Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 13:34

Même si je ne suis pas insensible au symbole phallique que représente le guitar hero shredder (surtout de la part de quelqu'un qui ne maîtrise guère plus que le répertoire de Renaud), je crois qu'une bonne part de mon attrait pour le métal a trait aux chanteurs plutôt qu'aux guitaristes.

Cet attrait n'est, je vous rassure, pas (consciemment tout du moins) sexuel, encore que lié à la puissance d'un organe, vocal.

 

Bref, en tant que chanteur amateur médiocre à la voix claire et monocorde qui a pour seul talent de chanter à peu près juste quand la ligne est simple, j'aurais aimé avoir de la puissance vocale, permettant de couvrir un large spectre mélodique (le mot est important), du son chaud et si possible un peu éraillé, écorché par la vie, au hurlement de bête sauvage. Et dans quels autres styles que le rock brut de décoffrage, le hard ou le heavy trouve-t-on ce style de chanteurs?

 

Quelques exemples:

 

Ian Gillian, Deep Purple: Le maître, que je redécouvre toujours avec plaisir. Vous pouvez écouter  Strange Kind of Woman (notamment en version live Made In Japan avec le mythique duel voix-guitare), mais Child in Time reste LE moment de bravoure par excellence, presqu'a capella. Vous pouvez vous entraîner chez vous, moi ça fait dix ans et il faut me rendre à l'évidence, je ne saurai jamais chanter la chanson dans son ensemble.

 

 


 

 

 

Eric Adams, Manowar: le groupe prête à rire, mais il a aussi écrit des chansons vraiment énormes. Dans Black, Wind, Fire and Steel, Eric Adams, de formation lyrique, amateur de muscu et de chasse au tir à l'arc, envoie la grosse purée avec une montée en puissance bluffante (notamment après le solo).

 

 


 

 

 

Lou Gramm, Foreigner: un registre plus hard rock voire rock FM, mais une grosse voix de picoleur, bien chaude, capable de bien tenir des aigüs virils.

 

 


 

 

 

Bruce Dickinson, Iron Maiden: je crois qu'une des premières chansons métal à m'avoir marqué est Be Quick or Be Dead, surtout les 20 premières secondes: riff monstrueux et hurlement maîtrisé de M. Air Raid Siren.

 

 


 

 

 

Parmi les chanteurs que j'apprécie, vous trouverez aussi le défunt Ronnie James Dio, Axl Rose de la grande époque (celle de Welcome To The Jungle), le Steven Tyler (Aerosmith) de Dream On.

Et puis bon, c'est pas rock'n'roll du tout et la voix manque un peu de touche "bourbon", mais le SOS d'un terrien en détresse de Balavoine est une chanson qui m'épatera toujours. 

 

 

Et n'oubliez jamais que le métal peut vous aider à canaliser votre frustration: http://tomarayascream.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Cub 06/03/2013 05:09


Y a une et une seule voix vraiment bourbon, et c'est Tom Waits. Après dans un style plus extrême, il y a Jaz Coleman de Killing Joke, Lee Dorrian de Cathedral, Steve Von Till et Scott Kelly de
Neurosis, Mikael Akerfeldt de Opeth etc...

mixlamalice 07/03/2013 00:41



Je connais mal tous les groupes susmentionnés à part Opeth et Cathedral qui ne comptent pas parmi mes influences. Entendu beaucoup parler de Waits, il faudrait que je m'y penche plus.



régis 26/02/2013 16:52


La revue Pediatrics vient de publier un article (ter Bogt TFM et al, Early adolescent music preferences and minor delinquency, 2013; 131: 1-10) qui souligne, à partir d'une étude originale
prospective, le rôle des goûts musicaux comme marqueur du risque de petite délinquance.

mixlamalice 26/02/2013 17:44



Le Monde en a parlé récemment, oui. Visiblement, écouter du rap ou du métal à 14 ans est corrélé à une plus grande délinquance... cela dit, ça fait un peu Captain Obvious: je suis presque sûr
qu'il y a plus de chances de finir lobotomisé dans ou devant Secret Story quand on a jamais lu un bouquin de sa vie et écouté Paris Hilton ou Rihanna depuis tout petit que quand on
aime Coltrane et Baudelaire...