Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 17:36

Une belle preuve qu'on vit dans un monde de cons?

Ceux qui ont un animal de compagnie - donc a priori par choix, hein- mais pas le temps ou l'envie de s'en occuper. J'imagine que chez les têtes de cul, avoir un chien c'est un signe extérieur de richesse ou de statut social.

Ou alors pour paraphraser Coluche, on se demande presque si certains ne s'occupent pas de leurs chiens parce qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants.

 

"[...]

"Les maîtres sont très pris par leur métier et vivent en appartement. Ils n'ont pas le temps de s'occuper de leur chien", raconte le jeune homme, qui exerce le reste du temps la profession de coach sportif, parfois au service des personnes dont il promène le compagnon à quatre pattes.

En France, on voit encore rarement, comme dans les rues de New York ou de Buenos Aires, des personnes tenant une vingtaine de laisses au bout desquelles trottent des chiens, tous différents, du caniche bien peigné au saint-bernard affectueux en passant par le doberman racé. Tout juste peut-on croiser quelques promeneurs professionnels, quelques laisses à la main, dans les rues de Paris ou à Cannes, sur la Croisette.

Le service fait pourtant l'objet d'une concurrence acharnée entre plusieurs sociétés.

[...]

"

 

Remarque, ça crée de l'emploi.

L'avantage de la société contemporaine, c'est qu'elle réinvente dans les pays "riches" des métiers qu'on croyait disparus suite aux progrès sociaux ou réservés aux pays en voie de développement: les promeneurs de chiens, mais aussi dernièrement les "pousse-pousse" dans les rues de Paris ou de New-York (ça s'appelle "éco pouss" ou des trucs du genre pour faire développement durable) ou les remplisseurs de sacs dans les supermarchés américains.

  

Tiré de cet article

http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2010/03/30/promeneur-de-chiens-pour-maitres-tres-pris_1326356_3238.html

 

 

 

* Bon, si, elle m'aura, regardez Renaud.

Partager cet article

Repost 0

commentaires