Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La vie au labo
  • La vie au labo
  • : Les pensées - j'ose le mot- diverses d'un jeune scientifique ayant obtenu un poste académique à l'Université, après presque trois années en post-doctorat dont deux au fin fond du Massachusetts. Ca parle de science (un peu) mais surtout du "petit monde" de la science. Et aussi, entre autres, de bouffe, de littérature, de musique, d'actualité, etc. Et de ma vie, pas moins intéressante que celle d'un autre.
  • Contact

Profil

  • mixlamalice
  • Misanthrope optionnellement misogyne et Esprit Universel.

Recherche

23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 10:21

Après Tom Roud, un autre post-doctorant blogueur quitte le monde de la "recherche précaire": me, myself, I.

 

Galaxie, le portail ultra-sexy du ministère de l'enseignement supérieur pour les recrutements, vient d'afficher son verdict.

Je n'ai pas obtenu le poste où je m'étais fait avoir à l'audition.

Par contre, je savais qu'il y avait une chance non négligeable que j'obtienne l'autre, le candidat classé premier ayant été également classé premier ailleurs. La probabilité a encore augmenté quand j'ai su que le candidat était un "provincial" ayant été classé premier dans sa ville (ville très agréable où j'ai d'ailleurs passé 20 ans de ma vie avant de monter à la capitale). Quand on a fait sa thèse et son post-doc dans la ville dans laquelle on a grandi, il y a peu de chances qu'on veuille soudainement découvrir Paname à plus de 30 piges...

 

Il y a quelques jours, le directeur du labo m'a appelé pour me confirmer que le candidat allait se désister. Cependant, je préférais attendre la confirmation officielle et informatique, qui est donc tombée ce matin.

 

Quand j'ai su qu'il y avait de bonnes chances d'obtenir le poste, je suis passé par une phase assez intense de réflexion: le poste n'était pas "celui de mes rêves", donc, que faire? Car, comme le disait N. Holzschuch, un poste c'est bien, mais ce n'est pas forcément une fin en soi et ça peut aussi être un enterrement (de carrière) déguisé.

 

Trois choix s'ouvraient donc à moi, assez simples en fait:

- L'accepter.

- Le refuser pour retenter ma chance l'an prochain.

- Le refuser pour me barrer dans l'industrie.

 

J'ai beaucoup tergiversé, discuté avec pas mal de personnes en qui j'ai confiance, et voici mes conclusions:

 

Parce que cette année déjà, il y avait très peu de postes sur mon profil, parce que je n'avais pas envie de repasser six mois à ne rien faire hormis préparer et passer des auditions, parce que je n'avais pas envie de réavaler des couleuvres, parce que je n'avais aucune garantie que ça se passe mieux que cette année, et parce qu'on ne m'avait pas fait de proposition qui aurait pu me faire réfléchir (type "contrat jeune chercheur"), j'ai éliminé la deuxième option.

Parce que je ne me sentais finalement pas si mûr que ça pour partir en R&D industrielle, que la période pour postuler n'est pas forcément judicieuse, parce que je n'étais pas forcément sûr qu'on aillait m'accueillir comme le Messie, et que mes copains qui y sont ne m'en ont pas forcément fait un portrait dithyrambique, je n'ai pas poussé plus loin mes vélleités industrielles.

 

Et parce que, même sans être "le poste de mes rêves", le poste en question présente des avantages indéniables et des points extrêmement positifs, bref n'est pas non plus, je pense, un "poste gloomy", j'ai décidé d'accepter.

 

Et voila, comme ça, paf, voila un parasite de fonctionnaire de plus (je dis ça pour mes lecteurs de droite). Qui va fêter prochainement sa nomination, sa prise de fonction à la prochaine rentrée scolaire, et la baisse de salaire concomitante.

 

Quelques détails sur le poste pour que les trois lecteurs que ça intéresse comprennent ma période d'atermoiements:

- avantages:

1. La localisation, au coeur de la grande ville, dans des beaux bâtiments historiques. Pour le coup, ça va faire du bien d'aller au boulot en bus ou à vélo, en 20 minutes, et de ne plus prendre le ReuReuReu pour la grande fac dans la prairie. Ca a l'air futile, comme ça, mais ça a toujours représenté une part importante dans mes choix de vie* et je l'assume (parce que je suis futile).

2. L'enseignement, très axé sur la formation pro (pour les techniciens qui veulent devenir ingénieur, par exemple), les stages industriels (pour des ingénieurs qui ont besoin d'une ou deux semaines pour acquérir des connaissances précises sur demande de leur employeur), ou encore aux cours du soir (pour l'actif qui se dit qu'il a bien envie de reprendre les études et d'obtenir un diplôme qu'il a toujours rêvé d'avoir et jamais pu tenter). J'idéalise peut-être, mais je me dis qu'un public motivé doit être motivant, et que la variété des enseignements doivent permettre de conserver une certaine fraîcheur d'âme.

3. L'équipe, qui pour ce que j'en ai vu, semble, bien qu'extrêmement réduite, motivée et sympathique, du directeur au maître de conf' déjà en poste en passant par l'ingénieur.

 

- inconvénient: au singulier, mais de taille. La recherche.

Même si le jeune groupe nouvellement en place, a fait repartir une activité de recherches après le départ à la retraite d'anciens qui se consacraient uniquement à l'enseignement, elle reste encore assez peu visible, très orientée vers l'industrie un peu "lourde" (ce n'est pas sale, mais mon expérience de la chose est extrêmement limitée), et pas forcément sur des thématiques qui me passionnent.

Mais je me dis que d'une part, ce redémarrage est plutôt positif, et que d'autre part, un poste est aussi ce qu'on en fait. Je connais beaucoup de monde dans la grande ville, il faudra juste que je sois un peu pro-actif et malin pour discuter, me faire connaître, monter des collaborations, etc. Je l'avais clairement énoncé lors de l'audition (ne sachant pas trop à quoi m'attendre et encore sous le coup de la déception de mon autre candidature, j'avais décidé d'être on ne peut plus franc: finalement ça a été bien perçu). De plus, le labo n'a semble-t-il pas de mal à recruter des étudiants, thésards ou stagiaires, il n'y a donc pas pénurie de bras pour faire des choses.

Je vois donc ça comme un challenge personnel excitant qui me permettra de savoir vraiment ce que j'ai dans le ventre: si je deviens un vieux maître de conférences un peu aigri qui ne voit plus que le mot enseignant dans la fonction d'enseignant-chercheur, ce sera de ma faute.

Par contre, si j'arrive à me faire un petit nom, ça sera tout bénef', puisque je serai plus visible qu'un jeune chercheur ayant obtenu un poste dans un labo où un grand chef célèbre ("mandarin") décide de tout et où on reste jusqu'à son départ une espèce de super-thésard. 

 

Voila, je ne sais donc moi non plus pas ce que ce blog va devenir. Je n'ai à l'heure actuelle pas l'intention de laisser tomber, mais pourrai-je comme mon idole F. Pagny conserve ma liberté de pensée, aurai-je même encore le temps de penser?

On verra bien...

En attendant, il me reste trois mois à vivre avec le statut de "post-doc". Et vendredi, j'annonce à mon partenaire industriel que je me casse fin août.

 

 

 

 

* Déjà, j'avais choisi mon école d'ingénieurs non pour des raisons bassement scientifiques, intellectuelles, ou carriéristes (de toute façon je trouvais que toutes les plaquettes racontaient la même chose), mais parce que pour aller voir Iron Maiden, vivre et étudier dans le 5ème, c'est mieux qu'à Gif-sur-Yvette. A 19 ans, j'étais très mature.

Partager cet article

Repost 0
Published by mixlamalice - dans La vie de Mix
commenter cet article

commentaires

véronique 26/06/2010 22:49



Bravo! Je te souhaite beaucoup de succès dans tous les compartiments de ton poste. L'emplacement est magnifique. Ce moment est à savourer!



mixlamalice 01/07/2010 09:52



Merci.


D'ailleurs, un aparté: tu avais raison pour les catacombes sous Montparnasse. Si le réseau officiel est autour de Denfert-Rochereau Alésia, il y a tout un circuit plus ou moins secret et interdit
qui fait une bonne partie de la rive gauche. On y rentre par certains endroits bien précis, dont un du côté de Montparnasse, que les "happy few" en quêtes de sensations fortes se refilent entre
eux: il y a des cartes qui circulent sous le manteau, apparemment. Une balade un peu rock'n'roll de plusieurs heures, avec lampe torche, zones inondées à traverser, etc.



tiusha 24/06/2010 18:55



Well done indeed!


Je sais pas si le fait que plusieurs "connaissances" plus ou moins vagues finissent par voir le bout du tunnel en obtenant un poste au bout de 3 ans au deuxième ou troisième ricochet (quasi
inespéré parfois) me rassure ou m'inquiète encore plus... M'enfin. Bien contente pour toi.



mixlamalice 01/07/2010 09:56



En ce qui me concerne, les choses auraient pu (du) se passer de façon plus smooth, mais en physique-chimie, la période 2-3 ans pleins de post-doc semble effectivement la durée moyenne raisonnable
pour choper un poste. En bio c'est plutôt 5 ans, ailleurs, je ne sais pas.


Il me semble quand même qu'il est important de bien cibler ses postes, vu le travail qu'une audition "sérieuseé" demande. Faire plus de 4-5 auditions par session, ça me semble juste pas possible
pour espérer quelque chose (et à mon avis, le CNRS plus 2-3 MdC c'est déjà bien assez pour se pourrir six mois). 



Aisling 24/06/2010 17:12



Bah, les plans de vacances c'est pas le plus dur... Au pire, il y a toujours Paris-plage, heee :-)



Aisling 24/06/2010 15:50



Felicitations! C'est une bonne nouvelle, et qui tend a montrer qu'en s'acharnant un peu, ca finit par marcher :-)


Profite bien de l'ete en attendant la rentree!


Cheers,



mixlamalice 24/06/2010 16:12



Oui, c'est presque plus un jeu de chance et de patience que de compétences... tant mieux pour moi, je commençais à être au bout de la mienne.


Pas de plans prévus pour cet été, j'attendais d'en savoir plus long, on verra bien ce qu'on peut trouver avec mes finances...



Post doc sexy 24/06/2010 11:53



Bravo !! Sincérement heureux pour toi. J'espère que ce poste comblera tes attentes. Je comprends ton attachement à la localisation. Je n'ai pas vraiment hâte de me (re) cogner les 2 heures de
transport quotidiennes vers la prairie. Mais bon, le poste parfait n'existe certainement pas... Peut être à un de ces 4 pour fêter de visu autour d'une bière.


 



mixlamalice 24/06/2010 12:21



Merci aussi. No problemo pour la binch', je passe souvent dans ton coin, en tant qu'ex de la maison...