Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 12:20

Le Prix Nobel de Physique a été décerné hier aux deux chercheurs, André Geim et Konstantin Novoselov, qui ont les premiers, en 2004 et à l'Université de Manchester, isolé le graphène.

 

Je n'en sais pas beaucoup plus sur ce matériau que ce qu'en dit la page wikipédia: c'est un exemple fort rare (ou unique) de cristal (structure parfaitement organisée) bidimensionnel (et non tridimensionnel).

 

Ce matériau possède des propriétés fort intéressantes, en terme de conductivité électrique ou de résistance mécanique (à la fois beaucoup plus résistant à la rupture et léger que l'acier).

Un seul problème majeur, similaire à celui d'autres nano-machins et qui ne gêne pas trop les scientifiques pour publier dans Nature qu'ils ont révolutionné la science, mais un peu plus les industriels quand il s'agit de vraiment trouver des applications: les quantités produites, minimes, et les coûts de production qui défient l'imagination.

Bref, il y a bien quelques cas très isolés de très haute technologie et de dimensions nanométriques, mais c'est pas encore demain qu'on utilisera du graphène pour la construction de bâtiments. Pour l'instant, et probablement pour encore quelques années, ça reste avant tout un joujou de laboratoire qui permet d'amener du pognon et de faire péter le h-index des chercheurs qui bossent dessus.

Difficile de prédire ce qu'il adviendra dans quelques années, mais rien ne dit que le graphène ne sera pas les supraconducteurs* des années 2000.  

 

De façon plus générales, quelques remarques sur ce Prix Nobel in itself:

- Pour beaucoup de commentateurs, c'est un travail de chimiste. Pas vraiment d'opinion à ce sujet, mais en regardant le pedigree des deux chercheurs, ce sont vraiment des physiciens du solide, et pas du tout des chimistes (même si les deux sciences peuvent être proches, par exemple dès que l'on s'intéresse à la structure électronique).

- Pour les mêmes, c'est aussi un travail appliqué et pas fondamental. Well, je ne suis pas vraiment d'accord, même si c'est surtout une question de définition: certes, c'est un travail expérimental et non théorique. Mais ce n'est pas appliqué comme pouvait l'être le Nobel 2009: la portée industrielle est, comme je l'ai dit plus haut, à l'heure actuelle, quasi-nulle.

- On notera que, pour la première fois depuis un petit bout de temps, ni le Nobel de physique ni le Nobel de chimie n'ont été attribués à des biologistes.

- L'Université de Manchester va sans doute pas mal remonter au prochain classement de Shangaï.

- Andre Geim, le "chef" (ou project leader) a 52 ans. Il a reçu en 2000 un IgNobel pour avoir fait léviter une grenouille en utilisant un système d'aimants. Il est le premier scientifique a être à la fois Nobel et IgNobel.

 

- Konstantin Novoselov a 36 ans, ce qui en fait le plus jeune Nobel depuis Josephson, couronné à 33 ans en 1973 (pas mal, comme ascendance).

- Il était âgé de 30 ans et post-doctorant à l'époque des manipes et de la publication du premier papier. Je ne sais pas s'il est toujours post-doc aujourd'hui mais ça devrait faciliter sa recherche de poste.

- Je crois que j'ai raté ma vie. J'ai 30 ans, et je ne crois pas que les manipes que je fais en ce moment (ou plutôt leur absence) me conduiront au Nobel. Je savais que j'aurais du rester post-doc 1 ou 2 années de plus.

- Je suis content que le Nobel ait récompensé celui qui a directement fait les manipes, ce n'est pas si fréquent. Pour le Nobel de Médecine 2008, le directeur du laboratoire (Montagnier) et la permanente en charge des manipes (Barré-Sinoussi) ont partagé le Nobel. Les étudiants et autres post-docs ont pu se la mettre derrière l'oreille (cela dit, le chef d'équipe, Chermann, aussi).

 

 

 

 

* supraconducteurs: matériaux sans résistance électrique qui devaient changer le monde et qui étaient l'un des "hot topics" de la physique des solides dans les années 80, mais dont on n'a jamais pu tirer quoi que ce soit d'industriellement intéressant, les températures d'utilisation pour observer cet effet étant de l'ordre de -150, -200°C. Au-delà de la physique de ces matériaux en elle-même, toujours mal comprise, il y a eu à cette époque une course scientifique à l'élaboration de supras "haute température". Malheureusement, personne n'a réussi à ne serait-ce que se rapprocher des -100°C, sans parler de l'ambiante (hors court-circuits liés à une mauvaise soudure et un peu hâtivement interprétés).

Bref, aujourd'hui, malgré quelques applications, il n'y a guère que quelques derniers résistants d'une science en voie de perdition (cette science qui ne veut avoir d'autre but que la compréhension pour elle-même) pouvant se le permettre qui planchent dessus. Et des has-been qui n'ont pas réussi à décrocher quand il était temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires