Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 11:07

L'"Etat Stratège" est de nouveau à la mode.

Le commissariat général au plan, supprimé en 2006, vient de faire sa réapparition, sous un autre nom, sans doute moins connoté (les plans quinquennaux, depuis la disparition de l'URSS, ça a un peu perdu de son attrait).

Je ne suis pas apte à juger de la pertinence d'un état stratège en général, mais dans le même registre j'ai été interpellé par la mise en place de la commission Innovation 2030, dont le but médiatiquement affiché est de "découvrir l'Apple français de demain".

En France, en 2013, on pense que le géant industriel du futur se trouve en faisant s'asseoir autour d'une table une vingtaine d'"experts" gouvernementaux.

Voila, il n'y aurait presque rien d'autre à rajouter.*

 

Mais quand même, quelques mots supplémentaires: 150M€ sont débloqués pour cette commission, sur les investissements d'avenir. On envisage notamment des concours d'innovation. Un peu sur la mode du concours Lépine 

Et puis, si on regarde en détail le pedigree des membres de la commission (voir lien plus haut), on peut faire une ou deux remarques saisissantes:

- sur les 20 membres, la moyenne d'âge est de 60 ans pile-poil. Soit 77 ans en 2030; une bonne partie aura passé l'arme à gauche d'ici là. 3 ont moins de 50 ans, aucun moins de 45.

- sur les 20 membres, on trouve 7 hauts fonctionnaires slash dirigeants d'entreprise, 2 économistes, 1 journaliste, 1 philosophe et 4 hommes politiques (dont 2 ont un passé "scientifique"). 15 personnalités sur 20 qui ne sont donc pas vraiment ce qu'on peut appeler des "acteurs" de l'innovation...

Enfin, il y a 4 chercheurs, réputés pour leurs liens présents ou passés avec l'innovation et 1 "web entrepreneur" d'Etat. 

En tout cas, le dirigeant de l'Apple français d'aujourd'hui (qui est-il? X. Niel?) ou de dans 5 ans, il n'est pas dans la commission.

- et pour conclure, la familiarité de certains noms et leur présence quasi-continuelle dans bon nombre de commissions passées et à venir, laisse vraiment penser qu'on tourne au sommet avec quelques centaines de personnes, quel que soit le sujet de réflexion.

 

 

 

* on pourrait naïvement estimer que faciliter administrativement la vie des entrepreneurs, par exemple en faisant le tri entre les structures de valorisation et les multiples dispositifs existants, aussi invisibles que concurrents, ou qu'examiner sérieusement l'utilisation du crédit impôt recherche pour l'attribuer efficacement à des entreprises innovantes et pas avant tout comme moyen d'optimisation fiscale, seraient déjà une bonne piste de travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article

commentaires

mixlamalice 28/05/2013 11:24


Et tout ça en trois mois s'il vous plaît: http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/debat/0202783905615-comment-anne-lauvergeon-veut-imaginer-la-france-de-2030-569768.php

régis 20/05/2013 18:01


Effectivement ce qui frappe c'est la présence de dirigeants d'entreprise n'ayant jamais rien inventé car ayant fait leurs classes dans les cabinets ministériels où ils ont été bien formatés puis
ayant aluni à tête de grandes entreprises étatisées où ils ont fait preuve d'un savoir-faire managérial prudent (Gallois) ou pas très prévisible (Lauvergeon). Bref, ce sont de bons
mercenaires du poitiquement correct mais qui n'ont pas l'étincelle créatrice. Ils disposent d'un réseau de politiques, de hauts fonctionnaires et de dirigeants d'entreprises anciennes vivant sur
un modèle économique bien lissé, aussi confortable qu'un bon fauteuil club.


Il faut espérer qu'ils soient conseillés par des découvreurs et non par leurs clones en devenir...

mixlamalice 21/05/2013 10:05



indeed... on est plus dans la reproduction de modèle 70's que dans le business 3.0...



Guils 18/05/2013 15:19


@DM, vous pouvez ajouter que les banques françaises n'auraient jamais accepté de financer le projet.

mixlamalice 20/05/2013 17:08



ou alors ç'aurait été racheté par une grosse boîte sans s'en occuper du tout ensuite, juste pour être sûr que ça ne fasse pas trop d'ombre...



DM 17/05/2013 22:49


Pour ma part, je suis persuadé d'une chose : si quelqu'un avait essayé de faire Google en France :


* France Télécom aurait tenté de lui surfacturer son accès réseau


* Il y aurait eu des procès pour des histoires de droit d'auteur, de vie privée, de droit à l'image, de droit de la presse, on lui aurait demandé de filtrer automatiquement les contenus illicites


* Les "intellectuels" auraient dit que c'était nul, si par hasard ils en avaient entendu parler


* À moins que ça n'ait été lancé par une grosse boîte (et vu leur capacité à innover...) ou par un X/Mines, on l'aurait laissé se casser la gueule

Guils 16/05/2013 20:56


"l'Apple français de demain".


Ils n'ont peur de rien.

mixlamalice 17/05/2013 06:51



ils osent tout, aurait dit Audiard. 


Pour prouver que je n'exagère pas: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/19/20002-20130419ARTFIG00364-anne-lauvergeon-chargee-de-trouver-le-apple-francais-de-demain.php