Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 15:10

(pour le titre, c'est un jeu de mots moisi en anglais, je ne suis pas allé au Blue Boy).

 

 

Bon, pendant ces dix jours à Nice, je n'ai toujours pas pu aller au Mirazur ou à l'Aromate, ni même à Aphrodite. On fait ce qu'on peut, et si j'ai pas mal mangé dehors, ce ne fut pas dans le registre gastronomique. Mais néanmoins, voici quelques adresses pas inintéressantes:

 

- Lou Pignatou: (Nice Nord, pas loin du Ray, avenue Cyrille Besset). J'aurais pu en parler dans mon article sur les intemporels, un peu dans le même style que le Gesu, même si c'est le troisième proprio depuis que j'ai commencé à fréquenter ce restaurant, à la fin des années 90. Par rapport à la grande époque, la déco (si j'ose dire) a été un peu rafraîchie, les photos autographiées de l'OGCN enlevées, deux télés rajoutées, et la carte un peu élargie.

Mais heureusement, les raviolis aux cèpes ou à l'aubergine sont toujours là, dans leur poêlon qui ne paye pas de mine, mais qui comble toujours l'amateur de pâtes que je suis. En dessert, la tarte minute (faite au four à la demande sur une pâte à pizza) est toujours là aussi. Comme c'est mon petit pélerinage, une fois par an voire moins, j'y prends toujours la même chose, mais à l'époque les pizz' avaient bonne réputation aussi.

Plat + dessert = 15 euros, l'entrée est à peu près superflue.

Bon, c'est pas un quartier où on passe par hasard le samedi soir, s'y garer est un calvaire, mais ça reste un de mes old time favorites.

 

- La  Favola: (à l'entrée du Cours Saleya). La variation niçoiso-italienne de la brasserie (avec ses soeurs jumelles, la Voglia, presqu'en face, et la Villa d'Este, dans la zone piétonne). Rien d'exceptionnel, mais des bonnes pizzas pâte fine pas trop chères (10-12 euros). Ils ont aussi des assiettes d'antipasti très copieuses, suffisantes pour un déjeuner ou pour partager à deux en entrée, et leurs pâtes ne déçoivent pas. Gros desserts pas originaux pour un sou pour ceux qui veulent s'achever. Je n'ai jamais eu de problèmes de service là-bas, même si, vu le débit, il doit pouvoir y avoir des mauvaises surprises. Pour un déjeuner sans chichis avant de retourner bosser, c'est à connaître (et c'est connu, aussi).

 

100_0004-1.jpg

Pizza Favola: pâte fine bien cuite, bon ratio fromage-coulis, bonnes aubergines pas trop grasses, touche crêmeuse de ricotta sympa. Cool. 

 

- Restaurant Alain Llorca: (La Colle sur Loup, pas loin de Saint-Paul de Vence, http://www.alainllorca.com/alain-llorca.html). Largement plus chic que le reste, même si ça reste une auberge. Alain Llorca a été étoilé au Chantecler (le restaurant du Negresco à Nice), puis double étoilé au Moulin de Mougins avant de le revendre. Il s'est ensuite un peu planté à Juan-les-Pins avant de se concentrer sur son hôtel-restaurant de la Colle.

 

 

Picture1

 

Produits du marché, viandes et légumes au feu de bois, on n'est pas dans la grande gastronomie, mais c'est bon, le cadre est enchanteur (terrasse surplombant la Côte d'Azur) et le service n'est pas mal même si on a l'impression qu'ils ne savent pas trop sur quel pied dansé (entre un peu guindé et familier un poil lourdaud).

Nous avons pris le menu déjeuner à 38 euros (formule unique "du jour"), avec ce jour là un très bon saumon fumé (morceau fumé non tranché, comme j'aime) et céleri rémoulade un peu trop "crêmeux" à mon goût. En plat, une belle entrecôte grillée, bien cuite, avec des tomates provençales pas mal, quelques patates sautées. En dessert, on se sert dans une armoire réfrigérée, du coup, préférez le tiramisu (excellent) au clafoutis (trop froid, du coup texture sableuse et non pas "élastique").

Sinon, il y a une autre formule plat unique mais avec des choses plus nobles dans les 50, qui doit changer moins souvent, et à la carte, axée grillades, on s'en tire aussi pour 50-60 euros.

En vin, au verre, un vin des Cévennes (AOP, Domaine Gournier, 2009) qui en blanc a été une belle découverte. En rouge, c'est moins intéressant et il était servi un peu trop frais.

 

Picture2-copie-1.png

Montage dégueulasse (je parle de la qualité des photos et du collage, pas de la bouffe), de haut en bas, entrée plat dessert 

 

Bon, c'est pas donné donné et pour ce prix, on peut trouver largment plus inventif et chiadé, mais en été le cadre a de la gueule et pour un repas d'affaires, ça colle (ahah) bien.

Moi j'ai bien aimé (mais j'ai pas payé, faut dire).

Maintenant, on peut trouver ça dommage qu'un chef visiblement plutôt doué se contente de "ça" et n'ait pas (plus) de figure de proue mettant mieux en valeur son talent.

 

Voila, sinon j'ai mangé un bon tartare au couteau avec pistou et parmesan (gros morceaux, assaisonnement bien dosé pour moi qui ne suis habituellement pas fan de cette variante) sur une chouette terrasse chez Grand Mère à Aix-en-Provence, et une pierrade dans la brasserie PMU spécialisée dans la choucroute Le Cintra (gastronomiquement parlant, je ne recommande pas spécialement, mais là aussi je pense qu'on a affaire à du lourd dans le domaine de l'intemporel: y a même les parasols en crépon et cure-dents sur les glaces...).

Et puis, pour finir en beauté, un petit tour au Bistrot des Halles sur le port de Saint-Laurent du Var (haut lieu des attrape-touristes de la Côte, à fuir sauf cas de force majeure), où la pizza était potable et à peu près tout le reste, du décor au service en passant par l'aïoli, d'un médiocre achevé ayant au moins le mérite de permettre de se concentrer sur la compagnie plus que sur l'assiette. Enfin, c'était dimanche, il faisait beau et on voulait bouffer dehors (cas de force majeure, donc). 

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Restos
commenter cet article

commentaires

Benjamin 24/08/2010 14:09



Et surtout ça te permet d'éviter les chutes de piano à queue! Et ça, ça arrive un peu tous les jours...



Benjamin 24/08/2010 14:04



En l'occurence c'est plutôt une cafetière!



mixlamalice 24/08/2010 14:08



C'est vrai que le café du TGV est pas terros. Au moins, si tu te balades toujours avec ta Nespresso machine, t'es pas déçu. Ok, c'est pas toujours pratique, mais what else?



Benjamin 24/08/2010 12:07



Je vois le genre... Vous sentez vraiment pas obligé bande d'enflures!!! Surtout que je serai un peu chargé... donc pour la boîte tout de suite après, ce sera un peu tendu!!!



mixlamalice 24/08/2010 13:16



C'est ça les vieux, ils peuvent pas partir un we sans leurs 20 kilos de bagage...



Ch'Tom 24/08/2010 12:05



Beaucoup trop.



Benjamin 23/08/2010 17:09



Je laisse le choix aux compères: j'impose déjà plus ou moins la localisation ainsi que l'horaire ;-)



mixlamalice 23/08/2010 17:11



Et ta présence, ça fait beaucoup...