Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 04:44

Ca y est, je viens de connaître ma première course-poursuite avec les flics, presque comme à la téloche.
Plus prosaïquement ma première contravention.

Faut dire que les radars ils ne connaissent pas, donc quand vous appuyez sur le champignon un peu trop, deux solutions: soit il ne se passe rien, soit une bagnole de flic surgit de nulle part et vous colle au cul toutes sirènes allumées.
C'est ce qui m'est arrivé ce soir. Je rentrais tranquillement chez moi à la mi-temps du match des Celtics, après avoir regardé la première période au pub, et je zigzaguais sur la petite route qui contourne le building où je bosse. Cette route assez sinueuse longe pas mal de parkings et la vitesse est donc limitée à 25 mph (40 kms/h), bien qu'elle soit totalement déserte de nuit (pas d'habitations).
Je roulais un peu vite (probablement 30-35 mph, soit 50 kms/h, le flic a prétendu 40 mph soit 65 mais franchement je ne pense pas), et j'ai donc fini par remarquer les flashs bleus surgir de la nuit dans mon rétro. Je me suis rangé sur le côté (si j'avais été à la téloche, j'aurais foncé à travers le parking avoisinant mais bon, je me suis retenu) en espérant secrétement que le flic poursuivait quelqu'un d'autre, comme cela m'est déjà arrivé une fois.
Malheureusement pas ce coup ci,et j'ai donc vu la bagnole se garer derrière moi, avant qu'un projecteur surpuissant ne s'allume, directos dans ma gueule. Je dois avouer que j'ai lâché un peu les pruneaux, d'autant que j'avais bu deux pintes au pub et que les flics ricains ne sont pas supposés être très rigolos, surtout dans des cas de 'driving under influence' (id est conduite bourré): la procédure étant apparemment nuit en cellule de dégrisement, retrait de permis automatique, thérapie type alcooliques anonymes obligatoire et tout le toutim. Cela dit, je crois que la limite autorisée d'alcool dans le sang est plus élevée que chez nous mais je ne saurais dire exactement (le taux inscrit sur mon livret de code de la route ne correspond à rien de ce que je connais, j'imagine que leurs unités sont en ounces ou quelque chose comme ça)*.
Bref, un gros balèze chauve s'amène et me braque sa lampe de poche dans la gueule, en plus du projecteur: j'imagine que tout est fait pour foutre les jetons au contrevenant et le rendre "coopératif" (vu le nombre de flics butés annuellement dans le cadre d'arrestations de ce genre, ça doit pas marcher à tous les coups). Il m'explique, pas méchamment mais avec une gueule suffisamment sévère pour que j'ai pas envie de lui raconter l'histoire du mec qu'en a trois, que la vitesse sur le tronçon était limitée à 25, me demande à combien je pensais être, "euh, 30?'', "non, 40", ''ah scousi", "vous avez une bonne raison pour bomber?", "non", "bon donnez moi votre permis je reviens"**.

Il est revenu avec une amende de 70 dollars, elle aurait pu être, pour 15 mph au-dessus de la limite, de 170 dollars. Il m'a conseillé de rentrer doucement, et ne m'a pas fait d'alcootest (pfffffff, enfin intérieurement parce que je voulais éviter de lui souffler mon haleine binouzée dans la gueule). Bref, le cop a été plutôt cool, peut-être parce que mon ''casier" de conducteur était vierge.

 

En tout cas, je suis effectivement rentré doucement, c'est fou, mais se faire chasser par un flic et sermonner en direct, je trouve ça très dissuasif, probablement plus qu'un flash et une amende qui vous arrive trois semaines après par la poste. Je sais pas combien de temps l'effet va durer mais sur le coup, j'ai été un conducteur modèle, reconnaissant de n'avoir pris que 400 balles d'amende au lieu de 1000.

J'espère que ça ne m'arrivera plus, c'est assez stressant : le fait que ça se passe de nuit, sur une route paumée, et que je sois vaguement pété n'a je pense, pas contribué à ce que je vive cette expérience comme "anodine".
Et puis, j'ai raté le troisième quart-temps du match des Celtics.

Ca devait ressembler un peu à ça, avec une poubelle blanche à la place du pick-up. Notez la puissance des lumières diverses.

Heureusement, la suite n'a pas donné ça. Notez que le flic avait la même gueule, et que je ne me suis pas encore mis à la casquette à l'envers.

* Après vérification j'étais probablement au-dessous de la limite: ils disent que 33cls de binouze amène à un quart du taux limite. J'ai bu un peu moins d'1L (leurs pintes font environ 45 cls), bouffé un gros burger avec une tonne de patates et bouffé un dessert immonde surcalorique et saturé en sucres. Cela dit, je me sentais un peu paf.

** Après avoir conduit assez longuement en Arizona, en Californie, en Utah et dans le Massachusetts, il me faut noter que les conducteurs du Massachusetts ont un côté plus "européen" (c'est à dire désobéissant) que ceux de la côte ouest. En Californie, lorsque la limite est à 65 mph (environ 110 kms/h, la limite classique sur les autoroutes), les rebelles qui doublent tout le monde et risquent l'amende roulent à 67 mph. Sur l'autoroute qui traverse le Massachusetts, le Mass Pike, la limite est à 65 mais en moyenne les gens roulent à 75. Ceux qui se font chasser par les flics roulent au-dessus de 80. C'est un peu moins vrai sur les routes plus petites mais généralement rouler 10 mph au-dessus de la limite ne pose aucun problème. Soit j'ai pas eu de bol (la route était déserte, et un contrevenant est plus susceptible de se faire choper seul que si 50 personnes fraudent en même temps), soit j'étais vraiment 15 mph au-delà de la limite...

Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 20:08
Souvenons-nous, l'année dernière. Le sport bostonien était au top: les Celtics remportent le titre en atomisant les jet-setteurs Lakers, les Patriots échouent d'un cheveu au Super Bowl après avoir été la première équipe à ne pas connaître la défaite au cours de la saison régulière, les Red Sox perdent les armes à la main en finale de conférence au match décisif, avec une équipe diminuée. Même les Bruins, assez médiocres pendant l'année, ont poussé les ultra-favoris Canadiens au septième match lors des play-offs.

Cette année, ça sent le pâté:
Les Patriots ont été la première équipe depuis une vingtaine d'année à ne pas disputer les play-offs malgré 11 victoires pendant la saison régulière. Leur meilleur joueur s'est pété le genou au bout de 10 minutes de jeu dans le premier match, la suite de sa carrière reste incertaine.
Les Celtics, dominateurs en début de saison, sont actuellement en danger au premier tour des play-offs alors que leur meilleur joueur (ou en tout cas la pièce maîtresse de leur défense), Kevin Garnett est probablement out jusqu'à l'an prochain.
Les Red Sox ont réalisé leur plus mauvais début de saison depuis un bail, même s'ils reviennent bien depuis une semaine. Leurs pitchers sont à la rue (le plus efficace actuellement est Tim Wakefield, 41 ans aux prunes et dernier adepte de la league du knuckleball, ce lancer sans effet 50km/h moins rapide que le lancer moyen), et plusieurs de leurs meilleures armes offensives sont au fond du trou.
Les Bruins heureusement remontent un peu le niveau: têtes de série numéro 1, ils semblent bien partis pour passer sans souci le premier tour des play-offs.
Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 19:58
L'une des premières choses qui m'a frappé, voire choqué en vivant ici, et dont j'ai déjà un peu parlé, ce sont tous ces petits boulots pas très gratifiants (ramasseurs de poubelle, manutentionnaires ou remplisseurs de sacs au supermarché, préposés au nettoyage de la cafète de la fac...) effectués par des mongolos, trisomiques, autistes, handicapés mentaux ou physiques, et autres Forrest Gump. Des fois aussi par des vieux dont la date de péremption est largement dépassée, mais je ne m'y attarderais pas pour cette fois.

Pourquoi ça me choque? Eh bien, avec ma bonne conscience à la française, j'y vois là l'exploitation à moindres frais de personnes qui auraient avant tout besoin de soins pour leur faire faire les boulots de merde dont personne ne veut.
Désolé, quand je vois un mec avec un seul bras ou qui bavoche me remplir mon chariot de courses, ça me fait un peu honte et je préférerais le faire moi-même comme un grand garçon, plutôt que de faire le flambi bouffi de graisses insaturées n'ayant même plus la décence de porter lui même ses affaires.

Cependant, un pote qui vit ici depuis plus longtemps que moi, qui a donc eu le temps de s'habituer ou qui est plus pragmatique, me faisait remarquer ceci: Est-ce vraiment mieux en France, où on leur file une pension de misère leur permettant tout juste de subsister, tout en les parquant du mieux possible pour que le commun des mortels n'ait pas trop à les croiser?
Il n'a pas tout à fait tort: d'ailleurs, une association à laquelle mon père participe (il y en a probablement d'autres) a pour but de collaborer avec diverses entreprises pour trouver un travail à ceux des mongolos qui peuvent être indépendants et éxécuter des tâches simples. Il paraît que les intégrer au "monde réel" les rend beaucoup plus heureux que de rester cloîtrés dans un centre, ce qu'on n'a pas trop de peine à imaginer.

Alors voila, je suis dans le doute: cynisme déplacé, ou volonté d'intégration par le travail? Ou les deux en même temps, imbriqués dans quelque chose de délicat à juger?
Repost 0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 18:50
Aujourd'hui, cela fait un an pile poil que je vis en Amerique, plus precisement dans cette petite ville au milieu du Massachusetts qu'est Amherst.
Finalement, meme si l'acclimatation a ete quelque peu delicate (en arrivant, je comptais les semaines qui me separaient de mes vacances d'ete, chose qui ne m'etait plus arrive depuis l'epoque de la prepa...), le temps est passe relativement vite. Preuve que decidement, l'espece humaine dispose d'une faculte d'adaptation impressionnante: preuve qu'un parisien peut survivre dans un environnement eminemment provincial, meme si c'est pas facile.
Alors hier, pour feter ca, j'ai mange une pizza immonde a base de "honey mustard" et bu deux Indian Pale Ales tout en regardant un match de NBA, histoire d'embrasser voluptueusement mes nouvelles racines.
Enfin bon, quand meme, plus que huit mois...
Repost 0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 18:16
Apparemment c'est a la mode chez les gens de lettres alors, histoire d'essayer d'en etre un peu, je me re-re-lance (j'étais à l'époque probablement trop en avance sur mon temps...). Et puis l'avantage, c'est que ca prend peu de temps a ecrire, ce qui est bien venu quand on se sert d'un ordinateur qui n'est pas le sien.
Ca m'est venu lors de ma deuxieme visite new-yorkaise.
Je me lance. Pouf, pouf:

A Paris, le touriste se reconnait a sa demarche peu assuree et a son air perdu.
A New-York, le touriste se reconnait surtout a ce qu'il marche toujours les yeux en l'air * **.






* Une fois qu'on a pige le systeme de numerotation new-yorkais, tout touriste que l'on soit, il est possible de se balader sans plan, et d'avancer au meme rythme que les new-yorkais.
** Bien sur, si le touriste a les yeux brides et trois appareils photos autour du cou, on le reconnait d'abord a ca mais merde, c'est pas facile les aphorismes.
Repost 0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 21:16
En ce moment, grand sujet de discussion aux US (débat d'aujourd'hui dans USA Today, le quotidien national américain qui est un peu à Aujourd'hui en France ce que le Monde est au New York Times), preuve qu'ils s'améliorent et commencent à s'intéresser aux vrais sujets qui secouent notre Monde:
Obama doit-il arrêter la cigarette? Le nouveau "Leader du Monde Libre chargé de Défendre la Liberté dans le Monde pour qu'il reste Libre contre le Terrorisme" peut-il se permettre un tel aveu de faiblesse psychologique?




P.S.: allez, soyons francs, l'article ne fait qu'une demi-page, contre pas moins d'une page et demie pour le conflit au Moyen-Orient. Mais aussi trois pages pour le début des play-offs de foot américain.
Repost 0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 11:03

Priscilla et moi sommes allés voir un match de la fameuse équipe de basketball de Boston, les Celtics, dans leur stade mythique, le Garden. Les Celtics ont remporté le titre l'an dernier, après 22 ans de disette, et sont l'équipe la plus titrée de NBA (17 titres). Un bon nombre de ses anciens joueurs sont au Hall of Fame (Larry Bird, Bill Russell, John Havlicek etc), et la rivalité Celtics-Lakers a marqué les années 80 avant de connaitre un revival l'an dernier.

Le match auquel nous avons assisté était particulier, si tant est qu'on finisse par se passionner pour les stats autant que nos amis ricains, puisqu'il a permis aux Celtics d'égaler le meilleur départ en saison régulière de l'histoire de la NBA (26 victoires pour 2 défaites), ainsi que la plus longue série de victoire de la franchise (17 victoires, pour la plus longue série de victoires de la NBA, y a encore du boulot, puisque le record est détenu par les Lakers de 1972 avec 33 matchs sans défaite). Ils ont par la suite battu ces deux records, avant d'achever leur série victorieuse face aux susmentionnés Lakers, à Los Angeles, le 25 décembre.
A part ça, les C's ont explosé les New York Knicks dans un match offensif, pas très tendu, avec un public un peu amorphe. Cela dit, la salle est impressionnante et la vue est bonne meme tout en haut des gradins. 
Les places nous ont couté un pognon fou, car en fait toutes les places appartiennent aux abonnés, qui ensuite ne vont qu'a dix matchs dans l'année et revendent leurs places pour les 70 autres: après leur benef, puis celui du site de revente, plus les taxes et les frais de port, une place à 30 dollars nous en a couté 100.
Bref, autant aller voir un match de playoff, les places étant pour le coup toutes mises en vente la veille du match. Il faut donc se lever tot, mais au moins la place a 30 dollars coute 30 dollars.

Quelques photos:

 Pendant l'hymne américain, joué avant chaque match... Je peux vous dire que personne ne siffle. Pourtant, imaginez la Marseillaise jouée avant chaque match de L1, avant Lorient-Le Mans ou Nice- Sochaux... En tout cas, ça m'intrigue: la prochaine fois que j'y vais, je siffle pendant l'hymne histoire de voir ce qui se passe.


Wohlala il et est allé dans la stratosphère et il lui a dunké sur la tete bababoum

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 15:36

Je voudrais évoquer cette fois l'attitude des sportifs américains, plus précisément les footballeurs (ceux qui jouent a la version locale, avec les casques, les collants et le ballon ovale) et les basketteurs.


Lorsque ceux-ci réussissent une belle action, offensive ou défensive, ils ont tendance a éructer de joie (jusque la rien que de très normal) mais aussi à bander leurs biceps, prendre des poses de culturistes ou encore se cogner, violemment, du poing le plexus.

Ils ressemblent dans ces moments là à de gros singes qui viendraient de claquer le beignet à un adversaire et seraient sur le point d'aller fourrer la femelle qui n'attend que ça. Pour les membres de SOS Racisme égarés en ces pages, pas la peine de faire fermer ce blog: la comparaison avec les singes n'est pas liée ici au fait que la plupart des joueurs sont "afro-américains" comme on dit pudiquement de ce côté de l'Atlantique pour parler des noirs (dans le genre "jusqu'où le politiquement correct peut aller trop loin?", j'avais bien ri quand Malouda avait accusé de racisme ceux qui disaient qu'il était un boulet pour l'équipe de France, car "boulet", bien sur, est une référence explicite a l'esclavage). Bref, la comparaison est ici liée a un comportement, une attitude, qui n'est donc pas sans rappeler celle des primates en rut.

Cette gestuelle éminemment virile est assez peu courante sur les terrains sportifs européens. Sans aller jusqu'aux excès du football (ou mimer une partouze est un signe de joie assez fréquent) ou du volley-ball (ou les joueurs aiment bien se claquer leurs fesses potelées apres une belle action), dans les vrais sports collectifs "virils mais corrects" tels le handball ou le rugby, on se contente de cris de bete et d'accolades musclées mais on assiste rarement à ce genre de démonstration de puissance masculine (pour les membres de Act'Up égarés en ces pages, etc). 
Et croyez-moi, les mecs ont beau etre baraqués, ça reste assez ridicule. En arrivant je me disais "mais qu'est ce que c'est que ce blaireau, t'as vu le melon qu'il a à la place des neurones?". Ici, les remarques sont du genre "ah quelle attitude, mon Dieu, il apporte une telle intensité à son équipe!" Et ça commence a déteindre sur moi, tout au moins pour les équipes auxquelles je m'intéresse. Heureusement, pour celles dont je me fous, je continue à trouver ça affligeant.

Donc, quelques tentatives d'explications s'imposent. Comme d'habitude, la réponse peut etre l'une ou toute combinaison des raisons que je vais évoquer, ou bien une explication toute autre a laquelle je n'aurais pas pensé.

- Peut-etre doit-on encore y voir le symbole de la culture "individualiste" qui pousse les joueurs à vouloir se mettre en avant (voir articles précédents).
- Ce phénomène peut etre amplifié par la prise de produits de "récupération", hormones de croissance et testostérone par exemple: le dopage, ici, ça conduit a grosso modo 4 matches de suspension, y a donc pas de mal a se faire du bien quand la saison en compte 80, et que c'est de toute façon a peu pres le seul moyen de tenir les cadences imposées. Bref, les produits qu'ils s'injectent, du concentré de virilité, transforment des mecs déjà pas tres futés en bestiaux primaires purement instinctifs. Et l'instinct ça te pousse a montrer que c'est toi qui a les plus gros biscoteaux (la plus grosse teub, ça passerait pas, déjà que le moindre nibard est flouté jusqu'a point d'heure...).  
- La plupart des joueurs viennent de milieux défavorisés (et ceux qui viennent de familles bourgeoises font semblant), voire de ghettos ou la démonstration de virilité est quasi-nécessaire pour "survivre". C'est aussi sans doute pour ça que 99% des joueurs sont surtatoués (le tatoo ça fait voyou, meme si tu as grandi a Beverly Hills).

Voila, si quelqu'un a d'autres idées, parce que c'est pas tout, mais la science n'avance pas des masses en ce moment... 

Repost 0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 05:36
Ca y est: Obama a cassé la baraque, McCain n'a plus la frite.
Sarah pas maligne repart avec les Joes Six Pack et Plombier en se revant un destin Royal.
Baraque, frites, Six Pack, cette élection était placée sous le patronage de Bienvenue chez les Ch'tis.

Barack Obama  est donc le 44eme Président des Etats-Unis, apres une victoire triomphale (quasiment deux fois plus de grands électeurs que McCain).
La aussi le symbole est plutot pas mal, 44 ans apres le Civil Rights Act.

Alors bon, je suis pas convaincu que la politique étrangere américaine changera beaucoup (si l'on en croit ses discours de campagne), mais les Etats-Unis semblent s'ouvrir a plus de solidarité, a des idées "socialistes" qui peut-etre les aideront a surmonter la crise sans laisser sur le bord de la route la moitié de la population.
Et puis, ce mec a de la gueule, du charisme, il parle bien et respire la sérénité sans ostentation: il a semblé infuser l'espoir a un grand nombre d'électeurs, par-dela leur age, leur condition sociale, bref, leur situation personnelle*. L'espoir "simple" d'une société meilleure, ça change un peu de l'individualisme forcené habituel ici (et de plus en plus partout ailleurs).
Les politiques démontrent chaque jour un peu plus qu'ils n'ont pas franchement prise sur le réel, a part pour aller faire la guerre a droite et a gauche. Alors parvenir a inspirer l'espoir, c'est finalement énorme et ça peut changer beaucoup de choses.




* Il n'y a qu'a voir les scenes de liesse, plusieurs millions de personnes dans la rue, a New-York ou Chicago (bon, je suis allé vérifier, a Amherst y avait personne): la derniere fois qu'on a vu ça en France c'était pour la Coupe du Monde, pas pour l'élection de Sarkozy. Les seuls qui ont manifesté en mai 2007 étaient plutot en colere. Sarkozy a amené les gens a voter pour lui en les opposant (les retraités contre les jeunes, les cadres contre les fonctionnaires, ceux qui travaillent plus contre les chomeurs...), pas en les réunissant. C'est une sacrée différence. 

Pour continuer dans la comparaison, son discours en direct et en plein air devant 1 million de personnes a Chicago, ça a définitivement plus de gueule que celui de Naboléon devant 300 vieilles et glandus en pull cachemire avant d'aller sur scene avec Mireille Mathieu et Enrico Macias.
Repost 0
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 14:36
La crise frappe l'économie réelle aux Etats-Unis: par exemple, la vente de SUV s'effondre au point que l'Etat envisage de "nationaliser" General Motors. Et dans un pays ou "socialisme" veut dire la meme chose que "stalinisme", je peux vous dire que c'est grave.

Heureusement, il y a un secteur d'activités qui ne la connait pas la crise: la vente d'armes. Ces ventes ont augmenté de 7-8% au cours des derniers mois (ou semaines, je n'ai pas bien entendu, je conduisais). Il faut dire que les "rednecks" craignent l'élection de Barack Obama: les démocrates sont connus pour etre des empecheurs de shooter en rond, passant des lois scélérates et liberticides. Ce genre de lois qui interdisent aux profs d'amener leurs flingues a l'école (d'apres certains, ça permettrait d'éviter les tueries du type Columbine), qui préconisent que les internés psychiatriques ne devraient pas pouvoir acheter un canon scié comme un pack de bieres (i.e. sur simple présentation du permis) etc.

Puisque j'en suis a parler d'armes et de tarés, vous avez probablement entendu la derniere:
Deux "néo-nazis" de 18 et 20 ans ont été arrétés pour avoir fomenté l'aSSaSSinat d'Obama. Bon, de ce que j'en ai lu, ça ressemblait plus a Dumb and Dumber vont tuer des noirs qu'a un truc organisé minutieusement façon KKKGB. Déja, je pense qu'on ne leur a pas expliqué que dans le systeme nazi, les Noirs c'était pas vraiment les méchants (meme si, notion de pureté de race oblige, ils devaient pas etre trop aimés quand meme).
Je cite l'article du Monde: " Les deux individus interpelés auraient eu pour but de tuer 88 Noirs, d'en décapiter 14 autres puis d'assassiner Obama, habillés en smoking blanc et en haut-de-forme. Les chiffres évoqués dans leur plan – 14 et 88 – font clairement référence à la mouvance White Power (pouvoir blanc). Quatorze renvoit à un slogan raciste de quatorze mots – "Nous devons protéger la survie de notre race et l'avenir des enfants blancs" –, et le 88 au salut hitlérien – Heil Hitler –, "h" étant la huitième lettre de l'alphabet. Aux Etats-Unis, ces deux références sont étroitement liées à un groupuscule néonazi en particulier, appelé The Order."
Malheureusement pour eux, ils ont été arretés juste apres l'éxécution de la premiere phase de leur plan, qui consistait a prendre des photos d'eux-memes en tenue guerriere avec un fusil d'asaut a la main, et a peindre des croix gammées sur leur bagnole ... Ils étaient sur le point de réaliser la phase deux, l'achat du smoking et du haut de forme. Autant dire qu'ensuite, ainsi accoutrés a bord de leur bagnole camouflée, le massacre était inévitable. Bref, on était vraiment a deux doigts de la catastrophe.

Avouez que pour l'amateur d'humour noir (justement), il y a de quoi se marrer. Espérons quand meme que la Police, le FBI, la CIA, la NSA et tous ces trucs en A seront aussi efficaces lorsqu'il s'agira de déjouer une éventuelle "véritable" (au sens de crédible) tentative d'assassinat sur Obama, s'il est élu.
L'article souligne que les associations racistes potentiellement "violentes" comptent environ 50000 membres. Soit sur 250 millions d'habitants, une proportion de 2 pour 10000 qui ne doit pas etre tres différente de ce que l'on peut trouver en Europe. La différence, c'est que chez nous, vu qu'il est un petit peu plus difficile de se procurer des armes a feu, les actions "violentes" se limitent le plus souvent a un passage a tabac courageux a coup de rangers et a 1 contre 10. Bref, ces groupuscules, qui ne verraient pas d'un tres bon oeil l'élection d'un noir (meme métis, et plutot chocolat au lait), ont une probabilité non nulle de tenter un truc un plus sérieux que les deux crétins susmentionnés dans les prochains mois.
Repost 0