Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 09:16

Hier soir, j'ai, comme souvent, regardé la télé.
La ligue des Champions n'était pas en clair, il n'y avait pas de JCVD sur la TNT, et même après 2 ans de télé américaine, "Moundir l'aventurier de l'amour" reste au-delà de mes forces.
Alors, j'ai regardé le documentaire de France 2, à propos du pouvoir actuel de la télé sur un individu lambda.

Au début, je n'avais pas tellement envie: la télé qui s'auto-dénigre, qui "ne cautionne pas" les émissions d'ailleurs tout en en profitant pour nous montrer des images trash, c'est classique. Et un peu facile.

Et puis finalement, le documentaire était franchement bien fait.
Pédagogique: j'ai appris ce qu'était l'expérience de Milgram, sur l'obéissance de l'individu face à l'autorité, et ça fout un peu les jetons. L'équipe de C. Nick a adapté, avec l'aide du Prof. J.L. Beauvois, cette expérience à la télé, l'autorité représentée dans l'expérience de Milgram par des scientifiques étant ici une animatrice d'un jeu débile et violent, croisement entre le Maillon Faible et Fear Factor.
J'ai trouvé que le documentaire présentait clairement les protocoles expérimentaux (voir les liens plus haut), les enjeux, et analysait plutôt bien les similitudes et/ou différences, que ce soit entre les deux expériences ou entre les réactions même des "cobayes".

Ce n'était pas trop sensationnaliste, et ça évitait pas mal d'écueils aussi. Pas tous, certes: on en finissait par célébrer un peu trop ceux qui refusaient d'envoyer des décharges au candidat enfermé comme des héros au courage extrême, des "résistants". De là des comparaisons pas toujours bien venues avec les systèmes totalitaires, le nazisme en tête, surtout dans le débat franchement moyen qui a suivi (je suis vite allé me coucher à ce moment là).

 

Cela dit, quelques chiffres parlants:

- Sur 80 cobayes, seuls 16 se sont arrêtés avant la fin, 9 au début des protestations du "candidat-comédien", 7 plus tard, alors qu'il était déjà évanoui ou qu'il criait de douleur. 80% sont donc allés au bout (c'est à dire ont appuyé sur le bouton décharge de 460V), contre 60% dans l'expérience de Milgram.
- 40% sont allés au bout sans faire une seule remarque à l'animatrice (je crois que c'est ce chiffre qui me trouble le plus).
- 15% ont déclaré après coup qu'ils "savaient" que c'était du chiqué.

Voila, selon moi c'est à voir si vous en avez l'occasion: de la télé qui fait un peu réfléchir -sur elle-même ok, mais c'est déjà ça-, le service public a parfois du bon quand même.
M'enfin, je me ferais bien "Kickboxer" maintenant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mixlamalice 19/03/2010 11:20


Une petite analyse un peu plus pointue pour ceux qui veulent:

www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/03/17/le-jeu-dont-vous-etes-le-bourreau_1320397_3236.html