Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 11:21
Lorsque j'étais jeune et plein d'illusions, il y a environ 8 mois, je me montrais sûr de mon fait.

Maintenant que je suis tel Lucien Chardon, maintenant que moi aussi je me suis fait traiter comme de la fiente j'ai plus d'expériences sur les questions de recrutement, je suis plus circonspect.

Une question notamment, me taraude - mon côté mécanicien -: Projet de recherches or not Projet de recherches*?

Dans le cas d'une candidature au CNRS, la réponse est simple, puisqu'elle est explicitement demandée dans les dossiers de candidature: il faut soumettre un projet de recherches, ainsi qu'un labo d'accueil potentiel. En théorie, on peut très bien écrire le projet seul et proposer un labo qu'on n'a jamais contacté. Dans les faits, vu l'abondance de candidats et la non-abondance de postes, je crois qu'il est quand même franchement conseillé d'être en contact étroit avec une équipe ou un laboratoire, et de bien choisir son laboratoire (un gros labo bien côté qui n'a pas recruté depuis 2 ans étant probablement un meilleur choix tactique qu'un petit labo pas très bon qui a obtenu un poste par miracle l'année d'avant - sauf si bien sûr vous êtes le 5ème choix du gros labo...).

Les choses se compliquent dans le cas des postes MdC. Une fois de plus, comme plus tard au moment du recrutement et le comportement vis à vis des candidats locaux, c'est le bordel car il n'y a pas vraiment de règles.
Ou plutôt si, il y en a une: lorsqu'on lit les instructions du Journal Officiel, il n'est mentionné nulle part qu'il faut fournir un "projet de recherches" pour candidater. Mieux, les pièces demandées (CV, liste de publis, qualification etc) le sont "à l'exclusion de toute autre". En théorie, il n'y a donc pas de projet à fournir lorsque l'on candidate.
Mais nous sommes en France, et les règles sont faites pour être contournées (et même doivent l'être si on veut avoir une chance, voir un autre exemple ici).
Comme chaque université, et même quasiment chaque laboratoire ou "commission de spécialistes" font un peu ce qu'ils veulent, et que "les délibérations restent confidentielles"...

Il y a cependant des cas de figure assez clairs: par exemple lorsqu'on candidate dans un laboratoire composé de 15 équipes qui ne s'aiment pas trop, et qu'il n'y a qu'un poste. Le profil du poste est généralement laissé le plus vague possible pour que chaque équipe puisse proposer un candidat sur ses thématiques. Pour avoir une chance d'avoir LE poste, il faut être soutenu par une équipe et blinder ses arrières, donc les choses se passent dans les faits un peu comme aux concours CNRS (au moins jusqu'au moment des entretiens et délibérations, où localisme et petits arrangements entre amis peuvent ensuite reprendre leurs droits). Bref, en pratique, il faut soumettre un projet de recherches pour avoir une chance d'être au moins auditionné.

  Cela devient plus complexe dans les cas où:
- c'est un petit labo avec très peu d'équipes et/ou une structure pyramidale (j'entends par là ces labos "à l'ancienne" où le directeur décide de tout depuis 20 ans)
- le profil demandé sur la fiche du poste est extrêmement détaillé (ce qui généralement est de toute façon mauvais signe, car tend à dire que le labo a déjà un candidat sous la main: vous savez, ces profils tellement précis qu'il ne manque que la photo du candidat - photo non nécessaire d'ailleurs puisque le profil ne correspond qu'à un candidat en France, celui-ci étant par hasard post-doc dans le laboratoire qui recrute).
Le candidat a ici le cul entre deux , et même trois chaises:
- soit il ne fournit pas de projets, se disant que de toute façon on le recrutera pour faire ce qu'on a décidé pour lui et pas ce qu'il veut. Attitude qui semble raisonnable et honnête mais qui risque de vous voir non-sélectionné pour l'audition (la mésaventure m'est probablement arrivée récemment, et je connais d'autres exemples).
- soit il fournit son projet personnel sans tenir vraiment compte du profil demandé. J'imagine qu'on peut alors reprocher au candidat de ne pas bien fitter dans le laboratoire d'accueil...
- soit il brode sur cinq pages autour du profil demandé: peut-être la meilleure solution d'un point de vue tactique, mais un exercice totalement fastidieux et inutile pour le candidat, même si la commission peut probablement en profiter pour quantifier sa "smartness"...

Je trouve quoi qu'il en soit tout cela un peu hypocrite: contrairement aux US où les départements cherchent toujours à recruter pour élargir leurs champs de compétences, et où le chercheur recruté est par définition indépendant, en France un candidat est presque toujours supposé s'intégrer dans une équipe existante. Même s'il est recruté pour son apport de compétences nouvelles, il ne fera généralement pas vraiment ce qu'il veut. Bref, le "projet de recherches" est avant tout un exercice de style qui doit montrer qu'on comprend ce qu'on raconte, qu'on a des idées mais surtout qu'on comprend celles que le laboratoire a pour vous, qu'on ne se rebellera pas et qu'on fera à peu près ce qu'on nous demande...
Cela dit, certains pensent déjà que l'audition est avant tout une performance théâtrale**, dont le résultat ne dépend d'ailleurs pas franchement de votre performance: si ce n'est pas vous qu'on veut, la commission trouvera toujours une "bonne" raison à vous donner (si vous la demandez), le projet de recherches n'étant qu'une parmi tant d'autres possibles...

* Pour les novices, le "projet de recherches" désigne ce document plus ou moins pipot résumant en cinq pages ce que vous comptez faire les 5 années suivant votre embaûche éventuelle (ne pas confondre avec le "résumé des recherches", cet autre document pipot de 5 pages devant effectuer la synthèse de vos 3 ans de thèse et 5 ans de post-doc).

** Une idée qui se défend largement: à quel autre moment de votre carrière, académique ou industrielle, devrez-vous présenter votre parcours professionnel des 5 (ou plus) dernières années ainsi que vos projets pour les 5 suivantes en 15 minutes et 5 minutes de questions?

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

Aisling 14/01/2010 17:04


Quitte a candidater, j'ai tendance a penser que le projet de recherche type 3 (adapte) est quand meme indispensable au dossier. Parce que bon, soit tu es le candidat "local" et ca devrait etre
assez facile a faire. Soit tu n'est pas le candidat local, et tu dois prier pour que le poste soit non-fleche, avec un recrutement "a la reguliere" qui fasse plus ou moins ressortir le "meilleur"
dossier, et la, ca aide d'avoir un bon projet de receherche. Si tu penses qu'il n'y a quasi aucune chance que ca passe avec ou sans projet de recherche, ca vaut peut-etre plus le coup de
s'economiser carrement la galere de candidater... Mais bon, ca fait un moment que je suis assez desabusee par ce cirque...


mixlamalice 15/01/2010 00:46



Je pense être d'accord.
Je l'ai probablement appris à mes dépens, le labo ayant montré suffisamment d'intérêt pour que je pense être auditionné "d'office". Cela dit, vu les profils choisis, je ne correspondais
visiblement pas vraiment à ce qu'ils cherchaient, projet ou pas.
Dans tous les cas, je persiste à trouver ça un peu très vain, l'intérêt étant uniquement pour le candidat de brosser le labo dans le sens du poil et pas de prouver quoi que ce soit
scientifiquement ou même humainement... Le bal des faux et lèches culs, en quelque sorte.
"Désabusé", je pense là aussi que le mot est bien choisi, le tout est de ne pas virer "aigri", la frontière étant assez mince: La proportion de postes qui ont l'air ouvert et qui ne le sont pas
tant que ça me semble finalement pas si faible que ce que je pensais il y a peu, et je n'ai pas les épaules (ou la foi) pour jouer le jeu encore longtemps. Comme disait l'un de mes lecteurs,
"déjà fatigué" (même si pas encore épuisé).