Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 16:06

Je ne voulais pas faire comme tout le reste de la blogosphère, mais il y a quand même quelque chose qui me turlupine (de cheval) dans l'histoire de DSK: son côté "incroyable", voire absurde, quel que soit l'angle par laquelle on l'attaque, qu'on le croit innocent ou coupable.

 

- Coup de folie subit à 62 piges, lui faisant oublier que vouloir jouer à touche-pipi ou même simplement montrer son chibre à une employée d'hôtel, spécialement dans un pays comme les USA, dont il doit commencer à discerner la mentalité après l'affaire Nagy, lui causera des soucis.

- Stupidité totale de l'arrogant persuadé que sa stature lui permettra de s'en tirer à bon compte: mais dans ce cas-là, où est l'homme brillant qu'on nous vendait partout comme l'envoyé de la Providence que la France attendait pour tout arranger?

- "auto-destruction" plus ou moins inconsciente pour échapper à son destin: selon les psychologues de comptoir, on appelle ça une Zidane Coupe du Monde 2006.

- prédateur sexuel qui aurait été couvert pendant 30 ans par les media et la classe politique française.

- confusion malheureuse entre une call-girl attendue déguisée en soubrette et une employée de chambre.

- complot sarkozyste avec ou sans l'appui d'Obama et du PS.

...

tout cela est ridicule.

Devant un film proposant un tel scénario et de telles hypothèses quant à sa conclusion, on zapperait, fut-on un samedi soir désoeuvré. Même les prémices, "l'explosion en plein vol de la carrière d'un des hommes les plus puissants de la planète en moins de 24h suite aux révélations d'une courageuse mère célibataire du Bronx" font penser à un direct-to-video librement inspiré d'un mauvais John Grisham.

 

Se peut-il que l'employée ait simplement mythonné après avoir vu DSK, ne l'ayant pas entendue sonner, sortir à poil de sa douche?

Dans ce cas-là, aurait-il été maintenu en détention provisoire?  

Sans bien connaître le fonctionnement de la justice américaine, j'aurais tendance à penser a priori que le procureur a quelques atouts dans sa manche pour convaincre la juge de refuser à une caution de 1 million $.

Et qu'une histoire totalement bidon aurait été rapidement éventée.

 

S'il est par contre coupable d'avoir "forcibly made contact with his penis and informant's mouth twice" et qu'on s'en réfère au rasoir d'Occam, l'hypothèse la plus simple est la plus vraisemblable: à savoir, comme le font entendre de plus en plus de journalistes et politiciens français courageux depuis hier, qu'il est coutumier du fait.

Bref, les mots de "séducteur", "Don Juan", voire de "libertin" qu'on accolait à cet homme n'étaient que du flan**. Parce que, et je paraphrase ici, une fois n'est pas coutume, BHL, il y a une différence de taille entre ces mots et les comportements qu'ils décrivent, et ce qui se serait passé au Sofitel, à savoir un viol.

Et donc, si ce n'est pas "la première fois que ça arrive", comme on l'entend beaucoup depuis hier, j'en conclus que la politique française est encore plus à gerber que ce que je pensais jusque là. Parce que cela impliquerait qu'outre une loi du silence sur les financements occultes, les petits et gros arrangements financiers, les conflits d'intérêt, et les adultères des uns et des autres, on couvre aussi, entre gens bien éduqués, des agressions sexuelles***.

Et what else? 

S'il ne venait d'un journal berlusconien, on pourrait ici citer l'edito d'Il Giornale, dénonçant "la subtile hypocrisie d'une France où la presse (et la classe politique, NdMix) n'hésite jamais à donner des leçons de transparence et de moralité aux autres, mais qui face aux puissants de son propre pays se montre extraordinairement lâche, jusqu'à l'omerta".

 

 

 

 

* En France, la tradition des hommes de pouvoir "queutards" est séculaire... les derniers présidents français avaient ou ont tous une solide réputation dans le domaine, réputation souvent confirmée par un grand nombre de faits tangibles. A mon échelle, je connais plusieurs directeurs de labos, profs brillants etc, dont on prétend qu'ils ont une vie sexuelle agitée, de type relations privilégiées avec certaines thésardes, etc.

La frontière entre "droit de cuissage" (népotisme, abus de pouvoir...) et attrait féminin pour le pouvoir et le charisme est souvent mince et je ne me sens pas apte à en faire un essai philo-sociologique ici. Mais disons que les gigolos, ça existe aussi depuis longtemps, et considérons dans un premier temps que ça reste différent d'un viol (même si ça ne l'est pas nécessairement d'un point de vue légal, raison pour laquelle les entretiens Profs-étudiants ont toujours lieu porte ouverte aux US, par exemple).

 

** bon, je suis sans doute trop naïf... entre les suicides douteux, les liens entre politiques et mafieux dans le sud, etc, est-ce que la dissimulation de viols pour ne pas ruiner une carrière brillante devrait m'effaroucher?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guils 01/07/2011 13:46



Quand je disais qu'il fallait attendre... J'attends de voir les excuses du NYPost ou du Figaro.


Il sera quand même un peu difficile pour DSK de faire oublier le petit appart' à 50K$/mois.



mixlamalice 05/07/2011 10:01



Ouh la les excuses de la presse...


Mais avec T. Banon qui porte plainte 9 ans après et après moult changements d'avis, collaboratrice d'Atlantico, le Rue 89 de droite très très bien informé aux débuts de l'affaire, ça sent de plus
en plus la merde et le gros coup "à la barbouze".



erathrya 20/05/2011 15:20



Quatremer developpe un peu dans ce chat. http://www.liberation.fr/politiques/1201464-l-affaire-strauss-kahn



mixlamalice 20/05/2011 15:56



Merci pour le lien.



mixlamalice 20/05/2011 09:41



Les derniers mots de DSK en sortant de l'avion escorté par les policiers auraient été "quel beau cul" adressé à une hôtesse de l'air.


Preuve irréfutable que cet homme est malade, parce que ça fait quand même un moment que le cliché des hôtesses de l'air bandantes est périmé (comme la plupart des hôtesses désormais),
surtout sur Air France...



Jérôme 19/05/2011 10:54



L'article de Jean Quatremer parue en 2007 est ici : http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2007/07/fmi-sarkozy-pro.html#more


Le propos que j'ai rapporté concernait la pertinence de la candidature de DSK au FMI. Prémonitoire vis à vis de l'affaire Piroska Nagy (là apparemment nous étions toujours dans le "légal") qui
éclata en 2008...



mixlamalice 19/05/2011 14:03



Oui, je me souviens avoir lu l'article de Quatremer il y a quelques temps déjà... mais ça reste relativement elliptique: "à la limite du harcèlement" peut-être synonyme de "gros lourd collant",
ou une litote pour "obsessionnel à tendance agressif"... donc je trouve ça un peu léger de dire "je vous l'avais bien dit" (dit, oui, mais quoi exactement?).



Jérôme 19/05/2011 08:00



Ton post résume bien les différents angles un peu abracadabrantesques sur cette affaire DSK. En tout cas, cette histoire révèle que ce soi-disant "Internet tout à l'égout " offre les meilleurs
analyses et une liberté de parole qui ont disparu des medias mainstream. Les plumes émoussées des éditos et les voix ronronnantes des radios montrent des limites.


Jean quatremer avait déjà parlé sur son blog (en 2007) de ses craintes en cas de candidature de DSK à la présidentielle justement pour son comportement douteux, je cite : "Le seul
vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France).".
D'autres faits avaient aussi fuité ailleurs...Mais effectivement nous sommes en France, pays "de l'égalité ds droits" où une simple bagarre de voisins avinés peut finir en garde à vue prolongée
(conditions indignes à en juger par mes lectures sur le blog de Maître Eolas) et détention provisoire.


Autre papier intéressant au-dessus de la mêlée , celui de Christophe Deloire, le co-auteur du livre Sexus Politicus sorti en 2006 (son titre résume tout) : il pointe du doigt la responsabilité
des médias, cette collusion avec les politiques, cette barrière floue entre respect de la vie privée et deni de culpabilité en cas de dérives :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/16/l-etrange-omerta-des-medias-sur-le-cas-dsk_1522552_3232.html


Autre aspect purement intellectuel : dans cette affaire "sidérante", quand la réalité vient s'imposer sans crier gare, j'ai le sentiment que les réactions à chaud révèlent le fond de la pensée
des commentateurs, leur mécanisme, leur jugements de valeur. Ainsi, j'ai peur de comprendre tous les présupposés de la dernière déclaration de JF Kahn sur le sujet : "pas de viol mais un
troussage de domestique" : http://www.rue89.com/2011/05/18/jean-francois-kahn-pas-de-viol-mais-un-troussage-de-domestique-204530 . Aouch !!! Autant je peux apprécier la sagacité de JF Kahn sur certains sujets, autant cette saillie me trouble : dans quel monde vit-il ? Flotte-t-il à 10000 mètres d'altitude dans
les salons parisiens ? Quid de la vie de cette "domestique" de 32 ans que l'on décrit gentiment comme non diplômée, immigrée, et dont le profil type constitue la part non négligeable des agents
de service des hôtels de luxe (la totalité ? Je ne peux juger, je ne fréquente pas ces lieux ! :-) )...



mixlamalice 19/05/2011 09:49



Une interview intéressante dans Libé de ce matin (quoique trop courte): http://www.liberation.fr/politiques/01012338269-un-dragueur-lourd-peut-faire-une-belle-carriere-aux-etats-unis


Elle y parle entre autres de Schwarzy, qui apparemment est un "peloteur brutal"...


Encore une fois, "le viol n'est plus une question de vie privée", être un "dragueur lourd", là, ça se discute (et pour moi ça n'a pas forcément sa place dans les media, effectivement). Que
voulait vraiment dire Quatremer?