Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 16:39

Après deux ans de masochisme exacerbé anticipable "right from the start", j'ai enfin décidé de faire un gros fuck à Bouygues Télécom, leurs méthodes commerciales douteuses, leurs prix dantesques, leurs petits caractères dans le contrat et leurs services commerciaux spécialisés dans le harcèlement moral*.

 

 

Profitant d'une offre spéciale, j'ai décidé de dépasser ma procrastination aigüe et de me barrer chez Darty, vu qu'on est très content de notre offre internet/télévision, pas moins chère qu'ailleurs, mais rarement victime de bugs, à peu près vraiment tout compris et avec un service après-vente plutôt compétent (le genre qui rappelle vraiment quand il te dit qu'il va le faire).

 

Chez eux, Priscilla pouvait bénéficier d'une offre 1h gratuite (ou plutôt comprise avec l'abonnement internet/télé) qui lui convient parfaitement, et moi d'une offre 2h + SMS illimités à 10 euros.

 

Tout s'est à peu près bien passé, Darty s'est occupé du transfert de ligne à l'aide du numéro rio qu'on obtient facilement en appelant le 658, et notre changement d'opérateur s'est fait quelques jours plus tard avec conservation du numéro.

 

 

Sauf qu'il y a tout de même quelque chose que les blaireaux comme moi qui ne passent pas leur journée dans les

boutiques de téléphonie à changer de forfait ou de téléphone ignorent: c'est que quand tu achètes un téléphone chez Bouygues ou ailleurs, il ne t'appartient pas vraiment.

Enfin, si, mais il appartient aussi à l'opérateur, pour une raison qui m'échappe et dont la légalité me semble douteuse, dans la mesure où il le bloque pour t'empêcher de t'en servir avec un autre opérateur.

Le déblocage est gratuit certes, mais la procédure n'est pas évidente et son mode d'emploi loin d'être aisément accessible, surtout si on est en possession d'un téléphone un peu vieux.

Bref, le temps que je comprenne ce qu'il fallait faire, j'ai réussi à débloquer le téléphone de Priscilla mais entre temps j'avais "bloqué" pour de bon le mien (comme quand on fait trois codes pin): il faut en effet rentrer un code, qui n'est ni le pin ni le puc ni le numéro IMEI ou autre merde, mais un code qui s'obtient par le biais de l'opérateur, qui dépend du modèle et du numéro de série (la procédure de débloquage dépendant elle aussi du modèle).

 

Je finis par trouver sur le merveilleux site web de Bouygues que dans ce cas il faut contacter le service client, service auquel je ne peux plus accéder vu que pour avoir le droit de parler à un conseiller on me demande mon numéro, et que la migration chez Darty a tellement bien réussi qu'il a en moins de 3h visiblement disparu de la base de données. Notons qu'il n'a par contre pas disparu des bases de données des commerciaux qui continuent, deux semaines plus tard, à m'appeler en numéro masqué soir et week-end pour me proposer leurs nouveaux putains de forfaits offres spéciales.

Je retourne donc dans la boutique Place d'Italie, restée aussi horrible qu'en mon souvenir (sauf que maintenant, ça ne s'appelle plus une boutique mais un "club", ça fait plus proche des gens, que ça n'ouvre pas avant dix heures, et qu'on doit prendre un ticket comme à la sécu).

Le responsable qui était déjà là il y a deux ans et déjà plus occupé à vendre des téléphones à 650 euros à des mamies qui ne savent pas envoyer un SMS qu'à régler le problème des forfaits à 20 euros dans mon genre m'explique qu'il va envoyer le téléphone chez Nokia et que ça reviendra dans deux semaines. Et qu'il m'appellera sur mon numéro de portable pour me dire quand ça serait fait (le fait que je n'avais plus de portable vu que je venais de le lui passer ne lui semblait visiblement pas une évidence: quand je lui ai demandé ce qu'il pouvait faire pour moi, il m'a répondu de me démerder avec Darty puisque j'étais client chez eux comme si Bouygues ne m'avait pas plumé pendant de longues années et n'avait rien à voir là-dedans).

 

Passons sur les détails, j'ai réussi à récupérer un vieux téléphone en état de marche, je suis parvenu à le débloquer (on dit désimlocker dans le langage des abrutis technophiles) en passant par le numéro clientèle international de Bouygues (visiblement le seul moyen d'avoir un conseiller sans rentrer son numéro, prix d'un appel aux USA), ce qui m'a permis d'apprendre 10 jours après que mon autre téléphone m'attendait à la boutique.

 

Le lundi, après avoir patienté 40 minutes avec une dame, tenant chacun notre ticket SAV à la main pendant que tous les vendeurs s'occupaient de faire signer de nouveaux contrats aux clients qui nous passaient devant, on finit par demander un peu excédés à un jeune paumé pourquoi nous n'étions jamais appelé.

Celui-ci nous explique, dans une belle harmonie avec ce qui se fait à la SNCF ou Air France, que "ah désolé on a un problème avec le SAV, on a oublié de l'afficher et de vous prévenir bien qu'on vous voit poireauter comme deux cons depuis 1h, on peut rien faire donc revenez demain vu que vous n'avez que ça à faire".

On gueule un peu, et puis on a pas d'autre choix que de s'en aller.

J'y retourne aujourd'hui, je me tape cette fois-ci de nouveau le responsable ou vendeur star a l'air à la fois bovin et suffisant (triste combinaison). Nokia a renvoyé l'appareil sans y toucher, accompagné d'une petite notice expliquant que le désimlockage est impossible car certains circuits cruciaux, qui n'empêchent visiblement pourtant pas l'appareil de fonctionner, sont oxydés.

Le mec, flegmatique, me rend mon téléphone, me demande une petite signature; je lui demande si du coup je peux m'en servir d'autre chose que comme d'un tuteur pour mon basilic mais cela lui passe très clairement largement au-dessus de la tête. J'hésite à le lui balancer dans la gueule et me contente d'un "l'histoire aura été belle jusqu'au bout" qui lui arrache un petit sourire condescendant.

Et donc, je repars, avec un téléphone inutilisable et une petite note du directeur de la relation client me remerciant de ma confiance.

 

 

 

Tout cela ne serait pas si grave, après tout j'ai un téléphone à peu près en état de marche, Bouygues devrait bien finir par arrêter de m'appeler, et Priscilla et moi devrions économiser environ 350 euros** sur l'année grâce à ce changement d'opérateur.

 

Tout cela ne serait pas si grave si je n'avais reçu un mail de Darty, il y a quelques jours, m'informant que Bouygues Télécom vient de racheter 99,9% de Darty Télécom.

Même si les nouvelles sont pour l'instant rassurantes en terme de gestion des offres et contrats, la situation est so ironic, isn'it?

 

 

 

* il paraît d'après leur site qu'ils sont numéro 1 service clientèle, moi ça me fout vraiment les jetons... qu'est-ce que ça doit être chez SFR, Orange etc.

 

** grosso modo un déjeuner pour deux dans un 3 étoiles, ce n'est pas si mal

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 11:18

Moi qui pensais naïvement, en prenant 10 jours de vacances décalées par rapport aux vacances scolaires, revenir frais comme un gardon, et bosser pépère au labo sans personne pour me faire chier... je déchante.

 

Ayant reçu environ 70 mails de boulot pendant les 7 jours ouvrables où j'ai été absent, il m'a déjà fallu une bonne heure pour tout lire et faire le tri (j'avais déjà un peu écrémé pendant les pauses "grosses averses" des vacances).

 

Je dénombre une bonne quinzaine de choses à faire relativement urgemment, ce qui devrait bien m'occuper toute la journée et probablement encore demain.

 

Entre autres, contacter candidats et comité de spécialiste pour le poste MCF, rapporter des dossiers, récupérer la convention d'une stagiaire (dont la signature a été retardé de trois jours parce que "le responsable signature était malade), mettre des documents en ligne pour mes élèves, revoir mes cours, relire le poster de l'ATER pour son congrès de la semaine prochaine, répondre à deux-trois mails de collègues ou industriels, etc.

Bref, que du lourd.

 

Mais promis, dès que j'ai un peu de temps, je parle un peu de Venise, Vérone, Pise et Florence. Et surtout de ce qu'on y bouffe.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 18:45

En ces temps de congrès, réunions, enseignements, et pré-vacances, un peu de légèreté et d'images.

 

Dans le "street art" comme dans toute autre forme d'art, il y a à boire et à manger.

D'ailleurs, à ce sujet, le film de Banksy, sorti récemment et que j'ai pu voir sur Canal il y a quelques semaines, est franchement bien fait.

Dernièrement, le street art se politise. Souvent, je trouve ça assez marrant:

 

DSC02986.JPG

 

DSC02936.jpg

Partager cet article
Repost0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:11

En hiver, il fait froid, mais on peut faire de jolies photos (enfin, il me semble):

 

DSC02894

Amsterdam

 

DSC02845.JPG

Nice

 

DSC02821.jpg

Paris

 

 

Copyright Priscilla

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 15:54

4 mois de travaux = 6 mois de retard.

 

Exemple: nous avons emmenagé dans un immeuble en mars 2011.

Mi-février, des travaux de ravalement de la toiture étaient lancés. La durée du chantier annoncée était de 4 mois et demi, soit prévue jusqu'à fin juin.

Les échafaudages, qui ont recouvert toutes les façades, ont été enlevés quelques jours avant Noël.

 

Cela dit, le préfabriqué - salle de pause -  et les chiottes ont disparu mi-octobre, ce qui laisse supposer que le chantier a été fini plus tôt que ça... mais les riverains ont eu la joie d'ouvrir leurs volets tous les matins sur des échafaudages deux petits mois de plus.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 09:10

"On part à l'île Maurice en novembre. On savait pas quoi y faire, alors on a décidé d'aller au Club (Med', NdMix)".

 

Une interlocutrice, plutôt jeune, ingénieure.

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 12:17

2 semaines de vacances

+ 3 pays peu réputés pour l'équilibre de leur alimentation

+ 15 soirs de suite au resto

+ 1 esprit quelque peu aventurier (en ce qui concerne la gastronomie) 

+ 15 petits déjeuners type buffet à volonté

+ 3 mariages

+ 1 grande quantité d'alcool

 

- 200 kms à pied (environ)

 

= 3 kilos de plus sur la balance

 

= 5 kilos à perdre au plus vite avant qu'il ne soit trop tard...

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 16:17

(référence au titre de l'article précédent).

 

A partir de ce soir, 3 semaines et demi de vacances.

 

Au menu, 3 mariages -pas d'enterrement de prévu mais quelques gueules de bois- et un peu plus de deux semaines en Europe de l'Est (République tchèque, Slovaquie et Hongrie).

 

A priori donc, "blogging" sporadique à prévoir durant cette période, peut-être quelques photos commentées à l'occasion.

 

Bises à toutes les filles, et enjoy pour ceux qui ont la chance de partir.

 

Mix

 

Et pour se foutre la patate, Polnareff:

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:13

Ce n'est pas tant le temps pour le moins maussade ou le fait que ça ouvre les journaux de 20h depuis une semaine, ni même la grêve planifiée des pilotes début août qui me minent le moral, que les perspectives déjà omniprésentes de la prochaine rentrée scolaire.

 

Alors que les enseignements sont finis depuis moins d'un mois, et que je pensais n'avoir plus qu'à tenter de me faire payer mes heures sup' pour me distraire de faire de la recherche, je commence à recevoir de toutes parts des sollicitations et autres emplois du temps pour le premier semestre de l'année scolaire 2011-2012.

Ecole d'ingénieurs, stages professionnels, interventions ponctuelles dans d'autres établissements, encadrement d'apprentis, etc.

On ne me lâche plus la grappe, même fin juillet, même les jours de pont comme le 15 juillet, même les soirs et week-end.

 

Et puis il y a toujours quelques réunions recherche (quand même) et aussi deux déménagements qui nous attendent (intégration partielle d'un laboratoire plus important, et libération de mètres carrés pour l'institut).

 

Bref, quand je regarde mon google calendar, je me rends compte que j'ai déjà au bas mot 100h de cours prévues du 1er octobre au 20 décembre, et que mon emploi du temps est tout barré de rouge six mois à l'avance comme celui de quelqu'un de vraiment occupé.

Moi qui avais choisi la voie académique en pensant être "oun hommé libré", "a free man", je me rends compte que je ne suis qu'un "number". It hurts.

 

Et a priori, je me dirige au bas mot vers 40h sup' l'an prochain si je ne fais rien.

Heureusement qu'un ATER complet arrive: le pauvre va prendre cher.

 

bordel.jpg

Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 10:11

- Dernier cours magistral de l'année hier soir, devant un public en délire de 11 personnes (sur une promo de 35-40 - seul cours de la journée, dernier cours de l'année, examens qui approchent, prof casse-couilles, etc).

Un bien-être relaxant m'a envahi en sortant de la salle pour la dernière fois.

Il me reste quelques TPs à assurer, beaucoup de copies à corriger, quelques jurys, mais le plus dur - cette année où j'ai du préparer tous mes cours en partant de presque 0, avec souvent pas beaucoup plus de 2h d'avance sur les élèves- est derrière moi.

 

- Je me remets aux manipes, je commence à piger ce que je fais et à voir où je veux aller. On est encore bien loin d'une publi, mais je commence à avoir une idée claire de la démarche expérimentale et des résultats qui me manquent pour un jour à nouveau en écrire une. Sur un sujet neuf pour moi, il fallait bien ces 8 mois de tatônnement, surtout en n'étant à la paillasse que deux-trois jours par mois.

 

- L'ANR à laquelle j'ai participé a été classée, mais sur liste complémentaire.

Mes sentiments sont mitigés: pour une "première" dans le joyeux monde de l'écriture de projets pour financements, je suis content d'être dans la "shortlist" (même si mes co-auteurs, vrais moteurs du projet, sont eux loin d'être des puceaux de l'ANR). Ceci d'autant plus que la section Matière Condensée a fait la part belle à la Matière "dure" au détriment de la Matière "molle", hormis quelques projets d'hydro.

Mais il y a aussi l'impression d'échouer à 2 mètres du bol de sangria... Un peu comme celui qui fait 4ème au J.O., par exemple: on est content d'être là, mais on se sent con et déçu aussi. Ambivalence...

Il faut maintenant attendre la décision finale et les rapports des examinateurs, même si l'espoir est visiblement assez mince. Après, il y a paraît-il, comme pour les classements CNRS, une certaine forme d'effet mémoire, donc c'est encourageant pour l'année prochaine.

 

- En tout cas, l'équipe est dans une phase dynamique: il y a des stagiaires, des étudiants extérieurs qui viennent maniper, on recrute un thésard, un ATER, probablement un Prof. Associé... l'ANR a toujours une petite chance de passer, de même qu'un projet européen qui a passé le premier écrêmage. Nous commençons à recevoir des candidatures spontanées pour des post-docs, nous rejoignons un grand labo bien équipé en septembre en tant qu'équipe indépendante, etc.

Tout ça se décante pas mal. Il ne nous reste plus qu'à (bien) publier.

Partager cet article
Repost0