Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 11:41

Tous les thésards ont connu ce genre de journée typique.

9h30: arrivée au labo. Le thésard n'est pas un animal matinal.

La journée ne peut commencer sans une grosse dose (30 cls) de caféïne, une lecture intensive de ses six boîtes mail, une pause caca (le café du matin a des effets nettement plus impressionnants sur le transit intestinal que les All Bran).

10h15: L'heure des manipes a sonné. Le thésard, l'oeil vif et le poil luisant, se rue dans la salle de manipes.Malheureusement, ses échantillons qu'il préparait amoureusement depuis deux semaines n'ont absolument pas fonctionné. Il ne peut rien en tirer. Il se contente de tout jeter et de faire la vaisselle. Variante: le thésard mal réveillé laisse tomber son produit par terre, le polluant ainsi irrémédiablement.

Qu'à cela ne tienne, il avait une deuxième manipe en cours. Mais elle n'est pas finie. La chimie, c'est comme la cuisine, quand c'est pas cuit, c'est pas cuit. Tant pis.

La troisième manipe est également inexploitable: l'appareil est hors service. Personne n'ayant pensé à s'occuper de passer commande pour la pièce de rechange, le thésard s'en charge. Par la magie de l'administratif, le thésard passe une heure à remplir des papiers, à envoyer des mails de validation de commande. Enfin, la commande est passée: il n'y a plus qu'à attendre trois semaines que la pièce de rechange arrive.

12h00: pause déjeuner, l'enthousiasme du jeune thésard est déjà bien émoussé, son esprit déjà nettement moins conquérant.

14h00: Deuxième lecture de mails. Le thésard cherche au fond de lui la remotivation.

14h30: le thésard a une idée de génie. Ca y est, la science va décoller. Eh bien non: la manipe est occupée, et le thésard s'entend dire qu' "il n'est pas prioritaire, et qu' il n'a qu'à revenir dans un mois, peut-être qu'à ce moment là il aura un créneau de 27 minutes, mais là maintenant c'est impossible".

15h00: le thésard, passablement énervé, se voit demander par la thésarde vénézuelienne qui ne parle pas français, d'appeler Ikea pour elle car elle a eu un problème de livraison de ses meubles. Puis, le post-doc grec, qui lui non plus ne parle pas français, demande au thésard d'appeler le médecin pour prendre rendez-vous.

16h00: le thésard, hésitant à éventrer avec les dents tous ses collègues, préfère s'en aller comme un prince et va se saôuler avec ses potes en attendant des jours meilleurs.

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article
14 décembre 2005 3 14 /12 /décembre /2005 19:40

Un projet de loi sur la recherche va bientôt être voté, projet de loi qui fit suite aux importantes manifestations de chercheurs partout en France il y a deux ans. Voici mon avis sur la question, qui ne se trouve être que mon avis, pas forcément très éclairé, mais qui est malgré tout l'avis auquel je me réfère lorsque je veux savoir vraiment ce que je pense.

Je trouvais à l'origine ce mouvement spontané et noble. Noble, car les chercheurs ont été les seuls, à ma connaissance du moins, à manifester NON PAS pour des augmentations de salaire (ou autres avantages personnels), mais SIMPLEMENT pour de meilleures conditions de travail (quand je dis "de meilleures conditions de travail", entendez plutôt "des conditions de travail décentes"), permettant à la recherche française de rester compétitive, et éviter l'exode grandissante des jeunes chercheurs à l'étranger où leurs diplômes et compétences sont reconnus -et payés- à leurs justes valeurs. Et pourtant, un jeune chercheur rentrant au CNRS ou à l'Université débute à environ 1500 euros net. A bac+10, il y aurait de quoi gueuler. Nous ne l'avons pas fait. Comme disait le vieux Raymond, qui m'encadrait lorsque j'effectuais mon stage de DEA au Collège de France, "aujourd'hui, vouloir devenir chercheur en France, c'est comme vouloir être curé: c'est un sacerdoce".

Bref, j'aimais l'idée altruiste et non égoïste de ce mouvement dans ses premiers moments.

Mais las, finalement le syndrome du syndicalisme français omniprésent a frappé le mouvement. Aujourd'hui les chefs de "Sauvons la recherche" me font penser aux leaders de la SNCF, EDF ou la Poste. Ancrés dans leur immobilisme et leurs petits privilèges, ils refusent toute avancée.

Le gouvernement, avec son projet de loi, semble faire des efforts (notamment dans l'intégration et l'insertion des jeunes docteurs, et également en allégeant les charges d'enseignement parfois monstrueuses des chercheurs universitaires - 1 journée par semaine sans compter les préparations, corrections...- qui empêchent d'une part le jeune chercheur d'avancer ses projets, et qui d'autre part pénalisent également les étudiants, leurs cours étant assurés par quelqu'un dont ce n'est pas le "métier" et même, pas nécessairement un spécialiste en la matière. Si, si, je vous assure, ça se passe comme ça: "il nous manque un prof de thermodynamique" "oui mais je fais de la chimie organique, moi", "ben c'est pas grave, vieux, tu vas le faire quand même". Vous imaginez cette situation au collège ou au lycée? Fin de cette longue, mais me semblait-il nécessaire, parenthèse).
Mais le gouvernement donne le doigt, et ces messieurs, forcément, veulent le bras.

Ils refusent, en élitistes académiques, la moindre ouverture vers le monde industriel (partenariat qui, me semble-t-il, fonctionne très bien aux Etats-Unis, au Japon ou même en Allemagne).

Ils refusent d'admettre que le CNRS, comme toutes les administrations françaises, doit être réformé pour gagner en efficacité, pour que la sécurité de l'emploi (qui me semble importante) ne dérive cependant pas vers un jem'enfoutisme hallucinant de certains parasites.

Ils refusent d'évoquer l'idée que des axes prioritaires de recherche puissent être fixés, pour que Tartempion puisse encore toucher des subventions et les gaspiller en étudiant les moeurs reproductives de la drosophylia amenibus en milieu tempéré ou tout autre sujet inutile - Attention, je ne soutiens pas pour autant la politique consistant à ne faire que de la recherche à court terme, appliquée. Sans recherche fondamentale, à long terme, pas d'inventions révolutionnaires-.

Preuve de leur mauvaise foi grandissante, ces messieurs du collectif  Sauvons la Recherche demandent au public, sur leur site, de répondre à une question biaisant totalement le débat. Au lieu de demander "le projet du gouvernement est-il une avancée sur les conditions de la Recherche en France?", la question est, deux points je cite avec des pincettes: "Pensez-vous que le projet de loi est une réponse à la hauteur des demandes exprimées depuis deux ans dans le cadre du mouvement de la recherche ? ". Bien sûr, à 98%, les votants répondent non. Que peut-on répondre d'autre? Prenons un exemple simple: quand la CGT demande pour ses salariés 25% de hausse de salaire, et que le gouvernement offre 5%, non il n'a pas été à la hauteur des demandes exprimées, mais pourtant oui, il a fait un pas dans la bonne direction.

Quoiqu'il en soit et pour conclure cette diatribe qui doit commencer à paraître longue, des réformes pour la recherche me semblent nécessaires. Je ne suis pas un spécialiste en juridiction, mais le projet gouvernemental en propose, des réformes, me semblant aller dans le bon sens (ce qui ne veut pas dire que je soutiens la politique gouvernementale dans son ensemble). Est-ce suffisant ou pas? Là, cela devient trop complexe pour ma petite vision de chercheur débutant. Je stopperai donc là.

Pour conclure sur une petite touche d'humour, une chercheuse réputée qui m'encadrait, toujours lorsque j'étais au Collège de France (institution tout aussi réputée, et qui regroupait certains des leaders du collectif pour la recherche), au plus fort de la grogne et après trois semaines de manifestations plus ou moins quotidiennes, a dit: "au bout d'un moment, la recherche, avant de penser à la sauver, faudrait penser à la faire".

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 11:33

Ca y est, j'ai franchi le pas. Je viens de créer mon blog. Je suis désormais l'égal des plus grands, Alain Juppé, Lorie, et tous les anonymes dont le talent d'écriture atteint les sommets encore inviolés par les plus grands noms de la Littérature. Bientôt peut-être, mon blog sera remarqué des éditeurs et je deviendrai aussi célèbre que l'auteur du magistral "je nique sur meetic" qui un jour, n'en doutons pas, rejoindra, voire même délogera, au Panthéon les Dumas et autres Hugo.

Je vais commencer de façon classique et efficace, par les présentations.

Je m'appelle Mix (bien sûr, c'est un surnom) et j'ai l'honneur d'être un jeune thésard (ou un futur docteur es sciences, ça fait plus classe) dans une prestigieuse école parisienne (dont je suis également diplômé en tant qu'ingénieur, puisque j'en suis à me la raconter). Ah oui, désolé, j'ai la fâcheuse habitude de mettre beaucoup de parenthèses dans mes textes, mes profs de français me l'ont suffisamment reproché au cours de ma scolarité.

Là, vous mes trois lecteurs, avez déjà en tête le cliché du jeune informaticien boutonneux. Eh bien non, je suis un jeune chimiste (et les vapeurs de solvants chimiques, certes ça diminue de 20 ans l'espérance de vie, mais ça a l'avantage de brûler les boutons aussi efficacement que le roacutane)!

La vie au labo est pleine d'impromptus cocasses, drôlatiques ou donnant des envies de meurtres, ça dépend de l'humeur (l'humour) du moment.

Aujourd'hui, par exemple, nous sommes plus dans la case "sourire ironique":

En effet, Martine, la "technicienne de surface" (dont la légende veut qu'elle se fasse fourrer par tous les mécaniciens du labo - je ne peux confirmer ou infirmer la légende), qui ne sait pas parler à moins de 115 dbs (à peine moins fort qu'un concert de Manowar), vient de claironner, pour la deuxième fois en dix jours, qu'elle se sent mal et qu'elle rentre se reposer, et que vous comprenez, elle ne viendra peut-être pas demain, hein? Eh oui, le chauffage il marche pas bien alors elle a du attraper froid, la pauv' Martine. Il est 11h05, elle est arrivée à 9h30. Rude journée.

Quant à moi, après avoir bossé comme un trader 50 heures par semaine lors du mois de novembre (le thésard moyen a des pics d'activité lorsque ses expériences fontionnent, compensés par des pics de fainéantise aigüe lorsque rien ne marche, ce qui est le cas 75% du temps... en même temps, à 1000 euros par mois avec un diplôme bac+7, on ne va pas non plus risquer le surmenage), je fais un break et décide de me la couler douce, pépère albert, jusqu'aux vacances de Noël dans une semaine.

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La recherche
commenter cet article