Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 21:41
J'aurais du m'en douter.
Quand les colocs de Priscilla ont trusté la salle de bain de 5h du mat' jusqu'à ce que je parte - les douches de 5 minutes, c'est pas pour eux -, m'obligeant à me laver les dents dans l'évier de la cuisine et à tenter de contenir ma légitime envie de pisser, j'aurais du sentir quelque chose.
Quand au Starbucks du coin où je me fournissais en liquide brûnatre et insipide qu'ils osent appeler café, je suis tombé sur un adepte du "je vais chier chez le voisin" et que j'ai du retenir ma vessie dix minutes de plus, ça aurait dû éveiller mes soupçons et pas seulement m'agacer.
Quand ma poubelle a failli être concassée avec moi à l'intérieur par un 33 tonnes qui s'est foutu sur la voie de gauche pour tourner à droite au carrefour, je n'ai pas eu le temps d'avoir peur, mais ça aurait dû me faire réfléchir.

Enfin voila, pour faire court:
Mon boss n'a lu ni mon manuscrit corrigé, ni ma réponse à l'éditeur, ni même le rapport que je lui ai fait sur un manuscrit qu'il était censé référer vendredi dernier sans faute.
Même écho de la part de notre collaboratrice biologiste.
Et comme sur mon autre projet, j'attends depuis trois semaines la partie de mon co-worker pour avancer (pour qu'en gros on ait un draft à peu près complet qui nous permettra de voir exactement quelles manipes nous manquent, s'il nous en manque), ainsi que sa part de boulot sur notre pré-demande de brevet, je passe une journée à la con, où ma seule activité consiste à essayer de les relouter pour qu'ils se bougent avec accroché aux lèvres un faux sourire Ultra-Brite type "mais non c'est pas grave". Entre temps, je réactualise la page du Monde l'oeil vitreux et l'index victime de crampe.

Une journée qui s'annonçait bien bookée se retrouve ainsi flinguée, comme ma motivation.
J'espère que les choses se décanteront demain mais je ne suis guère optimiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

Ch'Tom 09/10/2009 22:55


Parce que Post-Doc et Post-Doc Sexy sont deux personnes différentes ? Comme Docteur Jekyll et Mister Hyde ? Ahhhh ! Je suis perdu...


mixlamalice 10/10/2009 00:26



Désolé, j'ai essayé, mais j'ai pas de réponse drôle qui vient...
Donc oui.



mixlamalice 08/10/2009 18:49


Comme j'en discutais hier avec Postdoc (pas post doc sexy avec qui j'ai discuté aujourd'hui mais d'autre chose), tout se débloque en même temps:

- le manuscrit et la réponse ont été lues, commentées et c'est presque bouclé.
- mon co-worker a pondu sa partie pour paper number 2 (un modèle auquel je ne pige pas grand chose pour l'instant sur lequel il va falloir que je me penche): le draft prend forme, et la soumission
avant la fin de l'année n'est peut-être pas tant que ça une chimère.
- Réunion tout à l'heure au sujet du brevet.

Ca fout la patate (je ne suis pas un "procrastineur" au sens usuel du terme: le "procrastineur" est atteint de flemmite qui le pousse à glander d'autant plus qu'il a du boulot. Moi le boulot ne me
fait pas peur, c'est plutôt quand il n'y en a pas que je ne sais pas m'en inventer...).


mixlamalice 08/10/2009 04:39


Aujourd'hui en terme de journée de travail c'était plutôt mieux, avec une bonne activité de 15h30 à 22h30.
Il me reste plus qu'à recaler ça sur le 9h-17h ou approchant et ça sera au poil.


post doc sexy 07/10/2009 17:54


"L'intérêt" d'être corresponding author est aussi qu'on est identifié par l'éditeur comme potentiel referee pour des articles sur le sujet du papier qu'on a écrit. Je suis corresponding author de
deux de mes papiers et je reçois souvent des referees à faire sur des thématiques proches de ce papier. Alors que sur d'autres thématiques où je ne suis pas Corresp. je n'ai jamais rien reçu... A
voir maintenant si cela a un intérêt de se fader des referee de papiers écrits en petit nègre sur un sujet qui ne m'interesse plus vraiment...


mixlamalice 07/10/2009 18:01


Oui, je n'avais pas pensé à ça.
Bon, je me fais la main en "aidant" mon boss à référer quelques papiers et je ne suis pas plus pressé que ça d'avoir 15 papiers à référer par mois, mais du coup c'est vrai que ce n'est pas quelque
chose que je peux faire valoir "officiellement" (Cv ou entretien).
C'est quand même intéressant d'apprendre à exercer son esprit critique sans être trop intimidé (j'ai toujours un peu de mal à démolir un papier, et parfois j'ai aussi du mal à dire si le papier est
moyen moins ou moyen plus - je crois que je n'ai encore jamais eu de trucs vraiment merdiques ou vraiment géniaux).
Faudrait que je demande à mes connaissances éditeurs de me foutre dans leur base de données (s'ils sont d'accord).


mixlamalice 07/10/2009 17:17


Après quelques recherches internet, "reprint author" est désormais un peu désuet: techniquement c'est celui qu'il faut contacter pour obtenir une version originale du papier. Comme tout se fait
désormais en ligne, ça ne se pratique plus beaucoup et c'est employé comme synonyme de "corresponding author".

The first address - with reprint author in brackets – is connected to the first author of the article and reprint refers to author from where you can order a copy of the original article.
Nowadays, with lots of electronic articles online, the practice of requesting articles directly from the author is not as widespread as it used to be. Reprint author is also the corresponding
author and e-mail address following the addresses is the e-mail of the corresponding author.