Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 13:37

Puisqu'il faut être à la pointe de l'info pour percer dans la critique gastronomique nouveau genre, je me lance. En espérant que cela me vaudra une célébrité et un respect du milieu bien mérités, ainsi que des milliers de "followers" (et, plus prosaïquement, de pouvoir enfin bouffer gratos et être choyé par le patron un peu partout: parce qu'être un client lambda, ça finit par revenir cher). 

 

J'ai été dîner hier chez Thierry Marx au Mandarin Oriental.

 

Le chef Marx, cet atypique d'abord pâtissier, puis militaire, avant d'intégrer d'autres brigades, ceinture noire de judo et professeur de boxe, est enfin "monté à la capitale" pour le plus grand plaisir des gastronomes.

Dans l'univers chic et moderne du Mandarin, qui vient d'ouvrir, il donne libre cours à son imagination sans limite, reprenant le flambeau de la cuisine moléculaire en France. Attention, ce n'est pas ici, comme chez quelques jeunes présomptueux, une posture ou de l'esbrouffe: les jeux sur les textures sont là pour sublimer les goûts et l'expérience.

La présentation des assiettes n'est pas en reste: quasi "futuriste", elle se marie parfaitement au décor.

Une clientèle de luxe, certes un peu bling-bling (en accord avec le lieu et les prix pratiqués), vient s'adonner aux plaisirs de la chère avec bonheur: c'est déjà un succès, que les gastronomes se dépêchent de réserver tant qu'il est temps!

 

 

 

 

Bon voila, ça n'ouvre pour de vrai que cet été, mais comme écrit l'autre, "vous verrez tout sera exactement comme je le dis: dans le cas contraire, vous me direz si ce que j'ai écrit (avant) était dissonant..."

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Autour de la gastronomie
commenter cet article

commentaires

docadn 13/04/2011 07:34



Salut Mix,


Je peux déjà annoncé que T. Marx vient de quitter le Mandarin Oriental (suite à la non obtention des 3 étoiles d'un coup après 2 moins d'exploitation) et qu'il s'est associé avec le fils de
Michalak (5 ans et demi et déjà meilleur espoir pâtissier à la Brioche Dorée) pour ouvrir un bar à soupes miso à St-Pourcain sur Sioule... En plus il fait une carte de fidélité pour 10 soupes à
emporter, tu as la "spéciale du pêcheur" offerte (pure innovation de Marx déjà en course pour être le 1er bar à soupes étoilé)... Vous faites moins les malins les critiques hein !!



mixlamalice 13/04/2011 10:12



Une idée à creuser, en effet, le bar à soupe étoilé. Avec de l'eau wattwiller, des légumes bio de chez Machin, du pain poujauran, des vins de copains, des serveurs directs sortis de boîte de
nuit... Peut-être pas l'étoile, mais une citation au Fooding, pour sûr.



Jérôme 12/04/2011 22:41



En lisant trop vite "Marx et Mandarin", je pensais que ton début d'article partait sur une allégorie utilisant la lutte des classes et le mandarinat dans le domaine de la recherche...je dois
faire une fixation ;-)



mixlamalice 13/04/2011 09:23



Ah, ce serait une analyse intéressante à faire probablement... mais je pense que je manque de connaissances profondes sur le marxisme pour que ça soit crédible.



postdoc 12/04/2011 20:13



Dans ma naïveté de béotien en critique culinaire, je trouve que quelque part ce n'est pas très loin de l'escroquerie intellectuelle non ? C'est au minimum extrêmement malhonnête.



mixlamalice 12/04/2011 21:06



Oui, c'est aussi mon impression... mais nous, "scientifiques" sommes peut-etre trop cartésiens pour comprendre la critique gastronomique, qui marche aux sensations, à l'affectif, au copinage (ah
non pardon).



Chrisos 12/04/2011 17:48



C'est facile en fait.


c'est pour ça que Bocuse est toujours à 3 étoiles et que certains nullos resteront à jamais sans étoile.


Finalement, ce qu'on voit, c'est que Michelin, sur lequel tout le monde tape, avait au moins la décence de reconnaitre une erreur et de corriger. Le Fooding et l'"excellent" Bruno Verjus, eux,
sont infaillibles et ne se trompent pas!



mixlamalice 12/04/2011 20:02



Oui, ils sont toujours très forts en justification: "mais c'était voulu, bien sûr. Pour faire bouger les cadres, lutter contre l'immobilisme". Mes fesses.