Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:50

Je vais une fois de plus tenter de vous faire partager ma passion pour le métal en vous faisant découvrir un petit florilège des plus belles pochettes de ce style musical si créatif.

  • Catégorie "it's a man's man's world":

- Accept, Balls to the wall, 1983

 

 

- Manowar, Into Glory Ride, 1983 (grande année décidément)

 

  • Catégorie "peut-être pas tant man que ça finalement...":

- Poison, Look What The Cat Dragged in, 1986

 

  • Catégorie "donjons et dragons":

- Yngwie Malmsteen, Trilogy, 1986

 

  • Catégorie "amis du bon goût":

- Marduk, Fuck Me Jesus, 1991

 

 

- Zyklon B, Blood must be shed, 1995

 

  • Catégorie "Tare ta gueule à la récré, tes oreilles vont saigner":

- Pantera, Vulgar Display of Power, 1992

 

 

- Anthrax, Fistful of Metal, 1984

 

  • Catégorie "y a pas de bien à se faire du mal":

- Marduk (un groupe décidément très inspiré), Obedience, 2000

 

  • Catégorie "des bonnasses à gros seins ça fait vendre" (même en dessin s'il le faut):

- Heavenly, Carpe Diem, 2009

 

 

- Nashville Pussy, Let Them Eat Pussy, 1998

 

  • Catégorie "gore":

- Cannibal Corpse, Butchered at Birth, 1991 (mais toutes conviennent)

 

 

Voila pour l'instant, je complèterai éventuellement plus tard si d'autres oeuvres subtiles me reviennent. Entre temps, je pense qu'avec ça les ventes devraient déjà exploser...

 

Vous pouvez également consulter cet article: il n'y a pas que le métal dans la vie...

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:32
Un beau jour, un très bon groupe de rock, qui jusque là se contentait d'écrire de bonnes chansons, parfois "engagées" mais à un degré raisonnable, s'est mis à avoir un succès tel qu'une melonite aigüe s'est emparée d'eux. Enfin, surtout de leur chanteur (et un peu du guitariste aussi).

Depuis, on ne peut pas dire que leurs productions musicales soient vraiment intéressantes, même s'ils restent capables de sortir une chanson potable de temps à autre. Leurs productions scéniques sont elles assez lamentables d'un point de vue musical - le chanteur a désormais du mal à pousser-, même si le spectacle mégalomaniaque peut valoir le coup d'oeil.

Je leur pardonnerais bien volontiers leur médiocrité artistique actuelle, tant il est vrai que tout artiste connaît des pics de créativité et que dans le domaine du rock, ce pic se produit rarement à l'approche de la cinquantaine.
Oui mais voilà, je ne supporte pas ce côté prêcheur, artiste engagé. N'importe quel groupe de musique qui parle politique ou économie quand on lui demande de chanter a tendance à me gonfler. N'importe quelle pseudo-star qui vient montrer son émotion à tous les téléphages en chantant gratos pour la bonne cause tout en logeant, gratos aussi, au palace du coin me crispe. Je trouve que ces gens-là sont dans une position assez facile: quand on a beaucoup de pognon et de temps, donner un peu des deux* n'est pas bien difficile, et pour un grand nombre d'entre eux cela me semble simplement et avant tout un moyen facile d'étaler sa bonne conscience deux fois dans l'année pour plaire au public. Je préfère ceux qui agissent vraiment et ferment leur gueule, mais je crois qu'au bout du compte, je préfère même les égoïstes profonds qui eux aussi ferment leur gueule plutôt que ces semi-hypocrites suintants de mièvrerie. 
Cela dit, ce connard dont chaque boucle d'oreilles vaut le budget de fonctionnement d'une ONG de taille respectable qui passe la moitié d'un concert à haranguer la populace, qui s'est fendue de tickets à prix prohibitifs dans l'espoir vain d'entendre de bonnes chansons, pour lui demander d'envoyer des textos à 10 dollars pour sauver le Malawi, pousse les choses à un extrême répugnant.

Outre le fait qu'économiquement et socialement, ce genre de démarches a une utilité contestée (voir par exemple les thèses de Dambisa Moyo), j'exècre cette posture de bon samaritain donneur de leçon, qu'elle soit hypocrite ou sincère.
Ce chansonnier fait couler des lingots d'or dans la piscine de sa villa au Cap-Ferrat, fait construire pour la tournée de son groupe la scène la plus grande et la plus chère jamais édifiée, fait partie d'un club de "rich and famous" dont le droit d'inscription annuel est de 25000$ etc etc.
S'il fait ça pour qu'on voit sa gueule à la télé, c'est insupportable de cynisme. S'il est sincère, il est complètement déconnecté de la réalité: ferme un peu ta gueule et va sur le terrain, si possible pas pour deux heures avec 40 journalistes et cameramen à tes basques, ou file ton pognon plutôt que de le foutre au fond de ta piscine et de chanter gratos - oh la belle âme- des chansons dont les bénéfices sont reversés à l'association " trouvons un petit nenfant noir pour les stars du show-biz dont le chihuahua est récemment décédé".

Vous connaissez peut-être pas la dernière: le groupe donne un concert gratuit à Berlin pour les 20 ans de la Chute du Mur. En partenariat avec MTV. Eh ben, vous savez quoi? Pour empêcher que ceux qui n'ont pas de ticket puissent y assister, ils vont...
...
construire un mur.
...

Et tout le monde lui suce la bite. Je vais aller vomir et relire Desproges.

Et puis après, je pars pour New-York où je vais voir Springsteen, un autre artiste engagé mais qui au moins semble se contenter de le faire hors de la scène, sans trop la ramener, et avec un côté un peu plus populo.



* et encore, le plus souvent ce n'est que du temps. Et pas du "vrai" temps sans contrepartie, non. Du temps pour l'enregistrement d'une émission télé, e.g. de la pub gratos.
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 22:51


Comme le titre l'indique, j'ai en rab deux tickets pour le concert du Boss avec le E Street Band au Madison Square Garden de New-York, le samedi 7 novembre 19h30.

J'y vais déjà le dimanche, et en accord avec mes partenaires de concert, on va plutôt aller dépenser une semaine de salaire chez Robuchon le samedi soir. 

Donc je souhaiterais les revendre au prix d'achat: 230$ les deux places.
Le Boss, c'est du classique en veux-tu en voilà et 2h30 de concert au bas mot. Dans une salle mythique.
Les places sont derrière la scène ouverte, section 320, rangée D: je pense qu'on doit voir plutôt pas mal même si, forcément, niveau ambiance on doit perdre un peu (mais c'était la ruée 4 minutes après la mise en vente, j'ai pas choisi): 
http://www.thegarden.com/seating/index.html 

J'ai déjà mis les places en vente sur StubHub, mais deux précautions valant mieux qu'une: si vous êtes sur Boston, dans le Mass, ou sur New-York et que ça vous intéresse, contactez-moi à 
mixlamalice@hotmail.com 
N'hésitez pas à faire circuler si vous avez des potes rockers.
Ceux qui veulent spammer cette adresse, vous gênez pas, c'est déjà là qu'atterissent les mails du Nigéria. 


Hi,

I am selling two tickets for the Bruce Springsteen & the E street band show at the Madison Square Garden in NYC, on Saturday the 7th of November.
I can't go and just want to get my money back: 230$ for the two tickets, section 320 row D.
Contact me if you're interested at mixlamalice@hotmail.com to set up a meeting (cash only) in the Boston or Western Mass or NYC area.
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 16:41
Une folle rumeur a surgi hors de la nuit, telle un Zorro bodybuildé et vêtu de cuir:
ManOwaR (aka les true metal warriors ou encore les kings of metal), organiserait son mini-festival (Magic Circle, dont la 3ème édition aura lieu cet été en Allemagne) en France en 2010.

Au menu, une journée de métal avec en tête d'affiche ManOwaR, et avant quelques groupes inconnus mais on ne vient pas pour eux de toute façon. Et des activités enrichissantes comme par exemple l'élection de miss Manowar ou encore des démonstrations de chopper. Avec toujours quelques surprises, comme le concert le plus long du monde, le concert le plus fort du monde, la chanson chantée en le plus de langues du monde, le concert avec le moins de neurones du monde etc.

Un tel évènement se prépare à l'avance, il va falloir que je me remette à la muscu, que je resorte mes T-shirts axés "barbares et bonnasses aux seins nus", que j'oublie le bon goût de la bière du Massachusetts pour que mes papilles acceptent à nouveau la Kronembourg tiède, et que je me réhabitue à me faire saigner les oreilles.
Déjà que je vais les rater cette année à la Hellfest, hors de question que je n'en sois pas l'an prochain.

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 20:58
Je viens de m'acheter le best-of de Creedance Clearwater Revival, un groupe mythique de rock américain, un peu moins connu chez nous mais dont quelques chansons ont tout de même traversé et l'Atlantique et les années (Fortunate Son, Proud Mary etc).
En regardant leur discographie, je m'aperçois qu'ils ont sorti 8 albums studio entre 1968 et 1972, date à laquelle le groupe se sépare.
Si l'on s'intéresse aux groupes de l'époque depuis entrés dans la légende, on constate que c'est là pratique courante. Quelques exemples: les Rolling Stones ont sorti quasiment un album par an pendant 15 ans entre la fin des années 60 et le début des années 80. Les Beatles ont à leur actif 10 albums studio en 8 ans, Jimi Hendrix 4 en 4 ans. Même les Pink Floyd, auteurs de compositions plus "complexes" tournaient à un album par an au début de leur carrière.
En gros, le schéma était le suivant: 6 mois de tournée, composition de la moitié de l'album suivant dans le tour bus, puis finalisation en studio en un mois, et emballé c'est pesé on pouvait repartir en tournée fourrer de la groupie.
Certes, il y a sûrement dans le tas quelques chansons un peu fatiguées, mais il y a aussi dans chacun de ces albums plus de méga-tubes que de nombreux groupes rêvent d'en avoir dans toute leur carrière.

Or, que constate-t-on aujourd'hui?
Que les groupes qui sortent un album par an sont considérés souvent comme des groupes commerciaux sans aucune prétention artistique.
Que les groupes "novateurs", porteurs d'une "vraie démarche artistique", les groupes de puristes, à la Radiohead, se sentent le devoir de ne publier qu'un album tous les 4 ans pour bien montrer qu'ils ont passé beaucoup de temps à trouver leur nouveau son, à mûrir leur nouvelle direction musicale.
Même les groupes de métal s'y mettent: pondre un riff sanglant à 200 bpm sur 3 accords de puissance semble devoir demander une réflexion profonde, trois rimes avec les mots warrior, Satan et metal doivent réellement délivrer un message introspectif et psychosocial.

Comme si longueur de temps était synonyme de qualité. Comme si rapidité était synonyme de manque d'exigence.

Bref, moi je vote que tous ces groupes la y bluffent: ils ne glandent rien pendant trois ans et vivent de leurs royalties, puis ils nous torchent leur nouvel opus comme ça se faisait dans les 60's et 70's, en dix jours de studio. Sauf qu'ils nous font un service après-vente basé sur l'intégrité musicale et le temps de la maturation nécessaire à la démarche artistique. 
Ou alors, ils passent vraiment 3 ans en studio et ça donne des albums à la Chinese Democracy (le nouveau Guns & Roses, ou plutôt le nouveau Axl Rose): des albums où chaque chanson comporte 348 pistes, dont l'auditeur moyen ne percevra de toute façon que les 5 premières, sans aucune spontanéité et complètement surproduit. Bref l'opposé de ce que doit être le rock'n'roll. Brut.



P.S.: On retrouve cette attitude également chez les écrivains contemporains. Les écrivains "qui comptent", sans doute pour se démarquer de ceux qui vendent 200000 exemplaires de leur nouveau livre (je dis nouveau bien que ce soit souvent le même à chaque fois) à la rentrée littéraire, publient le plus rarement possible, suivant l'adage "ce qui est rare est cher".
C'est oublier un peu vite que tous les écrivains majeurs du 19ème siècle publiaient de façon acharnée, pas forcément par amour de l'art d'ailleurs mais simplement pour gagner leur croûte. Alors certes, les Dumas, Balzac, Zola ... ont eu des temps faibles où ils ont publié des trucs un peu foireux, mais dans l'ensemble ça restait du lourd. Un peu comme les albums des Beatles.
P.P.S: Je me suis toujours demandé dans quelle mesure cet état de fait était aussi lié à la "dilution" de la scène artistique. Là où au siècle dernier on comptait 100 écrivains on en compte maintenant 10000. Là ou dans les années 60 on comptait 1000 groupes de rock on en compte aujourd'hui 100000. Mais dans le même temps, pour contrebalancer un peu, les moyens d'exposition sont également plus nombreux... difficile à dire.
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 19:47
J'ai toujours beaucoup aimé les reprises musicales (ou "covers" pour faire musicologue), en particulier lorsqu'elles sont décalées: ben oui, refaire la chanson a l'identique, certes ça peut etre un moyen de rendre hommage, mais du point de vue de l'auditeur, s'il connait l'originale, ça ne présente que peu d'intéret .
A la guitare, je m'amuse depuis longtemps a jouer des morceaux rock en reggae, ou l'inverse, des chansons disco ou funk avec des arrangements métal etc. 
Comme en plus je vous ai avoué que je m'étais mis a l'ukulélé, vous me direz que je suis visiblement influencé par Julien Doré. Vous allez etre obligés de me croire sur parole, mais en fait non. Par contre, a mon humble avis ledit Juju a beaucoup écouté les CDs de la musique de "Paris Dernière", bien connus de tous les amateurs de reprises décalées. Le blaireau de base, lui, a cru que Julien Doré avec sa barrette dans les cheveux, son tatoo Mao, sa barbe de trois jours et ses vestes cintrées, et ses reprises "musique d'ascenseur underground écorchée", était le top de la branchitude et de l'originalité. 

Enfin bref. Revenons a nos moutons.
Les reprises décalées; donc ok c'est bien, mais quand meme, faut faire attention, parce que quand on se décale de trop on peut devenir hors jeu. Un exemple (pour les incultes qui ne connaitraient pas l'originale, ou pour ceux qui de façon improbable n'auraient pas reconnu, voir plus bas):

   

Cela dit, il vaut mieux ça que d'etre totalement dépourvu de capacité musicale (je n'ose écrire le mot "talent", totalement inapproprié a ce niveau) et d'essayer de reprendre "sérieusement" une chanson célèbre:

 

 

 

Enfin bon, en conclusion, avouons que le clip original est suffisamment ridicule pour qu'Europe ne s'offusque pas des reprises ci-dessus. Je ne peux pas l'insérer dans l'article mais vous pouvez juger par vous-meme ici:
http://www.youtube.com/watch?v=Bk0r2xnpbJY

 

 

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 17:38

C'est bien connu, la guitare est un symbole phallique. Si vous n'aviez jamais remarqué, imaginez un zgueg. Avec les roubignolles. Sans les poils. Ca y est? Bon maintenant, trouvez une photo de guitare. Il me semblerait improbable que la ressemblance stylistique ne vous sautasse pas aux yeux.

En tout cas, il y en a qui ont remarqué. Ou au moins leur inconscient. On ne compte plus les explosions de foufoune post-solo de Slash.

                                                Ca t'excite quand je branle le manche hein?

On ne compte plus le nombre de puceaux bourrés de sébum qui se sont mis a la guitare pour devenir un vrai mec et choper comme un renard (meme si d'expérience, je peux affirmer que ça ne marche pas toujours). Ok, dans la plupart des groupes de rock le personnage le plus charismatique (donc celui qui a le plus de chances de tringler de la groupie) est souvent le chanteur. Mais pourquoi croyez-vous que bien des chanteurs se sentent obligés de se saisir d'une guitare alors qu'ils savent a peine enchainer trois accords, hein? Pour montrer qu'eux aussi, comme leurs guitaristes, ils savent manier le manche, voila pourquoi.

En ce qui me concerne, j'ai muri. Je trouve ce symbole totalement surfait, présomptueux et futile. Comme en plus j'ai jamais su faire un solo, et que la seule chose que j'ai réussi a faire en jouant de la guitare, c'est empecher les gens de dormir, j'ai décidé de me mettre a l'ukulélé.

L'ukulélé, c'est un instrument hawaïen a 4 cordes, qui est également un symbole phallique, mais plus réaliste.

Certes, le joueur d'ukulélé provoque moins d'hystérie féminine, mais il est plus honnete avec lui-meme.


                                                Ah si j'avais appris la guitare au lieu de l'ukulélé...

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 16:57
Avec ma douce, nous avons assisté a deux concerts ce week-end, chose que nous n'avions pas fait depuis longtemps, en solo ou en duo.
Iron Maiden le vendredi soir, Yael Naïm le samedi soir. On peut difficilement plus éclectique, et mon but ici n'est pas de comparer qualitativement les prestations de l'icone heavy metal des 80's avec la nouvelle perle franco-israëlienne de la world-folk (je n'ai pas lu Télérama donc je ne sais pas sous quelle catégorie elle a été placée), mais de vous livrer quelques impressions a posteriori.

Iron Maiden est probablement "mon groupe préféré", pour reprendre la terminologie des fans de moins de 16 ans.
J'en ai parlé assez peu ici, car c'est un groupe plus "consensuel" que Manowar. Qu'on aime ou pas leur musique, Maiden est un groupe sérieux, pas franchement ridicule (certes ils portaient du cuir ou des spandex dans les années 80, mais ils n'ont jamais sombré dans la peau de bete, le maquillage ou la permanente) qui personnifie le hard-rock heavy-metal sans trop de clichés, un peu comme AC/DC ou Metallica avant que ces derniers ne succombent a la teinture peroxydée, a la psychothérapie de groupe et au néo-metal.
Bref, il n'y a pas vraiment de quoi se marrer en parlant d'Iron Maiden (ils n'ont meme pas pour eux de se droguer ou de se taper Pamela Anderson), du coup, je reste concentré sur Manowar ou W.A.S.P. quand je souhaite communiquer au monde ma passion pour la musique douce.

Toutefois, c'est par ce groupe que je me suis vraiment intéressé a la musique, et que je suis ainsi devenu, moi aussi, un fan de moins de 16 ans tendance rebelle.
Auparavant, j'écoutais NRJ ou Foun Radio, quelques cds de mon frangin, un peu tout et n'importe quoi, mais en dilettante, sans que cela soit vraiment quelque chose d'important pour moi comme la lecture pouvait l'etre.
Et puis, un jour de 1996, je me suis retrouvé a la Fnac et ait été intrigué par la superbe (et de bon gout) pochette du X-Factor , le premier album de Maiden post-Dickinson (le chanteur emblématique, parti apres l'album Fear of the Dark, en 1992).


Je connaissais déja un peu Iron Maiden, par le biais de leurs lives de la tournée Fear of the Dark justement, dont j'avais enregistré sur cassette quelques titres apres avoir emprunté les cds a la médiatheque niçoise.
Cet album a été pour le moins décrié par la suite (pas que pour sa pochette, et un peu abusivement a mon gout), mais l'écoute de la premiere chanson (Sign of the Cross) et sa géniale montée en puissance introductive ont été la premiere claque musicale de ma vie, et ont signé mon entrée dans le fan club éternel de Maiden.
Meme si j'ai depuis largement élargi mon horizon musical, je leur reste sentimentalement tres attaché, et continue a aller les voir des que possible en concert (le groupe ayant été fondé fin des années 70, les musiciens ont maintenant la cinquantaine bien tassée, et sont donc plus proches de la retraite que du début de leur carriere: je me dis donc que chaque concert auquel j'assiste est potentiellement le dernier). 

Pour la petite histoire, Maiden s'est reformé en 2001 (i.e., ils ont fait revenir Bruce Dickinson - ainsi que le guitariste Adrian Smith- et ont viré Blaze Bayley qui l'avait remplacé sans démériter). Pour etre franc, je crois que la reformation a eu pour principale raison le pognon plutot qu'une quelconque vélleité artistique, mais toujours est-il que, le retour du rock au top de la mode aidant, Iron Maiden connait depuis une deuxieme carriere exceptionnelle, enchainant des albums de qualité respectable (contrairement a pas mal d'autres groupes eux aussi reformés pour des questions pécuniaires) et remplissant des salles de superficies inégalées depuis leur heure de gloire au milieu des années 80, et ce partout dans le monde.

Bref, revenons a notre concert. A Mansfield, MA, 30 minutes au sud-ouest de Boston, dans un amphithéatre en plein air, a moitié couvert, d'une capacité que je situerais entre le Zénith et Bercy (disons dans les 10000 places ou moins - apres vérification, il semble que ce soit plutot 15000, plus grand que ce qu'il m'avait semblé).
La tournée actuelle est censée etre focalisée sur les quatre albums qui ont amené Maiden a la gloire (Piece of Mind, 1983, Powerslave, 1985 et sa tournée pharaonique, c'est le cas de le dire, Somewhere in Time, 1986 et Seventh Son of a Seventh Son, 1988). Ils avaient déja suivi le meme principe avec leur trois premiers albums en 2005 pour une tournée intitulée Early Days.
J'ai été un peu déçu que, contrairement a cette fois la, ils n'aient pas joué le jeu a 100% et aient malgré tout interpreté 5 classiques n'ayant pas été composés dans cette période. Comme ils ne passent pas toujours par les USA (le heavy metal "classique" n'est pas en odeur de sainteté ici, du fait de groupes plus modernes comme Slikpnot, et Maiden est sans doute l'un des seuls représentants du genre a pouvoir se permettre d'y venir tout de meme sans se ruiner), je ne sais pas si la set-list est un spécial best-of pour la foule ricaine sevrée, ou si elle sera la meme en Europe. Dans ce cas la, ce serait dommage, car ces 5 classiques, je les ai entendus a chaque tournée de Maiden depuis 2001, c'est a dire au moins 5 fois, et je dois avouer que j'aurais préféré m'en passer cette fois-ci au profit de titres plus joués sur scene depuis 20 ans (cela dit, il y a eu tout de meme 5 ou 6 chansons "inédites" en live, tout au moins de mon temps).

Toutefois, a part ce petit reproche, et la pluie qui a donné a la performance un coté rock'n'roll pas forcément apprécié de ma douce un brin frigorifiée, l'ambiance festive et familiale typiquement américaine était plutot plus sympa que chez nous et le concert était globalement tres bon. Comme toujours avec Maiden. Les décors et la pyrotechnie étaient phénoménaux, et Iron Maiden, malgré les années qui passent, reste un grand groupe de scene, tres pro, tres carré.
Et c'est la que je voulais en venir. Tres pro, tres carré, et, me dis-je, limite trop. Attention, rien a voir avec par exemple Muse et son chanteur-guitariste talentueux mais aussi charismatique qu'un caramel mou, qui enchaine tous ses titres non-stop, sans un mot au public, et avec exactement la meme sonorité "parfaite" que sur album. Il y a incontestablement plus de vie chez Maiden, mais tout de meme, le show est calibré pile-poil, les speechs sont bien rodés, la set-list est la meme chaque soir, et ils ne feront jamais une chanson de plus pour récompenser un public particulierement chaleureux, par exemple. Bon, je ne leur en veux pas, et je comprends qu'apres 30 ans a faire ça, on perde un peu la spontanéité des débuts.
Mais la différence avec Yael Naïm le lendemain m'a sauté aux yeux. Yael Naïm, israëlienne vivant a Paris, est connue depuis peu pour sa jolie chanson New Soul qui a fait la pub ici pour le nouveau Mac. Son premier album est tres sympa, les chansons agréablement mélancoliques, avec des instrumentations intéressantes et un beau brin de voix.
Samedi soir, on les (elle et ses trois musiciens) sentait authentiquement heureux d'etre la, spontanés, complices, souriants, encore émerveillés par la présence du public et le remerciant a tour de bras, allongeant les chansons pour faire chanter la foule, improvisant allégrement etc. Vraiment un chouette concert dans une chouette salle (une sorte d'Olympia rutilante appartenant a la fac de musique de Boston), avec une premiere partie elle aussi tres agréable (Piers Faccini, un jeune anglais, croisement entre Bob Dylan et Ben Harper - pour lequel il a d'ailleurs ouvert- période Blind Boys of Alabama).

Quoi qu'il en soit, deux bons moments.
Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 00:20
Je parlais dans un vieil article du retour du rock comme musique a la mode chez les djeun's, et conséquemment de sa récupération par des charognards aussi authentiques que les restos japonais de la rue Monsieur le Prince.

Le phénomene a perduré (Tokyo Hotel étant le dernier avatar du boys band version "groupe de rock" pour pucelles bubonneuses dont la rebellion adolescente n'impressionne meme pas leurs parents).

A l'époque, je ne savais pas afficher une vidéo. Donc voici l'erreur réparée, deux ans plus tard, afin d'illustrer au mieux mon propos.



Ou, comme je l'avais lu quelque part, "la chanteuse la moins rock'n'roll du monde reprenant le plus grand groupe de rock du monde".

 

P.S.: elle est quand meme drole, la Céline, et pas besoin d'un imitateur beauf pour ça. Son interview a propos de Katrina, ça envoie de la rillette, par exemple (restez au moins jusqu'au kayak).

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 15:31
Alors que tout le monde prend fait et cause pour le Tibet, une victime de marque de l'oppression chinoise se retrouve injustement oubliée des media et du public: Axl Rose, l'ancien (et "actuel" si on peut dire) chanteur de Guns N' Roses.

En effet, son nouvel album des Guns (des Guns sans Slash, sans Duff, sans Izzy et sans l'autre, la, le batteur qu' il a vraiment pas un nom de rocker, ah si ca yest, Matt Sorum), intitulé ironiquement Chinese Democracy, voit sa sortie repoussée depuis 10 bonnes années.

Bons, certains prétendent que c'est juste parce que Mister Rose est un mégalo parano un peu barjot qui en est a la version 12567 de l'album et vise la perfection musicale, ou encore un rentier un peu branleur qui fait miroiter l'album a ses fans pour qu'ils lui foutent un peu la paix en l'attendant.

Mais moi, le théoricien du Grand Complot Mondial, j'y vois clair. Ce sont les petits hommes en bleu qui ont confisqué la flamme au Gros Douillet qui sont derriere tout ca.
Et laissez-moi vous dire qu'ils rient jaune.

Repost 0
Published by mixlamalice - dans Musique
commenter cet article