Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 16:47

Chymkent est donc la 3ème ville du pays en population*, environ 500000 habitants, tout près de la frontière ouzbèke (à 100 kms de Tachkent la capitale).

 

Chymkent est un ancien comptoir de la route de la soie, mais elle a été tellement détruite par tout le monde au fil des âges qu'il ne reste pas grand chose de ce passé.

 

Il reste un quartier "pré-russe", à la frontière entre le bidonville et le village de campagne.

 

DSC04098

 

Elle garde un esprit marchand avec le bazar central dont je reparlerai, et a chez les habitants d'Almaty le genre de réputation que Marseille peut avoir chez certains parisiens: c'est sympa, mais les gens sont un peu fous, fainéants, et voleurs, et on y vivrait pour rien au monde.

 

L'ambiance est clairement plus relax qu'à Almaty, effectivement on sent un petit côté "sudiste" avec pas mal de parcs, de terrasses, de gens à la cool qui picolent au soleil. On se faisait pas mal arnaquer à Almaty, donc ça ne nous a pas semblé plus le cas, et il n'y avait pas de sentiment d'insécurité même si un chauffeur de taxi nous a parlé d'un couvre-feu dans la ville, à 2h du matin (information que je n'ai pas réussi à confirmer ou infirmer sur la toile).

 

Nous avons dormi dans un hôtel assez spartiate (situé dans un centre commercial, eh oui) mais de plutôt bon rapport qualité prix, avant de nous rendre à la gare routière le lendemain matin prendre une autre marchroutka direction Turkestan.

 

La route reliant Turkestan à Chymkent est la route principale du pays, qui longe les voies de chemin de fer et remonte jusqu'à Aktau. Elle est pourtant dans un état déplorable, avec des nids de poule géants un peu partout. De larges portions sont en travaux, donc on roule sur les graviers à côté... ça devrait aller mieux dans quelques années, mais si vous avez le mal des transports, attendez-vous à souffrir avec en plus les chauffeurs tarés qui doublent par la droite, font des écarts brusques pour éviter un trou dans la chaussée etc.

 

Turkestan est une petite ville (moins de 100000 habitants) mais qui semble en pleine expansion: on arrive par la ville en passant devant de nouveaux bâtiments ultra-modernes, même si le coeur historique est encore assez brut de décoffrage. Notre hôtel est dans la plus pure tradition soviétique, relativement majestueux dehors et de loin, un peu mité quand on regarde de près, et avec des chambres vraiment pas terribles et un personnel antipathique au possible dedans.

 

Turkestan est surtout connu pour son mausolée de Yasaoui, un soufiste du 11ème siècle. Le mausolée commandé par un certain Tamerlan, est inachevé car celui-ci mourut avant la fin de la construction. C'est très bien préservé et le côté "éternellement en travaux" rajoute une touche un peu émouvante au bâtiment. Celui-ci est entouré de jardins de roses, et le tout est au patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui semble inciter les kazakhes à capitaliser un peu dessus (rassurez-vous, y a encore du boulot avant que ça soit une destination touristique extrêmement courue).

 

On crève littéralement de chaud, probablement pas loin de 40°C avec un bon vent chaud qui permet de suer même sans bouger.

 

Le soir, nous croiserons un paramilitaire encagoulé avec une kalachnikov au bras au milieu de la rue, mais cela semblait n'inquiéter personne, surtout pas le flic à côté de lui. Puis, au resto, un pochtron baragouinant le français qui voulait à tout prix nous payer à boire. 

 

DSC04201

Les poutres apparentes sont les vestiges du "chantier"  (la façade est aussi le seul endroit où les mosaïques n'ont pas été posées - voir photo de côté ci-dessous)

 

DSC04222

 

DSC04214

 

 

Enfin, dernière étape, trouver un taxi disposé à nous conduire à 50 bornes au nord de Turkestan, au milieu du désert, dans les ruines de Sauran, une ancienne capitale mongole et comptoir de la route de la soie, abandonnée depuis le 17ème siècle et complètement détruite par le vent, la chaleur, et les pillards. Bref, l'archéologie à portée de main, ou plutôt à portée de Lada, encore une fois**.

 

C'est une expérience assez irréelle: être seuls au milieu du désert dans des ruines d'environ 1km de diamètre, sans surveillance aucune (je pense avoir profané une tombe en tirant un truc qui dépassait du sol et qui se trouvait probablement être un fémur - on peut aussi facilement se gaufrer dans un puits à ciel ouvert...). Là encore, on se plaît à imaginer ce que des amerloques auraient fait d'un endroit comme celui-là, entrée à 20$, achetez votre bout de poterie à 5$, ne sortez pas du chemin tracé etc... A voir, franchement à voir, tant que ça existe encore.

 

DSC04153

 

DSC04163

 

 

DSC04158

 ce qu'il reste des fortifications et des bâtiments... pas grand chose.

 

 

Ensuite, ce fut back à Almaty.

Dans la dernière partie, on parlera bouffe.

 

 

 

 

* sorti d'Almaty, Astana, Chymkent et Karaganda (~400000 habitants), il y a surtout des villes autour de 100000-200000 habitants max.

 

 

** la Lada est une voiture exceptionnelle à qui aucune piste ou climat ne résiste. En plus, tout le nécessaire est accessible à la main (fils apparents etc), et il n'y a absolument rien de superflu...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

docadn 10/09/2012 19:35


Salut Mix,


T'as ramené le fémur ??? Merci pour le carnet kazakh... 


A+

mixlamalice 10/09/2012 22:20



Salut Doc,


Non, j'ai eu un peu honte de moi... j'ai du mal à me retenir de faire des conneries, juste avant je tripotais un truc qui tombait en poussière et qui semblait un crâne de mouton, mais je n'ai pas
eu trop envie de récupérer le fémur...


On a ramené quelques petits bouts de poterie/faïence qui trainaient (à se demander si des mecs ne viennent pas déposer du made in china un peu partout pour se foutre de la gueule des touristes).
Il y a quelques années, le père de Priscilla avait trouvé de vieilles pièces de monnaie dans l'endroit, mais nous ne sommes restés qu'une grosse demi-heure.


 


Thanx pour le RT