Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 09:27

Chaque fois que je reviens à Nice, je reconnais de moins en moins la ville, même si j'apprécie toujours d'y passer quelques jours ici ou la.

 

Le tramway, les voies de circulation qui changent sans cesse, des vieux magasins qui ferment ou qui s'exilent, etc.

Après tout, c'est normal, je suis parti en 2000, 10 ans déjà. Et ces trois dernières années, je n'y suis revenu que très épisodiquement, rarement pour y flâner.

 

Heureusement, parce que je suis un indécrottable passéiste, qu'il y a aussi des bastions indémodables qui me ramènent directement à mon adolescence.

 

- Le magasin Hit, rue Lepante. Hormis le fait qu'ils ont fait un site web (http://www.hitimport.com/conditions-generales-de-vente.asp), ce disquaire indépendant, pas mal orienté métal, est resté le même au-delà de toutes mes espérances. Même devanture pas refaite, mêmes bacs à disques, et même les vendeurs, deux gros chevelus dans le plus pur style public heavy metal, n'ont pas changé depuis 15 ans (au moins). Je crois que le dernier changement chez Hit, ce fut quand ils se mirent à vendre des DVDs et de l'électro, à la toute fin des années 90.

Je peux vous dire que j'y ai traîné mes boutons d'acné et ma coupe en bois un paquet de samedi de la seconde à la prépa.

Je pense que je vais profiter de la sortie du dernier Maiden, pour les remercier d'être toujours là.

 

- Quelques restaurants ou institutions niçoises, comme Lou Pilha Leva, Fenocchio ou le restaurant du Gesu, pour ne mentionner que quelques classiques de la Vieille Ville. Oui, ici ou la, les serveurs ont changé (heureusement), la peinture a été refaite, les prix ont augmenté etc, mais dans l'ensemble, ils sont restés fidèles à eux-mêmes et les clients aussi. Dans une ville touristique et peuplée d'une bonne dose de cakous amateurs de fusion food dans des salons lounge, ça fait plaisir.

 

- Mon père et son amour impossible pour la technique moderne: je crois que le dernier appareil qu'il a réussi à faire marcher correctement est notre magnétoscope de 1988. Mais ça ne l'empêche pas d'être toujours à la pointe de la technologie. A chaque fois que je reviens, il a soit changé d'ordinateur (parce qu'il faut quand même une bête récente qui crache et 500Ga de disque dur pour faire du Word et envoyer des mails), soit un GPS qui n'est jamais allé jusqu'à la voiture, ou encore un nouveau portable à écran tactile qui fait qu'il n'est plus joignable depuis une semaine. Je ne sais pas si c'est le côté show-off niçois ou les ravages de la société de consommation, mais c'est toujours rafraîchissant.

 

- Un peu plus plus récent, et aussi un peu plus démoralisant, l'incompréhension totale de mes parents vis à vis de mon cursus professionnel. Ayant travaillé à une époque où on pouvait réussir un beau parcours professionnel avec un bac pour deux, et pas forcément imperméables aux clichés sur la thèse et les thésards, l'enseignement supérieur et la recherche, et de façon générale la fonction publique, les discussions à ce sujet sont toujours un peu délicates. Je ne parle même pas de leur faire piger ma "spécialité scientifique", mais tout simplement ce en quoi consiste, en gros, mon travail.

Trois ans plus tard, je crois qu'ils viennent d'assimiler que je n'étais plus vraiment un étudiant. Que j'aie réussi un concours de la fonction publique extrêmement compétitif, ce n'est par contre pas pour tout de suite: il y a quelques jours encore, ma mère m'a demandé quand est-ce que je retentais le CNRS ou que je postulais dans le privé... J'ai osé le mot tabou "fonctionnaire", il me semble que ça a payé: comme a priori ça ne changera plus pendant quelques années, j'ai bon espoir que tout finisse par s'éclaircir.

Mais malgré leur fierté suite à l'obtention de mon doctorat, je crois que mes choix de carrière leur apparaissent toujours peu compréhensibles et discutables*. C'est très certainement un peu de ma faute, puisque lorsque je les avais au téléphone ces derniers temps, c'était plus pour leur faire part d'un certain ras-le-bol généralisé que d'un enthousiasme délirant.

 

 

* même s'ils connaissent suffisamment de "jeunes" pour se rendre compte que, question boulot, les choses sont moins faciles que dans les 70's, et que même un doctorat, un diplôme d'ingénieur ou de notaire ne garantissent pas forcément une activité stable, épanouissante et rémunératrice.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires