suicidaires, surtout depuis que Priscilla est loin de moi, j'ai choisi d'habiter Paname intra-muros plutôt que Bourg-la-Reine ou Palaiseau.

L'avantage de bosser en banlieue et de vivre à Paris est que l'on est dans le sens opposé aux voyageurs, ce qui veut dire que généralement, je trouve places assises et wagons non bondés matin et soir (le matin, il faut monter dans le RER avant 8h30, mais ça tombe bien, mon petit côté fonctionnaire fait que j'aime bien arriver à 9h00 au boulot, je prends donc celui de 8h15).
Bref, c'est pas si terrible, et le plus souvent ça ne marche pas mal, comparativement aux transports en commun de Boston ou New-York, pour ne prendre que des exemples que j'ai pratiqué assidûment. Je constate que le parisien (moi compris il y a quelques années, ça reviendra) aime bien vitupérer dès qu'un bus ou un train a 2m27 de retard, alors qu'on me semble plus stoïque aux US, face à des problèmes pourtant plus marqués.
 
Il y a deux jours, cependant, j'affrontais la première grêve depuis mon retour, il y a quand même presque trois mois. Une grêve apparemment "moyenne" avec un reureureu sur deux. Franchement, ça aurait pu bien se passer.
Malheureusement, la RATP avait bien fait les choses en peaufinant au mieux l'alternance des trains: ainsi, devant mes yeux se sont succédés trois trains consécutifs destination Robinson avant qu'un train direction Saint-Remy ne finisse par arriver, au bout d'une grosse demi-heure (entre temps, j'avais pris un train pour Bourg-la-Reine, histoire au moins de m'éviter la cohue à Denfert-Rochereau et de me donner l'impression que j'avançais un peu). 
Bien joué, d'autant que plein de gens vont à Robinson le matin alors que personne ne travaille sur le plateau de Palaiseau. Et qu'il y a beaucoup de modes de transport alternatifs pour s'y rendre.
Résultat, train blindé avançant à deux à l'heure sur tout le trajet, un grand moment de bonheur. 

Cela dit, il y a aussi chez les usagers un bon paquet d'abrutis panurgesques.
Car certes, pour aller hors de Paris, il n'y a pas trop le choix. Mais une fois rentré dans Paris, à Cité Universitaire, le wagon se remplissait de plus en plus (avec un pic à Saint-Michel où j'ai fini par descendre), sachant que:
- les trains s'arrêtaient de toute façon à Gare du Nord.
- le métro 4 et la ligne 38, parallèles au RER et s'arrêtant aux mêmes endroits, étaient bien moins affectées par la grêve (deux trains sur trois). Il y a également pas mal de lignes qui suivent partiellement le trajet du RER (la 21, de Cité U à Châtelet, par exemple).

- il y a des vélibs.

- sans vouloir faire mon Diniz, Cité U-Denfert à pied, c'est 15 minutes, et Denfert-Châtelet se fait en gros en 30 minutes sans trop forcer. Alors quand il fait beau, qu'il y a un RER tous les quart d'heure et qu'il faut pousser 10 minutes pour rentrer dedans puis manquer faire une syncope, le calcul me semble relativement vite fait.

Enfin, hier tout était revenu à la normale.
Sauf qu'un accident de voyageurs à Bagneux avait immobilisé le trafic dans les deux sens, que j'ai du prendre le RER C à Massy-Palaiseau pour rentrer dans Paris, et que j'ai donc mis 2h pour un trajet qui en temps normal me prend 50 minutes porte à porte.
Salauds de suicidaires, peuvent pas se jeter dans la Seine comme tout le monde? Ca fait chier personne et en plus ça permet aux Japs sur les bateaux-mouches de faire de jolies photos souvenirs.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

postdoc 25/03/2010 17:22


Ah le RER B. Je l'ai pris pendant presque 4 ans, 5 jours par semaine. Jamais je ne suis arrivé à l'heure le matin, jamais je ne suis arrivé à l'heure le soir. Jamais. Et ça, c'est quand tout va
pour le mieux. Alors si on rajoute les « accidents grave voyageur », les « chutes de caténaire » et autres grèves suprises... Chose amusante, quand il pleut, rajouter 20 minutes de retard. Je n'ai
toujours pas compris pourquoi. Après c'est sale, l'été on crève de chaleur à la limite de l'évanouissement et la ligne semble attirer les petits cons qui s'épandent en crachats et en menaces à
l'endroit d'autre passagers (enfin ça c'est peut-être juste la France en fait, je n'ai encore pas vu d'incivilité comparable aux USA). Je ne parle même pas de la densité de voyageurs à gare du nord
à 8h00. Je parie qu'on s'offusquerait de faire voyager du bétail dans de telles conditions. J'ai des collègues qui le prenaient par souci écologique, ils ont fini par abandonner à cause de tout ça.


mixlamalice 26/03/2010 10:26


Bon, comme je l'ai dit, j'ai plutôt la chance d'être à contre-courant du trafic, d'éviter Gare du Nord et Châtelet, donc dans l'ensemble je n'ai pas trop eu de soucis.
Le matin, avant 8h30 ou ça commence à être blindé, ça marche même nickel et je n'ai pas encore eu plus de 10 minutes de retard à l'arrivée par rapport à l'horaire prévu quand tout marche bien. Et
je peux presque toujours m'asseoir.
Le soir, je ne sais pas pourquoi, effectivement, il y a beaucoup plus souvent des "trains retardés" alors que le terminus n'est pas si loin, ça reste un peu mystérieux.
Je n'ai pas eu trop affaire aux djeuns non plus, une petite "bande" qui écoutait sa musique de merde sur une sono crachottante 2*2 Watts au lieu de se foutre des écouteurs et un mec qui se fumait
un pétard dans le wagon, mais je préfère ça à la limite à celles et ceux qui viennent chanter Céline Dion ou Cheb Mami avec un micro JouéClub et un arrangement en playback digne des plus beaux
albums de Claydermann (heureusement pour moi ils sévissent plus du côté des express vers l'aéroport CdG où ils savent que les passagers n'ont pas le choix).


Aisling 25/03/2010 15:05


C'est clair qu'a DC y'a pas de greves de metro, mais des problemes a la pelle - au moins avec un greve, c'est la grosse galere pendant le(s) jour(s) de greve, mais ensuite tu es tranquille. La, en
ce moment, entre les travaux divers et les nouvelles mesures de securite limitant la vitesse et l'espacement des trains, il n'est pas rare aux heures de pointe de faire en 1h un trajet qui devrait
prendre 1/2h max. Le fait que les temps de trajet soient desormais imprevisibles n'arrange rien. Grrr. Mais effectivement, les gens ne ralent pas tant que ca!


mixlamalice 25/03/2010 15:51


Travaux éternels à Boston aussi (ils sont depuis plus de trois ans sur Copley et l'échafaudage n'a pas bougé... cela dit elle reste ouverte pendant la durée des travaux - bon, Arlington d'un côté
est à 400m et Hynes à 600 mais faudrait pas risquer de se fatiguer). Et puis trains supprimés, qui changent de direction en cours de route, qui s'arrêtent avant la fin de la ligne ou bien
deviennent express jusqu'au terminus à brûle-pourpoint.
On peut aussi mentionner que ce sont des mini-métros-trams de pas plus de deux wagons avec donc une capacité ridicule, et qu'il y a 5 lignes pour une agglomération de la taille de Paris (avec un
système de connexion horriblement mal pensé).
Je ne parle pas du système de bus qui met 3h à faire 2kms pour cause de voies non séparés, d'arrêts tous les 50m et de trajets improbables, ni du système de train de banlieue avec un train par
demi-heure en période de pointe et une vitesse de tortue rhumatisante...

Les bostoniens ne sont pas très contents, mais ils se plaignent plutôt dans les journaux ou pendant les élections, pas dans le wagon, ça donne un petit côté sérénité qui nous manque et qui rend le
trajet plus agréable quand ça merde (souvent donc).

Et dans l'ensemble c'est plutôt pire à New-York.


Miss Gourmandise 25/03/2010 12:53


ah la la!!! je suis morte de rire! c'est tout simplement mon quotidien, rajoutes à cela le bus qui se barre dés que le RER arrive..que du bonheur :-)


mixlamalice 25/03/2010 13:44



La plupart du temps j'essaie de finir à pied et ainsi d'éviter la navette bondée (qui attend généralement), 15 minutes et une grosse côte... mais je deviens de plus en plus fainéant, je crains.