Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 09:34

Rien de bien neuf depuis mon retour de break.

 

Les bus et RER sont encore en mode été, bien qu'il y ait plus de monde.

 

Au labo, je crois que la semaine dernière, c'était le pire: ateliers et magasins fermés, une journée avec coupure de gaz et d'électricité, pas de cantoche, pas de loge, pas d'infirmerie, les poubelles pas vidées et le ménage pas fait, toutes portes fermées... Une ambiance à la 28 jours après.

Il y a un peu plus de monde depuis lundi, mais c'est pas encore la ruche: on traverse toujours de longs couloirs sombres pour aller d'une salle de manipe à l'autre, on peut passer pas mal de temps sans croiser quelqu'un.

 

Dans notre équipe en particulier, nous ne sommes toujours que les deux post-docs, l'autre part en vacances jeudi. Un permanent vient de revenir mais ne sera là que ponctuellement cette semaine. Les thésards et autres permanents rentrent la semaine prochaine voire même celle d'après.

 

En ce qui me concerne, c'est la quille dans une semaine, donc, comme depuis un petit bout de temps, les journées ne passent pas à la vitesse de l'éclair. 

Si j'étais sérieux, je préparerais mon oral pour un congrès qui arrive finalement assez vite, mais l'ambiance me rend léthargique.

Je finis doucettement quelques manipes et un petit rapport d'activités qui, pour six mois, ne devrait pas changer la face du monde.

De toute façon, pour mon futur job, je n'ai aucune idée des enseignements qui me seront attribués, puisque je ne récupérerai pas immédiatement ceux pour lesquels on pensait me recruter (le MdC censé partir à la retraite ne part plus): même pas de préparation ou remise à niveau possible pour s'occuper un peu. Quant à mon dernier article premier auteur de mon précédent post-doc, j'en suis aussi enfin débarrassé, puisqu'il vient d'être publié.

Alors, entre une manipe et dix lignes de rapport, je glandouille sur Internet, je fais quelques démarches administratives qui me les brisent mais qui m'éviteront peut-être d'avoir à les faire quand je serai plus occupé. Et pour une fois, je ne m'échappe jamais quand quelqu'un a envie de tailler le bout de gras, fut-ce pour me parler de la météo ou de ses gamins.

 

Je pense que c'est normal (ou humain), et pas propre à l'académique, de ne pas être au top de la motivation quand un CDD se termine, qu'un autre job vous attend derrière et que vous n'avez rien à foutre pas sur le grill un dernier projet avec une deadline serrée (je suppute, hein, ça ne m'était jamais arrivé). Mais je culpabilise un peu.

 

Et je me dis que, en y réfléchissant bien, entre les auditions, le retour au pays, l'absence de Priscilla, le sujet de post-doc (sans être inintéressant, ce n'était pas scientifiquement du "cutting edge") et de toute façon sa brièveté, ça fait presque un an que je n'ai pas vraiment "fait de science".

Du coup, ça me manque: soulever une problématique intéressante, faire des manipes chiadées, les piger, essayer de pondre une analyse qui va bien, discuter, éplucher la biblio, etc. Tous ces trucs, cette stimulation intellectuelle, qui pour moi, en tout cas plus que faire des slides et des manipes de routine, regarder sa montre ou facebook, et tenter de vendre sa bonne volonté au plus -ou seul- offrant, rendent ce boulot excitant.

Et j'ai un peu peur que, peut-être, ça soit pas si facile que ça de s'y remettre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires