Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 22:02
Je ne comprends absolument rien a tout ce qui touche a l'economie.

Toutefois, je lis dans le Monde d'aujourd'hui, que, pour eviter que le "systeme bancaire ne s'ecroule", l'"Etat americain envisage d'intervenir et d'injecter environ 3000 milliards de dollars", ce qui couterait au moins "500 milliards au contribuable americain", selon un professeur d'economie de Harvard.

Bref, dans mon petit cerveau de beotien, voila comment je vois les choses. Quand le systeme est florissant, les speculateurs s'enrichissent a foison et maudissent cet Etat omnipresent et regulateur qui les empeche de se faire encore plus de pognon. Par contre quand le systeme s'effondre, c'est l'Etat, donc le contribuable, qui est appele illico a la rescousse et douille.
Bref bis, si les profits sont privatises, les pertes, elles, sont nationalisees. Pile je gagne, face tu perds. On joue?

Comme disait Coluche, "on dit que c'est la crise, les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. Moi je vois pas tres bien en quoi c'est une crise".Ou comme disaient les dirigeants d'EADS apres avoir tous eu le flair genial de vendre leurs actions juste avant qu'elles ne s'ecroulent, "Gros porteurs, petits malins, petits porteurs, gros cons".
Repost 0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 15:05
Une grande attirance pour les restaurants, dans la limite de mes moyens, helas, trop faibles, m'a permis de visiter, au cours de ces trois-quatre dernieres annees, une centaine d'etablissements parisiens (et quelques nicois), allant du boui-boui de quartier au double etoile (pour ceux que ca interesserait eventuellement, vous pouvez trouver mes avis sur cityvox, sous le pseudonyme mixlamalice. Etonnant, non?).

Je ne frequente le Massachusetts que depuis deux mois, mais, outre que mes moyens sont plus eleves (depuis que j'ai touche ma premiere paye), je ne vois ma douce que le week-end, et nous sortons donc au moins une fois par semaine (contre une ou deux fois par mois, en ce qui concerne les restaurants tout au moins, a Paris).
Boston est apparemment l'une des villes americaines les plus reputees dans ce domaine (sans etre au niveau de New-York me semble-t-il).

Je vais donc tenter un premier comparatif, a affiner bien entendu au fil de mes degustations futures.
Pour rendre la comparaison pertinente, il m'apparait judicieux de decouper en tranches de prix (TTC, donc en comptant le pourboire dans le cas des US). Dans la plupart des cas, vu les differences enormes en terme de quantite, je comparerai plat dessert (avec un verre de vin, sachant que le verre de vin est environ de 20 cls...) ici a entree plat dessert (avec une demi-bouteille) en France. Je ne m'interesserais ici qu'aux prix en soiree (a Boston comme a Paris, de nombreux restaurants proposent des prix avantageux le midi, mais cela rend la comparaison plus delicate).

Voici les categories, et un ordre d'idee des correspondances dollar-euro telles que je les concois dans le cas present:

-moins de 30 dollars, moins de 25 euros:
L'avantage pour Paris dans ce cas present c'est qu'a ce prix la on peut trouver n'importe quel type de cuisine (japonais, italien, chinois, indien, grec, francais etc). Dans le cas americain, ca sera quasiment seulement de la pub food (burgers) ou une pizza (sauf si vous allez dans le quartier chinois de Boston mais je n'ai pas encore teste). L'inconvenient, c'est qu'a Paris, la qualite sera dans cette gamme de prix tres inegale, et souvent mauvaise. Si vous choisissez ce genre de restos totalement au hasard, vous avez largement plus de 50% de chance, a mon avis, de mal tomber (le pourcentage peut passer a plus de 90% si le quartier est touristique...). A Boston, quel que soit le pub miteux ou vous entrez, le burger sera bon, avec un vrai steack, les frites maison, et la biere correcte. Sans parler de desserts hautement caloriques et satures en sucre que l'on bafre avec un plaisir malsain. De meme, ils font de sacres bonnes pizzas a peu pres partout, dans le style ricain certes, mais ca change des pizzas degueus parisiennes.

Boston 1, Paris 0

-moins de 50 dollars, moins de 40 euros:
La encore, a peu pres pour les memes raisons, je dirais avantage Boston. A ce prix la, on peut aller dans un "pub ameliore" (les trucs un peu classes a l'anglaise) ou la nourriture est egalement un peu amelioree (burger au rosbeef et au parmesan au lieu du steack hache cheddar, par exemple), dans des restos ethniques corrects. A Paris, ce genre de prix un peu bateaux implique un menu dans les 25 euros. D'experience, je me mefie de cette categorie de restos la encore tres inegale. Pour quelques perles (la Maison de Lozere en est une, les Papilles en etaient une autre mais ca a augmente, etc), combien de mauvais choix possibles pour le chaland mal informe?

Boston 2, Paris 0

-moins de 80 dollars, moins de 70 euros (a partir de cette categorie la, plus classe donc avec des portions plus raisonnables, je comparerai entree plat dessert a entree plat dessert):
C'est la que le bat blesse pour la ville au trefle. Dans cette categorie, on trouve tous les restaurants "francais", qui profitent de l'etiquette glamour pour vendre de la cuisine basique frenchy (entrecote frites, canard au miel, etc), a des prix peu encourageants. On trouve egalement un grand nombre de restos branchouilles, lounge ou l'on retrouve la meme clientele de trous de balles a lunettes de soleil, costards et meches, que dans les equivalents parisiens, et la meme nourriture "fusion", qui, sans etre immonde, est largement trop chere pour ce qu'elle vaut. Les restaurants de poissons se rangent dans cette categorie et sont reputes, mais je dois avouer que je n'ai pas encore teste. Les steackhouses sont egalement souvent dans cette ordre de prix, mais je dois avouer que manger un steack frites (meme si le steack est issu d'un boeuf de Kobe et fait 500 grammes) a 40 dollars, ca ne me tente que moyennement.
A Paris, cette categorie a menus entre 35 et 50 euros est fortement representee et, hormis les restos bobos dont je parle ci-dessus, procure un grand nombre d'excellentes surprises (dont quelques unes a un macaron). Pas mal de bons (voire de grands) chefs, proposant de la cuisine de grande qualite, inventive sans etre pompeuse, le tout dans des cadres pas encore trop guindes.


Boston 2, Paris 1

-moins de 120 dollars, moins de 100 euros
Ici, on est un peu dans le no man's land bostonien, trop cher pour les restos un peu pretentieux, pas assez chers pour les vrais restos top classe, il n'y a pas l'air d'avoir un grand choix dans cette categorie, bien representee a Paris par bon nombre de 1 macaron, de maisons historiques, ou encore de cuisines du monde de haut niveau, de restaurants pas necessairement plus interessants que la categorie precedente, mais plus reputes, ou un peu plus chics.

Boston 2, Paris 2

-plus de 120 dollars, plus de 100 euros
Pas mal de choix dans cette categorie a Boston, souvent avec l'etiquette "francaise" mais cette fois-ci proposant une cuisine beaucoup plus inventive. Je n'ai pas encore essaye, j'ai bon espoir de m'y atteler bientot, et de comparer avec les 5-6 restaurants parisiens et nicois de cette categorie que j'ai eu la chance (je n'ai jamais ete decu malgre le cout-p- au porte-monnaire) d'essayer.

Tel un mediocre reportage tele fait pour ne froisser personne, le match se termine donc par un score nul. Pour les petits restos de tous les jours, Boston me semble avoir l'avantage d'une qualite bien plus homogene (meme si je regrette les petits troquets parisiens, leurs serveurs gouailleurs et leurs salades d'andouille ou autres patates salardaises). Des que l'on monte dans les prix, par contre, je pense que Paris reprend la main grace a ses restos de chefs a esprit bistrot, ou la cuisine est a la fois copieuse, inventive, et excellente, alors qu'a Boston on vend trop cher l'etiquette "francaise". En ce qui concerne les etablissements haut de gamme, le verdict sera pour dans quelques mois.
En ce qui concerne le tres tres haut de gamme, Paris l'emporte sans combattre (ce n'est pas mon avis, mais le resto le plus cher a Boston doit etre aux environs de 250 dollars, bien loin des 300-400 euros que l'on peut atteindre dans les triples etoiles).
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Autour de la gastronomie
commenter cet article
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:53

Superbe titre. J'ai longuement hesite avec "l'Amerique ca fout la trique", mais je me suis dit qu'il fallait raison garder.

Quelques jours apres un cri d'amour vers mon beau pays, je veux ici, par concession au si repandu concensus mou, rendre hommage a ma contree d'adoption actuelle.

Alors, quoi y en a bien en Amerique et chez ses habitants?

-les gens sont plutot calmes et avenants, meme si tout ca reste tres superficiel. Par exemple, en tant qu'etranger paume, c'est agreable de se sentir aide sans que ca apparaisse comme une corvee. En tant que conducteur paume, c'est sympa de ne pas se faire klaxonner toutes les 12 secondes.

-la junk-food (autrement dit les burgers, les pizzas, les brownies et autres truc hautement satures en graisse et souvent en sucre) est addictive, moins chere et de bien meilleure "qualite" qu'en France: dans n'importe quel pub le plus paume, vous trouverez un bon burger avec un vrai gros steack hache et des frites maisons a une dizaine de dollars.

-Dans le meme registre, le resto de base pas cher (chinois, indien ou burger) a de fortes chances d'etre moins degueulasse que l'equivalent francais. Et au moins pas de risques de tomber malades (d'une parce que leur bouffe est de toute facon super aseptisee et desinfectee, deux parce que si en France ils risquent la fermeture et une amende, ici ils risquent un proces qui les ruinera pour 12 generations). En plus, quel que soit le prix payé, on peut pas leur enlever ca, il y a toujours largement de quoi bouffer.

-Les serveurs attentionnes (oui je me suis eleve contre ca dans Vive la France, mais reconnaissons que, parfois ca fait du bien). A voir si, dans les restos top classe, ils savent se faire oublier (qualite extremement rare meme en France). C'est sympa d'avoir son verre d'eau rempli avant meme d'avoir pensé a le demander.

-Les ricains sont "positifs". Tout est great, awesome et fantastic, surtout au boulot. C'est parfois un peu penible aussi (ca donne vite l'impression qu'ils se font leur pub en permanence), mais se faire complimenter frequemment c'est agreable et motivant aussi (meme si, comme je viens de le signaler, c'est avant tout de la comm', evitons donc d'etre completement dupe).

-Les ricains sont honnetes. En tant que Francais (donc un peu latin), j'en profite parfois, oh rien de bien grave rassurez-vous. Mais c'est sympa de laisser son sac dans la bagnole sans avoir une chance sur deux de se la faire crocheter, de ne pas fermer la porte de son bureau a double tour des qu'on va pisser, de retrouver ses affaires a leur place quand on les a oubliees quelque part plus de 10 minutes etc.

-Le cinema: ici, films "independants" et "blockbusters" se cotoient librement et sans cette petite gueguerre intellos versus prolos trop souvent de mise chez nous. Et en tout cas meme ici dans le fin fond du Massachussets, il y a beaucoup de salles "d'art et d'essais" diffusant vieux films, films internationaux "exotiques" etc (allez trouver ca au milieu de la Creuse, ou meme a Nice).

-Les series tele. Que ce soit dans le registre comique (two and a half men...), medical (House), policier, mixte, anime etc, c'est franchement autre chose que Loulou la brocante et Plus belle la vie.

-Les radios. Beaucoup plus rock qu'en France, que ce soit classic rock, pop rock ou meme metal. Oui, des radios metal, toute la journee (et pas 1h un jour par semaine de 23h a minuit sur une radio locale qu'on ne capte qu'entre Flumigny et Vison-sur-Soule) avec du Maiden, du Sabbath et tout et tout. Ici, pas de NRJ ou de Foune radio, pas de varietoche dansante a la David Guetta, Shym ou je ne sais qui.

-Les taxes en tout genre, sur les fringues, sur l'essence, sur les salaires etc... Eh oui, pas de protection sociale ici, mais en contrepartie, quand tu gagnes 3000 brut par mois tu touches 2500 net et tu n'as pas d'impots a la fin de l'annee (generalement l'Etat rembourse meme une fois par an les exces de prelevement). Les taxes sur les fringues les livres etc sont de 5% environ et pas de 18.6.

-Ici, les gens sont payes "a leur juste valeur", en tout cas en fonction de leur diplome. Il est difficile de comparer les salaires francais et americains tant le systeme est different (peu de taxes, mais prevoir une bonne partie du salaire pour la retraite, l'assurance maladie, l'education des gosses etc), mais ici un PhD peut assez facilement se faire embaucher a 100000 dollars annuels (compare a 45000 euros en France, grosso modo). Un prof assistant gagnera dans les 80000 (compare a 30000 en France). Je pense qu'il n'y a pas photo.
D'autre part, concernant les grosses boites francaises, on a parfois l'impression qu'elles veulent le beurre et l'argent du beurre: flexibilité (i.e. la possibilite de vous virer n'importe quand), mais sans les salaires tenant compte du risque a l'emploi qui vont avec: pour etre clair, aux US, on peut se faire virer a tout moment, mais au moins la paye tient compte de cet etat de fait. En France, en contrepartie des bas salaires, il semble important que l'on garde la sécurité de l'emploi, ou que les entreprises se décident a remplir un peu plus le portefeuille de leurs salaries et un tout petit peu moins celui de leurs actionnaires.
Enfin, mais peut-etre que je m'emballe, ce qui me semble important ici est principalement la competence, alors qu'on a parfois l'impression en France que le fait d'etre blanc, jaune, petit, femme, gros, ou le pote a Jean-Pierre jouent un role quasi-preponderant.

-De meme, il n'y pas chez eux la difference enorme entre le public et le prive, a competences egales, que nous avons (il est vrai aussi que le public fontionne quasiment comme le prive, au niveau des financements, des embauches et licenciements).

-Les ponts entre public et prive ne sont pas quasi inexistants comme chez nous (dans mon domaine en tout cas). D'une part les entreprises agissent en "entrepreneurs", c'est a dire prennent des risques, collaborent etroitement avec les chercheurs et financent aussi des projets "fondamentaux" (ie a long terme et pas surs d'aboutir a quelque chose), ce qui est encore trop rare en France (je citerais Saint-Gobain, Rhodia, plus sans doute Michelin et Thales).
D'autre part, ici un professeur decidant de se reconvertir dans le prive pour une raison x ou y n'eprouve aucune difficulte a le faire (l'inverse est vrai egalement), tandis qu'en France il vous faudra convaincre des DRH gomines que oui, vous etes motives, que non ce n'est pas parce que vous avez echoue dans l'un que vous allez dans l'autre...

Repost 0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 20:05
Ma foi, qu'a-t-il, mon foie?

Eh bien, le pauvre.
Apres presque 10 ans de soins quasi-journaliers, d'amour reciproque (je me rappelle quand il me remerciait, parfois toute une journee, apres certaines libations), voila que je l'abandonne, lachement.

Que de soirees passees a l'abreuver patiemment de divins breuvages, biere, vin, whisky , a lui epargner les vulgaires cocktails a base de mauvais alcools et de jus chimiques tout juste dignes d'etudiants sans gouts et sans moyens en goguette. Que de soirees a le remplir de plats delicieux, de sauces gouleyantes, servis dans les meilleurs etablissements parisiens, et symboles de la diversite culinaire de notre pourtant riquiqui pays.

Et voila, depuis deux mois, la Passion s'en est allee, comme ca, pfuit d'un coup. Oh, je ne dis pas que je ne lui en mets pas un petit coup de temps a autre, mais bon, quoi. Rien de comparable. Sans doute une bouteille de vin et moins de cinq pintes en 7 semaines.  Quelques burgers ou pizzas satures en graisse , rien d'autre.

Le resultat ne s'est d'ailleurs pas fait attendre. La vengeance se mange chaud. Le pneu si patiemment forge qui embellissait ma ceinture abdominale a quasi fondu. Des que je bois plus d'un verre, je suis quasi paf (d'aucuns diront que j'ai toujours bu comme une pucelle, mais ca n'avait jamais ete a ce point la).

Et mes poumons s'y sont mis. Pas une clope depuis mon arrivee, je peux passer une heure a la gym sans etre essouffle.

Si ca continue, je risque de mourir en bonne sante. Ca serait pas de bol.

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 22:04
On dirait presque un gag, mais non, c'est une depeche AFP copiee collee ici mot pour mot:

Le vice-président américain Dick Cheney, qui effectue à Bagdad une visite inopinée à quelques jours du cinquième anniversaire de l'invasion de l'Irak, a estimé que l'intervention américano-britannique de 2003 avait été "couronnée de succès".

Peu après, un attentat suicide commis par une femme a fait 40 morts et 71 blessés à Kerbala, ville sainte chiite au sud de la capitale. D'autres attentats ont fait quatre morts et 13 blessés à Bagdad. Dans un quartier nord de la capitale, un tir de mortier a tué six enfants ensevelis sous les décombres de leur maison, a annoncé l'état-major irakien.

Constatant d'"immenses changements" depuis sa précédente visite il y a dix mois, il a jugé "impressionnants" les progrès accomplis en matière de sécurité.

Selon l'armée américaine, les violences en Irak ont régressé de 60% depuis juin.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-34736991@7-37,0.html

Dans le meme numero, un recit d'un ancien marine, qui, revenu au pays et toujours en service, est devenu accroc a l'ether et a, defonce, tue une personne dans un accident de la route (32 ans de prison). Non, ce n'est pasle film dans la vallee d'Elah, c'est la realite.

N'oublions pas qu'il y a quelques jours, le gouvernement americain a admis (sans beaucoup de publicites), que, finalement, il n'y avait aucun lien entre l'Irak et Al-Quaida.

Et bientot, avec John McCain, en avant l'Iran.
Repost 0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 20:51

C'est peut-etre le mal du pays qui parle au detriment de l'analyse froide, objective, et lucide. C'est peut-etre la propension francaise a se croire ce qu'il y a de mieux au monde. C'est peut-etre, oui peut-etre, comme disait Pascal Obispo.

Mais en tout cas, voila, en vrac, tous les petits riens futiles qui  me fait  regretter mon pays apres 6 semaines ici:

-Vive le vrai cafe. Vivent les petits bars et les comptoirs en zinc pour boire un savoureux expresso et pas les starbucks aseptises et tous pareils qu'on soit en Californie, a Boston, a Paris, ou, j'imagine, a Ouagadougou ou l'on deguste des produits chimiques au caramel, aux amandes ou a la chantilly qu'ils appellent cafe
-Vivent les prix taxes comprises
-Vive ce pays ou l'on peut faire caca peinard dans des chiottes personnelles et non en batterie avec les portes coupees en haut et en bas ne laissant quasi aucune intimite (que ce soit au niveau du bruit, de l'odeur etc). Ou on peut aussi pisser sans s'en foutre la moitie sur les jambes a cause des ricochets sur l'eau qui occupe deja les deux tiers de la cuvette
-Vive ce pays ou on peut se passer de voiture, vive un pays ou les trains sont efficaces et ou ne construit pas des aeroports pour faire 90 kms. Et ou on peut acheter une petite bagnole plus facilement qu'un enorme hummer ou SUV (qui, sachez-le, representent plus de 50% des ventes globales de voitures motorisees aux US)
-Vive un pays ou sur l'autoroute, la voie de gauche sert a doubler et la voie de droite a rouler lentement (et ou le portable est interdit quand on conduit)
-Dans le meme registre, vive un pays ou les gens marchent soit plus vite soit plus lentement que toi. Ici ils adorent marcher exactement a la meme vitesse que toi, et donc rester dans ton dos, a 2 metres, pendant 10 minutes. C'est insupportable.
-Vive le fromage coulant, fait avec du bon lait non pasteurise plein de bacteries
-Vive un pays ou on ne considere pas que recycler trois journaux et deux bouteilles de coca suffit a preserver la planete et fait oublier les 45 litres d'esssence utilisees pour faire 500 metres a bord de son hummer climatise, ainsi que les 12 kilos d'emballage quotidiens consommes (entre les cafes, les paquets de chips, les pop-corns au cine...)
-Vive la diversite dans le monde du vin
-Vivent les A.O.C.
-Vive un pays ou on peut picoler tranquillement sans devoir montrer sa carte d'identite a tout va lorsqu'on a entre 18 et 30 ans pour une pinte de binouze a 4 degres ou 10cls de pinard
-Vive la viande elevee sans hormones
-Vivent les films diffuses d'une traite et pas avec une coupure pub de 5 minutes toutes les 15 minutes
-Vive l'Equipe
-Vive le foot, le rugby, le handball
-Vivent les serveurs peu attentionnes (trop collant, ca saoule)
-Vivent les restaurants ou le plus important se passe dans l'assiette et pas dans le decor ou le service
-Vive un pays ou l'eau ne vous est pas toujours servie a 0 degré avec 2 kilos de glacons
-Vive un pays ou l'ironie et l'autoderision ne sont pas que des comportements surprenants voire incomprehensibles
-Vivent les zones pietonnes et les immeubles anciens
-Vivent les loyers qui permettent d'eviter de vivre en colocation a 50 ans passes (pour combien de temps encore?)
-Vivent les 35 heures qui permettent d'eviter que, pour parvenir a survivre, un mec soit eboueur le matin, remplisseur de sacs plastiques dans les supermarches l'apres-midi (pour eviter qu'un obese brule quelques calories en remplissant ses sacs lui-meme), et serveur le soir (pour combien de temps encore?, bis)
-Vivent les retraites pour eviter que Papy Mougeot, pour survivre, nettoie les tables a la cafete du campus a 75 balais bien tasses (ter)
-Vivent les centre-villes et les appartements en centre-ville
-Vivent les epiciers arabes
-Vive le dimanche chome
-Vivent les dejeuners d'affaires ou entre collegues
-Vive un pays ou des qu'il fait plus de 20 degres, on ne fout pas la clim a bloc
-Vive l'ecole publique quasi gratuite et les allocations etudes, vive l'ecole ou conduire des bus ou servir des donuts pour pouvoir payer ses etudes n'est pas (encore) considere comme normal
-Vivent les gens discrets (ie qui ne parlent pas a 200db dans les restaurants ou au cinema) et pas sympas, mais au moins pas faux-derches (je ne pense pas que les ricains soient consciemment faux derches mais on le ressent souvent un peu comme ca)                                     
-Vivent les salles de cinema ou on peut voir et ecouter un film sans avoir autour de soi 100% de mangeurs de pop corns, frites, hot dogs, barres chocolatees, chips, etc
-Vive les mini-forfaits pour les telephones portables (comment peut on se servir d'un forfait 1000 minutes par mois, soir et week-end et 5 numeros favoris gratuits?)
-Vive la securite sociale et vive un pays ou on ne diffuse pas a longueur de journee des pubs pour les medicaments (avec la liste complete des effets secondaires pour eviter les eventuels proces)
-Vive un pays ou on n'engage pas un avocat des que l'on s'est brule en buvant son cafe
-Vive un pays ou planter un drapeau national dans son jardin est plus ridicule qu'autre chose (ah quelle gourdasse, cette Madame Royal), et ou une chanson comme "Dieu benisse la France" ne serait pas un tube (contrairement a cet horrible "God Bless the USA" de Lee Greenwood: la frontiere entre patriotisme et nationalisme est parfois assez tenue)
-Vive un pays ou on ne considere pas que pour eviter les tueries, il faut s'armer encore plus. Vive un pays ou on ne recoit pas trois mails d'avertissement securite contre un eventuel massacre, en un mois, sur son lieu de travail (qui se trouve etre une universite). Surtout quand, le mois precedent (pour ne parler que du cas le plus recent), 7 personnes ont ete tuees par un maniaque dans une autre universite.
-Vive ce pays ou on peut fumer tranquille sans etre traite de malpoli au mieux, criminel au pire. Ah, non tiens, plus maintenant.
-Vive ce pays ou le President est un homme responsable, elegant et cultive a defaut d'autre chose. Ah, non tiens, plus maintenant.

Repost 0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 15:42
Pendant la campagne il avait change (c'etait une de ses multiples phrases choc, souvenez-vous)

Depuis qu'il est president, il a aussi change (decomplexe a fond, yacht, rayban, rolex, SMS pendant qu'on parle au pape et main sur la croupe a Carla en voyage dans un pays musulman ou en visite a Nelson Mandela).

Et la il change encore, c'est le Monde qui l'annonce en une: http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/03/14/a-defaut-de-virage-politique-m-sarkozy-change-de-style_1022921_823448.html#ens_id=998385

Est-ce que ca valait vraiment le coup de prendre un mec qui change trois fois en un an? Parce que s'il continue a changer a ce rythme la, il va changer encore une bonne douzaine de fois pendant son mandat et du coup c'est la France qui risque de ne pas changer (remarque, il vaudrait peut-etre mieux qu'elle ne change pas plutot qu'elle change dans la direction qu'il souhaite...).


Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 23:23
Comme le classement  et  l'évaluation de tout et n'importe quoi (du vin aux medecins en passant par les universités), voici mon classement inutile du moment, celui de mes livres préférés. Ou plutot des livres qui m'ont le plus marqué.
Il ne regarde que moi, sera livré sans aucune explication (pour ceux qui en voudraient malgré tout, je leur conseille gratuitement et à la place la lecture de "comment parler des livres qu'on n'a pas lus?" de Pierre Bayard) et, je peux meme vous l'avouer, n'aura (au delà des 3 ou 4 premières places) pour ordre que  celui du à ma mémoire: le premier livre me revenant à l'esprit sera le plus haut dans le classement.

1. Les Miserables, Victor Hugo
2. 93, Hugo Victor
3. Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas
4. 20 ans apres (et la trilogie des trois mousquetaires, ne soyons pas chien), Dumas Alexandre
5. Au sud de la frontiere, a l'ouest du soleil, Haruki Murakami
6. La fleche du temps, Martin Amis
7. Vie et opinions de tristram Shandy, Laurence Sterne
8. Les dix petits negres, Agatha Christie
9. Lolita, Vladimir Nabokov
10. Les liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos
11. Et si c'est un homme, Primo Levi
12. La Vie mode d'emploi, Georges Perec
13. Les enfants de minuit, Salman Rushdie
14. Differentes saisons, Stephen King
15. Rafael derniers jours, Gregory McDonald
16. Chroniques de la Haine Ordinaire, Pierre Desproges


Dans les livres que j'hésite à mettre, 1984 de Georges Orwell, Le joueur d'échecs de Stefan Zweig, Le choix de Sophie de William Styron, Le seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien, Ca ou la Ligne Verte de Stephen KIng, le Meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie, les Chatiments de Hugo, et d'autres.

Je complèterai au fur et à mesure que ma mémoire reviendra... (oui, faire appel à sa mémoire alors qu'on est censé parler des livres qui ont marqué, c'est bizarre mais je suis chez moi).
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Littérature
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 21:08
Cecilia va se remarier. Cette information essentielle a ete annoncee sur le site de Versace, car, en effet, ils porteront cette marque pour la ceremonie. C'est quand meme beau l'Amour chez les rich and famous.

Je me demande si cela est valable egalement pour le string ou si je dois attendre avec febrilite un communique de Sloggi sur le sujet. De meme, Durex sponsorisera-t-il la nuit de noces?

Si je contacte Carrefour pour leur annoncer que je compte m'habiller en Tex a mon mariage, l'annonceront-ils sur leur site web? Me feront-ils un rabais?

Je n'avais pas vu aussi ridicule depuis un match de boxe ou l'un des combattants, en plus de se faire defoncer la gueule, avait tatoue sur le dos le nom d'un casino de Las Vegas.
Repost 0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 19:02
Les sites de notation anonyme pullulent actuellement sur la toile et viennent d'arriver en France. Bravo, ca nous manquait. Deja un site pour ces faineants de profs, un autre pour ces planques de toubibs. Et bien que la justice ait interdit la publication des noms (oui, le noteur etait anonyme, mais pas le note), ce n'est qu'un debut.

En effet, il est bien evident que nous sommes tous aptes a juger (et surtout a noter, parce que mettre une note c'est quand meme plus rigolo que d'emettre un jugement construit) l'efficacite et l'aptitude de qui que ce soit et ce pour tous les corps de metier.
Nous sommes tous capables de dire si notre medecin, notre garagiste, le chercheur du labo d'en face, le notaire, le prof, le facteur, le plombier, le president fait bien son boulot ou est parasite qui vit sur le dos des "bons francais".
Il faut tout evaluer, tout noter, donner son avis sur tout, car nous sommes tous omniscients et universellement legitimes dans nos jugements.

Allez, chers cons citoyens, preoccupez vous un peu plus de votre bonheur et un peu moins de ce que fabrique le voisin.
Depuis quelques semianes aux US, je vois la difference avec la mentalite americaine: ils sont sans doute plus "individualistes" que nous autres, mais l'un des avantages est justement la. Si le boulot semble fait, on vous foutra simplement la paix,  et personne ne medira parce que, il y a trois jours vous etes parti a 16h.

Ajout: le corollaire de tout ca, c'est qu'on a souvent tendance (le on est ici inclusif) a se voir plutot meilleur que les autres, a occulter ses propres faiblesses, ce qui evite de se remettre en question trop souvent (par exemple, si c'est Riton qui obtient le boulot, c'est plus facile de se dire que c'est parce qu'il connaissait Thierry et qu'il avait couché avec Monique, que tout simplement "ah ben c'etait lui le meilleur")

Ajout numéro deux: Ce que ces sites révelent de maniere plus générale, c'est la propension actuelle de la société a désigner des boucs émissaires comme cause a tous ses maux. C'est une activité qui j'imagine défoule, a defaut d'autre chose, et qui est en tout cas tres prisée, vue son utilisation intensive par le gouvernement actuel. Le bouc émissaire change tres souvent, mais généralement il est soit fonctionnaire (prof, cheminot, chercheur...), immigré, chomeur ou meme fumeur.  
Repost 0