Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 11:37

Je prends le bus tous les jours, pour deux fois 25 minutes de trajet dans Paris intra-muros.

Après comparaison avec le métro, le tram et même le RER, je crois pouvoir affirmer que c'est le transport public parisien dans lequel la connerie humaine sous toutes ses formes s'exprime le mieux. Surtout le soir, d'ailleurs, pour une raison qui ne m'apparaît pas évidente (si ce n'est qu'après une journée de merde, le parisien moyen est encore moins sympa que d'habitude).

Egoïsme, bêtise crasse, incivisme, impolitesse, méchanceté, indifférence totale... chaque jour, on peut voir un peu tout ça et plus encore.

 

Au hasard et dans le désordre, on peut citer:

 

- les fatigués de la vie qui refusent de bouger le cul de leur strapontin pour désengorger un peu l'espace, même quand 124 personnes sont agglutinées dans le couloir.

- les mêmes fatigués de la vie qui préfèrent se jeter sur le fauteuil que tu viens de libérer quitte à te rentrer dedans (sans un mot d'excuse ni même un regard) et t'écraser en s'échinant à passer à deux dans un couloir de 30 cms de large plutôt que d'attendre 20 secondes que tu descendes.

- les toujours épuisés ou les bovins finis pour qui descendre du bus lorsque celui-ci est bondé et qu'ils bloquent la sortie, afin de faciliter la descente, semble au-dessus de leurs forces physiques et/ou mentales.

- les hommes pressés qui se ruent dans le premier bus bondé bien qu'il y en ait un vide de la même ligne 200m derrière (parce que quand un bus est bondé, il met 2 minutes à redémarrer après chaque arrêt, ce qui fait que celui derrière le rattrape rapidement).

- les mêmes qui se précipitent à l'intérieur par la porte de derrière avant que personne n'ait pu descendre (cf le métro).

- les petits vieux à qui ça arracherait la gueule de dire merci quand tu leur donnes ta place spontanément.

- ces mêmes petits vieux qui semblent prendre un malin plaisir à prendre le bus entre 17h30 et 19h tous les jours, quand ce n'est pas à 8h30. C'est encore mieux quand en plus ils en veulent à la terre entière parce qu'oh la la il y a du monde.

- les encore éreintés qui font semblant de ne pas voir les petits vieux ou les impotents pour ne pas avoir à bouger leur cul du siège prioritaire (je faisais ça quand j'étais un pisseux rebelle de 14 ans, à 30 ans ça me fait un peu honte).

- ceux qui préfèrent la promiscuité et les mauvaises odeurs corporelles, et donc s'entasser dans le couloir sans bouger même s'il y a 15 places libres au fond, donnant l'impression que le bus est bondé alors qu'il est à moitié plein.

- les mêmes amateurs de contact humain qui viennent s'asseoir à côté de toi même si le bus est vide (on les retrouve ensuite au cinéma).

- les blaireaux qui gueulent au téléphone pendant toute la durée du trajet, et exposent à tous leur médiocrité et leur mauvaise éducation avec fierté.

- ceux qui écoutent leur musique de merde à bloc, avec un body-language signifiant plus clairement qu'une affiche "je vous emmerde tous et vous n'avez pas de couilles" (à raison, d'ailleurs).

- ceux qui parlent au chauffeur comme s'il était une sous-espèce ne méritant même pas un bonjour ou un s'il vous plaît-merci, beuglant "LA PORTE" ou autre chose d'un ton exaspéré.

- les chauffeurs qui eux aussi en ont marre d'être simplement courtois, voire parfois de s'arrêter simplement aux arrêts prévus.

- ceux qui ne se bougeraient pas le cul d'un centimètre pour aider une mère et sa poussette ou à défaut simplement la laisser rentrer et caser sa poussette dans l'espace prévu à cet effet.

- les mères et leurs poussettes qui défoncent pieds et jambes quand le bus est blindé, qu'il y a déjà 3 poussettes entassées dans l'espace central prévu pour deux: je suis une mère, je suis unique, vous ne savez pas ce que c'est, je suis prioritaire.

 

Etc, etc.

 

On peut voir régulièrement tous ces comportements dans les autres transports en commun, mais j'ai l'impression qu'ils sont beaucoup plus exacerbés et réguliers dans le bus qu'ailleurs. Je n'ai pas vraiment d'explications, et ce n'est après tout qu'un ressenti. Je ne suis moi-même pas exempt d'être à l'occasion un gros con, décérébré ou mal élevé. Mais en général j'en prends conscience à un moment ou à un autre, même si c'est parfois trop tard, ce que je ne peux certifier chez les autres, tant leurs pupilles semblent souvent plus vides qu'un intestin après un traitement laxatif.

Je devrais me remettre au métro, finalement plus calme*, mais bizarrement l'aspect sombre et sale me rend plus dépressif. Mieux vaut entretenir la misanthropie.

 

 

* je dirais que le pékin moyen est plus philosophe dans un métro bondé que dans un bus bondé.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

tiusha 15/12/2010 23:54



cadeau:


http://www.youtube.com/watch?v=i7RsZ81uVZE



mixlamalice 16/12/2010 10:26



Ca se passe pas souvent comme ça hélas.


D'ailleurs les panneaux qu'ils ont mis dans les bus sur le mode "vivons mieux vivons ensemble", autant pisser dans un violon. Hier encore, devant les panneaux stipulant "une conversation privée
devant tout le monde, ce n'est plus privé", un néo-beauf a passé 30min à brailler dans son iphone, une jeune femme faisant de même à deux sièges de la, etc. Comme dans le TGV, d'ailleurs.


Il y a un passage très drôle là-dessus dans le dernier Lodge (Deaf Sentence).



tiusha 15/12/2010 00:53



ben dis donc, ça en fait du monde dans ton bus! tu devrais prendre un vélib.


ça me réconcilierait presque avec le RER... pas de longue liste des coupables des maux des transports, on sait tout de suite à qui en vouloir.



mixlamalice 15/12/2010 10:53



Une revenante...


Heureusement qu'il n'y a que rarement tous les specimens de relous à la fois...


Par contre, le bus le mercredi, jour des enfants et des RTT, c'est bien.



postdoc 14/12/2010 16:35



Quand j'entre dans les transports en communs à Paris je me transforme moi-même en mode gros con (étrangement pas aux USA, tout le monde semble faire un effort pour que ça reste gérable, la bonne
volontée c'est contagieux). L'idée que je m'en fais est que c'est la loi de la jungle. Tu bouffes, ou t'es bouffé. Par dessus ceci, j'ai une grand révulsion du contact physique avec mes
congénères (sauf avec quelqu'une :) ). D'autant plus quand mes plus porches voisins ne semblent pas avoir vu la couleur d'un savon depuis quelque temps (c'est si compliqué que ça de prendre une
douche vigoureuse de 5 minutes le matin ?). Je ne serais pas surpris qu'il y ait aussi une sorte d'instinct nécessitant un espace vital inviolé autour de soi. L'Homme est un animal social mais
sans excès.



mixlamalice 14/12/2010 17:02



Moi aussi le contact physique avec des inconnus ne m'attire que moyennement. J'en avais parlé ici: http://laviedemix.over-blog.com/categorie-10371693.html


Visiblement, c'est une notion assez générale, et théorisée par un anthropologue: http://j.m.martin.perso.infonie.fr/lire.htm#dimension


En dessous de quelques dizaines de cms, on rentre dans "la zone intime", qui est une zone qu'on ne partage normalement que pour l'acte sexuel ou la lutte. Dans le cas d'une cohue dans le métro,
ce n'est pas "instinctif", et on se sent agressé.


 


Sinon, j'essaie parfois la méthode du censeur ironique, du type "ne dites pas merci, surtout" (à pieds, quand un conducteur grille le passage clouté, j'applaudis ou je lève le pouce), mais
j'ai l'impression que ça énerve encore plus les gens que de les engueuler pour de bon...



Guil's 14/12/2010 15:56



T'as oublié ceux qui bouffent leur barquette de frites ou Macdo alors que le bus est blindé. D'un autre côté, dans le bus, t'as pas les accordéons et les guitares à 8h du mat'...



mixlamalice 14/12/2010 16:13



C'est vrai que l'accordéon désaccordé où le mec qui sait pas jouer de la gratte, et qui en plus jouent toujours les 4 mêmes morceaux (l'amant de saint-jean, kalinka, la vie en rose, etc) tôt
le matin ou après une journée éprouvante, ça peut rendre nerveux... et c'est un des avantages du bus.


Malheureusement, le mec dans l'année qui joue super bien n'aide pas franchement à faire passer tous les autres.



Marcelo 14/12/2010 15:12



Arfff... 


Même impression que toi. De mon côté, j'ai chois le métro.


Après je pense que ça dépend des lignes. La 4 et la 13, c'est pas beaucoup mieux. C'est juste qu'il y a moins de personnes agées et de poussettes... Ce qui évite une partie des étincelles.



mixlamalice 14/12/2010 16:11



La 4 ferait partie de mes alternatives. Je la prends généralement plutôt à "contre-courant", donc au moins le matin, c'est pas trop blindé (ou ça se remplit peu avant que je sorte).


Disons que l'avantage du bus, c'est que quand c'est assez vide, c'est plutôt agréable. Ca va assez vite quand il y a un couloir, et c'est sympa de voir Paris plutôt que des couloirs
sombres. Pour faire dans la métaphore colorée, le bus peut être blanc ou noir, le métro est quasi uniformément gris...


Même si la 6 à 18h30 ou la 13 toute la journée, ça vire au gris très sombre effectivement...